En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

05.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 3 heures 6 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 5 heures 23 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 6 heures 56 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 8 heures 38 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 11 heures 28 sec
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 11 heures 21 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 11 heures 45 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 12 heures 8 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 12 heures 25 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 12 heures 46 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 4 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 6 heures 22 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 8 heures 8 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 9 heures 41 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 11 heures 11 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 11 heures 25 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 11 heures 48 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 12 heures 10 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 12 heures 43 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 13 heures 6 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Le bon temps ?

Il y eut une période heureuse quand on ne parlait pas d’identité nationale…

Publié le 15 septembre 2019
C’était il y a quelques dizaines d’années. On a l’impression que des siècles se sont écoulés depuis.
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’était il y a quelques dizaines d’années. On a l’impression que des siècles se sont écoulés depuis.

Pendant près de cent ans, la France, bienveillante, a accueilli des millions d’étrangers. Ils y venaient pour travailler. Ou parce qu’ils trouvaient que c’était un très beau pays. Des Italiens tentaient d’échapper à la dictature de Mussolini. Des Espagnols ne voulaient pas vivre sous Franco. Des Portugais refusaient le joug de Salazar. Des Arméniens fuyaient les couteaux des assassins turcs. Et les Juifs fuyaient tout.
 
Aucun de ces immigrés ne détestait la France. Et leurs religions ne posaient aucun problème puisqu’ils acceptaient les lois et les coutumes de la République. Certains Français ne les aimaient pas. Ils leur arrivaient parfois de crier "à bas les métèques !" et "mort aux Juifs !". Mais d autres voix plus fortes et plus nombreuses couvraient la leur. 

Certes pendant quelques années - de 1940 à 1944 - on n'entendit qu’eux : mais leurs vociférations devaient tout à la présence des chars allemands. Il est à noter que pendant cette période (pas celle de Vichy bien sûr) révolue, les mots "identité nationale" étaient absents du vocabulaire courant. La France allait de soi. Le drapeau tricolore était légitimement respecté. Et tous - y compris ceux dont les accents étrangers écorchaient sauvagement notre langue - chantaient la Marseillaise. 

Vinrent d’autres temps et d’autres immigrés. Ils étaient de pays que nous avions colonisés naguère. Ils avaient traversé la Méditerranée pour trouver ici une vie décente et pour y obtenir des salaires qu’on leur refusait chez eux. Ils étaient chez nous. Et ils y étaient bien. 

Puis - première génération, deuxième génération…- petit à petit s’installa chez une partie d’entre eux un sentiment destructeur. La France cessa d’être le pays qu'il les avait accueillis pour devenir le pays qui les avait colonisé. Colonisatrice un jour, colonisatrice toujours…. Haïssable donc ! 

Les élites médiatiques et intellectuelles volèrent au secours de ce ressentiment mortifère. Le "beauf", caricaturé par Cabu ("con, Français et fier de l’être !") fut jugé méprisable et ringard. Seuls les Noirs ou les Arabes étaient beaux selon les canons esthétiques de la rive gauche. Ils étaient chez nous ? Non, chez nous, ça devait être chez eux !

La préférence immigrée devint la norme. Tout ce qui s’en écartait fut insulté, stigmatisé et condamné pour racisme et fascisme. Ainsi piétiné le "beauf se rebiffa. On lui enlevait son pays. Il comprit alors qu’il en avait un. 

Et il se mit à revendiquer, avec tous les excès dû à une révolte brouillonne et passionnée, "l’identité nationale". Pendant longtemps, il n’avait pas semblé nécessaire de la revendiquer tant elle allait de soi. Mais le fait d’être bafouée lui assura une résurrection inespérée. C’est ainsi qu’aujourd’hui on parle beaucoup d’"identité nationale". Mais il parait que c’est un gros mot.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 16/09/2019 - 09:20
@tubixray
Correct, la droite en France ne veut pas de leader de droite, en actes; juste en paroles, et encore...!
tubixray
- 16/09/2019 - 09:12
Quelle nostalgie
Toujours le juste ton B. Rayski.
Le mal a commencé avec le "regroupement familial" qui n'aurait jamais du exister. Plus de travail donc retour au pays.
Nous le devons à VGE et J. Chirac.
L'islamisme est désormais implanté, le pire est à venir.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 15/09/2019 - 21:28
Pas d'accord, la 3ème
Pas d'accord, la 3ème génération n'était t pas spontanée..... Nos élites ne les ont pas suivis, mais précédés, et motivés..... Ils espéraient de nouveaux électeurs pour remplacer les ouvriers embourgeoisés pendant les 30 glorieuses.