En direct
Best of
Best of du 5 au 11 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

07.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

04.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 1 heure 56 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 4 heures 37 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 9 heures 17 min
pépites > Santé
Luttre contre le coronavirus
Covid-19 : Olivier Véran a détaillé la nouvelle stratégie du gouvernement
il y a 23 heures 16 min
pépites > Terrorisme
ONG Acted
Niger : l'Etat islamique revendique l'assassinat des six humanitaires français et de deux Nigériens
il y a 1 jour 21 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 2 heures 23 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 6 heures 47 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 7 heures 1 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 8 heures 20 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 8 heures 36 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 9 heures 3 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 9 heures 54 min
light > Media
Présentatrice du "13 heures" de France 2
Marie-Sophie Lacarrau va officiellement remplacer Jean-Pierre Pernaut au JT de 13h sur TF1
il y a 23 heures 44 min
pépites > Histoire
Education
Deux tiers des jeunes Américains ignorent l'existence de la Shoah
il y a 1 jour 44 min
En marche lente

Mercosur, réforme des retraites, écologie : 2019-2020, année prudente … ou perdue ?

Publié le 28 août 2019
Depuis sa rentrée politique, Emmanuel Macron ne cesse d'envoyer des signes politiques de changement : il revient sur certaines décisions qui semblaient prises et ouvre la discussion. Une nouvelle stratégie politique ?
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin.
Voir la bio
Olivier Gracia
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Essayiste, diplômé de Sciences Po, il a débuté sa carrière au cœur du pouvoir législatif et administratif avant de se tourner vers l'univers des start-up. Il a coécrit avec Dimitri Casali L’histoire se répète toujours deux fois (Larousse, 2017).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis sa rentrée politique, Emmanuel Macron ne cesse d'envoyer des signes politiques de changement : il revient sur certaines décisions qui semblaient prises et ouvre la discussion. Une nouvelle stratégie politique ?

Atlantico : Que ce soit sur la réforme des retraites ou concernant le traité de libre-échange avec le Mercosur, Emmanuel Macron semble avoir enclenché une nouvelle étape de son quinquennat, au moins en termes de communication : il laisse ouverts des sujets sur lesquels il semblait, il y a encore deux mois, fixé et convaincu. Quelle est la stratégie politique du Président de la République ? Rachète-t-il la paix sociale avec ces gages donnés aux Français ?

Maxime Tandonnet : Sur les retraites, c’est très frappant. Le point le plus sensible, l’idée d’un report de l’âge de départ, semble être en cours d’abandon… Les deux premières années du quinquennat étaient consacrées à la posture de « la transformation » du pays. Ce thème était d’ailleurs fortement exagéré : les lois sur le travail ou sur la SNCF, par exemple, n’ont pas apporté de transformation profonde du modèle français. Contrairement à ce que beaucoup de gens ont pensé, la loi sur la SNCF n’a pas transformé le paysage du rail en ouvrant la voie à une privatisation, ni même à une remise en cause concrète de la situation des cheminots. C’est un énorme mirage que de le croire. Mais aujourd’hui, le choix de l’immobilisme est en train d’être consacré à travers le revirement sur la réforme des retraites. La stratégie, ou plutôt la philosophie du pouvoir est simple. Une seule chose compte : la réélection en 2022, à n’importe quel prix. Nous vivons dans un univers idéologique où l’ultra-narcissisme, le destin individuel d’un homme, se substitue à l’intérêt général, à l’idée de bien commun et devient l’unique fin en soi. Donc la priorité absolue est d’éviter les remous. La préservation de la paix sociale est en effet l’impératif absolu.   

Olivier Gracia : A l'évidence, Emmanuel Macron a appris des erreurs du passé. La crise des gilets jaunes lui a enseigné une chose : il faut absolument qu'il revoit la copie sur la forme de sa communication, qui était toujours, jusqu'à maintenant, assez arrogante. On voit à quelle vitesse éclair il a fait adopter des réformes comme celle de la SCNF, du droit du travail, etc. Dans l'esprit d'Emmanuel Macron, il y avait donc au début l'idée d'accomplir un calendrier qui correspondait à celui qu'il avait promis pendant sa campagne. La crise des gilets jaunes l'a considérablement ralenti dans son calendrier de réforme. Il a aujourd'hui compris une chose, c'est qu'il ne faut pas modifier le cap (à aucun moment, il ne change le fond) mais par contre,  il a compris qu'il fallait qu'il change la forme et la méthode. Enfin, il a compris quelque chose lors du Grand Débat national : cette critique faite constamment aux gouvernants qui une fois élus, accomplissent leur feuille de route sans consulter les citoyens. Emmanuel Macron a dû se dire à un moment qu'il fallait qu'il mette davantage de démocratie participative dans sa manière de penser et d'élaborer la loi. Après, il ne faut pas être dupe : il ne s'agit pas de référendum. Il parle de consultation citoyenne sur les retraites, de concertation. On sait tous que malgré cette consultation citoyenne que la nouvelle copie ne sera pas très différente de l'originale. C'est une manière habile de communiquer. Pendant le G7, la communication était similaire. Qu'un Président de la République communique autant avec les Français pendant un G7, c'est tout à fait inédit. Il a tenu à s'adresser aux Français lors de la première et de la deuxième journée. C'est une méthode nouvelle. On a un Président qui a envie de reconnecter avec les citoyens et la société civile. Ce Président de la République nous rappelle le candidat qu'il avait été pendant sa campagne. Il y avait cette promesse dans le candidat Macron et il essaie de la remettre en application, également parce que ses supporters lui demandent. Ils ont été choqués de voir un Président jupitérien, loin du candidat de la campagne présidentielle. Il revient un peu aux sources.

Sur certains sujets, comme les lois de bioéthique, sera-t-il possible de s'en tenir à des compromis qui soient acceptables pour tous ?

Maxime Tandonnet : Non, il n’y a pas de demi mesure dans ce domaine, soit on autorise la PMA sans père soit on ne l’autorise pas. Le président et son gouvernement ne peuvent pas revenir sur ce qui est une promesse de campagne et un marqueur idéologique très fort du libéralisme sociétal. En outre, cette réforme ne gène pas l’opinion qui dans son ensemble, y est plutôt favorable, ou indifférente, dès lors qu’elle ne touche pas à son quotidien. Il n’est pas certain d’ailleurs que cette réforme provoque un mouvement de protestation comparable à celui qu’a engendré le « mariage pour tous ». La minorité qui est défavorable à la PMA sans père, pour des raisons philosophique et éthique, est plutôt dans une logique fataliste. Que peut-elle faire ? Le risque est en revanche de fragiliser l’adhésion de l’électorat bourgeois et catholique pratiquant qui s’est donné à LREM, dans un réflexe légitimiste, en juin dernier aux élections européennes.

Après les municipales en mars 2020, ce sera le tour des élections régionales et départementales. Cette stratégie politique ne réduit-elle pas le Président et sa majorité à l'inaction jusqu'à la fin du quinquennat ?

Maxime Tandonnet : Tout dépend. L’entrée dans une période électorale intense, municipales, régionales et surtout, présidentielles, va conditionner tout le reste évidemment. Le pouvoir LREM devrait être amener à jouer sur deux tableaux : l’inaction apparente irait frontalement à l’encontre de la posture présidentielle sur la transformation de la France. En revanche, entreprendre des réformes courageuses, réelles et authentiques, modifiant en profondeur l’économie française, sur le régime du temps de travail, par exemple, les 35 heures, susceptible de provoquer des remous et des mouvements sociaux, semble de plus en plus inconcevable. Dans les deux ans qui viennent, nous devrions avoir beaucoup de gesticulations, de provocations verbales, de coups de menton destinés à donner l’illusion du mouvement, mais strictement aucun changement destiné à l’intérêt du pays. Comment réagira le pays en 2022 ? Qu’est-ce qui l’emportera de la béatitude ou du bon sens ? Nul n’en sait rien. Le contexte économique pourrait beaucoup jouer. L’actuel quinquennat bénéficie d’une croissance internationale qui est toute sa chance, comparée à la crise qui a frappé le quinquennat Sarkozy, mais aussi le quinquennat Hollande. Une nouvelle récession serait sans doute fatale à l’équipe actuelle. 

Olivier Gracia : Le problème du début du quinquennat, c'est qu'Emmanuel Macron s'est sentie la seule personne compétente pour diriger absolument tout. Il y a très peu de personnalités fortes dans son entourage capable de relayer le message présidentiel. Il est en quête et en recherche de personnalités politiques fortes sur lesquelles il pourrait se reposer. Ce qui est évident, c'est qu'on ne verra pas aux municipales un candidat aussi actif qu'il l'a été aux Européennes. Il s'est rêvé le porte-parole ou le président de l'Union Européenne, mais pour les municipales, les régionales, ou les départementales, il va davantage déléguer cela à sa majorité. Il a quand même dit à ses ministres avant qu'ils partent en vacances : "partez avec la peur au ventre". C'est une manière de leur dire de se mettre au travail et de les responsabiliser. On voit toute la finesse de son jeu politique. 

La stratégie du Président peut-elle payer ? Quels sont les risques de voir renaître une opposition sociale malgré tout à la rentrée ?

Maxime Tandonnet : Elle pourrait éventuellement payer sur le plan électoral. Les Français attendent avant tout la tranquillité, ils n’aiment pas être perturbés dans la vie quotidienne. Provoquer un mouvement social d’ampleur et des violences ne serait pas pardonné aux dirigeants actuels. L’immobilisme de fait est perçu comme une clé de la réussite électorale. D’ailleurs, dans la politique française actuelle, le néant de l’action et de projet s’habille du manteau de l’omniprésence élyséenne. L’image omniprésente d’un homme, le culte médiatique de la personnalité, sert à recouvrir l’absence d’ambition pour le pays. Plus le président bouge dans l’écran de télévision, et plus le pays se fige dans ses profondeurs. Cette occupation permanente du terrain médiatique a pris des proportions vertigineuses lors du « grand débat » qui faisait suite à la crise des gilets jaunes. Il est clair qu’une partie de l’opinion, notamment la bourgeoisie âgée et conservatrice des centres urbains, est sensible à cette vision de l’autorité. On l’a vu lors des élections européennes où les milieux conservateurs se sont portés sur les listes LREM à la suite de cette surmédiatisation. Maintenant, la psychologie de foule est complexe. Ce phénomène, à la longue, peut provoquer la lassitude. La population est souvent beaucoup plus lucide, dans ses profondeurs, que ce que laissent penser les sondages. Il est difficile de dire par avance ce qui l’emportera de l’intox médiatique ou de la lucidité populaire. 

Olivier Gracia : A l'évidence, ce ne sont pas les consultations citoyennes qui vont apaiser le climat social du pays. Ce ne sont pas les concertations qui vont régler la crise des hôpitaux, la crise des policiers, la crise des pompiers, la crise des enseignants, la crise globalement des classes moyennes et populaires. Ce n'est pas à l'appui d'un changement de méthodes et de communication que la France sera soudainement apaisée. Il y a quand même des fractures. La seule façon de mettre fin à ces fractures, c'est par des réformes. La communication peut apaiser pour un temps. Néanmoins, la communication perd son temps. En revanche, sur la scène internationale, Emmanuel Macron a réussi un grand coup de communication avec le G7, qui lui a réussi auprès d'un grand électorat. Il se fait le porte-parole d'une forme d'audace en diplomatie. Emmanuel Macron a réussi une chose pour le moment, c'est la communication. 

Ce qu'il espère aussi, et ce qu'on peut comprendre, c'est qu'il a vu pendant la crise des gilets jaunes qu'il avait surinvesti le plan national. Pendant les deux premières années du quinquennat, on sentait bien qu'Emmanuel Macron était à la manoeuvre sur tout. Il a payé cette suractivité politique. La crise des gilets jaunes a par exemple cristallisé autour de la figure du Président et non autour de celle du Premier ministre. Il y a à l'évidence une envie de se démarquer un peu plus des affaires nationales pour les déléguer à son gouvernement, et investir le champ international. C'est une bonne vieille recette de la Vème République, qui est dans la Constitution. Il revient peut-être à ce qu'on a connu dans des périodes de cohabitation. Ce n'est pas une mauvaise stratégie. Emmanuel Macron est déjà en campagne pour 2022 et il veut avoir l'image d'un Président écologiste. Il sait que cela ne peut pas se faire à l'échelle nationale mais à l'échelle internationale : on l'a bien vu avec la forêt amazonienne. Il a de fortes ambitions de ce côté-là. Il va continuer à avoir cette posture d'intermédiaire, sur la question iranienne, sur la question écologiste, peut-être dans le conflit entre la Chine et les Etats-Unis. C'est un pari qui peut être gagnant.

Propos recueillis par Augustin Doutreluingne et Augustin Talbourdel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 29/08/2019 - 22:14
ainsi parlait...
non pas Zarathoustra mais l'enculeur de mouches
Liberte5
- 28/08/2019 - 17:29
E. Macron sait se mettre en scène et parler...(comme B. OBama)
mais il ne fera rien de consistant durant son quinquennat. La pseudo réforme de la SNCF et l'ouverture du rail à la concurence sont une escroquerie :les décrets d'application qui se trament en silence à l'abri des regards feront qu'à la sortie il n'y aura rien de changé. les contribuables continueront à payer pour financer ce gouffre sans fond. Les gogos de droite qui ont cru qu'un énarque puisse réformer en profondeur la France, se sont faits rouler dans la farine. La réforme des retraites relèvent de la même stratégie , faire croire que les choses changent mais surtout ne rien toucher, sauf à piquer dans des caisses de professions libérales. Les montagnes promises par E. Macron vont accoucher de petites souris (et encore!!). Son seul souci : sa réélection. Pour le reste ne comptez pas sur lui pour s'attaquer aux problèmes de fond qui minent la France depuis 40 ans et qui la conduisent vers le tiers monde. L'immigration massive continue inlassablement, les petites communes de province voit ce phénomène arriver , au grand dam des populations, qui ont cru pendant longtemps que cela ne se passait que dans les grandes villes.
Patlmb
- 28/08/2019 - 16:18
Macron...apprend..!!!
Je pensais qu'un individu qui prétend à la Présidence de la République avait un solide bagage et les connaissances adéquates pour exercer cette fonction...Or il avoue apprendre de ses fonctions...Qu'il retourne à ces chères études...Il reviendra plus tard!!!!
Les Français le comprendront ils?? Ou bien est ce le système démocratique qui permet à n'importe qui de tromper les électeurs et obtenir ainsi leur faveur...
Patrice LAMBERT