En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Cocasse
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 40 min 40 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 1 heure 49 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 4 heures 5 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 5 heures 7 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Religion
Double impasse

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

il y a 7 heures 3 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 1 heure 45 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 3 heures 33 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 6 heures 41 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 57 min
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Atlantico Business

Bulle de déraison : la déconnexion entre l’économie réelle et les marchés financiers se poursuit

Publié le 03 septembre 2019
D’un côté, une économie réelle qui donne des signes de ralentissement mondial. De l’autre, des marchés boursiers qui continuent de croître. Tous les symptômes de la crise cardiaque politique et sociale sont réunis et on ne dit rien.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D’un côté, une économie réelle qui donne des signes de ralentissement mondial. De l’autre, des marchés boursiers qui continuent de croître. Tous les symptômes de la crise cardiaque politique et sociale sont réunis et on ne dit rien.

La seule question que se posent les milieux daffaires internationaux est de savoir, combien de temps l’illusion de la prospérité infinie va-t-elle tenir. Combien de temps va-t-on pouvoir dissimuler les faiblesses de l’économie réelle par la spéculation monétaire et financière ? Combien de temps les opinions publiques peuvent-elle accepter un tel clivage entre l’économie réelle, qui marche mal et l'économie virtuelle qui donne l‘apparence de la richesse et du progrès ? Parce que, ce qui se passe en cette rentrée, est à l’opposé de toute logique.

1er point : Tous les signaux du ralentissement mondial de l’économie réelle sont allumés. La croissance mondiale a encore perdu plus de 1% depuis moins d’un an. Toutes les grandes places économiques piquent du nez. La Chine ralentit fortement même si les statistiques sont peu précises. L’Union européenne freine chez tous nos partenaires, et d’abord en Allemagne. L'économie américaine tient encore la route mais tire comme jamais sur les lignes de crédit budgétaires et extérieures que lui permettent son hégémonie militaire et monétaire.

Mais franchement, si l’été qui s’achève en France a calmé les gilets jaunes qui avaient essayé de paralyser la France pendant plus de six mois, cet été a par ailleurs chamboulé beaucoup d’équilibres dans le monde. La France n’est pas protégée des effets induits par la conjoncture internationale. Donald Trump a continué de souffler sur les braises de la guerre commerciale, ce qui réjouit sans doute une partie de son électorat mais qui inquiète le grand business. La Chine ne cède pas. Elle cèdera d’autant moins qu’elle est aux prises avec une montée des oppositions internes.

En Europe, lAllemagne sinterroge sur un changement de politique économique qui lui permettrait de puiser dans ses excédents budgétaires et d’enrayer la montée de son extrême droite très protestataire. En Grande Bretagne, Boris Johnson poursuit sa quête impossible de la quadrature du cercle. Offrir à ses électeurs une sortie de l’Union européenne sans en payer le prix. L’Italie se cherche une nouvelle coalition pour échapper à des élections qui donneraient les pleins pouvoirs à Salvini.

Bref, les horizons sont quand même très chargés et très confus.

2e point : les marchés financiers continuent de fonctionner comme si la météo était sans nuage. Tous les grands indices boursiers de la planète (New-York, Londres, Francfort, Paris, Shanghai, etc.) ont encore gagné entre 15 et 25% de valeur depuis le 1er janvier. Alors bien sur, les marchés sont parfois nerveux, fébriles, mais ça ne dure pas plus de 48 heures. Ils découvrent toujours une déclaration officielle venant d’une banque centrale ou d’une autre pour retrouver un coup de boost. Le week-end dernier, c’est Christine Lagarde qui a mis les choses au point sur la stratégie qu'elle entend conduire. Très simple, elle va continuer la tache de son prédécesseur. La future présidente de la BCE, a estimé « qu'il y avait encore de bonnes marges pour une éventuelle baisse des taux ». Encore un effort et on parlera officiellement de taux négatif. Alors, hier lundi, Wall Street était fermé en raison de la fête du Travail aux Etats-Unis, mais les Américains de Southampton Long Island, là où tout Wall Street passe ses week-ends, ne paraissaient pas traumatisés. Ils expliquent simplement qu’il n’y a " pas d'alternative à la Bourse", puisque s’il n’y a pas de rendement, il y a des liquidités. Et quand les liquidités débordent de la bourse ou des entreprises qui ne les prennent pas pour investir dans le risque, on achète de l’or ou de l’immobilier. A Paris, la pierre a franchi pour la première fois les 10 000 euros le m2 partout.

3e point, ce paradoxe ou cette déconnexion entre l’économie financière et l’économie réelle est alimentée par les politiques monétaires. De largent facile et pas cher. On a d’ailleurs battu un record historique au mois d’août puisqu’on a dépassé la barre des 17,000 milliards de dollars d'emprunts d'États ou d'entreprises à taux négatifs. Les taux d’intérêt sont à l'envers de ce que toutes les théories économiques nous ont appris. Les taux longs à 30 ans sont désormais moins chers que les taux courts à moins de deux ans. Bref, il vaut mieux emprunter à 30 ans quà un mois et cest partout pareil dans le monde.  En France, on emprunte a moins à moins 0,40 % sur 10 ans. En Allemagne, on emprunte à moins 0,70 %.

Donc le préteur paie pour placer son épargne. Tout se passe comme si on avait inventé et appliqué un taux d’imposition de l‘épargne investie. On paie si on épargne.

Cette situation est un héritage des médecines administrées au lendemain de la grande crise de 2008 pour sauver le système économique de l’asphyxie. Cette médecine a délivré les résultats attendus, mais comme la drogue a entraîné un phénomène d’addiction, on ne réussit pas à s’en défaire.

Les banques centrales continuent donc ces politiques accommodantes et quand elles prennent conscience des dangers, les chefs d’Etat font pression pour qu’elles continuent. C’est le cas des Etats-Unis où Donald Trump a compris que la politique monétaire généreuse était le seul moyen de sauver son économie de la récession. Il a besoin pour assurer sa réélection de délivrer des résultats tangibles, en pouvoir d’achat, en emplois faciles et mobiles et en effet richesse. Les cours de bourse donnent l’impression aux Américains d’être riches et cela grâce à Donald Trump.

Conclusion : Cette situation n’est évidemment pas tenable si elle ne génère que des progressions monétaires et finalement virtuelles. La politique économique doit délivrer des résultats réels en terme de progrès et d’assurance contre les risques de l’avenir.

La politique de taux zéro a un inconvénient, elle décourage les investissements à risque et accroît les inégalités entre ceux qui possèdent des actifs boursiers ou de l’immobilier et les autres.

Mais en théorie, une politique à taux zéro ou négatif pourrait offrir des opportunités de changement.

D’abord, parce que taux zéro ou négatif organise un transfert de richesse des rentiers vers les actifs. Les rentiers paient pour que leur rente soit protégée. Ave des taux positifs, les rentiers s’enrichissent par le rendement.

Ensuite, une politique de taux négatifs pourrait permettre de formidables investissement à long terme dont on a besoin. A la fois pour mettre en place des politiques sociales et de formation pour sortir des millions de gens de situation où ils n’ont pas de futur. Mais aussi, cette politique de taux bas pourrait permettre de financer des investissements que le marché refuse en partie de financer comme la transition énergétique ou la lutte pour la protection de l’environnement. Plutôt que créer des impôts nouveaux, laissons à l'épargne à taux négatif le soin de payer cet effort. Après tout, ce dont l’épargnant a besoin, c’est de protéger son avenir. La protection de l’environnement, la lutte contre le réchauffement climatique participent à cette projection. On a simplement besoin de recherche et d’investissements.

Les politiques sont assez peu enclins actuellement à utiliser ces formidables opportunités pour assurer les transformations structurelles et environnementales. Quel programme ! Parce que les moyens existent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 05/09/2019 - 07:55
Ce n'est pas le sujet, mais asservir les banques et coetera
tant que les financiers ne seront pas sous la coupe des véritables acteurs économiques que sont les entreprises (hors TOUS SÉVICES DE L’ÉTAT) nous n'auront aucunes chance de vivre dans des pays (presque) assagis sur le plan moteur.
salamander
- 04/09/2019 - 21:01
ajm
j'aimerais tant que vous ayez raison.si tel était le cas , les taux ne seraient pas négatifs.
on a m^me vu du "high yield" traiter à tx négatif.
Il y a une aberration dans le marché.
evgueniesokolof
- 04/09/2019 - 18:18
mais dormez bien
Bendidons nous indique ce que doivent faire les BC: acheter de l'or! Etonnant qu'il ne dise pas qu'elles devraient faire les vide-greniers