En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

04.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

05.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

06.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 1 heure 56 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 1 heure 52 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 6 heures 18 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 7 heures 47 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 10 heures 19 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 12 heures 22 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 12 heures 50 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 13 heures 33 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 14 heures 28 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 1 heure 21 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 2 heures 51 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 7 heures 26 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 9 heures 15 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 12 heures 14 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 12 heures 42 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 13 heures 26 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 13 heures 45 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 14 heures 17 min
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Atlantico Business

Bulle de déraison : la déconnexion entre l’économie réelle et les marchés financiers se poursuit

Publié le 03 septembre 2019
D’un côté, une économie réelle qui donne des signes de ralentissement mondial. De l’autre, des marchés boursiers qui continuent de croître. Tous les symptômes de la crise cardiaque politique et sociale sont réunis et on ne dit rien.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D’un côté, une économie réelle qui donne des signes de ralentissement mondial. De l’autre, des marchés boursiers qui continuent de croître. Tous les symptômes de la crise cardiaque politique et sociale sont réunis et on ne dit rien.

La seule question que se posent les milieux daffaires internationaux est de savoir, combien de temps l’illusion de la prospérité infinie va-t-elle tenir. Combien de temps va-t-on pouvoir dissimuler les faiblesses de l’économie réelle par la spéculation monétaire et financière ? Combien de temps les opinions publiques peuvent-elle accepter un tel clivage entre l’économie réelle, qui marche mal et l'économie virtuelle qui donne l‘apparence de la richesse et du progrès ? Parce que, ce qui se passe en cette rentrée, est à l’opposé de toute logique.

1er point : Tous les signaux du ralentissement mondial de l’économie réelle sont allumés. La croissance mondiale a encore perdu plus de 1% depuis moins d’un an. Toutes les grandes places économiques piquent du nez. La Chine ralentit fortement même si les statistiques sont peu précises. L’Union européenne freine chez tous nos partenaires, et d’abord en Allemagne. L'économie américaine tient encore la route mais tire comme jamais sur les lignes de crédit budgétaires et extérieures que lui permettent son hégémonie militaire et monétaire.

Mais franchement, si l’été qui s’achève en France a calmé les gilets jaunes qui avaient essayé de paralyser la France pendant plus de six mois, cet été a par ailleurs chamboulé beaucoup d’équilibres dans le monde. La France n’est pas protégée des effets induits par la conjoncture internationale. Donald Trump a continué de souffler sur les braises de la guerre commerciale, ce qui réjouit sans doute une partie de son électorat mais qui inquiète le grand business. La Chine ne cède pas. Elle cèdera d’autant moins qu’elle est aux prises avec une montée des oppositions internes.

En Europe, lAllemagne sinterroge sur un changement de politique économique qui lui permettrait de puiser dans ses excédents budgétaires et d’enrayer la montée de son extrême droite très protestataire. En Grande Bretagne, Boris Johnson poursuit sa quête impossible de la quadrature du cercle. Offrir à ses électeurs une sortie de l’Union européenne sans en payer le prix. L’Italie se cherche une nouvelle coalition pour échapper à des élections qui donneraient les pleins pouvoirs à Salvini.

Bref, les horizons sont quand même très chargés et très confus.

2e point : les marchés financiers continuent de fonctionner comme si la météo était sans nuage. Tous les grands indices boursiers de la planète (New-York, Londres, Francfort, Paris, Shanghai, etc.) ont encore gagné entre 15 et 25% de valeur depuis le 1er janvier. Alors bien sur, les marchés sont parfois nerveux, fébriles, mais ça ne dure pas plus de 48 heures. Ils découvrent toujours une déclaration officielle venant d’une banque centrale ou d’une autre pour retrouver un coup de boost. Le week-end dernier, c’est Christine Lagarde qui a mis les choses au point sur la stratégie qu'elle entend conduire. Très simple, elle va continuer la tache de son prédécesseur. La future présidente de la BCE, a estimé « qu'il y avait encore de bonnes marges pour une éventuelle baisse des taux ». Encore un effort et on parlera officiellement de taux négatif. Alors, hier lundi, Wall Street était fermé en raison de la fête du Travail aux Etats-Unis, mais les Américains de Southampton Long Island, là où tout Wall Street passe ses week-ends, ne paraissaient pas traumatisés. Ils expliquent simplement qu’il n’y a " pas d'alternative à la Bourse", puisque s’il n’y a pas de rendement, il y a des liquidités. Et quand les liquidités débordent de la bourse ou des entreprises qui ne les prennent pas pour investir dans le risque, on achète de l’or ou de l’immobilier. A Paris, la pierre a franchi pour la première fois les 10 000 euros le m2 partout.

3e point, ce paradoxe ou cette déconnexion entre l’économie financière et l’économie réelle est alimentée par les politiques monétaires. De largent facile et pas cher. On a d’ailleurs battu un record historique au mois d’août puisqu’on a dépassé la barre des 17,000 milliards de dollars d'emprunts d'États ou d'entreprises à taux négatifs. Les taux d’intérêt sont à l'envers de ce que toutes les théories économiques nous ont appris. Les taux longs à 30 ans sont désormais moins chers que les taux courts à moins de deux ans. Bref, il vaut mieux emprunter à 30 ans quà un mois et cest partout pareil dans le monde.  En France, on emprunte a moins à moins 0,40 % sur 10 ans. En Allemagne, on emprunte à moins 0,70 %.

Donc le préteur paie pour placer son épargne. Tout se passe comme si on avait inventé et appliqué un taux d’imposition de l‘épargne investie. On paie si on épargne.

Cette situation est un héritage des médecines administrées au lendemain de la grande crise de 2008 pour sauver le système économique de l’asphyxie. Cette médecine a délivré les résultats attendus, mais comme la drogue a entraîné un phénomène d’addiction, on ne réussit pas à s’en défaire.

Les banques centrales continuent donc ces politiques accommodantes et quand elles prennent conscience des dangers, les chefs d’Etat font pression pour qu’elles continuent. C’est le cas des Etats-Unis où Donald Trump a compris que la politique monétaire généreuse était le seul moyen de sauver son économie de la récession. Il a besoin pour assurer sa réélection de délivrer des résultats tangibles, en pouvoir d’achat, en emplois faciles et mobiles et en effet richesse. Les cours de bourse donnent l’impression aux Américains d’être riches et cela grâce à Donald Trump.

Conclusion : Cette situation n’est évidemment pas tenable si elle ne génère que des progressions monétaires et finalement virtuelles. La politique économique doit délivrer des résultats réels en terme de progrès et d’assurance contre les risques de l’avenir.

La politique de taux zéro a un inconvénient, elle décourage les investissements à risque et accroît les inégalités entre ceux qui possèdent des actifs boursiers ou de l’immobilier et les autres.

Mais en théorie, une politique à taux zéro ou négatif pourrait offrir des opportunités de changement.

D’abord, parce que taux zéro ou négatif organise un transfert de richesse des rentiers vers les actifs. Les rentiers paient pour que leur rente soit protégée. Ave des taux positifs, les rentiers s’enrichissent par le rendement.

Ensuite, une politique de taux négatifs pourrait permettre de formidables investissement à long terme dont on a besoin. A la fois pour mettre en place des politiques sociales et de formation pour sortir des millions de gens de situation où ils n’ont pas de futur. Mais aussi, cette politique de taux bas pourrait permettre de financer des investissements que le marché refuse en partie de financer comme la transition énergétique ou la lutte pour la protection de l’environnement. Plutôt que créer des impôts nouveaux, laissons à l'épargne à taux négatif le soin de payer cet effort. Après tout, ce dont l’épargnant a besoin, c’est de protéger son avenir. La protection de l’environnement, la lutte contre le réchauffement climatique participent à cette projection. On a simplement besoin de recherche et d’investissements.

Les politiques sont assez peu enclins actuellement à utiliser ces formidables opportunités pour assurer les transformations structurelles et environnementales. Quel programme ! Parce que les moyens existent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 05/09/2019 - 07:55
Ce n'est pas le sujet, mais asservir les banques et coetera
tant que les financiers ne seront pas sous la coupe des véritables acteurs économiques que sont les entreprises (hors TOUS SÉVICES DE L’ÉTAT) nous n'auront aucunes chance de vivre dans des pays (presque) assagis sur le plan moteur.
salamander
- 04/09/2019 - 21:01
ajm
j'aimerais tant que vous ayez raison.si tel était le cas , les taux ne seraient pas négatifs.
on a m^me vu du "high yield" traiter à tx négatif.
Il y a une aberration dans le marché.
evgueniesokolof
- 04/09/2019 - 18:18
mais dormez bien
Bendidons nous indique ce que doivent faire les BC: acheter de l'or! Etonnant qu'il ne dise pas qu'elles devraient faire les vide-greniers