En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

05.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

06.

L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 7 min 51 sec
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Au secours, l’OMC se réveille et autorise Donald Trump à taxer les produits d’origine européenne

il y a 46 min 17 sec
décryptage > Société
Le multiculturalisme est l'un des problèmes ?

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

il y a 1 heure 19 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 16 heures 27 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 17 heures 2 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 18 heures 41 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 19 heures 39 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 21 heures 30 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 1 jour 4 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 28 min 34 sec
décryptage > Société
énième réforme

Lutte contre les stupéfiants : le plan antidrogue qui n’en était pas un

il y a 58 min 37 sec
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 15 heures 59 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 16 heures 46 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 19 heures 31 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 20 heures 46 min
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 22 heures 8 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 22 heures 52 min
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 1 jour 19 min
© GERARD JULIEN / AFP / POOL
© GERARD JULIEN / AFP / POOL
Rentrée présidentielle

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Publié le 20 août 2019
Comparée à l'été 2018, la saison a été plutôt calme. Mais rien de fondamental n'a changé dans l'opinion depuis la grand crise de l'hiver.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comparée à l'été 2018, la saison a été plutôt calme. Mais rien de fondamental n'a changé dans l'opinion depuis la grand crise de l'hiver.

Atlantico : La rentrée des ministres a eu lieu hier et il est donc temps de faire le bilan de l'été 2019 pour le Président de la République et le gouvernement. En comparaison de l'été 2018, il semble avoir été relativement calme (exceptée peut-être l'affaire Rugy). Ce calme médiatique est-il fidèle à la situation du Président de la République dans l'opinion ?

Bruno Cautrès : Il est certain que l’été 2019 fut assez calme pour Emmanuel Macron, en comparaison avec l’été 2018 marqué par l’affaire Benalla. La démission de François de Rugy n’a d’ailleurs pas eu le même retentissement que l’affaire Benalla. Dans le même temps le chômage est légèrement à la baisse, les Gilets jaunes se sont essoufflés et Emmanuel Macron donne le sentiment d’avoir repris le contrôle de l’agenda. Le Président de la République a également connu une remontée de sa popularité dans l’opinion depuis le début de l’été. Pourtant, la situation d’Emmanuel Macron dans l’opinion n’est pas pour autant restaurée : l’impopularité a reculé mais elle reste très largement majoritaire. Selon les différentes mesures de popularité enregistrée pendant l’été, le pourcentage des Français qui se déclarent insatisfaits de l’action d’Emmanuel Macron oscille autour des deux tiers. Si l’on prend par exemple le baromètre de popularité réalisé par l’IFOP, en juillet 32% des Français interrogés se déclaraient satisfait d’Emmanuel Macron comme Président de la République. C’est un pourcentage intermédiaire entre la satisfaction exprimée au même moment de leurs mandats pour François Hollande (18% en juillet 2014) et Nicolas Sarkozy (43% en juillet 2009). Par ailleurs, le baromètre réalisé par BVA en juillet montrait qu’amenés à exprimer par une question ouverte leur opinion à propos d’Emmanuel Macron, les Français négatifs vis-à-vis de son action continuaient de le percevoir comme « le Président des riches » et comme « arrogant ». En fait rien de fondamental n’a bougé dans l’opinion à propos d’Emmanuel Macron ; celui-ci a néanmoins réussi à enrayer la descente aux enfers de sa popularité de la fin 2018/début 2019. Le Grand débat national lui a permis d’ouvrir le parachute de survie. Mais il lui reste un long chemin à parcourir pour reconquérir certaines franges de l’opinion publique, notamment à gauche.

Quelles parties de l'électorat du Président sont les plus "à risques" en cette rentrée ? Qu'est-ce qui a pu entamer leur fidélité à Emmanuel Macron ? 

Sociologiquement et politiquement l’électorat est très clivé à propos d’Emmanuel Macron : le clivage gauche-droite, sans être autant marqué que pour ses prédécesseurs, fait un certain retour. Si l’on reprend le baromètre publié par l’IFOP en Juillet, on voit que la popularité d’Emmanuel Macron est certes à son plus faible niveau chez les sympathisants du RN (7%) et de la France insoumise (10%). Mais en second rang, c’est au sein de l’ensemble de la gauche que cette popularité est à un faible niveau : 25% de popularité auprès des sympathisants PS et 27% auprès de ceux de EELV. La popularité d’Emmanuel Macron est en revanche très forte parmi les sympathisants de la République en marche (95%) ou du Modem (74%) et au-dessus de sa moyenne parmi les sympathisants du centre-droit (38% chez les sympathisants UDI) et de la droite (34% parmi ceux de LR). Sociologiquement c’est parmi les milieux populaires et les classes moyennes que la popularité d’Emmanuel Macron est à son plus bas niveau, en particulier parmi les ouvriers (21%). Là encore, en constate que la remontée de popularité enregistrée par Emmanuel Macron au début de l’été n’a pas fait bougé en profondeur les lignes de clivages à propos de son action. Par ailleurs, la réforme des retraites a fait apparaître pendant l’été quelques nouvelles lignes de front : les professions libérales et notamment les avocats se montrent très fortement opposées à cette réforme.

La rentrée va être occupée par de nombreuses réformes : réforme des retraites, lois sur l'assurance-chômage, lois de bioéthique, etc. Sont-elles susceptibles de mobiliser une opposition sociale ? Sous quelle forme est-ce le plus probable ?

La fameuse « convergence des luttes sociales » est davantage un mythe qu’une réalité aujourd’hui. Pour qu’un front uni des mécontentements apparaisse il faut un ciment unificateur : mais les réformes en cours sont présentées par le gouvernement comme partie prenantes d’un vaste chantier de redistribution qui consiste à redonner aux uns et à reprendre à d’autres. Si l’on prend le cas de la réforme des retraites, le système actuel est présenté par l’exécutif comme injuste, avec des catégories de Français qui ont des avantages que d’autres n’ont pas. Néanmoins cette rhétorique du retour à des solutions plus équitables, plus lisibles, plus justes, va être rapidement confrontée aux réalités : les négociations entre le gouvernement et les partenaires sociaux vont commencer à la rentrée et l’on voit déjà que les syndicats, mêmes la CFDT, expriment des mécontentements et des oppositions fortes à cette réforme. Il y a d’autres terrains minés sur le front social : la réforme de l’indemnisation du chômage, celle de la fonction publique ou encore la réforme des lycées. Le gouvernement va devoir montrer, à travers sa conduite de ces réformes, qu’il a doublement tenu compte de la crise sociale et démocratique que nous avons vécus entre l’automne 2018 et le printemps 2019 : sur le contenu et sur la méthode des réformes. Ce n’est pas gagné car dans le même temps le temps presse pour le gouvernement : la légère baisse du chômage ne constitue pas un bilan positif suffisant sur le plan socio-économique. Nous sommes déjà à mi-mandat… ! La loi bioéthique et sa mesure emblématique sur la PMA sera sans doute gérée par l’exécutif de manière à ne pas reproduire le scénario des manifestations contre le mariage pour tous en 2012/2013. La méthode de travail et de concertation avec toutes les sensibilités qui existent dans le pays sur cette question sera un point déterminant. Un important travail en amont a déjà été fait, il restera au gouvernement à faire la pédagogie de son action et de ses choix.

Pour conclure, je dirais qu’Emmanuel Macron n’est pas encore sorti de la crise que nous avons vécue ; il semble bien en être conscient. Une série d’étincelles peut tout à fait faire tout repartir. Si l’exécutif semble axer toute sa communication sur l’idée d’un « acte 2 » du quinquennat, plus « social » et avec une nouvelle communication (plus « humble »), la seconde partie du mandat va également donner lieu aux premières analyses d’impact du macronisme sur les grandes inégalités sociales et économiques. Une vraie épreuve de vérité dont les résultats joueront un rôle très important sur les stratégies des acteurs politiques dans la perspective de 2022…

Propos recueillis par Augustin Doutreluingne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

05.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

06.

L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 21/08/2019 - 17:29
bouteilles en plastique ?
Peut-on boire autre chose si on ne boit comme moi que de l'eau .?? Quant à l'infertilité masculine, j'ai entendu dire que la cause en est "les perturbateurs endocriniens "
Ganesha
- 21/08/2019 - 16:23
Cloette
Je suis ravi de découvrir que vous m'avez lu !

C'est 3% des naissances : une sur trente !

Buvez-vous des boissons contenues dans des bouteilles en plastique ?

Avez-vous lu la dernière phrase de mon second message ?
clo-ette
- 21/08/2019 - 16:03
PMA
1% de la population concernée, dictature des minorités que de mettre ce sujet qui n' aucune importance sur la table .Il y a des familles avec de nombreux enfants, pauvres, des gens qui dorment dehors ( y compris des travailleurs pauvres ), des gens malades qui se soignent mal, des innocents en prison, des dépressifs et j'en passe, et on nous gave avec la "pma" . Drôle d'époque !