En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 5 heures 33 sec
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 5 heures 59 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 10 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 12 heures 8 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 13 heures 30 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 15 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 15 heures 44 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 16 heures 15 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 16 heures 51 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 5 heures 12 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 9 heures 15 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 12 heures 29 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 14 heures 27 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 14 heures 51 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 15 heures 23 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 15 heures 54 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 17 heures 1 min
© FRED DUFOUR / AFP
© FRED DUFOUR / AFP
Mis à nu

Guerre commerciale États-Unis /Chine : les secrets de la stratégie de Pékin

Publié le 07 août 2019
La guerre commerciale est à son point culminant entre Pékin et Washington. Lundi, les Etats-Unis ont accusé la Chine, pour la première fois depuis 1994, de dévaluer le Yuan. Si la monnaie chinoise a franchi lundi son seuil le plus bas depuis 11 ans, le patron de la Banque centrale chinoise a nié les accusations américaines.
David Dollar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Dollar est un économiste américaine spécialiste de l'économie chinoise et des relations économiques entre la Chine et les Etats-Unis.
Voir la bio
Antoine Brunet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Brunet est économiste et président d’AB Marchés.Il est l'auteur de La visée hégémonique de la Chine (avec Jean-Paul Guichard, L’Harmattan, 2011). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La guerre commerciale est à son point culminant entre Pékin et Washington. Lundi, les Etats-Unis ont accusé la Chine, pour la première fois depuis 1994, de dévaluer le Yuan. Si la monnaie chinoise a franchi lundi son seuil le plus bas depuis 11 ans, le patron de la Banque centrale chinoise a nié les accusations américaines.

Atlantico :  Si l'on parvient à distinguer assez clairement la stratégie de Washington dans la guerre commerciale sino-américaine, celle de Pékin reste pour le moins obscure. Comme la Chineconsidère-t-elle mène-t-elle cette guerre commerciale ? 

Antoine Brunet : Il faut d'abord bien comprendre ceci : Trump et son principal conseiller commercial, Navarro, ont réalisé que la montée en puissance de la Chine résultait de la stratégie mercantiliste qu'elle a mise en oeuvre avec succès en vue d'obtenir des excédents commerciaux massifs et renouvelés. Une stratégie amorcée dès les années 1990 qui s'est accentuée en 2001 (date à laquelle la Chine arrache son adhésion à l'OMC) et qui a marqué un  point énorme en 2008 (date à laquelle la Chine a indirectement infligée la Grande Récession aux pays occidentaux). 

En enclenchant en mars 2018 la guerre commerciale avec la Chine, Trump vise ni plus ni moins qu'à enrayer cette stratégie mercantiliste de la Chine. On se trouve depuis lors en présence de deux projets radicalement opposés : Washington veut réduire les excédents commerciaux de la Chine mais Pékin entend à l'évidence lui résister et maintenir un excédent colossal. Quand Washington installe des droits de douane sur les produits made in China, Pékin réagit en imposant à son tour des droits de douane sur les produits made in USA. 

Mais comme les exportations américaines vers la Chine sont quatre fois moindres que les exportations chinoises vers les Etats Unis, l'impact des droits de douane américains sur les exportations chinoises risque de devenir plus important que celui des droits de douane chinois sur les exportations américaines. C'est pourquoi la Chine recourt à deux rétorsions supplémentaires contre les Etats Unis : elle met en place des quotas d'importation drastiques sur les produits agricoles américains et elle recourt à une dévaluation délibérée du yuan contre dollar. Ainsi, le dollar qui était coté à 6,30 yuan en mars 2018 (avant que Trump n'ouvre les hostilités commerciale) se cote le 5 août 2019 à 7,05 yuan, soit une dépréciation de 12% du yuan contre dollar qui est aussi une dépréciation de 12 % du yuan contre la plupart des autres monnaies (l'euro en particulier). Or cette énorme dévaluation du yuan intervient alors qu'initialement, le yuan était  déjà considérablement sous-évalué : les statisticiens du FMI considèrent que le cours dollar/yuan devrait se situer en 2019 à 3,50 yuan. Le yuan, qui était donc déjà sous-évalué de 44,5% en mars 2018, l'est maintenant de 50,5%. Ce qui est absolument inacceptable pour les autres pays.

David Dollar :  Il y a trois composantes à la stratégie chinoise dans la guerre commerciale qui l’oppose aux Etats-Unis. Premièrement, la Chine entend ouvrir graduellement son économie, une stratégie que le pays suit de près et à laquelle il se tiendra. Deuxièmement, Pékin préfère entretenir et maintenir une bonne entente avec Washington sur le plan économique. En ce sens, le pays est donc prêt à faire des concessions. En revanche, il ne tolérera pas de campagne d’intimidation, qu’elle émane des États-Unis ou de n’importe quel autre pays. Ainsi, si Washington impose de lourdes sanctions économiques à la Chine, le pays lui renverra la pareille. 

Moins démonstratif que Donald Trump, Xi Jinping a pourtant des armes politiques et économiques pour rivaliser avec les Etats-Unis, notamment la maîtrise de sa monnaie. En quoi la Chine est-elle, malgré les efforts de communication de Donald Trump, mieux armée et plus agressive dans cette guerre commerciale et monétaire ?

Antoine Brunet : Tout d'abord, au vu du comportement récent de Pékin, les économistes traditionnels devraient enfin admettre ce qu'ils ont trop longtemps nié : sous-évaluer sa monnaie comme la Chine le fait à grande échelle depuis 1994, c'est complètement analogue à pratiquer des protections douanières à grande échelle. En compensant des droits de douane par une dévaluation délibérée du yuan, la Chine ne fait que confirmer ce que nous avons toujours affirmé : il était franchement débile, au nom du libre-échange et de l'OMC, de s'interdire des protections douanières contre le made in China puisque l'énorme sous-évaluation du yuan pratiquée depuis 25 ans par la Chine équivalait à une énorme protection douanière de la Chine face au made in USA ou au made in  Europe.

La Chine en réalité va  jusqu'à surcompenser les sanctions douanières par sa manipulation du cours du yuan. C'est cela qui explique qu'en dépit des droits de douane institués par Trump, l'excédent commercial chinois non seulement ne recule pas mais rebondit : au cours des 6 premiers mois de 2019, l'excédent commercial annualisé fluctue autour de 500 Milliards de dollars.

L'interrogation concerne l'aisance avec laquelle Pékin réussit à manipuler le cours du yuan. C'est pourtant très simple: pour porter en deux séances (du jeudi 1er aout au lundi 5 aout) le dollar/yuan de 6,90 à 7,05, il  a suffi à la banque centrale chinoise de se porter très fortement vendeuse de yuan (et acheteuse de dollars) jusqu'à ce que le yuan soit descendu à 7,05 pour 1 dollar. Dans un même mouvement, la banque centrale chinoise a donc à la fois déprécié le yuan et accumulé des dollars. Double avantage pour elle.

On pourrait en conclure que la Chine est imperméable à toute réaction des Etats Unis. Cela n'est pas le cas. En répondant par deux coups à chaque nouveau coup porté par les Etats Unis, la Chine s'expose à ce que les Etats Unis en viennent à l'arme suprême, celle consistant à mettre en place des quotas d'importation drastiques à l'encontre des produits made in China : puisque la Chine s'obstine à conserver une sur-compétitivité qui est déstabilisatrice pour les Etats Unis (et pour les autres pays aussi), il faudra que les Etats Unis en arrivent à interdire l'entrée des produits made in China sur le territoire américain.

David Dollar : A mon sens, la Chine est avantagée dans cette guerre commerciale puisque sa stratégie est claire et que le pays est prêt à accepter  les conséquences de son affrontement économique avec Washington. Par là même, des conséquences néfastes sur l’économie chinoise n’empêcheront pas Pékin de maintenir ses positions ni de rendre la pareille aux États-Unies.
 
Pour autant, je n’ai pas l’impression que la Chine soit si agressive qu’on voudrait le faire croire dans la guerre commerciale qui l’oppose aux Etats-Unis. Par exemple, accepter la dévaluation du Yuan, est une mesure défensive pour Pékin mais aussi un moyen d’envoyer un message clair à Donald Trump. Sans être à l'origine de l'offensive, le pays de la sorte qu'il répondra sans faute à n’importe quelle sanction et mesure économique prise par Washington à son encontre.  En somme : Xi Jinping cherche à faire entendre à Donald Trump que ni sa politique ni le poids économique des États-Unis ne lui font peur.
 
Par ailleurs, il est indéniable que les tensions entre les deux pays deviennent de plus en plus inquiétantes et dangereuses. Face à cette situation, l’administration américaine doit trancher : soit elle continue de faire monter les enchères dans cette guerre commerciale, soit elle accepte de discuter avec Pékin afin de trouver,  sinon un accord, du moins un compromis qui pourrait satisfaire les deux États. 


L'attitude de Pékin s’inscrit-elle dans une stratégie de puissance plus large que le simple aspect économique ? Jusqu’où les dirigeants chinois seraient-ils prêts à aller ?

Antoine Brunet : La stratégie de domination commerciale de la Chine est la base essentielle d'une stratégie qui est beaucoup plus large et qui est en réalité multidimensionnelle, une stratégie impérialiste qui vise à évincer les Etats Unis afin de dominer le monde entier.  Sans chercher à être exhaustif, mentionnons ici quelques médiations entre la puissance commerciale à laquelle la Chine refuse de renoncer et sa puissance géopolitique :
  • Grâce au renouvellement d'excédents commerciaux colossaux, la Chine est en mesure de financer la poursuite de sa percée technologique (en recourant à l'espionnage et au hacking des pays concurrents mais aussi à des efforts de recherche par des chercheurs chinois ou par des chercheurs étrangers qu'elle peut rémunérer grassement).
  • Ces progrès technologiques lui permettent d'accentuer encore son industrialisation aux dépens des pays rivaux qui sont de ce fait confrontés à une désindustrialisation supplémentaire. Après l'acier et les aciers spéciaux, la télévision et l'électro-ménager. Après la télévision et l'électro-ménager, les ordinateurs. Après les ordinateurs, les éoliennes et les panneaux solaires. Après les éoliennes et les panneaux solaires, la téléphonie. Après la téléphonie, la robotique et le digital. Après la robotique et le digital, les semi-conducteurs eux-mêmes.....
  • L'énorme source de financement que constituent pour la Chine ses excédents commerciaux renouvelés lui permet aussi de "cornériser" toutes sortes de ressources rares sur la planète. Du fait de sa capacité à surenchérir, la Chine s'approprie aussi bien de nombreuses terres agricoles fertiles (en Afrique, en Amérique Latine et même en France) que des gisements de métaux rares et de terres rares en sorte de pouvoir étrangler, le moment venu, les entreprises occidentales qui produisent encore plus de la moitié de la production de semi-conducteurs mais qui sont dépendantes de leurs approvisionnements en terres rares et en métaux rares.
  • Ses excédents commerciaux renouvelés permettent aussi à la Chine de financer une politique diplomatique très active. Il est désormais évident que l'opération Routes de la Soie qu'elle a amorcée en 2015 vise à ce que la Chine, en finançant à l'étranger des infrastructures pharaoniques, se soumette indirectement des pays entiers. Ainsi, on a déjà vu la Chine, grâce à cette initiative, obtenir une emprise significative aussi bien sur de nombreux pays d'Europe (Europe de l'Est, Grèce, Italie, Portugal) que sur des pays de l'Asie Centrale (Kazakhstan, Pakistan). Mais Pékin ne s'est pas limité aux pays situés sur la trajectoire qui relia, il y a plusieurs siècles, la Chine à l'Europe de l'ouest. Désormais Pékin propose l'opération Routes de la Soie aux pays de l'Asie du sud, aux pays de l'Afrique, aux pays de l'Amérique Latine, tous pays qui ne s'inscrivent en aucune façon sur la trajectoire qui relia la Chine à l'Europe de l'ouest. Ce glissement de la Chine indique qu'elle n'entend pas se limiter à se subordonner l'Europe et l'Asie Centrale mais qu'elle a aussi appétit à se subordonner l'Asie du sud, l'Afrique et l'Amérique Latine.
  • Ses excédents commerciaux renouvelés permettent aussi à la Chine de développer des programmes d'armement et des programmes spatiaux très ambitieux. Ce à quoi elle s'emploie de plus en plus activement.

On le voit. La guerre commerciale amorcée par Trump contre Pékin relève en réalité d'une question de sécurité nationale pour les Etats Unis. Les autres grands pays devraient aussi se sentir concernés. Laisser la Chine réaliser un excédent commercial de 500 milliards de dollars, c'est en effet s'exposer à ce que la Chine évince non seulement les Etats Unis mais aussi tous les autres grands pays pour les vassaliser tous et leur imposer sa suzeraineté impérialiste.

David Dollar : L'approche suivant laquelle la Chine envisage, au sens large, les relations économiques est en accord avec la manière dont elle interagie avec les Etats-Unis et le reste du monde. En effet, la Chine veut être perçue comme étant l'une des plus grandes puissances mondiales et elle est prête à coopérer avec les Etats-Unis, l'Europe et le reste du monde si cette coopération se fait sur un pied d'égalité. Or, les pays occidentaux ont encore bien du mal à accepter la Chine en tant que nouvelle puissance mondiale. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 08/08/2019 - 08:44
Vietnam gagnant.
En fait, actuellement, ce sont les économies limitrophes de la Chine comme le Vietnam qui profitent de la crise et dont les exportations grimpent en flèche.
evgueniesokolof
- 07/08/2019 - 17:30
On pensait que
...David Dollar c'était un gage de sérieux mais, manifestement, il a mis des quotas sur ses livraisons! Bon au moins, par rapport à JMS cela a l'avantage de poser la question essentielle qui est celle de la structure industrielle. On peut dévaluer, taxer et faire ce que l'on veut, la question essentielle est: y a -t-il une alternative aux importations chinoises au niveau de l'industrie US ( mais la question vaut tout autant pour l'Europe) Rappelons que ce con de Clinton avait dit que ce n'était pas bien grave si l'industrie disparaissait puisqu'elle serait remplacée par des services que l'on vendrait aux chinois comme si les chinois allaient acheter les services rendus par les services de santé ou d'enseignement ou de fumeux services de conseils produits par les "ing" et"logues" de tous poils. La question centrale est celle de la ré industrialisation des économies occidentales et à tout le moins, dans cette affaire , les USA ont Trump pour envoyer balader les écolos. Nous, on est plumé par Bruxelles tous les jours: Lisez le bouquin de F Gervais sur le leurre climatique!
ajm
- 07/08/2019 - 17:10
Recyclage des excédents commerciaux.
Je ne comprends guère les propos d'AB sur l'utilisation des excédents commerciaux comme arme de guerre stratégique par la Chine. En fait, les dollars ( et autres, l'euro aussi) de réserve générés par ces excédents Chinois sont toujours recyclés actuellement dans l'achat par la banque centrale de Pékin de dettes souveraines occidentales, essentiellement US, dans le développement du tourisme de masse des citoyens chinois hors de leur pays, dans l'achat de biens immobiliers et d'actifs diversifiés par les hommes d'affaires et membres de la nomenklatura, bien plus que dans l'acquisition d'actifs stratégiques en Occident, ces derniers faisant d'ailleurs l'objet d'une surveillance étroite et pouvant , à tout moment, être expropriés ou mis sous séquestre par les Etats concernés en cas de crise. S'agissant de biens immobiliers, terres, mines, vignes, etc..ils ne peuvent être délocalisés de toute façon.