En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

03.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

04.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

07.

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 16 min 32 sec
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 41 min 29 sec
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 1 heure 54 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 2 heures 58 min
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 17 heures 54 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 19 heures 34 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 20 heures 42 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 23 heures 17 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 1 jour 25 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 32 min 36 sec
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 51 min 14 sec
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 2 heures 34 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 17 heures 10 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 18 heures 47 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 20 heures 18 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 22 heures 26 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 1 jour 13 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 1 jour 40 min
© GERARD JULIEN / AFP / POOL
© GERARD JULIEN / AFP / POOL
Rentrée présidentielle

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Publié le 20 août 2019
Comparée à l'été 2018, la saison a été plutôt calme. Mais rien de fondamental n'a changé dans l'opinion depuis la grand crise de l'hiver.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comparée à l'été 2018, la saison a été plutôt calme. Mais rien de fondamental n'a changé dans l'opinion depuis la grand crise de l'hiver.

Atlantico : La rentrée des ministres a eu lieu hier et il est donc temps de faire le bilan de l'été 2019 pour le Président de la République et le gouvernement. En comparaison de l'été 2018, il semble avoir été relativement calme (exceptée peut-être l'affaire Rugy). Ce calme médiatique est-il fidèle à la situation du Président de la République dans l'opinion ?

Bruno Cautrès : Il est certain que l’été 2019 fut assez calme pour Emmanuel Macron, en comparaison avec l’été 2018 marqué par l’affaire Benalla. La démission de François de Rugy n’a d’ailleurs pas eu le même retentissement que l’affaire Benalla. Dans le même temps le chômage est légèrement à la baisse, les Gilets jaunes se sont essoufflés et Emmanuel Macron donne le sentiment d’avoir repris le contrôle de l’agenda. Le Président de la République a également connu une remontée de sa popularité dans l’opinion depuis le début de l’été. Pourtant, la situation d’Emmanuel Macron dans l’opinion n’est pas pour autant restaurée : l’impopularité a reculé mais elle reste très largement majoritaire. Selon les différentes mesures de popularité enregistrée pendant l’été, le pourcentage des Français qui se déclarent insatisfaits de l’action d’Emmanuel Macron oscille autour des deux tiers. Si l’on prend par exemple le baromètre de popularité réalisé par l’IFOP, en juillet 32% des Français interrogés se déclaraient satisfait d’Emmanuel Macron comme Président de la République. C’est un pourcentage intermédiaire entre la satisfaction exprimée au même moment de leurs mandats pour François Hollande (18% en juillet 2014) et Nicolas Sarkozy (43% en juillet 2009). Par ailleurs, le baromètre réalisé par BVA en juillet montrait qu’amenés à exprimer par une question ouverte leur opinion à propos d’Emmanuel Macron, les Français négatifs vis-à-vis de son action continuaient de le percevoir comme « le Président des riches » et comme « arrogant ». En fait rien de fondamental n’a bougé dans l’opinion à propos d’Emmanuel Macron ; celui-ci a néanmoins réussi à enrayer la descente aux enfers de sa popularité de la fin 2018/début 2019. Le Grand débat national lui a permis d’ouvrir le parachute de survie. Mais il lui reste un long chemin à parcourir pour reconquérir certaines franges de l’opinion publique, notamment à gauche.

Quelles parties de l'électorat du Président sont les plus "à risques" en cette rentrée ? Qu'est-ce qui a pu entamer leur fidélité à Emmanuel Macron ? 

Sociologiquement et politiquement l’électorat est très clivé à propos d’Emmanuel Macron : le clivage gauche-droite, sans être autant marqué que pour ses prédécesseurs, fait un certain retour. Si l’on reprend le baromètre publié par l’IFOP en Juillet, on voit que la popularité d’Emmanuel Macron est certes à son plus faible niveau chez les sympathisants du RN (7%) et de la France insoumise (10%). Mais en second rang, c’est au sein de l’ensemble de la gauche que cette popularité est à un faible niveau : 25% de popularité auprès des sympathisants PS et 27% auprès de ceux de EELV. La popularité d’Emmanuel Macron est en revanche très forte parmi les sympathisants de la République en marche (95%) ou du Modem (74%) et au-dessus de sa moyenne parmi les sympathisants du centre-droit (38% chez les sympathisants UDI) et de la droite (34% parmi ceux de LR). Sociologiquement c’est parmi les milieux populaires et les classes moyennes que la popularité d’Emmanuel Macron est à son plus bas niveau, en particulier parmi les ouvriers (21%). Là encore, en constate que la remontée de popularité enregistrée par Emmanuel Macron au début de l’été n’a pas fait bougé en profondeur les lignes de clivages à propos de son action. Par ailleurs, la réforme des retraites a fait apparaître pendant l’été quelques nouvelles lignes de front : les professions libérales et notamment les avocats se montrent très fortement opposées à cette réforme.

La rentrée va être occupée par de nombreuses réformes : réforme des retraites, lois sur l'assurance-chômage, lois de bioéthique, etc. Sont-elles susceptibles de mobiliser une opposition sociale ? Sous quelle forme est-ce le plus probable ?

La fameuse « convergence des luttes sociales » est davantage un mythe qu’une réalité aujourd’hui. Pour qu’un front uni des mécontentements apparaisse il faut un ciment unificateur : mais les réformes en cours sont présentées par le gouvernement comme partie prenantes d’un vaste chantier de redistribution qui consiste à redonner aux uns et à reprendre à d’autres. Si l’on prend le cas de la réforme des retraites, le système actuel est présenté par l’exécutif comme injuste, avec des catégories de Français qui ont des avantages que d’autres n’ont pas. Néanmoins cette rhétorique du retour à des solutions plus équitables, plus lisibles, plus justes, va être rapidement confrontée aux réalités : les négociations entre le gouvernement et les partenaires sociaux vont commencer à la rentrée et l’on voit déjà que les syndicats, mêmes la CFDT, expriment des mécontentements et des oppositions fortes à cette réforme. Il y a d’autres terrains minés sur le front social : la réforme de l’indemnisation du chômage, celle de la fonction publique ou encore la réforme des lycées. Le gouvernement va devoir montrer, à travers sa conduite de ces réformes, qu’il a doublement tenu compte de la crise sociale et démocratique que nous avons vécus entre l’automne 2018 et le printemps 2019 : sur le contenu et sur la méthode des réformes. Ce n’est pas gagné car dans le même temps le temps presse pour le gouvernement : la légère baisse du chômage ne constitue pas un bilan positif suffisant sur le plan socio-économique. Nous sommes déjà à mi-mandat… ! La loi bioéthique et sa mesure emblématique sur la PMA sera sans doute gérée par l’exécutif de manière à ne pas reproduire le scénario des manifestations contre le mariage pour tous en 2012/2013. La méthode de travail et de concertation avec toutes les sensibilités qui existent dans le pays sur cette question sera un point déterminant. Un important travail en amont a déjà été fait, il restera au gouvernement à faire la pédagogie de son action et de ses choix.

Pour conclure, je dirais qu’Emmanuel Macron n’est pas encore sorti de la crise que nous avons vécue ; il semble bien en être conscient. Une série d’étincelles peut tout à fait faire tout repartir. Si l’exécutif semble axer toute sa communication sur l’idée d’un « acte 2 » du quinquennat, plus « social » et avec une nouvelle communication (plus « humble »), la seconde partie du mandat va également donner lieu aux premières analyses d’impact du macronisme sur les grandes inégalités sociales et économiques. Une vraie épreuve de vérité dont les résultats joueront un rôle très important sur les stratégies des acteurs politiques dans la perspective de 2022…

Propos recueillis par Augustin Doutreluingne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 21/08/2019 - 17:29
bouteilles en plastique ?
Peut-on boire autre chose si on ne boit comme moi que de l'eau .?? Quant à l'infertilité masculine, j'ai entendu dire que la cause en est "les perturbateurs endocriniens "
Ganesha
- 21/08/2019 - 16:23
Cloette
Je suis ravi de découvrir que vous m'avez lu !

C'est 3% des naissances : une sur trente !

Buvez-vous des boissons contenues dans des bouteilles en plastique ?

Avez-vous lu la dernière phrase de mon second message ?
clo-ette
- 21/08/2019 - 16:03
PMA
1% de la population concernée, dictature des minorités que de mettre ce sujet qui n' aucune importance sur la table .Il y a des familles avec de nombreux enfants, pauvres, des gens qui dorment dehors ( y compris des travailleurs pauvres ), des gens malades qui se soignent mal, des innocents en prison, des dépressifs et j'en passe, et on nous gave avec la "pma" . Drôle d'époque !