En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

07.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 2 min 34 sec
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 40 min 8 sec
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économie chinoise ne redémarre pas aussi vite que ce que ses dirigeants affirment. Ou ils ne le savent pas ou ils mentent. Mais pourquoi ?

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 30 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Simples" de Yannick Grannec : XVIe siècle, un drame chez les Bénédictines. Un roman qu’on ne lâche pas

il y a 10 heures 30 min
pépites > Economie
Brétigny-sur-Orge
Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation
il y a 13 heures 55 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 27 min 34 sec
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 54 min 38 sec
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 1 heure 35 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 2 heures 3 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 2 heures 48 min
décryptage > Santé
Risques de rechute

Déconfinement graduel : ce que le gouvernement ne devra vraiment pas louper

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 31 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Jules Ferry, La Liberté et la Tradition" de Mona Ozouf : un texte à la fois sobre, efficace et très élégant qui se lit avec un réel plaisir

il y a 10 heures 15 min
Bonheur de cuisiner
Le marché de Rungis a officiellement lancé sa plateforme en ligne pour les particuliers en cette période de confinement
il y a 13 heures 17 min
pépites > Science
IHU Méditerranée Infection
Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique
il y a 14 heures 23 min
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
Combinazione

Italie : les risques politiques du tout sauf Salvini

Publié le 27 août 2019
Le Mouvement 5 Etoiles (M5S) et le Parti démocrate (PD) italien doivent décider d'ici aujourd'hui de la formation d'une alliance ou non. Une initiative qui leur permettrait de barrer la route à Matteo Salvini quitte à jouer à un jeu dangereux pour la démocratie italienne.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Mouvement 5 Etoiles (M5S) et le Parti démocrate (PD) italien doivent décider d'ici aujourd'hui de la formation d'une alliance ou non. Une initiative qui leur permettrait de barrer la route à Matteo Salvini quitte à jouer à un jeu dangereux pour la démocratie italienne.

Atlantico : Le quotidien italien La Repubblica a salué cette initiative parlant "d'un gouvernement pour une Italie qui renaît". Pourtant, en jouant la stratégie du "tout sauf Salvini", l'opposition ne joue-t-elle pas un jeu dangereux ? Tenter de barrer la route à tout prix à Matteo Salvini ne pourrait-il pas un avoir un effet plus dommageable sur le pays que de le laisser en prendre les rênes ? 

Christophe Bouillaud : La réponse à vos questions dépend de l’image que l’on se fait des politiques publiques qui seraient menés par un gouvernement Salvini. Sur le plan sécuritaire et de lutte contre l’immigration illégale, cela ne serait probablement que l’approfondissement de ce qui a déjà été fait depuis juin 2018 avec le dit Salvini comme Ministre de l’Intérieur, à savoir l’application du «Décret Sécurité Bis » qui vient d’être voté par l’ancienne majorité M5S/Ligue. Sur le plan économique et social, Salvini réclamait à ses alliés du M5S une forte baisse de l’imposition des particuliers (« flat tax ») et des petites et moyennes entreprises, tout en refusant d’imposer des contraintes supplémentaires sur la vie économique (dont l’instauration d’un salaire minimum interprofessionnel, voulu par le M5S). Il promettait aussi de relancer tous les chantiers publics arrêtés ou ralentis depuis des années, dont bien sûr le nouveau tunnel franco-italien destiné à permettre une traversée à grande vitesse des Alpes, qui a été le point déclencheur de la crise estivale avec le M5S. Tout le problème est que cette relance, financièrement très coûteuse, « à la Trump » - ou à la « Reagan » ?-  aurait été presque à coup sûr hors des clous des règles européennes de bonne gestion des comptes publics, que l’Italie s’est engagée à suivre pour participer à la zone Euro. De fait, avec Salvini aux affaires, décidé à appliquer son programme électoral de baisse drastique des impôts des Italiens et de hausse des dépenses publiques d’investissement , la probabilité d’un conflit majeur avec la Commission européenne sur les comptes publics était très forte, surtout que ce dernier voulait se prévaloir du soutien majoritaire des électeurs italiens pour faire plier la Commission européenne et les autres Etats de la zone Euro. Si l’on pense que l’Italie doit absolument changer de politique économique pour se sortir de l’anémie économique qu’elle connait depuis plus de 20 ans, on regrettera bien sûr que Matteo Salvini n’ait pas pu mettre à exécution son plan, et, inversement, si l’on pense qu’il s’agissait d’une folie vu le niveau d’endettement du pays, on poussera un soupir de soulagement. 

Pour ce qui est des deux partis, qui s’apprêteraient à gouverner ensemble, le M5S et le PD, le risque est d’une part que la situation économique se dégrade encore plus en raison de la conjoncture internationale et qu’ils soient donc rendus responsables par les Italiens de cette dégradation, laissant à Salvini le beau rôle du prophète inécouté, et que, d’autre part, leur politique migratoire et sécuritaire apparaisse comme laxiste au regard de l’extraordinaire fermeté affichée de Salvini, fermeté qui faisait un peu fi, et c’est un euphémisme, du droit international maritime. 

Enfin, si cette alliance se révélait fragile, et s’il fallait finalement voter au printemps 2020, il est probable que Salvini serait en très bonne position pour gagner. Cependant, les deux partis peuvent en urgence changer la loi électorale pour éviter que ce dernier ne profite de la loi actuelle qui donne de fait une bonne possibilité d’avoir une majorité dans les deux chambres, nécessaire pour gouverner, à un parti ou une coalition de partis atteignant autour des 40% des suffrages exprimés. Cela consisterait sans doute à revenir à la proportionnelle pure. 

Alors que Salvini et la Ligue ont très largement remporté les élections européennes, en cherchant à tout prix à le mettre hors-jeux l'opposition ne risque-t-elle pas de se mettre une partie de la population à dos (la partie qui était favorable à la coalition par exemple) ? 

Bien sûr, la plupart des électeurs de la Ligue et du petit parti nationaliste allié à cette dernière (« Frères d’Italie », FdI) vont trouver saumâtre la solution trouvée par le M5S et le PD pour éviter des élections anticipées. En revanche, la majorité de l’électorat n’avait sans doute pas très envie d’être appelé aux urnes cet automne. De fait, lorsqu’il est tombé, le gouvernement Conte était encore populaire. En effet, contrairement à ce qu’une stratégie plus avisée lui aurait recommandée, Matteo Salvini a fait éclater cette crise politique sans que le tréfonds du pays soit concerné. Si j’ose dire, la situation apparaissait aux Italiens ordinairement médiocre, comme depuis des décennies, mais pas catastrophique. A cette crise,  il n’y avait donc pas de prétexte très clair pour l’Italien ordinaire, qui se désintéresse d’ailleurs en majorité de la politique. Du coup, il est possible que, dans un premier temps, la popularité de Salvini en pâtisse. 

Enfin, alors que la crise politique italienne devient crise économique, ces gesticulations de la classe politique interne et leur guerre interne ne risque-t-elle pas de lasser très largement la population italienne ? N'est-ce pas là une bien mauvaise stratégie ?

Tout dépend ensuite de la manière dont un gouvernement M5S-PD fonctionnerait. Depuis son entrée en fonction en juin 2018, le gouvernement M5S/Ligue n’a cessé d’être agité de soubresauts dus à des polémiques incessantes entre alliés, le plus souvent lancées par une initiative de Salvini d’ailleurs. Si le gouvernement M5S/PD continuait sur un registre similaire de chamaillerie permanente, il est probable que sa popularité s’écroulerait rapidement. 

Et cela d’autant plus que ce possible gouvernement M5S/PD aura face à lui un opposant résolu, Matteo Salvini. Un des avantages du gouvernement Conte fut en effet d’avoir une opposition qui se cherchait un chef. Le Parti démocrate a mis en effet des mois et des mois à se choisir un nouveau leader, et le déroulement de la crise actuelle montre bien que ce leader, Zingaretti, opère au sein d’un champ de force partisan qu’il ne maîtrise pas entièrement. Salvini, pour l’instant, est devenu le seul leader de la droite italienne. Berlusconi est âgé et en déclin. Le petit parti, Frères d’Italie, est dirigé par une femme, bonne cliente des médias certes, mais une femme tout de même, ce qui ne lui permet pas dans le contexte italien d’ambitionner au leadership de tout ce camp de la droite. 

De plus, face à un gouvernement M5S/PD, nécessairement mieux en cour avec la nouvelle Commission européenne, Matteo Salvini pourrait jouer à plein de sa rhétorique eurosceptique, et de son nouveau nationalisme. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

07.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 27/08/2019 - 22:29
Pour une fois ....
Ganesha ne résonne (sic) pas comme à son habitude. Le commencement de la Sagesse sans doute qui finit par venir avec l'âge!
clo-ette
- 27/08/2019 - 21:00
alexandrins
Vraiment important d'éliminer le gros chat
Si l'on veut discuter aisément entre rats
jurgio
- 27/08/2019 - 17:33
Il importe d'éliminer le gros chat
pour pouvoir discuter à l'aise entre rats.