En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 7 heures 24 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 10 heures 41 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 12 heures 11 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 13 heures 25 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 14 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 16 heures 15 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 16 heures 16 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 16 heures 17 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 9 heures 43 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 11 heures 59 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 12 heures 27 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 13 heures 38 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 14 heures 23 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 15 heures 27 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 16 heures 16 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 16 heures 19 min
© JULIEN WARNAND / POOL / AFP
© JULIEN WARNAND / POOL / AFP
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

Publié le 18 septembre 2019
La première leçon serait d’abord de se soucier des équilibres économiques et du risque de ralentissement.
Sébastien Laye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Laye est Président du Parti Quatre Piliers.  Sébastien Laye est entrepreneur immobilier, chercheur associé en économie à l'Institut Thomas More.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La première leçon serait d’abord de se soucier des équilibres économiques et du risque de ralentissement.

Lors de la présentation jeudi dernier de son dernier package de mesures (et ce avant de transmettre le bâton à la tête de la BCE à Christine Lagarde, sans que l’on sache si cette nouvelle orientation, très contestée en interne, engagera Mme Lagarde ou pas), Mario Draghi a réitéré son appel à la responsabilité des dirigeants politiques européens. En effet, il n’a eu de cesse depuis près de deux ans de rappeler que la politique monétaire ne pouvait pas tout, qu’elle devait être complétée à nouveau par des vrais politiques publiques contracycliques, notamment quand le ralentissement général parait prendre ancre comme en ce moment en Europe et dans le monde entier. Il a notamment prôné des politiques fiscales plus expansives, notamment de la part de pays ayant des marges de manœuvres budgétaires comme l’Allemagne. Or, à dire le vrai, si Draghi prêche largement dans le désert en la matière, il commence à être écouté : les Hollandais réfléchissent à une baisse de la fiscalité et un fonds de stabilisation, alors que l’Allemagne, plus avancée dans le cycle économique et donc dans la récession, parle aussi d’un fonds de stabilisation de l’économie pour soutenir la demande interne et commencer à rééquilibrer un modèle fondé sur les exportations et la consommation des autres pays européens. A l’égard de la France, le discours traditionnel des banquiers centraux était de rappeler aux dirigeants français que des réformes structurelles étaient indispensables et que la politique monétaire expansionniste ne saurait les remplacer.

Peut-on pour autant tirer un enseignement pour Emmanuel Macron des propos de Monsieur Draghi ? La première leçon serait d’abord de se soucier des équilibres économiques et du risque de ralentissement. Après une année 2017 de réformes économiques et sociales réelles mais timorées, rien n’a été fait sur ce front et le gouvernement multiplie les sujets de diversion : or il est temps à nouveau de se soucier de l’économie car la croissance risque de ne plus être au rendez vous dans la seconde moitié du quinquennat. Deuxième point : l’économie ne se réduit pas, tant s’en faut, à quelques soi disantes réformes structurelles (dont l’importance varie en fonction du contexte économique) inspirées de la Commission Attali. Draghi s’attendrait plutôt à voir Emmanuel Macron proposer par exemple un véritable plan fiscal : sur ce sujet, le bilan du quinquennat est mince et les prélèvements obligatoires totaux peu ou prou au même niveau : la baisse de l’IS a été reportée aux grecques, la fiscalité sur le capital est simplement revenue au niveau de la fin de l’ère Sarkozy, et il n’y a pas de grandes réformes de l’impôt sur le revenu ou des impôts sur la production en vue. La France a encore une imposition du capital ou des entreprises supérieure de 8 points à la moyenne européenne. Macron serait donc bien inspiré de lancer un ambitieux programme reaganien de baisse et simplification de la fiscalité, seul à même de stimuler la demande, car le contexte de taux d’intérêt bas le lui permet. Il pourrait aussi soutenir la demande et améliorer le pouvoir d’achat en desserrant l’étau des régulations dans le domaine de la construction.

Il y a aussi un non-dit derrière les déclarations de Monsieur Draghi : certes il y a de la lassitude chez lui de constater l’inanité et le manque de compréhension de l’économie de la plupart des dirigeants européens : mais à aucun moment il ne croit que la politique monétaire soit inefficace par essence ou du fait du cours des évènements. Il reste des marges de manœuvre importantes aux banques centrales, en particulier celles qui gèrent une monnaie souveraine ou perçue comme telle (et il reste des efforts en la matière à faire dans la zone euro) : encore faut il comprendre ou étudier le phénomène monétaire, sujet que nos dirigeants ont délaissé à la classe technocratique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires