En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 2 heures 14 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 3 heures 14 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 9 heures 22 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 12 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 12 heures 58 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 13 heures 29 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 14 heures 6 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 26 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 6 heures 29 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 8 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 9 heures 43 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 11 heures 41 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 12 heures 6 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 12 heures 38 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 13 heures 8 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 13 heures 46 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 14 heures 15 min
© Manan VATSYAYANA / AFP
© Manan VATSYAYANA / AFP
Une question de liberté

Les événements de Hong Kong marqueront-ils un tournant dans la politique très pro-chinoise (et de moins en moins libérale) de l’Occident ?

Publié le 15 août 2019
La fascination pour le régime autoritaire chinois et les intérêts économiques occidentaux en Chine rendent ce virage improbable.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fascination pour le régime autoritaire chinois et les intérêts économiques occidentaux en Chine rendent ce virage improbable.

Tian’Anmen et le pacte faustien du capitalisme occidental avec le parti communiste chinois

 
Il y a trente ans, l’Occident assistait à la répression de la place Tian’Anmen. On était en plein effondrement de l’Empire soviétique en Europe centrale. A l’époque, les médias parlèrent d’au moins plusieurs centaines de morts lors de la répression du 4 juin 1989. Aujourd’hui, nous savons qu’il faut compter en milliers. L’ambassadeur britannique à Pékin fit même parvenir un télégramme dans lequel il avançait le chiffre, donné par une source chinoise confidentielle, de 10 000 morts. Or ce fut le moment choisi par l’Occident pour amorcer une coopération économique de grande ampleur avec la Chine. Il faut même être plus précis: nous avons fait le choix, après Tian’Anmen, de faire de l’économie chinoise l’un des deux réacteurs de l’économie mondialisée, l’autre étant la production monétaire américaine apparemment sans limites. 
 
Depuis 1971, le dollar avait été coupé de toute référence à l’or, par le même Richard Nixon qui avait décidé de tendre la main à la Chine. Deux décennies plus tard, il était devenu évident que la production monétaire américaine, aussi indispensable fût-elle à la croissance de l’économie mondiale, pouvait à tout moment dégénérer en inflation massive - d’abord aux Etats-Unis. Il suffisait pour cela que les salariés américains se mettent à réclamer d’avoir leur part de la croissance du revenu des entreprises. Mais les dirigeants politiques et industriels américains ont progressivement mis au point le facteur de rééquilibrage: la Chine offrait une main d’oeuvre très abondante, docile, corvéable à merci - surtout quand il s’agissait des enfants conçus au-delà du quota d’un enfant par famille, estimés à plusieurs centaines de millions et dotés d’un statut de semi-légalité. Progressivement, tout au long des années 1990-2010, la Chine est devenu l’atelier industriel du monde occidental. En 2001, bien loin de l’indignation sur les événements de Tian’Anmen, la Chine était accueillie dans l’OMC. Son entrée effective était réalisée en 2008, au moment où le système financier mondial vacillait, dopé à l’injection permanente de nouveaux dollars, vacillait sur ses bases.  
 
Durant toutes ces années, nos médias, nos experts, nos responsables politiques, n’ont cessé de célébrer le décollage économique de la Chine, sa modernisation. Parmi toutes les évolutions, positives et apparemment inéluctables,  véhiculées par la mondialisation, l’accession de la Chine au statut de quasi-égal des Etats-Unis a été particulièrement mise en valeur. Au fond, l’Occident reproduisait le schéma de pensée des années 1970, quand Samuel Pisar expliquait que le commerce allait démocratiser l’Union Soviétique. A cette nuance de taille: la démocratisation de la Chine n’était pas une priorité; on acceptait qu’elle ne dépendît que des dirigeants chinois. Par une sorte de néo-colonialisme inavoué ou inconscient, on ne jugeait pas utile de réfléchir du point de vue des citoyens chinois. Malgré deux guerres mondiales menées pour l’universalisme des valeurs, nous sommes tombés en plein relativisme culturel: la Chine a sa propre voie vers la modernité, une modernité économique qui semble pouvoir se passer de la modernité politique. Il est tout à fait significatif que le grand président progressiste de ces dernières années, Barack Obama, ait décidé d’un « tournant asiatique » de la politique américaine. Loin de lui en vouloir, l’Union Européenne, emmenée par l’Allemagne, a aussi effectué son « tournant chinois »; après tout la Chine ne suivait-elle pas le même chemin que l’Allemagne de Bismarck: réaliser la modernisation économique sans modernisation politique? Et si un observateur faisait remarquer que cela s’est mal terminé dans le cas de l’Allemagne, on le traiterait d’esprit chagrin: nous vivons désormais dans un monde ouvert, progressiste avancé, où l’individu est théoriquement libre de s’enrichir. 
 
 

Plutôt Xi Jiping que Donald Trump?  

 
Rien n’a été plus significatif que la réaction d’Angela Merkel à l’élection de Donald Trump, consistant à s’inquiéter pour les valeurs démocratiques et le libre-échange et à se tourner vers la Chine pour le maintien d’un « monde ouvert ». Effectivement, Donald Trump, soucieux de retisser un lien social dans un pays très malmené par la mondialisation, s’en est immédiatement pris aux asymétries de la relation économique sino-américaine, à commencer par le déficit commercial. A l’inverse, l’Allemagne d’Angela Merkel, obsédée par le maintien des critères de gestions de l’euro, a laissé la Chine investir massivement dans une Europe du Sud que Berlin ne veut pas voir bénéficier de transferts financiers internes à la zone euro. La relation à la Chine est devenue la pierre de touche de nos débats politiques occidentaux. Et il est particulièrement frappant que le camp progressiste, en Occident, s’accroche au partenariat inconditionnel avec Pékin à un moment où le régime chinois connaît un durcissement sans précédent. 
 
Le Parti Communiste Chinois, en effet, est inquiet pour son avenir. Plus les classes moyennes s’accroissent, plus la revendication de liberté politique va se faire entendre. Elle est d’autant plus probable que l’Occident étant fragilisé financièrement, il peut moins acheter de produits industriels chinois. Il va falloir développer le marché intérieur chinois. Mais on n’a jamais vu un marché national se développer sans exigence de participation des nouvelles élites économiques à la décision politique. C’est la raison pour laquelle le régime de Xi Jiping est le lieu d’un durcissement inouï, néo-maoïste. Une immense campagne de lutte anti-corruption a été lancée, qui est un moyen de se débarrasser des adversaires politiques de l’actuelle équipe dirigeante et, surtout, du nouveau Grand Timonier. Ce dernier a fait sauter la règle qui voulait qu’un président chinois, depuis Deng Xiao Ping, n’effectue pas plus de deux mandats de cinq ans. Xi Jiping est désormais président à vie. Progressivement le parti s’est donné les moyens de contrôler comme jamais la vie des citoyens: la révolution digitale permet de contrôler les individus dans les moindres détails; ils disposent désormais d’un « compte social » et, selon les données numériques collectées par les autorités les concernant, ils peuvent voir leur liberté de circulation se restreindre. 
 

L’état de droit menacé à Hong Kong

 
C’est dans ce contexte néo-totalitaire que surviennent les événements de Hong Kong. Apparemment, le prétexte de la loi d’extradition vers la Chine est banal: il s’agirait de pouvoir juger les individus là où ils ont commis un crime; or se réfugier à Hong Kong a été, pour des individus recherchés en Chine, un moyen d’échapper à la justice de la Chine communiste. Rien ne disait a priori qu’il puisse s’agir d’un moyen de pression de la République Populaire de Chine sur la Cité bénéficiant d’un statut spécifique dans le cadre de l’accord de 1984 entre la Chine et la Grande-Bretagne (« un pays, deux systèmes »). C’est bien comme cela, pourtant, que les citoyens de Hong Kong l’interprètent. Ils vivent à la marge d’un pays néo-totalitaire. Ils savent que chez eux ne se réfugient pas seulement des criminels de droit commun désireux de bénéficier de l’état de droit le plus solide d’Asie, mais aussi des persécutés politiques du régime chinois. Récemment, le Saint-Siège, sous l’impulsion peu inspirée du Pape François, a signé un accord avec la Chine populaire donnant à cette dernière une grande latitude dans les nominations d’évêques; c’est de Hong Kong que sont parties les critiques les plus sévères de l’accord diplomatique négocié à la va-vite par le Cardinal McCarrick (depuis lors rétrogradé à l’état laïc pour cause de scandale de moeurs); que se passerait-il le jour où des Chrétiens persécutés de Chine continental réfugiés à Hong Kong se verraient l’objet d’une demande d’extradition par Pékin?  Les observateurs occidentaux n’ont pas seulement été surpris par la mobilisation de plus d’un million de personne à deux reprises. Ils s’étonnent de voir que, malgré la suspension du projet de loi, la mobilisation se radicalise. Les manifestants veulent un retrait pur et simple du projet de loi. L’accord de 1984 entre Londres et Pékin prévoyait une période de transition de cinquante ans (1997-2047) avant la réintégration complète de Hong Kong à la Chine; on n’en est même pas à la moitié de cette période de transition et les citoyens de Hong Kong ont peur de voir leur état de droit purement et simplement aboli. Comment, de fait, ne pas se dire que Hong Kong est une épine dans le pied de Xi Jiping et qu’il avait espéré entamer en douceur les libertés politiques du territoire - ne s’attendant pas à une réaction aussi virulente? Lorsque Margaret Thatcher avait signé l’accord de restitution progressive de Hong Kong à la Chine, cette grande combattante de la liberté pouvait raisonnablement espérer qu’au moment où Hong KOng redeviendrait complètement chinoise, la Chine serait devenue une démocratie. c’était sans compter sur les choix faits par les successeurs de Margaret Thatcher qui, en sortant le libéralisme économique de son cadre national, ont amorcé la dérive autoritaire néolibérale, si confortable pour la Chine, puisqu’elle n’est plus sous pression politique de l’Occident pour se démocratiser. 
 

Berlin-Est 1953, Budapest 1956, Prague 1968, Gdansk 1980, Tian’Anmen 1989....et Hong Kong 2019?   

 
Au moment où je rédige ces lignes, des milliers de camions des forces de l’ordre, policières et paramilitaires, chinoises sont rassemblées à la porte de Hong Kong. Le président Trump, retrouvant instinctivement une attitude très reaganienne, a twitté « Je connais bien le président chinois Xi. C’est un grand leader respecté par son peuple.  Il sait rester humain dans une « activité très dure ». Je n’ai AUCUN doute que s’il voulait résoudre rapidement et humainement le problème de Hong Kong, il le puisse. Une rencontre personnelle? ». Les Chancelleries occidentales font savoir leur préoccupation. La Chine avertit contre les tentations d’ingérence. Comment ne pas avoir le sentiment d’être replongé dans les années 1980 lorsque l’on a vu ces foules chanter « Singing Halleluiah to the Lord » ou « Do You Hear the People Sing? », un extrait de la comédie musicale « Les Misérables ». Le Christ et Victor Hugo mobilisés pour la liberté, cela rappelle furieusement la Gdansk du syndicat Solidarité ou la révolution de velours à Prague. Remonte aussi le souvenir de Berlin 1953, Budapest 1956, Prague 1968....ou Tian’Anmen 1989. Mais nous sommes trente ans plus tard. Les manifestants de Hong Kong ont proclamé, tout au long du printemps 2019, leur parenté avec les Gilets Jaunes et les autorités de Hong Kong ont déployé une maestria dans la disqualification des manifestants encore plus évidente que celle du gouvernement français face aux mêmes Gilets Jaunes, à l’hiver 2018: ce ne sont pas des groupes anarchistes mais la pègre locale qui a été mobilisée pour s’en prendre aux manifestants, les pousser dans l’engrenage de la violence, ce qui n’a pas manqué de se passer. Des débordements ont eu lieu, des citoyens de la République populaire de Chine ont été molestés, offrant à Pékin le prétexte idéal pour une intervention. 
 
L’évolution des événements fait plutôt parier pour un mélange de pression et de rouerie diplomatique de la part de Pékin. La solution optimale pour le gouvernement chinois serait à la fois de ne pas intervenir - au grand soulagement des chancelleries occidentales - et de mettre en place un processus de concertation pour qu’une loi soit tout de même votée, même si le texte doit en être superficiellement réécrit. Cela permettrait à la Chine de continuer le « business as usual ». Une répression à la Tian’Anmen ferait trop de mal à la réputation de la Chine et la mettrait sur la défensive dans les négociations difficiles qu’elle mène avec le président Trump pour un nouvel accord commercial. 
 

Se détourner de la fascination chinoise, condition du retour à la prospérité de nos démocraties

 
Cependant, une sortie de crise négociée ne devrait pas dispenser l’Occident d’effectuer un tournant dans sa politique de relations avec la Chine. Avons-nous pris garde à la manière dont nous avons fragilisé notre démocratie dans le « pacte faustien » que nous avons passé avec Pékin après 1989? Le capitalisme peut-être la meilleure comme la pire des choses selon qu’il est couplé ou non au libéralisme politique. Or, faire alliance avec le régime post-maoïste - et aujourd’hui néo-maoïste - a non seulement permis au quantitative easing américain de se déployer sans freins mais cela a aussi conduit à affaiblir la démocratie en Occident. Que les démocrates américains puissent, encore aujourd’hui, passer leur temps à mettre en cause la légitimité de Donald Trump, a beaucoup à voir avec leur fréquentation assidue du régime chinois; que l’Union Européenne, Allemagne en tête, puisse développer un mépris tel de la démocratie que le moindre « non » majoritaire à un référendum sur la politique européenne soit immédiatement disqualifié par la bureaucratie bruxelloise et les gouvernements nationaux, est indéniablement le résultat d’une fascination pour le « bolchevisme consultatif » qui caractérise le même régime chinois, que le leader s’appelle Mao, Deng ou Xi. 
 
Tout se tient: en même temps que nous avons rétréci nos marchés intérieurs, la mondialisation poussant le pouvoir d’achat des classes moyennes à la baisse, nous avons aussi réduit nos libertés politiques. Nous voici donc à un tournant. Sommes-nous capables de voir dans les événements de Hong Kong l’incitation à un changement radical de la politique occidentale? Il s’agit de mettre fin à la parenthèse oligarchique prochinoise (mais que pouvait-on attendre d’autres des soixante-huitards arrivant au pouvoir?) qui a rongé de l’intérieur nos démocraties durant trente ans. Il s’agit de redécouvrir le secret de l’Occident: liberté économique et liberté politique sont inséparables si nous voulons avoir une chance que nos démocraties reviennent à la stabilité et prospèrent. Il est temps de mettre fin à notre fascination pour un régime qui a encore une très longue marche à entreprendre vers la liberté. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 17/08/2019 - 13:44
Et je ne plaisante pas !!!!
En lisant, je rêvais tout à coup d'un monde où plutôt que Macroléon, nous aurions n'importe quel président ( du moment qu'il se tienne bien et ne nous fasse pas honte) mais entouré de multiples conseillers qui seraient tous les clones d'Edouard Husson. Autant d'intelligence dans l'analyse et la synthèse, cela décoiffe même si on n'est pas obligé d'avoir la sympathie qui est la sienne pour Margaret Thatcher. Non! je ne plaisante pas et la meilleurs preuve , c'est que Bendidons, célèbre pour ne rien comprendre y compris ce qu'il ne sait même pas écrire est d'un avis contraire. Mais...les statues des grands hommes peuvent être prises pour des pissotières par des crétins et c'est ce qui nous réconforte...
Benvoyons
- 15/08/2019 - 18:22
Un article d'une immense rigolade
Avoir un tel pedigree pour s'en servir en tordant les vérités dans tous les sens pour en faire sortir l'inverse de ce quelles sont :)



CHABLIS
- 15/08/2019 - 18:04
bravo, c'est tellement vrai
mais sur un point essentiel, si le gouvernement chinois est pris au piège dans une négociation avec les contestataires, s'il ne s'en sort pas par la négociation, il n'hésitera pas une seconde et écrasera les contestataires sous les chenilles des chars, nos économies sont trop dépendantes aujourd'hui, notre veulerie a pris le dessus et personne ne bougera. M. Raffarin exprimera son amour de la chine, comme toujours, et j’achèterai mon prochain portable bourré de composants fabriqués en Chine avec des terres rares produites dans les mines chinoises puisqu'on ne veut pas se salir les mains.