En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

07.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 10 min 46 sec
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 16 heures 41 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 17 heures 40 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 18 heures 20 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 20 heures 44 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 21 heures 59 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 22 heures 49 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 23 heures 1 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 23 heures 16 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 15 heures 53 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 17 heures 1 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 18 heures 22 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 20 heures 32 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 21 heures 12 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 22 heures 21 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 22 heures 41 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 23 heures
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 23 heures 6 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 23 heures 26 min
© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP
Schizophrénie tricolore

Interdiction en trompe l’oeil : la France, premier importateur européen de gaz de schiste américain

Publié le 02 août 2019
Des nombreuses annonces catastrophistes qui, avec une rapidité surprenante, entre 2010 et 2014, ont permis aux ONG environnementales de bloquer le développement de cette ressource énergétique dans l’UE.
Samuel Furfari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samuel Furfari est professeur en géopolitique de l’énergie à l’Université Libre de Bruxelles, docteur en Sciences appliquées (ULB), ingénieur polytechnicien (ULB) et Président de la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels. Il a été durant...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des nombreuses annonces catastrophistes qui, avec une rapidité surprenante, entre 2010 et 2014, ont permis aux ONG environnementales de bloquer le développement de cette ressource énergétique dans l’UE.

"Une bulle spéculative est en train de se créer et finira par exploser", écrivait Le Monde Diplomatique de mars 2013, en citant NafeezMosaddeq Ahmed, un politologue britannique ; le mensuel n’hésitant même pas de titrer « Gaz de schiste, la grande escroquerie ». Ceci n’est qu’un exemple des nombreuses annonces catastrophistes qui, avec une rapidité surprenante, entre 2010 et 2014, ont permis aux ONG environnementales de bloquer le développement de cette ressource énergétique dans l’UE. Cette rapidité est à comparer aux décennies qu’il a fallu pour parvenir à arrêter le développement de l’énergie nucléaire, Les pisses-vinaigres verts annonçaient que les faillites allaient se multiplier, jusqu’à l’abandon de cette source d'énergie diabolique et détestée. 

Il est parfois intéressant de se plonger dans le passé récent pour se rappeler certaines "certitudes" comme celle-ci : on annonçait alors une « forte probabilité » que tout le secteur s’effondre, engendrant une crise économique bien pire que celle des subprimes.

Entretemps, les États-Unis sont devenus les leaders incontestés de la production d’hydrocarbures grâce à ce même gaz de schiste (il s’agit plus exactement de gaz de roche mère). Avec 15 millions de barils par jour en 2018, ils sont les premiers producteurs de pétrole, devançant l’Arabie Saoudite et la Russie , qui en ont produit respectivement 12 et 11 millions de barils par jour. C’est ce qui explique que malgré les tensions dans le détroit d’Ormuz, « nous ne roulons pas toujours pas tous en vélo ».

 

Quant au gaz naturel , les USA sont une fois encore les premiers producteurs avec 832 milliards de m³ en 2018, devant la Russie et le Qatar, avec respectivement 670 et 176 milliards de m³.Le président Barack Obama (démocrate, rappelons-le), convaincu que les pétrole et gaz de schiste allaient créer un changement paradigmatique, avait créé ,au sein du Département d’état,le Bureau of EnergyResourcesafin de forger la politique énergétique internationale, renforcer la sécurité énergétique des États-Unis et du monde, et répondre aux défis énergétiques du monde entier. Il l’avait fait afin d’utiliser cette nouvelle géopolitique énergétique pour diriger la géopolitique tout court des États-Unis.  Ce bureau assure la sécurité énergétique des États-Unis, de leurs partenaires et alliés en soutenant la diversification des sources d'énergie, des approvisionnements provenant de toutes les sources d'énergie et des routes maritime qui transportent les hydrocarbures. Par ailleurs, il a vocation à réduireles obstacles au commerce et au développement de l'énergie en favorisant des secteurs de l'énergie ouverts, transparents et fondés sur le marché afin de promouvoir les intérêts économiques des États-Unis. Ses actions visent aussi à empêcher les terroristes et les régimes voyous d'utiliser les ressources énergétiques pour financer la violence ou déstabiliser les activités qui nuiraient aux États-Unis et à leurs alliés. En effet, cette nouvelle politique devait non seulement bénéficier aux États-Unis, mais aussi promouvoir l'accès universel à une énergie abordable et fiable, de manière à contribuer à réduire la pauvreté, de favoriser la croissance économique et de promouvoir la prospérité pour tous. 

Bien entendu le successeur de Barack Obama n’a pas fermé ce bureau ; bien au contraire,il l’utilise à fond.Il est aussi intéressant de souligner l’existence du "Office of FossilEnergy" du ministère de l'Énergie américain, une organisation composée d'environ 750 employés fédéraux, scientifiques, ingénieurs, techniciens et employés administratifs qui travaillent dans le domaine des énergies fossiles. Il est responsable des efforts fédéraux de recherche, de développement et de démonstration sur la production d'électricité avancée et du développement de solutions technologiques.  Cet office joue un rôle clé en aidant les États-Unis à assurer que la nation puisse continuer à compter sur ses ressources traditionnelles pour une énergie propre, sûre et abordable tout en améliorant la protection de l'environnement.Donc, contrairement à ce qui se passe en Europe, les États-Unis continuent à miser sur le développement des énergies fossiles. C’est d’ailleurs le cas de presque tous les pays du monde, tant pour la production que pour la consommation des énergies fossiles. Voyons un exemple en analysant les exportations de gaz naturel  américain. 

Exportations mondiales de GNL depuis les USA pour les 5 premiers mois de 2019 (données du Energy Department's Fossil Energy)

 

Au cours des cinq premiers mois de 2019, 193 cargaisons de gaz ont été expédiées depuis essentiellement Port Sabine, en Louisiane (les terminaux de Cameron et Corpus Christi étant plus récents et vont monter en puissance). L’UE a importé 6,4 milliards de m³ de gaz de schiste américain, soit 1,4 fois plus que l’Asie de l’Est et Pacifique. Presque un jour sur deux, un méthanier vient décharger sa cargaison de gaz liquide dans un port Européen. Le 8 mars dernier,la Commission européenne a publié un communiqué indiquant que 35% des exportations américaines de GNL arrivaient dans l’UE,en expliquant que cela était un résultat de la visite du 25 juillet 2018 de Jean-Claude Junker à Washington pour « convaincre » Trump d’envoyer du gaz américain dans l’UE. C’est vrai , mais ces importations résultent aussi d’un prix de vente plus intéressant dans l’UE qu’en Asie, le marché du gaz naturel  devenant enfin concurrentiel, comme je le démontre dans mes livres sur la géopolitique de l’énergie.

Si on examine à présent les pays importateurs européens de gaz de schiste américain, on doit observer que la France en est le principal avec 1,4 milliards de m³, suivi de près par l’Espagne avec 1,3 milliard de m³. 

Exportations de GNL depuis les États-Unis vers l’Europe pour les 5 premiers mois de 2019 (données du Energy Department's Fossil Energy)

 

Il est piquant de noter que le pays qui a interdit l'exploration et l’exploitation du gaz de schiste sur tout son territoire, et qui a mené le combat contre cette énergie en Europe, en soit le principal importateur européen et troisième importateur mondial derrière la Corée du Sud, le Mexique et à égalité avec le Japon.

Cela ne doit pas vraiment surprendre : en matière de politique énergétique, il y a un gouffre entre les paroles et les faits, qui eux sont têtus. La réalité du monde de l’énergie est que les énergies fossiles représentent encore 84% de toute l’énergie consommée. Sur les dix dernières années, la part des énergies renouvelables n’a représenté que 21% de la croissance totale de la demandeénergétique mondiale, c'est-à-dire qu’en valeur absolue la consommation des énergies fossiles est en croissance en dépit des milliards de financements en faveur des énergies vertes. Les irréductibles peuvent avancer que cela va changer ; il faut beaucoup de foi pour le croire, puisque la Convention de Rio sur le changement climatique date déjà de 1992.

Alors pourquoi cette profonde différence entre les discours médiatiques et politiques et la réalité ? Pour une raison simple : l’énergie est la même grandeur physique que le "travail" (au sens physique, tous les deux se mesurent avec l’unité qui s’appelle le Joule). Si on veut "travailler", ne serait-ce que pour vivre, il faut de l’énergie. Si on ajoute la qualité de vie, la demande de "travail" explose et donc aussi la demande en énergie. Hélas, les énergies renouvelables sont incapables, pour des raisons de nature physique que la politique ne peut changer, de concurrencer l'efficacité énergétique desénergies fossiles. Par ailleurs, comment dire désormais aux pays asiatiques ou africains en développement qu’ils doivent faire confiance aux énergies renouvelables, alors que l’UE est le principal importateur de gaz de schiste américain ?

Non, le gaz de schiste n’est pas une escroquerie et, si bulle il y a, ce n’est pas celle de ce gaz de schiste qui a révolutionnéil y a peu la géopolitique mondiale, mais bien celle des énergiessubventionnées appelées "vertes".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 02/08/2019 - 18:12
OUI
Cela ne fait que confirmer que nous sommes un pitoyable pays: nous avons fait Munich et nous avons eu le 6 juin 44 dont De Gaulle ne s'est jamais remis. Nous avons interdit le gaz de schiste mais l'importons des USA! Quand la farce climatique sera dénoncée pour ce qu'elle est on reprochera à Gore de nous avoir menti! Pauvre France , pauvre fiente!
Benvoyons
- 02/08/2019 - 15:49
L’extraction exothermique, voie d’avenir pour le gaz de schiste
L’extraction exothermique, voie d’avenir pour le gaz de schiste ?

"La nouvelle technique d’extraction, appelée Extraction Exothermique Non hydraulique, ou fracturation sèche, n’utilise ni eau, ni explosifs, ni acides, ni solvants. Elle fait l’économie de 0,5 % de produits chimiques présents dans les volumes d’eau injectés dans le sol par la fracturation hydraulique classique. Cette nouvelle technologie, développée en Chine puis au Texas, utilise au contraire des composants inertes, non toxiques et non caustiques."
"L’hélium est injecté dans le puits sous sa forme liquide puis la chaleur naturelle du sous-sol le réchauffe avec l’aide de réactions chimiques le fait passer au stade gazeux, gonflant ainsi son volume avec une grande force mécanique. Cette force est assez puissante pour fracturer la roche mère."

C'est au Mexique que les choses sont les plus avancées avec le pétrolier national Pemex qui l’utilisera pour le gisement Chicontepec.

& la France avec sa fabrique de......:)