En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

Donald Trump n'est pas le plus gros donateur de sa fondation

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 11 heures 11 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 13 heures 42 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 15 heures 44 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 17 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 18 heures 15 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 11 heures 38 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 17 heures 4 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 17 heures 24 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 17 heures 36 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 17 heures 56 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 18 heures 9 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 18 heures 15 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Epandage politique

Pesticides : le gouvernement résiste sur les principes et lâche sur les symboles

Publié le 10 septembre 2019
Le gouvernement a ouvert un cycle de consultation autour d'un décret qui sera appliqué en 2020 et qui établira des distances minimales entre champs et habitations pour l'épandage de produits pesticides.
André Heitz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Heitz est ingénieur agronome et fonctionnaire international du système des Nations Unies à la retraite. Il a servi l’Union internationale pour la protection des obtentions végétales (UPOV) et l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement a ouvert un cycle de consultation autour d'un décret qui sera appliqué en 2020 et qui établira des distances minimales entre champs et habitations pour l'épandage de produits pesticides.

Atlantico : Ces mesures contraignantes vous semblent-elles justifiées au regard d'autres pratiques de nos concitoyens dans leur quotidien ?

André Heitz : Je vais prendre notre cas personnel. Quand nos deux grands chiens, de ceux qu'on peut caresser sans avoir à se baisser, étaient traités contre les puces et tiques, c'étaient un (1) gramme de fipronil (le produit, interdit en agriculture, qui fut à la base d'un « scandale » d'œufs contaminés en 2017) qui se baladaient dans le jardin et dans la maison. Avec un autre produit, ce sont maintenant 16 millilitres et 7 grammes de substances non autorisées en agriculture en tout. Pour rappel, un litre de glyphosate épandu sur un hectare, c'est 0,1 millilitre (deux gouttes) par mètre carré.

Situation particulière ? Les diffuseurs d'anti-moustiques sont largement répandus. Personne ou presque ne lit les modes d'emploi. Pour les nôtres, il est précisé qu'il ne faut pas les utiliser dans des pièces où se trouvent des personnes âgées ou des enfants en bas âge.

Quand nous ouvrons une armoire, nous inhalons une bonne bouffée d'huile de lavande. C'est « naturel » donc, dans l'opinion publique, sans danger. Quant au placard sous l'évier, 60 Millions vient d'alerter à juste titre sur les produits ménagers et de proposer un « ménag'score ». 

Il est difficile de se prononcer sur le caractère justifié ou non des mesures envisagées ; mais force est de constater que grâce à l'impéritie politique et administrative aux niveaux européen et français, un activisme anti-pesticides (de synthèse) sans scrupules et fortement aidé par ses relais médiatiques a réussi à créer une psychose sur un problème certes pas anodin mais sans commune mesure avec celui que nous créons de bon gré dans nos intérieurs.

Et il va de soi que ces mesures contraignantes ne s'appliqueront pas quand il faudra lutter contre des vecteurs de maladies graves comme le moustique tigre.

 

Le gouvernement a expliqué qu'il respecterait les situations locales plutôt qu'une réglementation nationale. Quels sont les facteurs qui entrent en jeu et qui font qu'effectivement, les situations ne se ressemblent pas selon les régions ? 

Dans cette affaire, le gouvernement essaie de se sortir d'un guêpier. Le grand public retiendra les distances minimales de 5 et 10 mètres. Elles le sont par défaut et sont modulables ; on peut les réduire à 3 mètres, par exemple en cas d'utilisation de matériel de pulvérisation performant.

Ce seront des chartes établies au niveau départemental après vaste consultation de toutes les parties prenantes et après validation par le préfet qui définiront les conditions dans lesquelles un agriculteur pourra traiter sa culture – lire : produire notre alimentation – « à proximité des zones attenantes aux bâtiments habités et aux parties non bâties à usage d'agrément contiguës à ces bâtiments ».

On s'imagine bien que les activistes et les maires qui ont pris des arrêtés avec une distance « de sécurité » de 150 mètres (1.000 mètres à La Roque-Sainte-Marguerite dans l'Aveyron...) ne vont pas lâcher prise et se déjuger. Ce seront les pressions et manœuvres de toutes sortes qui définiront l'issue plutôt que les faits objectifs de toute manière difficiles à établir à l'échelle d'un département. Pour prendre un exemple, une école construite en plein milieu des vignes et ceinte par un simple grillage n'est pas dans la même situation qu'une école entourée par une haie haute et épaisse.

 

Sans qu'il soit question d'agriculture biologique dans cette consultation, le ministère de l'agriculture a parlé de transition agro-écologique. Pourtant, les produits phytosanitaires utilisés dans le bio sont-ils exempts de tout risque sanitaire ?

Les activistes du biobusiness ont évidemment mis une sourdine sur le fait que l'agriculture biologique utilise aussi, par nécessité, des produits phytosanitaires. Ils ne sont pas exempts de tout risque sanitaire et certains sont même préoccupants. N'eût été l'agriculture biologique fortement dépendante du cuivre pour des productions comme la vigne ou la pomme de terre, celui-ci aurait été interdit au niveau européen, en partie pour des raisons de santé publique.

Le projet d'arrêté exclut de son champ d'application les « produits de biocontrôle [et] produits composés uniquement de substances de base ou de substances à faible risque ». Pour une fois, le gouvernement a été cohérent : selon ma lecture du texte, les produits utilisables en agriculture biologique seront aussi bannis des bandes de 5 ou 10 mètres (ou plus)... mais ils ne le sont pas des jardins des riverains.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ourston
- 11/09/2019 - 00:02
Interdictions à venir
Quoi de plus polluant que la voiture, honnie par les écolos. En toute logique, les maires devraient interdire la circulation automobile à moins de 100m de toute habitation!
pierre marie
- 10/09/2019 - 10:15
Ce sont les agriculteurs bio qui vont bien être embêtés
Leurs pesticides favoris sont concernés : pyrèthre, Spinosad, Azadirachtine, cuivre, soufre...

Produire des pommes, du vins ou des légumes bio va devenir compliqué près des maisons...

Et que ce passera-t-il quand on aura repéré de l'ambroisie allergisante dans cette bande "zéro traitement" ? Ou du datura toxique ?

Le tout d'autant plus drôle que nombre insecticides "dangereux, interdits en agriculture" sont largement utilisés pour les puces de nos chiens et les poux de nos chers enfants...

Enfin, l'important c'est de se sentir supérieur aux "crétins attardés de paysans".
Vieille tradition bourgeoise française.


Benvoyons
- 10/09/2019 - 10:12
"Les produits phytosanitaires utilisés dans le bio sont-ils
exempts de tout risque sanitaire ? & bien non évidemment, il suffit de lire le PDF officiel, des produits pour les Maraichers Bio
http://www.grab.fr/wp-content/uploads/2010/09/3-Produits_phyto_bio_mara%c3%aechage-ca-84-2014.pdf
Arguments des écologistes ils sont moins nocifs ( nouvelle valeur Scientifique :)::))& en oubliant de dire qu'ils sont passés 4 à 5 fois pendant UNE production.