En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

03.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

07.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Premier "flic" de France : le jour où Christophe Castaner est devenu ministre de l’Intérieur

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

"Le Bouquet de tulipes" : la provocation de Jeff Koons face à un marché démesuré de l’art contemporain et un pied de nez à la mairie de Paris

il y a 1 heure 4 min
décryptage > International
Victimes

Syrie : qui peut sauver les populations civiles d’Idlib ?

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Société
Nuances

Tempête sur les César : ces fondamentaux de la nature humaine que ne comprennent pas les guérilleros de la justice morale

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Science
Un jour de plus

29 février : si vous pensez savoir à quoi nous devons les années bissextiles, voilà pourquoi l’explication réelle est plus complexe

il y a 1 heure 5 min
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 15 heures 37 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 17 heures 12 min
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 20 heures 22 min
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 21 heures 57 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

il y a 22 heures 21 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la crise des Gilets jaunes a conduit Emmanuel Macron à s’appuyer sur le soutien des maires de France et à renouer le dialogue avec les citoyens et les élus à travers le Grand débat national

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le discours de François Fillon au Trocadéro : un des tournants majeurs de la campagne présidentielle de 2017

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Europe
Stratégie de communication

Voiture bélier au carnaval de Volkmarsen : le silence risqué des autorités allemandes

il y a 1 heure 5 min
décryptage > International
Bon côté des choses

Politique, économie, progrès scientifique : la crise du coronavirus va peut être nous rendre intelligents et chasser les sorciers et autres porteurs de fake news

il y a 1 heure 5 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Ségolène Royal amoureuse d’un banquier belge; Laeticia Hallyday devient américaine; Céline Dion veut adopter une petite fille; La fille adoptive de Spielberg se lance dans le porno; Genoux ou glouglou ? Johnny Depp ne tient plus debout, Madonna à peine
il y a 1 heure 5 min
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 16 heures 23 min
pépite vidéo > International
Immigration
Après la mort de 33 de ses soldats en Syrie, la Turquie décide de ne plus bloquer les migrants à sa frontière
il y a 18 heures 39 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 21 heures 37 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 22 heures 5 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 22 heures 32 min
© Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
© Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
Avenir de la droite

Adroits et à droite : le visage de la génération des jeunes LR

Publié le 06 septembre 2019
Le Campus national des Jeunes Républicains du Touquet débute ce vendredi et se poursuit ce week-end. La jeunesse de droite semble être en rupture avec les leaders d'une autre génération.
Essayiste, diplômé de Sciences Po, il a débuté sa carrière au cœur du pouvoir législatif et administratif avant de se tourner vers l'univers des start-up. Il a coécrit avec Dimitri Casali L’histoire se répète toujours deux fois (Larousse, 2017).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Geoffroy Lejeune est un journaliste français. Il est le directeur de la rédaction du magazine Valeurs actuelles depuis 2016.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Gracia
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Essayiste, diplômé de Sciences Po, il a débuté sa carrière au cœur du pouvoir législatif et administratif avant de se tourner vers l'univers des start-up. Il a coécrit avec Dimitri Casali L’histoire se répète toujours deux fois (Larousse, 2017).
Voir la bio
Geoffroy Lejeune
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Geoffroy Lejeune est un journaliste français. Il est le directeur de la rédaction du magazine Valeurs actuelles depuis 2016.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Campus national des Jeunes Républicains du Touquet débute ce vendredi et se poursuit ce week-end. La jeunesse de droite semble être en rupture avec les leaders d'une autre génération.

Atlantico.fr :  Le campus national du Touquet des jeunes LR commence aujourd'hui et va se poursuivre tout le week-end. La jeunesse de droite semble être s'éloigner idéologiquement de ses aînés. Entre les idées d'un Erik Tegnér, ou celles d'Aurélien Pradié, diriez-vous que la jeunesse de droite est en rupture avec les leaders qui viennent d'une autre génération ? Sur quels points en particulier ? 

Olivier Gracia : La question générationnelle n'a jamais été un problème pour la jeunesse de droite. Ce n'est pas une rupture générationnelle mais une rupture pragmatique dans le sens où lorsque la jeunesse de droite ne trouve pas de leader à la hauteur de ce qu'elle ambitionne, elle est évidemment divisée. D'une part par une partie libérale réformiste qui se retrouve parfaitement dans Emmanuel Macron. On ne peut pas cacher qu'une partie de la jeunesse de droite apprécie et soutient le quinquennat Macron. D'autre part, une jeunesse de droite toujours fidèle au parti Les Républicains qui reste minoritaire, à savoir quelle qu'en soit l'incarnation du leader. Puis une jeunesse de droite également plus identitaire qui a pu rejoindre les rangs du Rassemblement national même si cela reste relativement marginal. 

Aujourd'hui, il y a une jeunesse de droite complètement éclatée et finalement cela a toujours existé dans le sens où l'image de la droite n'a jamais été une seule et même droite. Il y a toujours eu des courants de pensée mais malheureusement pour la jeunesse de droite, il n'existe pas à ce jour de leader comme Nicolas Sarkozy l'avait été en 2007, capable de réconcilier toutes les opinions. Cela est précisément intéressant avec la droite en France, à partir du moment où la droite se dote d'un chef, quelles qu'en soient ses préférences, ses orientations idéologiques. Si ce chef a l'autorité nécessaire et suffisante et l'incarnation individuelle charismatique, il est capable de faire taire les divergences idéologiques et de faire naître un seul et même objectif. Cela a été le cas de Nicolas Sarkozy en 2007. Aujourd'hui, depuis Nicolas Sarkozy, tous les patrons de la droite ont échoué à cette mission qui consistait à rassembler au-delà des clivages de la droite. 

On en revient à cette question : ce n'est pas idéologique, ce n'est pas rationnel mais cela est une question individuelle et une question de chef. Tant que la droite n'aura pas un chef digne de ce nom, elle sera éclatée plus que jamais. Les jeunes républicains sont évidemment tous dans l'attente. Il est tout à fait possible que des républicains qui avaient déserté pour le parti macronien, l'aile gauche des LR ou pour le parti de Marine Le Pen, son aile droite, reviennent aux Républicains parce qu'ils y trouveraient le sens de leur engagement. A ce jour, la jeune droite ne peut pas s'identifier à un parti sans chef et marginalement sans idéologie non plus. Il est très compliqué depuis le départ de Laurent Wauquiez de mettre un marqueur idéologique clair Les Républicains. D'autant plus que les candidats qui se présentent aujourd'hui à sa tête ne sont pas pour certains républicains des leaders capables de rassembler. 

Geoffroy Lejeune : Il faut déjà savoir de quoi on parle quand on aborde le thème de "jeunesse de droite". Par exemple, au sujet d'Erik Tegnér : lorsqu'il était candidat pour la présidence des jeunes Républicains, il avait organisé une soirée sur une péniche remplie de jeunes. Aujourd'hui, il est très compliqué de retrouver autant de jeunes dans un rassemblement républicain. La jeunesse de droite ne se retrouve a priori pas seulement dans les partis. Elle est un peu mouvante, hésite, et se sent chez elle dans tous les partis. Elle ne peut pas uniquement se réduire aux militants engagés qui collent des affiches etc. Il y a aussi une jeunesse militante  qui n'est pas encartée et qui compose le plus gros des troupes de cette jeunesse de droite. 

En revanche, de ce que j'en observe, elle est en effet extrêmement éloignée pour une raison simple : elle a été la spectatrice de l'échec de ses aînés. Aujourd'hui, un jeune de droite reproche à Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et ceux qui arrivent juste après, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand et Laurent Wauquiez, d'avoir gouverné la France pendant quinze ans sans avoir réussi à la changer. Cela vaut pour les questions régaliennes, c'est-à-dire les grandes promesses de Sarkozy sur l'insécurité, l'immigration, la progression de l'islam. Cela vaut aussi le reste pour les réformes économiques, les retraites, la dépense publique… 

La droite qui a gouverné depuis quinze ans a déçu son électorat, si bien que la jeunesse ne se reconnait pas dans des leaders décevants. Elle attend une plus grande radicalité dans les propositions et surtout une plus grande efficacité dans les actions. C'est d'ailleurs tout le défi des jeunes générations engagées politiquement à droite : retrouver la confiance de ces personnes-là qui ne le la leur accordent pas pour l'instant.  

Cette impression de rupture vient-elle d'un contrôle moins important, par les leaders de la droite, du recrutement des jeunes LR ? 

Olivier Gracia : Ce n'est pas qu'il y ait moins de contrôles. D'une part, je pense qu'il y a une baisse drastique du militantisme politique dans le sens où la jeunesse de droite ne peut pas se limiter à une jeunesse attitrée à un parti politique avec une carte d'adhérent. Emmanuel Macron a été le premier à faire ce diagnostic : de la désertion des partis traditionnels politiques et des systèmes politiques. Aujourd'hui, toute une jeunesse de droite n'est ni républicain, ni chez En Marche!, ni au Rassemblement national. C'est une désertion du travail et de l'appareil militant. La politique se conçoit autrement à ce jour que dans la sphère du militantisme. Elle se fait dans la sphère du privé, de la création d'entreprise, du think tank qui pullule partout. Il n'y a donc plus d'unité et d'endroit où la jeunesse se retrouve. Evidemment, les Républicains en perte de vitesse perdent aussi à l'évidence un nombre d'adhérents considérable. 

Geoffroy Lejeune : Quand Nicolas Sarkozy avait été candidat aux élections présidentielles, il y avait eu un boom de recrutements de jeunes venus faire cette campagne, qui étaient enthousiastes. Le phénomène que l'on peut observer est qu'il y a un tarissement de jeunes républicains ou de jeunes engagés à droite, en tous cas dans ce parti. Aujourd'hui, il y a de moins en moins de raisons  pour un jeune de droite d'adhérer à ce parti. La campagne pour la présidence des Républicains en ce moment donne assez peu de raisons à quelqu'un entre 18 et 25 ans de s'engager en politique et de tracter pour Christian Jacob. Il y a un phénomène de dégoût et de désintérêt massif qui se resserre de plus en plus sur son noyau sociologique, c'est-à-dire des personnes plus âgées, plus installées. Le Rassemblement national en revanche a beaucoup plus de militants jeunes. 

A l'époque au contraire, il y avait un phénomène d'adhésion de masse et zéro contrôle. Je ne crois pas qu'il y ait eu de processus de freinage de recrutement d'adhérents pour faire attention aux profils qu'ils avaient. Dans un mouvement de jeunes, on parle assez peu d'idéologie, c'est essentiellement le collectif, la combativité, le collage et le tractage. 

Y a-t-il une composante libérale dans cette jeunesse ? Qu'est-ce qui explique, selon vous, cette absence ?

Olivier Gracia : Bien sûr. Il existe une conjoncture libérale à l'évidence qui fait partie de la droite et de l'ADN en France. C'est lié à tout le travailleur qu'à entreprit l'extrême droite : une remise en question du libéralisme économique, une remise en question de la mondialisation avec un goût certain pour l'Etat providence interventionnel. Il y a alors toujours un marqueur libéral dans la jeunesse républicaine de droite mais une autre partie de ces jeunes se reconnaît davantage dans les vertus de l'Etat providence que dans le libéralisme tel qu'il est défendu par Emmanuel Macron. Les choses ne sont pas aussi simples. Cela reste à l'évidence le marqueur le plus fort de la droite parce que la valeur de liberté reste la valeur la plus forte de la construction de la droite en France ; le libéralisme étant un dérivé de la liberté. Quand on parle de libéralisme, il y a un peu deux modèles qui s'opposent.

Geoffroy Lejeune : La question économique n'est pas celle qui les intéresse le plus. J'observe d'après certaines de mes rencontres, que le vrai sens d'intérêt de la jeunesse est d'incarner une droite des valeurs qui ne renonce pas et surtout qui réussit à agir une fois au pouvoir. Le clivage économique arrive dans les têtes au moment où les jeunes commencent à payer des impôts, généralement vers 25 ans, ou lorsqu'ils commencent à travailler. Il y a sans doute une composante libérale, même si le message que j'entends le plus c'est que les jeunes sont des personnes qui s'engagent pour que la droite ressemble à la droite, qu'elle s'assume et qu'elle n'ait plus peur de la gauche et qu'elle incarnera des idées qu'elle mettra en place une fois au pouvoir. C'est cela qui motive vraiment à rejoindre le parti.   

Propos recueillis par Marianne Lecach

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

03.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

07.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 07/09/2019 - 01:29
Sans contrôle des élus* la démocratie est un leurre
Les 2/3 des "représentants du peuple" doivent être évincés pour cause de cacophonie et de coût (680 000 en France).
Parmi les retraités des circonscriptions contigües à la sienne on en désigne au sort disons une douzaine pour assister les élus du 1er cercle pour les assister avec toutes les sanctions de droit en cas de succès comme d'échec.
JG
- 06/09/2019 - 20:45
@ganesha bis
3°) Proposition 63 : rester aux 35 heures....pour quelqu'un comme moi qui travaille plus de 60 heures par semaine depuis 40 ans, cela me fait bien marrer....
4°) Proposition 67 : Imposer un stage d'internat dans les déserts médicaux : comment les internes vont-ils faire pendant ces 6 mois : abandonner leur logement dans les grandes villes, louer une deuxième logement? (avec 1500 euros/ mois...laissez moi rire)
5°) Proposition 69 : 5ème risque = quel financement ? Cotisations supplémentaires alors que entreprises et salariés payent déjà les charges les plus lourdes du monde ?
Et je ne parle même pas des propositions fiscales (74 à 80) dont aucune n'est financée (ou alors il faut le préciser...) et certaines sont débiles ou parfaitement démago : la plupart des gens assujettis à l'ISF (proposition 74) le sont par l'augmentation du prix de l'immobilier dont ils ne sont absolument pas responsables et ils n'ont parfois même pas de quoi le payer !!

Comme toujours avec les hommes politiques qui n'y connaissent rien à l'économie : "on rase gratis", "Ca ne coûte rien, c'est l'Etat qui paye"
JG
- 06/09/2019 - 20:36
@Ganesha
Je vote MLP depuis un certain temps donc je n'ai aucune leçon à recevoir.... mais je déplore son débat lamentable contre Macron et je connais suffisamment de monde au RN pour pouvoir affirmer qu'elle ne s'est absolument pas préparée à ce débat malgré les avertissements de nombre de ses conseils...donc "faute de mieux" comme je l'ai dit, je continue à voter MLP
Quant à ses propositions....je suis bien évidemment d'accord avec un grand nombre d'entre elles, néanmoins
1°) proposition 52 : Retraite à 60 ans avec 40 ans de cotisations : comment on finance avec 1,7 actif pour 1 retraité et bientôt 1,5 pour 1 : totalement irréaliste. Je vous rappelle que la retraite par répartition ne marche que si l'on fait des enfants et si les retraités ne vivent pas trop vieux. Nous sommes dans le sens contraire en ce moment, donc retraite à 65 ans pour tout le monde (comme avant Mitterrand...) sauf pour carrière particulièrement longue ou travaux pénibles.
2°) proposition 60 : baisser les tarifs de gaz et d'électricité de 5% : avec quoi on finance les investissements indispensables dans les nouvelles centrales nucléaires....