En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 25 min 50 sec
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 1 heure 34 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 2 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 5 heures 8 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 6 heures 5 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 7 heures 27 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 37 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 11 heures 28 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 11 heures 30 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 55 min 7 sec
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 2 heures 3 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 5 heures 14 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 6 heures 49 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 11 heures 28 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 11 heures 31 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Cartes rebattues ?

Commission européenne, cru 2019 : pourquoi le renouvellement des commissaires ne changera pas grand-chose à l’avenir de l’Europe

Publié le 29 août 2019
Depuis le 26 août dernier, les gouvernements ont désigné leurs candidats pour représenter chaque Etat membre à la Commission européenne présidée par Ursula von der Leyen. L'occasion de se pencher sur les critères qui permettent le bon fonctionnement d'une Commission.
Gérard Bossuat est professeur à l'Université de Cergy-Pontoise, titulaire de la chaire Jean Monnet ad personam.Il est l'auteur de Histoire de l'Union européenne : Fondations, élargissements, avenir (Belin, 2009) et co-auteur du Dictionnaire historique...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Bossuat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Bossuat est professeur à l'Université de Cergy-Pontoise, titulaire de la chaire Jean Monnet ad personam.Il est l'auteur de Histoire de l'Union européenne : Fondations, élargissements, avenir (Belin, 2009) et co-auteur du Dictionnaire historique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le 26 août dernier, les gouvernements ont désigné leurs candidats pour représenter chaque Etat membre à la Commission européenne présidée par Ursula von der Leyen. L'occasion de se pencher sur les critères qui permettent le bon fonctionnement d'une Commission.

Atlantico : Au vu de la liste des candidats à la Commission et en tirant des leçons des précédentes, la Commission actuelle sera-t-elle en mesure de répondre aux besoins actuels de l'Union européenne ?

Gérard Bossuat : La liste des candidat-e-s est encore incomplète. Il y a beaucoup d’anciens comme si la participation à la Commission allait de soi pour ces anciens. Sur quels critères les gouvernements ont-ils proposé des noms ? Difficile à dire. Est-ce la compétence ou la parenté politique avec les pouvoirs en place ?

On observera avec attention les nominations des  commissaires hongrois et Polonais. Le candidat hongrois est un ancien ministre de la Justice et actuel député européen, László Trócsányi . Quel crédit accorder à un tel homme, étant donné les positions de la Hongrie sur l’état de Droit, en guerre ouverte avec les institutions communautaires. La question peut aussi se poser pour d’autres pays et en général, je remarque que désormais du fait d’une ignorance sans doute volontaire des règles fondatrices dans les traités de Rome et dans celui de Maastricht, la Commission, qui devait être indépendante des gouvernements ainsi que les commissaires se réfère aux Etats d’abords. Regardez comment Mme Von der Leyen a été nommé présidente de la Commission, à la suite de tractations entre les gouvernements et singulièrement les gouvernements allemand et français.


Dans son fonctionnement actuel, la Commission a-t-elle des marges de manœuvre et une vraie autonomie politique ? Quelles améliorations pourraient être faites qui éviteraient les dérives de toutes sortes ?

Sûrement pas, en raison de ce qui a été dit précédemment. Mais autonomie politique signifierait simplement  mettre en place une institution exécutive, autrement dit un gouvernement européen d’un ensemble fédéral. Certains prétendent que le Conseil des chefs d’Etat et de gouvernement est ce gouvernement européen. Monnet lui-même y a cru entre 1972 et 1974. Ce furent des illusions. Regardons simplement le rôle que se donne ce Conseil : prendre des décisions à l’unanimité concernant l’Union européenne. Mais que se passe-t-il quand l’unanimité manque ? Un blocage de l’Union, un retard apporté à la solution de grands dossiers : la contribution des GAFAM aux budgets nationaux, la lutte pour l’environnement et une législation hardie contre les pesticides (glyphosate par exemple), une législation commune à propos des migrants, la protection commune aux frontières de l’Union, la défense commune. La Commission, une sorte de gouvernement de l’Union, est alors considérée comme un organe technique qui appliquera les décisions ou les souhaits du Conseil européen.

La dérive concernant le fonctionnement de l’Union en termes institutionnels sera stoppées quand la Commission deviendra un vrai gouvernement européen, un exécutif dans des domaines à préciser, responsable devant le Parlement européen. Je veux prendre deux exemples. La Commission Hallstein (1958-1967) a fonctionné en essayant d’appliquer les dispositions des traités de Rome. Elle a tenté, en pleine indépendance, un glissement vers la Fédération. Elle s’est heurtée au général de Gaulle peu disposé à aller sur cette voie, mais elle a fonctionné selon l’esprit des traités. La Commission Delors,(1985-1994) a approfondi l’Union, élargi les compétences de l’Union, préparé une monnaie unique. Elle a fait des propositions en prenant le temps de négocier avec les chefs d’Etats, y compris avec Mme Thatcher. Elle a pris des initiatives réussies parce que les limites des institutions communautaires ont été dépassées grâce à la personnalité de Jacques Delors , président de la Commission.

Aujourd’hui y-a-t-il un leader européen ? Junker en était-il un ? Merkel et Macron souhaitent le devenir mais ne savent pas trop comment dépasser les contraintes des institutions. Le marasme actuel cessera quand le Brexit aura enfin clarifié la situation et quand l’Union aura un gouvernement véritable et un Parlement doté de pouvoirs législatifs dans des domaines précis définis par les Etats.


En 2019, dans une Europe fragmentée et en crise, que peut-on attendre de la Commission européenne ? Peut-elle être davantage qu'un organe technique ?

La Commission n’est pas juridiquement un organe technique. Elle est la gardienne des institutions. Ce n’est pas rien !  Elle peut néanmoins, comme l’a montré Delors, exercer son droit d’initiative pour le bien commun des Européens. Tout dépend de la personnalité de son ou de sa président-e, de son introduction réelle auprès des Etats. Pour l’instant, Ursula von der Leyen, a mis en avant, lors de son premier discours un attachement aux thèmes de « l’environnement et du climat, des questions sociales et des femmes, tout en se montrant sévère à l’égard de l’extrême-droite ».  Elle a parlé aussi de l’armée des Européens. Mais des éléments essentiels sont ignorés : Les pays de l’Union peuvent-il encore se fier à l’OTAN pour se défendre ?

Est-ce suffisant pour donner à l’Union comme à la zone Euro davantage de poids pour le bien des citoyens européens et pour assurer la sécurité du monde ? Il ne semble pas que la nouvelle présidente ait la personnalité d’un leader capable de mobiliser en dehors des institutions les citoyens européens ou les responsables politiques. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 30/08/2019 - 18:00
Théatre d'ombres?
L'Europe de Bruxelles a si bien démontré depuis trente ans son inutilité, face à la Chine ou aux juges américains qu'elle a fini par perdre l'initiative politique. Conçue bien à l'abri des électeurs, elle est démocratiquement illégitime face à des adversaires qui eux sont des élus. La rotation de ses salariés n'a plus grande importance et se poursuivra tant que les états qui sont ses victimes auront la faiblesse de l'entretenir.
Ganesha
- 30/08/2019 - 12:27
Avenir de l'Europe
Dès le début de son article, l'auteur nous annonce la couleur : il n'aime pas les candidats choisis par la Pologne et la Hongrie !

Il aurait pu nous préciser que la France vient de choisir une femme, Sylvie Goulard, qui est poursuivie pour sa gestion de son assistant parlementaire européen, et qui a peut-être même d'autres dossiers encore plus compromettants à ses basques.
Vous en saurez peut-être plus en consultant Médiapart, mais, moi, je ne suis pas abonné.


En tout cas, le but de Mr. Bossuat est clair et évident : nous convaincre qu'un gouvernement européen transnational est une urgence !

La grande question, c'est : Mme Ursula von der Leyen sera-t-elle capable de mener à bien ce projet ?
Il faut dire que cette dame, elle aussi empêtrée dans des accusations de corruption, s'est montrée être une ''bonne exécutante'' : elle était la ministre allemande des Armées qui a réduit la Bundeswehr à l'impuissance, en lui coupant son budget.

Cela suffira-t-il ?