En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

02.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

03.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

04.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

05.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

06.

Bilan post-Covid-19 : les Français totalement déboussolés à l’insu de leur plein gré

07.

Libye : cette responsabilité française qu’Emmanuel Macron ne doit pas oublier quelles que soient celles de la Turquie aujourd’hui

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 8 min 18 sec
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 41 min 53 sec
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La sortie de crise dépend essentiellement des comportements individuels des populations

il y a 3 heures 41 min
pépites > France
Candidature
Défenseur des droits : l'Elysée envisage de remplacer Jacques Toubon par Claire Hédon
il y a 16 heures 17 min
Représailles
L’Inde décide d’interdire 59 applications chinoises, dont TikTok et WeChat, pour raisons de "sécurité"
il y a 17 heures 44 min
pépites > Politique
Fin de la langue de bois
Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel
il y a 18 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La rafle des notables" de Anne Sinclair : magnifique témoignage sur un camp de concentration méconnu, celui de Royallieu, réservé aux Juifs pendant la guerre de 1940

il y a 20 heures 50 min
pépites > Justice
PNF
Affaire des "écoutes" de Nicolas Sarkozy : Nicole Belloubet demande l'ouverture d'une inspection sur les investigations du parquet national financier
il y a 21 heures 53 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 20 min 25 sec
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 3 heures 24 min
décryptage > International
Fin des haricots occidentaux

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

il y a 3 heures 55 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
L'eau des égouts a été déversée par erreur sur une plage d'Acapulco
il y a 16 heures 59 min
light > Media
Validation de l’offre de reprise
Soulagement pour Presstalis qui va devenir France Messagerie
il y a 18 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les parfums" de Grégory Magne : une comédie dramatique aux fragrances et aux émotions délicates…

il y a 20 heures 32 min
pépites > Economie
Licenciements
Airbus : les aides de l'Etat pourraient sauver 2.000 emplois en France, selon Jean-Baptiste Djebbari
il y a 21 heures 13 min
pépite vidéo > International
Inquiétudes pour les libertés
Loi sur la sécurité : la répression des autorités se poursuit à Hong Kong
il y a 22 heures 35 min
© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP
Schizophrénie tricolore

Interdiction en trompe l’oeil : la France, premier importateur européen de gaz de schiste américain

Publié le 02 août 2019
Des nombreuses annonces catastrophistes qui, avec une rapidité surprenante, entre 2010 et 2014, ont permis aux ONG environnementales de bloquer le développement de cette ressource énergétique dans l’UE.
Samuel Furfari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samuel Furfari est docteur en sciences appliquées, ingénieur chimiste et ingénieur industriel. Il a été durant trente-six ans haut fonctionnaire à la Direction générale de l'énergie de la Commission européenne. Il enseigne depuis 2003 la géopolitique de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des nombreuses annonces catastrophistes qui, avec une rapidité surprenante, entre 2010 et 2014, ont permis aux ONG environnementales de bloquer le développement de cette ressource énergétique dans l’UE.

"Une bulle spéculative est en train de se créer et finira par exploser", écrivait Le Monde Diplomatique de mars 2013, en citant NafeezMosaddeq Ahmed, un politologue britannique ; le mensuel n’hésitant même pas de titrer « Gaz de schiste, la grande escroquerie ». Ceci n’est qu’un exemple des nombreuses annonces catastrophistes qui, avec une rapidité surprenante, entre 2010 et 2014, ont permis aux ONG environnementales de bloquer le développement de cette ressource énergétique dans l’UE. Cette rapidité est à comparer aux décennies qu’il a fallu pour parvenir à arrêter le développement de l’énergie nucléaire, Les pisses-vinaigres verts annonçaient que les faillites allaient se multiplier, jusqu’à l’abandon de cette source d'énergie diabolique et détestée. 

Il est parfois intéressant de se plonger dans le passé récent pour se rappeler certaines "certitudes" comme celle-ci : on annonçait alors une « forte probabilité » que tout le secteur s’effondre, engendrant une crise économique bien pire que celle des subprimes.

Entretemps, les États-Unis sont devenus les leaders incontestés de la production d’hydrocarbures grâce à ce même gaz de schiste (il s’agit plus exactement de gaz de roche mère). Avec 15 millions de barils par jour en 2018, ils sont les premiers producteurs de pétrole, devançant l’Arabie Saoudite et la Russie , qui en ont produit respectivement 12 et 11 millions de barils par jour. C’est ce qui explique que malgré les tensions dans le détroit d’Ormuz, « nous ne roulons pas toujours pas tous en vélo ».

 

Quant au gaz naturel , les USA sont une fois encore les premiers producteurs avec 832 milliards de m³ en 2018, devant la Russie et le Qatar, avec respectivement 670 et 176 milliards de m³.Le président Barack Obama (démocrate, rappelons-le), convaincu que les pétrole et gaz de schiste allaient créer un changement paradigmatique, avait créé ,au sein du Département d’état,le Bureau of EnergyResourcesafin de forger la politique énergétique internationale, renforcer la sécurité énergétique des États-Unis et du monde, et répondre aux défis énergétiques du monde entier. Il l’avait fait afin d’utiliser cette nouvelle géopolitique énergétique pour diriger la géopolitique tout court des États-Unis.  Ce bureau assure la sécurité énergétique des États-Unis, de leurs partenaires et alliés en soutenant la diversification des sources d'énergie, des approvisionnements provenant de toutes les sources d'énergie et des routes maritime qui transportent les hydrocarbures. Par ailleurs, il a vocation à réduireles obstacles au commerce et au développement de l'énergie en favorisant des secteurs de l'énergie ouverts, transparents et fondés sur le marché afin de promouvoir les intérêts économiques des États-Unis. Ses actions visent aussi à empêcher les terroristes et les régimes voyous d'utiliser les ressources énergétiques pour financer la violence ou déstabiliser les activités qui nuiraient aux États-Unis et à leurs alliés. En effet, cette nouvelle politique devait non seulement bénéficier aux États-Unis, mais aussi promouvoir l'accès universel à une énergie abordable et fiable, de manière à contribuer à réduire la pauvreté, de favoriser la croissance économique et de promouvoir la prospérité pour tous. 

Bien entendu le successeur de Barack Obama n’a pas fermé ce bureau ; bien au contraire,il l’utilise à fond.Il est aussi intéressant de souligner l’existence du "Office of FossilEnergy" du ministère de l'Énergie américain, une organisation composée d'environ 750 employés fédéraux, scientifiques, ingénieurs, techniciens et employés administratifs qui travaillent dans le domaine des énergies fossiles. Il est responsable des efforts fédéraux de recherche, de développement et de démonstration sur la production d'électricité avancée et du développement de solutions technologiques.  Cet office joue un rôle clé en aidant les États-Unis à assurer que la nation puisse continuer à compter sur ses ressources traditionnelles pour une énergie propre, sûre et abordable tout en améliorant la protection de l'environnement.Donc, contrairement à ce qui se passe en Europe, les États-Unis continuent à miser sur le développement des énergies fossiles. C’est d’ailleurs le cas de presque tous les pays du monde, tant pour la production que pour la consommation des énergies fossiles. Voyons un exemple en analysant les exportations de gaz naturel  américain. 

Exportations mondiales de GNL depuis les USA pour les 5 premiers mois de 2019 (données du Energy Department's Fossil Energy)

 

Au cours des cinq premiers mois de 2019, 193 cargaisons de gaz ont été expédiées depuis essentiellement Port Sabine, en Louisiane (les terminaux de Cameron et Corpus Christi étant plus récents et vont monter en puissance). L’UE a importé 6,4 milliards de m³ de gaz de schiste américain, soit 1,4 fois plus que l’Asie de l’Est et Pacifique. Presque un jour sur deux, un méthanier vient décharger sa cargaison de gaz liquide dans un port Européen. Le 8 mars dernier,la Commission européenne a publié un communiqué indiquant que 35% des exportations américaines de GNL arrivaient dans l’UE,en expliquant que cela était un résultat de la visite du 25 juillet 2018 de Jean-Claude Junker à Washington pour « convaincre » Trump d’envoyer du gaz américain dans l’UE. C’est vrai , mais ces importations résultent aussi d’un prix de vente plus intéressant dans l’UE qu’en Asie, le marché du gaz naturel  devenant enfin concurrentiel, comme je le démontre dans mes livres sur la géopolitique de l’énergie.

Si on examine à présent les pays importateurs européens de gaz de schiste américain, on doit observer que la France en est le principal avec 1,4 milliards de m³, suivi de près par l’Espagne avec 1,3 milliard de m³. 

Exportations de GNL depuis les États-Unis vers l’Europe pour les 5 premiers mois de 2019 (données du Energy Department's Fossil Energy)

 

Il est piquant de noter que le pays qui a interdit l'exploration et l’exploitation du gaz de schiste sur tout son territoire, et qui a mené le combat contre cette énergie en Europe, en soit le principal importateur européen et troisième importateur mondial derrière la Corée du Sud, le Mexique et à égalité avec le Japon.

Cela ne doit pas vraiment surprendre : en matière de politique énergétique, il y a un gouffre entre les paroles et les faits, qui eux sont têtus. La réalité du monde de l’énergie est que les énergies fossiles représentent encore 84% de toute l’énergie consommée. Sur les dix dernières années, la part des énergies renouvelables n’a représenté que 21% de la croissance totale de la demandeénergétique mondiale, c'est-à-dire qu’en valeur absolue la consommation des énergies fossiles est en croissance en dépit des milliards de financements en faveur des énergies vertes. Les irréductibles peuvent avancer que cela va changer ; il faut beaucoup de foi pour le croire, puisque la Convention de Rio sur le changement climatique date déjà de 1992.

Alors pourquoi cette profonde différence entre les discours médiatiques et politiques et la réalité ? Pour une raison simple : l’énergie est la même grandeur physique que le "travail" (au sens physique, tous les deux se mesurent avec l’unité qui s’appelle le Joule). Si on veut "travailler", ne serait-ce que pour vivre, il faut de l’énergie. Si on ajoute la qualité de vie, la demande de "travail" explose et donc aussi la demande en énergie. Hélas, les énergies renouvelables sont incapables, pour des raisons de nature physique que la politique ne peut changer, de concurrencer l'efficacité énergétique desénergies fossiles. Par ailleurs, comment dire désormais aux pays asiatiques ou africains en développement qu’ils doivent faire confiance aux énergies renouvelables, alors que l’UE est le principal importateur de gaz de schiste américain ?

Non, le gaz de schiste n’est pas une escroquerie et, si bulle il y a, ce n’est pas celle de ce gaz de schiste qui a révolutionnéil y a peu la géopolitique mondiale, mais bien celle des énergiessubventionnées appelées "vertes".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 02/08/2019 - 18:12
OUI
Cela ne fait que confirmer que nous sommes un pitoyable pays: nous avons fait Munich et nous avons eu le 6 juin 44 dont De Gaulle ne s'est jamais remis. Nous avons interdit le gaz de schiste mais l'importons des USA! Quand la farce climatique sera dénoncée pour ce qu'elle est on reprochera à Gore de nous avoir menti! Pauvre France , pauvre fiente!
Benvoyons
- 02/08/2019 - 15:49
L’extraction exothermique, voie d’avenir pour le gaz de schiste
L’extraction exothermique, voie d’avenir pour le gaz de schiste ?

"La nouvelle technique d’extraction, appelée Extraction Exothermique Non hydraulique, ou fracturation sèche, n’utilise ni eau, ni explosifs, ni acides, ni solvants. Elle fait l’économie de 0,5 % de produits chimiques présents dans les volumes d’eau injectés dans le sol par la fracturation hydraulique classique. Cette nouvelle technologie, développée en Chine puis au Texas, utilise au contraire des composants inertes, non toxiques et non caustiques."
"L’hélium est injecté dans le puits sous sa forme liquide puis la chaleur naturelle du sous-sol le réchauffe avec l’aide de réactions chimiques le fait passer au stade gazeux, gonflant ainsi son volume avec une grande force mécanique. Cette force est assez puissante pour fracturer la roche mère."

C'est au Mexique que les choses sont les plus avancées avec le pétrolier national Pemex qui l’utilisera pour le gisement Chicontepec.

& la France avec sa fabrique de......:)