En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 10 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 11 heures 13 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 12 heures 53 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 16 heures 38 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 16 heures 58 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 17 heures 39 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 18 heures 48 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 19 heures 21 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 20 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 10 heures 56 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 12 heures 3 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 13 heures 28 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 16 heures 1 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 16 heures 50 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 17 heures 11 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 18 heures 4 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 19 heures 45 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 20 heures 22 min
© INA FASSBENDER / AFP
© INA FASSBENDER / AFP
Fiabilité

Tests de Biocheck : une fraude à grande échelle dans l’affaire des "pisseurs" de glyphosate ?

Publié le 05 septembre 2019
Des Français ont fait des tests de glyphosate dans leurs urines. Afin de vérifier la fiabilité du laboratoire BioCheck qui réalise ces tests, des agriculteurs du Morbihan ont réalisé un test d'urine à l'hôpital de Vannes avec la méthode de la chromatographie.
Marcel Kuntz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale. Il est Médaille d'Or 2017 de l'Académie d'Agriculture de France ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des Français ont fait des tests de glyphosate dans leurs urines. Afin de vérifier la fiabilité du laboratoire BioCheck qui réalise ces tests, des agriculteurs du Morbihan ont réalisé un test d'urine à l'hôpital de Vannes avec la méthode de la chromatographie.

Atlantico.fr : Depuis quelques mois, des milliers de Français font des tests de glyphosate dans les urines. Ces "pisseurs volontaires" portent ensuite plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui, tromperie aggravée et atteinte à l'environnement". Afin de vérifier la fiabilité du laboratoire allemand BioCheck, qui effectue la totalité de ces tests débouchant tous sur un résultat alarmiste (100% de contamination, même dans le lait maternel), une vingtaine d'agriculteurs du Morbihan ont choisi de faire le test d'urine à l'hôpital de Vannes. Celui-ci propose la méthode de la chromatographie, une méthode séparative qui permet l'identification et le dosage des différents composants d'un mélange. Le résultat est sans appel : négatif pour tous les tests. Qu'est-ce que cela révèle de la fiabilité des tests de glyphosate ?

Marcel Kuntz : Réaliser des tests de détection, quelle que soit la molécule recherchée, nécessite de la rigueur scientifique. Le test détecte-t-il la molécule recherchée ? Détecte-t-il aussi d’autres molécules, donc produit-ildes faux-positifs ? En l’occurrence le test BioCheck repose sur l’utilisation d’anticorps produits pour se fixer sur le glyphosate. Le test, dans son ensemble, est donc capable de détecter et doser cette molécule. En revanche, concernant la seconde question, tous les spécialistes savent qu’il existe un risque non-négligeable qu’un anticorps se fixe également sur d’autres molécules. Même si cette détection n’a pas la même « efficacité » (scientifiquement on parle d’affinité), le signal produit peut être important si les autres molécules sont présententes en concentration élevée.

Un premier suspect susceptible d’entrainer des faux positifs était l’AMPA, un métabolite du glyphosate et aussi de détergents courants. Le fait que cela ne semble pas le cas a amené certains à conclure, un peu hâtivement, que le test détecte bien le glyphosate dans les urines. C’est ignorer qu’il peut y avoir d’autres sources de faux positifs sans lien avec le glyphosate. Notamment dans un liquide complexe comme l’urine. Il faut savoir que le test en question a été mis au point pour détecter le glyphosate dans l’eau, notamment pour les captages d’eau potable, ce qu’il fait bien, à faible coût. Mais il n’a pas été validé pour l’urine !

Le test utilisé suite à la démarche de ces agricultures du Morbihan, qui repose sur une séparation des molécules par chromatographie, est plus fiable et … plus cher !

Cette question est désormais éminemment politique. Qu'en sera-t-il des démarches judiciaires mises en œuvre à la suite des tests de BioCheck ?

Le scientifique que je suis est tenté de recommander à la justice de classer ces plaintes sans suite. Mais je vais résister à cette tentation, car je n’ai aucune légitimité à dire ce que la justice doit faire… Elle pourra, seule, constater que ces plaintes sont une tentative d’instrumentaliser l’autorité judiciaire dans le cadre d’une entreprise politique. En effet la question du glyphosate a toujours été politique. Si des activistes anti-pesticides ont procédé à ces « détections » du glyphosate, cela participeà la longue campagne visant à faire interdire cet herbicide et tous les « pesticides » (sont uniquement visés, par idéologie, ceux de « synthèse », en ignorant les pesticides utilisés en agriculture biologique). Ces activistes tentent d’imposer par la peur leur vision politique de l’agriculture, essentiellement anti-capitaliste et anti-moderne. Certes l’agriculture a généré des pollutions, mais il ne faut pas nier la capacité des agriculteurs à réduire leur impact environnemental, ce qu’ils font depuis des décennies.

Il est consternant que le gouvernement se soit aligné sur les désinformations anti-glyphosate, dans le sillage du seul avis du Centre International de Recherche sur le Cancer, en méconnaissant que ce dernier est décrédibilisé par son noyautage par des anti-pesticides (dont certains en cheville avec les cabinets d’avocats qui espèrent de juteux honoraires suite aux plaintes contre Monsanto), et en ignorant qu’une douzaine d’agences scientifiques dans le monde, en Europe et même en France ont réfuté la dangerosité du glyphosate lorsque utilisé selon les pratiques recommandées.

Quel est l'impact de ces recherches sur notre connaissance actuelle des effets du glyphosate ?

Il est difficile d’émettre un avis définitif sur la seule expérience induite par ces agricultures du Morbihan. Scientifiquement, il serait intéressant d’avoir accès aux échantillons d’urine qui ont été soumis au test BioCheck, et de les soumettre au test chromatographique.

Ce que l’on peut dire, c’est que l’opération des anti-pesticides a réussi à imposer, dans la plupart des médias, que la présence du glyphosate dans l’environnement et les aliments est massive, au point de « contaminer » tout le monde. Ce test du Morbihan montre que cela n’est pas aussi simple.

Il faut également mentionner que la seule détection d’une molécule n’est pas synonyme de risque. Scientifiquement, le risque prend en compte la quantité à laquelle on est exposé. Si l’exposition est faible (par rapport aux niveaux toxiques), le risque est faible. Je ne discuterai pas ici d’éventuelles exceptions à cette règle de « la dose fait le poison ». Ce qui doit être souligné, c’est que les lobbies écologistes tentent d’imposer l’idée que la seule détection d’une molécule (de synthèse, en ignorant toujours la toxicité des molécules naturelles) est synonyme de toxicité. Cela est scientifiquement fallacieux. Si le gouvernement, et plus généralement l’Union européenne, cèdent à ces pressions ce sera une immense régression pour la gestion des risques.

Propos recueillis par Aliénor Barrière

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 06/09/2019 - 16:36
et ça vous étonne?
encore un our blanc qui va mourir
Hiris
- 06/09/2019 - 08:34
'Merci pour cet article
et souhaitons que la vraie voix des scientifiques soit enfin entendue et prise en compte dans ce ramassis de bobards écolos.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 05/09/2019 - 15:01
Très futé de la part de Bayer
Très futé de la part de Bayer (propriétaire de Monsanto) , qui produit le glyfosate.... Un labo Allemand détecte les surdoses, les plaignants se retournent contre l'état Français pour mise en danger.....
Les Allemands gagnent donc 2 fois, en vendant, puis en analysant... Les français perdent puisqu'ils paieront pour ne pas l'avoir interdit.