En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > France
Impact à Montpellier, Toulouse et Perpignan
Intempéries : le trafic SNCF fortement impacté dans le sud de la France jusqu'au 4 novembre
il y a 1 heure 15 min
pépite vidéo > International
Tentative d'apaisement
Chili : le président Sebastian Piñera demande pardon et propose des mesures sociales
il y a 2 heures 57 min
light > Science
Big One ?
Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité
il y a 5 heures 55 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 6 heures 57 min
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 8 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 10 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 11 heures 41 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 12 heures 39 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 13 heures 19 min
Jamais mieux servi que par soi-même
Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel
il y a 2 heures 14 min
pépites > Politique
Polémique maltaise
Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission
il y a 4 heures 17 min
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 6 heures 27 min
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 7 heures 33 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 9 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 11 heures 12 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 59 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 13 heures 32 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
UE

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

Publié le 14 septembre 2019
Cette semaine la future présidente de la Commission européenne a créé la polémique lorsqu'elle a décidé de nommer le portefeuille consacré aux migrations "protéger notre mode de vie européen".
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine la future présidente de la Commission européenne a créé la polémique lorsqu'elle a décidé de nommer le portefeuille consacré aux migrations "protéger notre mode de vie européen".

Atlantico.fr : A la suite de la polémique, Ursula von der Leyen a précisé dans un tweet ce qu'elle entendait par "mode de vie européen" en citant l'article 2 du Traité de Lisbonne. Article qui définit, entre autres, le respect de la dignité humaine, l'égalité, la démocratie... comme étant des valeurs communes aux Etats membres. A l'heure actuelle, ces valeurs sont-elles réellement menacées ? Pourquoi ?

Christophe Bouillaud : Si l’on se place d’un point de vue historique, il ne faut pas exagérer la menace. Les divers classements internationaux des pays en matière de libertés publique et de démocratie effective voient toujours les pays européens aux premières places, en particulier les pays scandinaves. En moyenne, les habitants de l’Union européenne – nationaux d’un pays de l’Union ou étrangers ayant la nationalité d’un pays extra-européen – vivent dans une situation très favorable du point de vue de toutes ces valeurs, qui résument en fait tout ce qui a été rejeté au XXème siècle, en particulier les deux totalitarismes opposés. Nous ne sommes plus dans les années 1920-1990, où il faut le rappeler une bonne partie des pays européens vivaient sous des régimes dictatoriaux, autoritaires ou même totalitaires, qu’ils soient de droite ou de gauche d’ailleurs. Il faut remarquer d’ailleurs que des pays européens, qui ne sont pas membres de l’Union européenne, respectent tout aussi bien ces valeurs que les pays membres. On aura du mal à ne pas dire que la Suisse, la Norvège et l’Islande ne respectent pas eux aussi ces valeurs ainsi exprimées sur un plan très général. De même, les pays candidats – en dehors de la Turquie – ne sont pas en si mauvaise voie de ce point de vue – surtout si l’on se rappelle où ils en étaient en 1950.

Par contre, il est vrai que, dans certains pays européens membres de l’Union, le respect de l’Etat de droit ou du pluralisme sont menacés. La Hongrie, la Pologne, la Roumanie ou même la République tchèque peuvent inquiéter de ce point de vue. Sur un plan très général, on peut aussi noter que la lutte contre le terrorisme a eu tendance à prendre le pas dans beaucoup de législations nationales sur la défense des libertés publiques. La manière de contrôler les mouvements sociaux ou politiques, comme l’indépendantisme catalan en Espagne ou le mouvement dit des « Gilets jaunes » en France, n’est pas exemplaire de ce que pourrait être une vraie gestion libérale des conflits.

Surtout, avec la crise économique engagée en 2008 et dont les plaies sociales sont loin d’être refermées, l’Union européenne a failli à assurer l’égalité et la dignité,  la justice et la solidarité qu’elle se promettait d’instaurer au profit de ces habitants. L’augmentation de la pauvreté, voire de la misère, dans certains pays, ne correspond pas à ces valeurs.

Edouard Husson : Je voudrais d’abord que nous observions la dérive profonde des institutions européennes. Madame von der Leyen se comporte comme si la Commission était un super-gouvernement européen. L’éventail est encore plus large que ce que pourrait proposer un gouvernement national. On est très loin de la vocation originelle de la Commission européenne, purement technique. Que signifie « démocratie et démographie »? Ou bien « Voisinage et élargissement »?

C’est d’abord dans ce contexte là qu’il faut lire le « protéger le mode de vie européen ». Quand on a un minimum le sens de l’état de droit, on ne peut qu’être effrayé par des intitulés qui ne sont, pour certains d’entre eux, ni techniques ni politiques mais (pseudo-)philosophiques, existentiels. Avant même de critiquer tel ou tel intitulé, il faut faire une critique générale. Nous assistons en direct à la dérive du projet européen d’origine; et, surtout, à la fin de la politique. On éloigne l’Union Européenne encore plus des électeurs. La démocratie est encore plus mise de côté.

En nommant le portefeuille dédié à l'immigration "protéger le mode de vie européen" la nouvelle présidente de la Commission européenne semble indiquer que les flux migratoires sont les menaces principales qui pèsent sur nos valeurs. L'immigration met-elle réellement en danger les valeurs européennes ?

Christophe Bouillaud : Oui et non. D’une part, la vraie menace pour ces valeurs issues de la Seconde Guerre Mondiale et de la Guerre Froide, c’est que, ni les pays européens individuellement, ni l’Union collectivement, ne savent gérer les crises migratoires dans la périphérie immédiate de l’Europe sans recourir à des arrangements avec le droit humanitaire qu’ils prétendent par ailleurs respecter. Depuis les années 1990, sur une suggestion de Tony Blair alors Premier Ministre britannique, l’Union recherche de plus en plus à déléguer la gestion des flux à des pays tiers, sans être trop regardant sur ce qui se passe dans ces pays tiers. L’histoire de la gestion par la Libye des flux migratoires vers l’Europe n’est pas très conforme aux valeurs affichées par l’Union européenne. A dire vrai, à l’autre bout du monde, l’Australie, très démocratique pourtant, très attachée à ces mêmes valeurs humanistes, ne fait guère mieux, voire sans doute pire. Pour l’instant, aucune société libérale et démocratique, européenne ou non d’ailleurs, ne sait concilier l’affichage de valeurs humanistes et la dérogation avec ces mêmes valeurs face à un afflux, perçu comme excessif, de migrants de toute nature. Cela nous condamne donc au double langage et à l’hypocrisie – ce qui bien sûr affaiblit ces mêmes valeurs dont nous nous réclamons.

D’autre part, comme le montre la sociologie classique des migrations, il se trouve qu’en général les migrants ne sont pas hostiles au mode de vie du pays qu’ils veulent rejoindre. L’immigrant subsaharien qui vient en Europe vise en fait à améliorer son niveau de vie, et à vivre sur un standard de confort matériel et de sécurité, qui n’existe pas dans son pays. Les migrants qui viendraient en Europe avec le but explicite d’y imposer une certaine vision du monde ne sont qu’un phénomène marginal. Par contre, à l’insu de leur plein gré si j’ose dire, ils changent nécessairement les choses. Aux Etats-Unis, avec l’immigration latino-américaine, l’espagnol ne peut que devenir une langue véhiculaire plus importante – comme le furent d’ailleurs l’allemand, le norvégien ou le russe quand ces immigrations furent importantes. De même, en Europe, un immigré  musulman  ou animiste ne perd pas toute sa socialisation en matière religieuse du simple fait qu’il immigre. Cela veut dire que la composition religieuse de la population européenne ne peut que changer. En même temps, l’Europe se trouve être l’une des parties du monde qui a connu aux temps modernes le plus de mésaventures avec le pluralisme religieux. Or nous avons inventé au fil du temps pour éviter les conflits divers dispositifs (la laïcité en France par exemple). Pour le coup, en principe, ce défi du pluralisme religieux devrait être dans les cordes des pays européens. Ce n’est certes pas du tout évident – car ce ne l’est nulle part dans le monde -, mais c’est faisable.

Edouard Husson : L’Union Européenne confirme qu’elle tend, actuellement, vers la mort de la politique en Europe. C’est un pouvoir totalitaire que celui qui prétend « protéger un mode de vie ». A vrai dire, là, c’est l’ambition qui est totalitaire parce que les moyens de la mise en oeuvre n’existent pas. C’est une sorte de condensé de toute l’impuissance paralysante que représente l’actuel fonctionnement de l’Union. Ensuite, l’immigration n’est pas seulement une question de mode de vie; ou plutôt, la politique - et a fortiori la Commission européenne - n’a pas à s’occuper de nos modes de vie. La question qui se pose, c’est celle de la passivité de nos Etats et de nos sociétés face à l’immigration non régulée, non contrôlée et que différents groupes de pression essaient de rendre impossible à arrêter. Une immigration choisie en fonction de la compétence des arrivants pour l’économie européenne ou limitée à d’authentiques réfugiés politiques, en petit nombre, ne représente pas un danger. Ce que nous subissons depuis des années, du fait de l’aboulie de nos gouvernements, de l’idéologie d’une partie de nos élites et de la surenchère moralisante entre Berlin et le Saint-Siège représente un danger majeur non pas pour le « mode de vie européen » mais pour la citoyenneté, la démocratie, l’état de droit.

Quand on laisse entrer massivement des musulmans, ce n’est pas d’abord une question de mode de vie (ce n’est qu’un symptôme), c’est une question de séparation des domaines, de laïcité: nous acceptons massivement les représentants d’une religion qui ne fait pas de distinction entre le domaine religieux et le domaine politique; qui n’accepte pas que les femmes aient les mêmes droits que les hommes. Si ces arrivants étaient peu nombreux, nous pourrions de manière réaliste leur imposer le respect de la laïcité, éduquer avec succès leurs enfants à l’école de la République. Dans les proportions entraînées, par exemple, par l’ouverture complète des frontières allemandes au dernier trimestre 2015, le travail d’intégration politique et d’assimilation à une culture de l’état de droit ne peut pas se faire. Vous pouvez lutter efficacement pour la liberté des femmes quand elles sont peu nombreuses à être concernées par la question du port du voile dans les espaces publics; pas quand elles sont dans un groupe nombreux. Bref, la question n’est pas d’abord le « mode de vie » mais l’abdication de la politique. 

Outre l'immigration, quelles sont les menaces pesant sur ces valeurs ? On pense par exemple au populisme, mais le sectarisme des progressistes n'est-il pas non plus une menace à part entière ?

Christophe Bouillaud : Il faut d’abord rappeler que les partis dits populistes ont tout de même eu la vertu essentielle d’introduire de la concurrence dans les systèmes partisans. En démocratie, la domination de tel ou tel parti ne doit pas être éternelle – ou alors on appelle cela une dictature... Des challengers doivent pouvoir s’affirmer. Après, bien sûr, ces partis populistes tendent à remettre, au moins partiellement, en cause ces valeurs européennes. Le parti espagnol Vox s’est ainsi fait connaître pour ses polémiques contre les politiques d’égalité de genre, or l’égalité hommes-femmes fait vraiment partie du socle des valeurs européennes. Cependant, il faut bien voir que tous ces partis acceptent l’idée que le pouvoir soit attribué à celui qui est majoritaire dans l’électorat. C’est déjà une belle rupture avec les idées réactionnaires du XIXème siècle qui niaient cette capacité de l’électorat à se choisir un chef. La vision d’un Orban d’une « démocratie illibérale » garde au moins l’idée de démocratie comme compétition électorale qui valide la légitimité du pouvoir.

Et, effectivement, certains de nos « progressistes » autoproclamés, en particulier ceux au pouvoir en France, ont parfois un peu tendance à oublier cette obligation d’être vraiment majoritaire dans l’électorat pour gouverner légitimement un pays, et pire encore, du point de vue de la défense des libertés publiques traditionnelles (liberté d’expression, liberté de manifester, honnêteté du débat public, etc.), ils ne sont pas exemplaires, malgré leurs infinies protestations de l’être. De fait, je doute de plus en plus que l’idée même de liberté politique – au sens qu’y avaient mis tous ceux qui se sont battus pour les libertés politiques depuis le XIXème siècle – fasse encore partie du ressenti d’une bonne part du personnel politique se réclamant pourtant de ces valeurs européennes. Il est vrai qu’aucun membre de ce personnel n’a eu à subir les effets d’une dictature pendant sa socialisation, et qu’il ne comprend sans doute même pas pourquoi les libertés publiques sont si importantes.

Edouard Husson : Le populisme n’est pas un danger pour les valeurs européennes: il est une réaction quasi-mécanique d’une partie des classes moyennes et populaires dépossédées de la démocratie. Il est une menace pour des milieux dirigeants hyper-individualistes à qui, au fond, des « valeurs européennes » sont totalement indifférentes. L’idéologie progressiste est essentiellement une expression de l’individualisme absolu amorcé dans les années 1960 et dont nous constatons de plus en plus les dégâts. Les progressistes entendent le populisme, le retour d’un sentiment national qui traduit la nostalgie de la cohésion sociale. Ils dosent alors leurs concessions formelles au climat politique de l’époque: la désignation d’un commissaire européen au « mode de vie européen » est l’exemple même d’une mesure destinée à brasser du vent pour faire croire aux peuples qu’on pense à eux. Ensuite, vous avez l’habituel théâtre d’ombres: les cris d’orfraies et les discours moralisants de la gauche.

La droite progressiste a pour rôle de faire semblant d’être la droite. La gauche se drape dans la grandiloquence de la défense des « valeurs européennes ». Mais il n’y a pas de valeurs européennes, il y a des valeurs universelles qui se sont incarnées dans l’histoire des sociétés européennes et qui pourraient continuer à s’y déployer pourvu que l’on se rappelle que la famille, la libre association, la cité, la nation sont les seules réalités au sein desquelles l’état de droit peut exister. Les menaces qui pèsent sur les valeurs en Europe, c’est la préférence donnée à l’individualisme absolu sur la protection des enfants, c’est le mythe des métropoles et des classes créatives sources de développement, c’est l’abolition des frontières nationales. Il n’y a pas de loi possible sans un territoire délimité sur lequel l’appliquer. Ce que nous propose Madame von der Leyen correspond à un nouveau type de régime politique: le totalitarisme grotesque. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 16/09/2019 - 09:03
La peur dans son magnifique habit de Lumière du RN ex FN
En fait en ayant peur des musulmans, cela veut dire avoir peur du Coran :)::) Ainsi tu fais passer comme message aux croyants du Coran, votre Dieu me fait Peur. Ainsi tu ne fais que conforter ceux des intégristes dans leur pouvoir sur les autres & réconforter ceux qui sont pour lâcher cette croyance d’arriérée.
Contente toi de critiquer le Coran, car Muhammad sait que son Dieu politique d'asservissement totalitaire & fasciste, n'existe pas.
En effet comment Dieu rejetterait, reviendrait en arrière, sur ce qu'il a fait dire, par la bouche de Jésus 600ans avant. Dieu ne peut faire, une régression sur sa volonté de vouloir améliorer l'homme vis à vis des autres, même des athées & plus encore des femmes.
Comment donner tous les pouvoir aux hommes sur des esclaves? & en ajoutant qu'elles peuvent être utilisées sexuellement (viol) Sourate 23 verset 1à 7. En fait Il n'y qu'un homme pour écrire ça. C'est un exemple parmi d'autres tout aussi débiles, aussi débile qu'un homme qui veut être le puissant des puissants. Dieu n'a aucunement besoin de ça.
clo-ette
- 15/09/2019 - 10:53
Le grand remplacement
est-il une chimère ? C'est une question .
celajun
- 15/09/2019 - 07:01
Indésirables dehors
Protéger le mode de vie européen, c'est interdire toute immigration musulmane et mettre dehors quasiment tous les immigrés des deux ou trois dernières années.