En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

03.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

04.

Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France

05.

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

La (nouvelle) triche organisée

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > France
Société française

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

il y a 12 min 41 sec
pépites > Justice
"Dépression sévère"
Julian Assange serait confronté à des tendances suicidaires suite à son emprisonnement
il y a 14 heures 42 min
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 18 heures 29 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 21 heures 6 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 21 heures 23 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 21 heures 33 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 22 heures 13 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 22 heures 31 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 22 heures 52 min
décryptage > Société
Mais qui sont ces hommes qu’un nombril déchaîne(rait) ?

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

il y a 31 min 22 sec
pépite vidéo > Politique
LFI
Jean-Luc Mélenchon se félicite de la "créolisation" au coeur de la société française
il y a 16 heures 21 min
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 17 heures 41 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 20 heures 14 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 21 heures 14 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 21 heures 32 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 21 heures 56 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 22 heures 28 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 22 heures 43 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 23 heures 6 min
© YOAN VALAT / POOL / AFP
© YOAN VALAT / POOL / AFP
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

Publié le 18 septembre 2019
Avec Luc Rouban
Emmanuel Macron est complètement en rupture avec les catégories populaires et les plus modestes qui sont hostiles à l'immigration.
Luc Rouban
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron est complètement en rupture avec les catégories populaires et les plus modestes qui sont hostiles à l'immigration.
Avec Luc Rouban

Atlantico : Emmanuel Macron a affirmé devant sa majorité qu'il ne souhaitait pas d’un parti bourgeois, notamment sur les questions de l'immigration. Pourtant, n'y a-t-il pas, notamment sur ces questions, un vrai clivage de classe qui recoupe le clivage politique existant ?

Luc Rouban : Il est évident qu'on assiste en France à un vrai clivage gauche/droite autour de la question de l'immigration. C'est un clivage qui touche l'immigration mais aussi la question plus large de l'islam et de son intégration en France. Le clivage est donc social et politique. 

Le problème de Macron est qu'il est complètement en rupture avec les catégories populaires et les plus modestes qui sont hostiles à l'immigration. Cette stratégie aujourd'hui est de parler à nouveau aux catégories populaires. Il a déjà avancé un programme de réformes assez néolibéral qui touchait à la vie de l'entreprise ou au travail mais il n'a pas encore touché à cette problématique, qui est pourtant centrale pour les catégories populaires. Il est donc important pour lui de se positionner et d'expliquer qu'il a compris le problème.

La rhétorique qu'il utilise à propos de l'immigration est assez classique : diminution du droit d'asile, une rhétorique de l'ouverture tandis que le RN serait le parti de la fermeture… S'adresse-t-il réellement aux catégories populaires, ou s'adresse-t-il aux gagnants de la social-démocratie qui ne se sentent pas bourgeois malgré leur position sociale ?

Il y a deux autres objectifs politiques derrière cela. Le premier est de parler à une partie de son électorat qui est tolérant, libéral et assez ouvert à l'immigration, qui se distingue donc de celui du RN et d'une bonne partie de l'électorat des Républicains. Son argument est donc de prendre en main ce problème en instaurant des règles de contrôle plus stricte. Il dit donc à son électorat qu'il veut être tolérant mais jusqu'à un certain point seulement. De plus il veut finir de totalement vampiriser les Républicains en disant qu'il offre une réponse républicaine à l'immigration, et en se positionnant en opposition au RN. Il veut donc faire le vide entre lui et le RN. 

En faisant cela il affirme donc qu'il n'ignore pas le problème, à l'inverse des "partis bourgeois". Il sous-entend que chez les Républicains il existe une certaine hypocrisie entre les actes et le discours sur ce thème. Au niveau tactique il veut donc vider de toute substance la ligne politique des Républicains. Il l'avait fait sur le point économique via le néolibéralisme. En attaquant les "partis bourgeois" et en parlant d'immigration, je pense qu'il veut achever complètement les Républicains.

Vous expliquiez dans un article que le concept de "vote des classes" était de moins visible. Emmanuel Macron est-il habile en évoquant l’idée d’un parti “bourgeois” ?

Le vote de classes existe, mais il s’est émoussé. Il n’est plus aussi limpide qu’autrefois. Il ne s’appuie plus sur l’opposition du monde ouvrier au patronat. C’est un vote de classes qui joue sur les mobilités professionnelles et sur le degré d’autonomie des acteurs sociaux. Mais le vrai problème d’Emmanuel Macron, c’est d’élargir sa base électorale, parce qu’il a été largement élu par les catégories supérieures, par des professions libérales, par des indépendants, par des fonctionnaires de rang supérieur. Sa fragilité, c’est qu’il n’a pas d’appui du côté des catégories populaires. Les catégories populaires votent pour le RN, LR ou la gauche de la gauche. On n’est plus dans le paysage politique des années 1980-90. On est dans une situation plus complexe. 

Il s’agit pour lui de miner la base électorale du RN et de LR. Pour miner la base LR, Emmanuel Macron mène une politique néolibérale favorable aux catégories supérieures, mais il a toujours entendu se distinguer des partis bourgeois ordinaires, c’est à dire des Républicains. Il veut montrer que le macronisme est porteur de modernité sociale, et qu’il n’enferme pas les individus dans des catégories. Il s’adresse à des individus, pas à des représentants de catégories sociales ou de classes sociales. C’est en ce sens qu’il utilise ces termes. Il s’agit de sortir des catégories préconstituées d’analyse sociale et politique. Il s’adresse à des Français, mais pas à une catégorie sociale. C’est toujours son projet de communication qui consiste à vouloir sortir du système habituel des partis et notamment de leurs catégorisations sociales. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 19/09/2019 - 12:02
Argent et ordre moral
Sachant que nous ne sommes pas dans un roman de Balzac, où peut donc être l'ordre moral, sa bien-pensance et l'argent des gagnants post modernes? Ne cherchez pas dans le Père Goriot. Si vous le contestez on fera donner la troupe, je ris jaune.
Fazende
- 19/09/2019 - 08:42
re@citoyen libre
Impossible, oui, on ne peut m'enfermer.. Un Ermite veille .. Ne suis-je, grâce à lui, à 3 cm au dessus du sol ? RIRE
Bon vent à vous..
JBL
- 18/09/2019 - 20:14
Fazende
Je suis moi aussi à 30 jours de la fin de mon abonnement, mais j'hésite. Il m'arrive souvent de plus apprécier les commentaires des uns et des autres, que certains articles. Il y a bien "l'intelligence artificielle" de Benvoyons, ou je n'ai toujours pas compris s'il fallait lire de gauche à droite ou de droite à gauche et l'éternel adolescent Ganesha, sans doute déjà issu d'une vieille GPA, mais à part ça ! Bon, on verra. Cela dit, on vous regrettera, et je vous certifie que je n'ai pas mis votre nom dans un bac à glaçons.....