En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

07.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 9 min 51 sec
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 31 min 55 sec
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 14 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 16 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 17 heures 51 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 19 heures 12 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 20 heures 16 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 21 heures 14 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 26 min 58 sec
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 14 heures 32 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 16 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 17 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 19 heures 10 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 20 heures 8 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 20 heures 22 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 21 heures 30 min
© Flickr/ steffenz
© Flickr/ steffenz
Manger avec Atlantico

Protéines végétales : pourquoi cette étude qui vous pousse à les consommer est à prendre avec précaution

Publié le 30 août 2019
Une nouvelle étude observationnelle parue dans le JAMA met en évidence une association entre un moindre risque de mortalité et une alimentation basée sur des protéines végétales. Une étude à prendre avec des pinçettes
Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy-André Pelouze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une nouvelle étude observationnelle parue dans le JAMA met en évidence une association entre un moindre risque de mortalité et une alimentation basée sur des protéines végétales. Une étude à prendre avec des pinçettes

Atlantico : Une nouvelle étude observationnelle parue dans le JAMA met en évidence une association entre un moindre risque de mortalité et une alimentation basée sur des protéines végétales. Pouvez vous décrire cette étude?

Guy-André Pelouze : Chaque semaine une étude observationnelle concernant l'alimentation est publiée sur différents sujets; il faut d'abord comprendre comment la majorité de ces études sont fabriquées. Dans le cas présent une population a été choisie dans laquelle on a exclu les personnes ayant une maladie chronique (maladies cardio-vasculaires, cancer, maladie auto-immune…) . Ces personnes remplissent un questionnaire alimentaire au début de l'étude. Plusieurs années après on dénombre les morts de toutes causes ou par maladie cardio-vasculaire ou par cancer.  Ce qui a été ciblé au départ, l’hypothèse, est la suivante: la consommation de protéines est elle associée à une sur ou à une sous mortalité dans les trois catégories que je viens de citer? En fin d’étude cette hypothèses est confrontée au dénombrement des décès. 

Le résultat le plus important de cette étude est que la consommation de protéines de toutes origines ou de protéines animales ne sont associées ni a une surmortalité ni a une sous mortalité. Les protéines en général et les protéines animales sont neutres vis à vis de la mortalité. 

La consommation de protéines en général est neutre et ce pour tous les quintiles c’est à dire pour tous les niveaux de consommation observés. Si l'on regarde la consommation de protéines animales ( les auteurs ont comptabilisé  les protéines animales comme suit: les protéines de poisson et fruits de mer, les protéines des animaux terrestres, les oeufs et les produits laitiers) il n'y a pas non plus de surmortalité ni toute cause, ni cardio-vasculaire, ni en rapport avec un cancer. Et ce quelle que soit la consommation. Autrement dit l'hypothèse selon laquelle la consommation de protéines et l’hypothèse selon laquelle la consommation de protéines animales n’influent pas sur la mortalité (hypothèses nulles) ne sont pas rejetées. Dans cette étude manger des protéines et des protéines animales est neutre du point de vue de la mortalité. Si on va plus dans le détail des maladies cardio-vasculaires une tendance à la diminution du nombre de morts par AVC est associée à la cosnommation de protéines animales mais non significative.

S’agissant de la consommation de protéines végétales elle est associée à une diminution de la mortalité

La consommation de protéines végétales est séparée en quintiles qui se définissent comme suit:
Médiane (points limites) de la catégorie d'apport (pourcentage de l'énergie totale)

quintile 1, 5,0% (<5,6%); quintile 2, 6,0% (5,6% à <6,3%); quintile 3, 6,6% (6,3% à <7,0%); quintile 4, 7,3% (7,0% à <7,7%); et le quintile 5, 8,4% (7,7%).

Une diminution de 13% de la mortalité toutes causes est constatée et elle est significative. Pas de différence de mortalité due au cancer. Une diminution de 24% de la mortalité cardiovasculaire, 25% pour les maladies coronariennes et 28% pour les AVC.

Atlantico : Comment interpréter cette étude ?

Une étude observationnelle est de faible qualité car les biais sont considérables. Songez à la collecte des données. Un seul questionnaire au début de l’étude qui a duré plusieurs années puis un autre cinq ans après avec des modalités de prise en compte des informations qui violent les règles de base. Je cite: “Comme le questionnaire de l’enquête de suivi après cinq ans contenait des informations plus complètes sur la consommation alimentaire que celles de l’enquête initiale, nous avons utilisé les données de cette enquête de suivi quinquennales recueillies du 1er janvier 1995 au 31 décembre 1999, comme données de base pour cette analyse.”  Ensuite une vérification de la cohérence et la reproductibilité des réponses sur un petit échantillon toujours au début… Les auteurs le reconnaissent et je l’avais pointé dans une autre étude sur les oeufs  et ici . Le coefficient de corrélation pour la validité de l'apport en protéines était modéré à faible. Les coefficients de corrélation de Spearman pour la validité des protéines animales et des protéines végétales étaient respectivement de 0,21 et 0,59 chez les hommes et de 0,26 et 0,49 chez les femmes. Les valeurs correspondantes pour la reproductibilité étaient de 0,49 pour les protéines animales et de 0,60 pour les protéines végétales chez les hommes et de 0,48 pour les protéines animales et de 0,58 pour les protéines végétales chez les femmes. Cela crée une grand incertitde que les tets les plus sophistiqués ne peuvent compenser. Cette étude comporte d’autre sérieuses limites.

Les informations diététiques étaient également basées sur une seule évaluation de base et les habitudes alimentaires ont pu changer au cours du suivi. Néanmoins, les auteurs ont pu voir des associations différentielles avec les résultats de mortalité mais cela relève de la sensibilité mais pas du sens des associations différentielles. Bien que les participants ayant des antécédents de maladies chroniques aient été exclus, la présence de maladies infracliniques peut avoir entraîné une modification des habitudes alimentaires. C’est pourquoi j’ai choisi de rapporter les résultats de la modélisation 2 qui prend en compte le risque tabac, un minimum quand on évalue la mortalité des maladies cardiovasculaires et des cancers.

En réalité et c’est toujours le même biais le fait de manger des protéines végétales y compris chez les japonais est associé à un style de vie plus sain à un comportement alimentaire plus soucieux de la santé sur le plan quantitatif et qualitatif. C’est un marqueur et non une cause. Je cite les auteurs: “Bien que l'ajustement pour plusieurs facteurs de style de vie ait montré peu de différence dans les résultats globaux, la possibilité d'une confusion résiduelle dans l'association entre les protéines végétales et la mortalité demeure.”

Atlantico : Quels autres enseignements peuvent être tirés de ce travail?  

Études observationnelles et incertitude.

Seules des études randomisées de qualité peuvent apporter des arguments de causalité. Là, vu les incertitudes et aussi le fait que la consommation de protéines végétales donne une diminution du risque qui est semblable dans les différents quintiles de consommation, (un des critères de causalité non satisfait)  il est impossible de se baser sur ces résultats pour donner des conseils nutritionnels. Ce qui a été mesuré dans cette étude c’est que le style de vie qui comprend plus de protéines végétales est associé à une moindre mortalité cardiovasculaire mais pas de cancer. Je souligne pour la bonne compréhension qu’il ne s’agit pas d’une étude de carnivores comparés à des végétariens. Nous avons soulevé ce point dans les questions au Dr Richard Feinman récemment (https://www.atlantico.fr/decryptage/3577756/-richard-feinman--le-fait-de-continuer-a-financer-ce-genre-d-etudes-retire-des-fonds-dont-on-a-tant-besoin-pour-de-veritables-recherches-scientifiques-richard-feinman-guy-andre-pelouze ). Il a précisé la rationalité de passer à des études de meilleure qualité en nutrition. Or c’est dans ce même JAMA que tout récemment le Dr David Ludwig arrivait dans un éditorial (https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2748478 ) à la même conclusion. Faire tourner des bases de données dont les renseignements sont incertains est peu contributif. Il ya des obstacles à ces études. Elles sont beaucoup plus difficiles à mener. Mais surtout elles sont difficiles à financer car les résultats sont beaucoup plus certains et précis ce que l’industrie ne goûte guère. C’est pourquoi des fonds publics de recherche ou des subventions privées non conditionnelles doivent y être consacrées. 

Le théorème de Bayes (https://ebm.bmj.com/content/16/6/163) et les causes de ces résultats

Nous nous servons du théorème de Bayes pour faire des diagnostics en médecine. Si l’on considère la cause la plus probable pour expliquer ces résultats l’élément important est ethnique. Il s’agit d’une étude japonaise au Japon. Les japonais mangent beaucoup de poisson et c’est vérifié dans l’étude. AInsi leur consommation de viande est plus faible que celles des Européens par exemple. C’est tellement vrai que les auteurs ont testé (sur un modèle issu des résultats) la substitution de 3% de l’apport énergétique en protéines par du poisson et on observe une diminution assez proche de celle observée avec les protéines végétales. L’autre élément causal probable en ce qui concerne l’absence d’augmentation du risque cardiovasculaire avec la consommation de protéines animales est la prévalence faible des maladies cardiovasculaires au Japon un mix entre génétique et style de vie. 

En conclusion on peut suggérer aux lecteurs de jouer avec les curseurs en personnalisant son alimentation ce qu’aucune recommandation officielle ne mentionne. La médecine est une extrême personnalisation des soins car nous sommes tous différents. Si vous avez une consommation très faible de poissons bougez le curseur et si vous ne mangez pas de protéines végétales modifiez donc ce curseur là. Toujours avec des aliments enteirs et le plus souvent frais. Attention cependant certaines protéines de légumineuses sont difficiles à digérer. Mais aucun interdit pour les protéines en quantité et pour les protéines animales en particulier.


 

Protéines végétales très digestes

Amandes (les tremper la veille pour un gout d’amandes fraiches)

Pistaches 

Noix de cajou

Pignons 

Noix 

Noisette (les tremper 48h pour une texture plus facile à mâcher de noisettes fraiches)

Champignons

Broccoli

Petits pois ou pois mange tout


 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

07.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Dr Guy-André Pelouze
- 13/09/2019 - 16:52
Suite2
En utilisant une approche bayésienne, comment réconcilier les différents résultats de cette étude?
Ma réponse est l'ethnie, le régime alimentaire japonais et le mode de vie. Les Japonais ont une faible prévalence de MCV. Ils mangent moins de viande et beaucoup plus de poisson et de fruits de mer que les Occidentaux. C'est le cas dans l'étude. Au Japon comme en Occident, les personnes qui ne consomment pas de plantes ont un mode de vie moins sain, car manger des plantes est un indicateur de la moindre proportion d'aliments transformés. Enfin, la substitution statistique de la protéine conduit aux mêmes résultats (et à de meilleurs résultats pour le cancer) lorsque le poisson remplace la protéine végétale.
https://jamanetwork.com/journals/jamainternalmedicine/article-abstract/2748453
Dr Guy-André Pelouze
- 13/09/2019 - 16:51
Suite
Mais les facteurs de confusion sont si nombreux que, dans un tel modèle, cette affirmation est étayée par des preuves très faibles. Nous avons répertorié quelques preuves d'incertitude dans la conception et le suivi:
- Un questionnaire unique au début de l'étude qui a duré plusieurs années et un autre questionnaire cinq ans plus tard avec les modalités de prise en compte des informations enfreignant les règles de base. Je cite: "Étant donné que le questionnaire de l’enquête de suivi quinquennale contenait des informations plus complètes sur la consommation alimentaire que l’enquête initiale, nous avons utilisé les données de cette enquête de suivi quinquennale recueillies du 1er janvier 1995 au 31 décembre 1999, comme base de cette analyse ".
- Faible corrélation et reproductibilité des questionnaires tels qu'évalués dans un petit groupe de vérification et une seule fois au début de l'étude.
- Pas d'évaluation clinique sur le DT2 au cours de l'étude (durée minimale 16 ans)
- Un modèle multivarié 1 qui ne considère pas les fumeurs d'un groupe à l'autre, tandis que les décès dus au cancer et aux MCV sont traités.
Dr Guy-André Pelouze
- 13/09/2019 - 16:49
Le commentaire que j'ai rédigé, publié dans JAMA
Le titre de cette étude est très bien décrit, mais aucun conseil clair n’a pu être fourni.

Les résultats de cette étude observationnelle prospective pourraient être résumés différemment: Les protéines animales ne sont associées à aucune augmentation ni diminution de la mortalité, ni totale ni par cancer ni par MCV. L'hypothèse nulle n'est pas rejetée. Les auteurs soutiennent que les protéines végétales pourraient être associées à une mortalité moindre. Outre la validité du test de cette hypothèse partielle en tant que résultat secondaire, il faut reconnaître que les résultats sont mitigés et surprenants. Étant donné que la consommation de protéines totales et animales n’est pas associée à un changement de mortalité, il est improbable que les taux de mortalité totale et de MCV associés aux protéines végétales diminuent. Les protéines végétales sont associées de manière significative à une diminution de 13% de la mortalité toutes causes confondues. Aucune différence de mortalité par cancer. Une association avec une diminution de 24% de la mortalité cardiovasculaire, 25% pour les maladies coronariennes et 28% pour les accidents vasculaires cérébraux.