En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 9 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 10 heures 51 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 15 heures 25 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 15 heures 44 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 16 heures 10 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 4 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 15 heures 8 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 15 heures 36 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 15 heures 51 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 16 heures 7 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 16 heures 21 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 6 heures
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
le transport « de la ferme à l’assiette » devient presque anecdotique

Circuits courts : les chiffres qui montrent le véritable impact du transport de notre alimentation sur l’environnement (attention surprise)

Publié le 31 juillet 2019
C’est une erreur de croire que l’agriculture produit beaucoup de gaz carbonique. D'autres facteurs rentrent en jeu comme la décomposition des engrais azotés et des déjections animales.
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est une erreur de croire que l’agriculture produit beaucoup de gaz carbonique. D'autres facteurs rentrent en jeu comme la décomposition des engrais azotés et des déjections animales.

Atlantico : Selon une étude datant de 2010 intitulée « The Local Food Activists' Dilemma » menée par les deux chercheurs Pierre Desrochers et Hiroko Shimizu, le transport des aliments « de la ferme à l'assiette » ne représenterait que 4 % de l'empreinte carbone des aliments consommés aux Etats-Unis. 83 % de cette empreinte étant dus à la production des mêmes aliments. Comment expliquer ce chiffre ?

Bruno Parmentier : C’est une erreur de croire que l’agriculture produit beaucoup de gaz carbonique. En fait, s’agissant de gaz à effet de serre, elle s’est faite une « spécificité » avec l’émission de deux autres gaz, le méthane (CH4), malheureusement 23 fois plus réchauffant que le CO2, et surtout le protoxyde d’azote (N20), 298 fois plus réchauffant. Le premier, qui représente 40 % du total des émissions agricoles, est un sous-produit de la décomposition des végétaux en milieu humide, émis sous forme de rots et des pets des ruminants, et dans les rizières. Le second, qui représente carrément la moitié des émissions, est principalement le résultat de la décomposition des engrais azotés et des déjections animales.

Bref il ne reste « que » 10 % à charge du gaz carbonique. Bien entendu il est émis par les tracteurs (labourer 1 hectare consiste à remuer 4 000 tonnes de terre à l’aide de 15 à 40 litres de fuel, suivant la nature du sol !). Mais aussi dans toutes les transformations amont (fabrication des engrais et pesticides) et aval (agro-industrie). Il faut également compter avec les transports intermédiaires, en particulier les tonnages considérables d’aliments pour animaux déplacés des zones céréalières vers les zones d’élevage (on a ainsi estimé en Grande Bretagne, à 1,6 milliards de litres de pétrole annuels la consommation de ces seuls camions !). Imaginons que le soja que mangent les animaux d’élevage européen (majoritairement OGM !) couvre 20 millions d’hectares en Amérique latine, soit l’équivalent de la surface agricole de la France. Il est entièrement transporté jusqu’à chacune de nos cours de fermes.

Bref le transport « de la ferme à l’assiette » devient presque anecdotique dans ce panorama ! Même si aux USA il représente des distances importantes vu la taille du pays et la forte spécialisation des zones de production :il faut 3 200 km pour amener les fruits de Californie à Chicago, et autant pour renvoyer de la viande en retour, alors que chez nous il n’y a « que » 320 km entre Rennes et Orléans. 

Au final ne pose-t-on pas un faux débat lorsque nous parlons de la pollution qu'engrange l'exportation des produits ? 

On accuse beaucoup les transports internationaux, par exemple actuellement dans les débats autour des accords commerciaux CETA avec le Canada et MERCOSUR avec l’Amérique du Sud ; or ils se font très majoritairement par cargo, et dans ce cas précis l’empreinte carbone reste très faible : celle des bananes par exemple est finalement plus importante pour aller en camion du Havre à Rungis, puis de Rungis à Lyon que pour aller en bateau de Fort de France au Havre ! Songeons aussi que, rendu à Paris, l’empreinte carbone de la viande de moutons élevés exclusivement à l’herbe en Nouvelle Zélande reste inférieure à celle des moutons du centre de la France partiellement nourris aux céréales et soja…

En revanche, le transport de nourriture par avion reste une aberration écologique. Arrêtons donc définitivement de manger des fraises à Noël, alors que manger des bananes reste parfaitement légitime. Et a fortiori… arrêtons d’offrir des roses à la Saint Valentin !

Mais introduisons un autre doute : ne vaut-il pas mieux baisser les intrants en produisant une grande quantité de nourriture à l’hectare là où les conditions de sols, d’eau et de climat sont favorables, puis faire voyager les récoltes, que de s’acharner à produire peu un peu partout avec force engrais, pesticides et irrigation ? Voire manger en hiver des pommes fraichement cueillies en Amérique du Sud et acheminées par bateau que de se ruiner à conserver nos pommes à nous au frais en atmosphère contrôlée pendant 6 mois ?

Sauf exceptions, les environnements physiques qui nécessitent d’importantes installations et technologies de chauffage et/ou de refroidissement entraînent une consommation d’énergie plus élevée que les climats plus favorables, généralement à une échelle qui dépasse les besoins énergétiques associés au transport de produits agricoles par voie maritime. La polémique actuelle sur le caractère « bio » des tomates issues de serres chauffées est parfaitement légitime.

Il reste bien sûr d’autres considérations, de fraicheur, de développement local, de solidarité sociale, de sécurité, etc. qui plaident en faveur de la consommation de produits locaux, mais choisissons des arguments objectifs.

Ne vaudrait-il pas mieux se concentrer sur des solutions pour réduire l'empreinte carbone de la production plutôt que de s'acharner sur l'idée d'un « consommer local » ?  

Manger peut contribuer à fortement réchauffer la planète, et à épuiser ses ressources. Donc, de plus en plus, on va s’apercevoir que « bien manger » veut dire littéralement « se régaler sans la réchauffer », et sans empêcher les générations futures de pouvoir le faire à leur tour.

L’association de restaurateurs Bon pour le climat met ainsi à disposition un calculateur de l’empreinte carbone d’un menu. On y constate par exemple que la consommation de fruits et légumes importés par avion génère 20 fois plus de gaz à effet de serre que celle des fruits et légumes de saison locaux. Ou qu’un kilo de viande de veau 90 fois plus que celle de ses légumes d’accompagnement.

N’oublions pas qu’un carnivore qui roule en vélo réchauffe beaucoup plus la planète qu’un végétarien qui roule en 4/4 !

Bien manger aujourd’hui en France, c’est moins de sel, de sucre, de matières grasses, mais aussi de viande et de produits laitiers et d’aliments transformés, et davantage de céréales, de légumineuses, de fruits et légumes locaux de saison. 

Et, si on veut vraiment monter le niveau d’exigence écologique de ses achats alimentaires, au-delà de la distance du champ à mon assiette, souvent plus ou moins légitime, on gagnerait à se poser des questions gênantes et complexes du type :

 Les champs où sont produit ma nourriture sont-ils marrons plusieurs mois par an ? Un sol labouré, nu, non seulement ne capte pas le rayonnement solaire à plein, et donc ne fixe pas son quota de carbone, mais émet du protoxyde d’azote et appelle l’engrais au lieu de le fabriquer en inter culture. Le labour est finalement une atteinte à la planète beaucoup plus importante que le glyphosate !

 Y a-t-il des haies dans les champs ? Elles refroidissent la planète, améliorent la fertilité des sols, régulent température et humidité, et servent de refuge aux animaux auxiliaires de culture.

 Y a-t-il dans ces champsdes mélanges de culture qui s’aident mutuellement à pousser, contribuent à diminuer les intrants, et fixent davantage de carbone, ou seulement une culture principale ? 

 Quelle quantité acheter pour ne pas gâcher ? Avec quels emballages ?

 Sans oublier : Comment sont élevés les animaux ? Et : la pêche est-elle durable ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 02/08/2019 - 18:02
JLH Moi j'ai besoin pour l'orthographe & la syntaxe mais toi
tu as vraiment besoin de suivre des cours de compréhension de texte.:)::)
JLH
- 02/08/2019 - 14:14
@Benvoyons
Cher Madame, ou Cher Monsieur, je ne sais : vos arguments sont ridicules autant que sont ridicules en l'espèce toutes les démonstrations scientifiques, toutes les réalités, toutes les données accumulées face aux "mantra" écolo-solidaires-responsables (oui, parce qu'aujourd'hui si vous commencez votre propos en exprimant que vous êtes solidaire et éco-responsable, vous pouvez affirmer les pires bêtise et horreurs). L'imbécillité est immense vous savez, à coup sûr, quoique vous lisiez, quoique vous écoutiez, quoique vous sachiez vraiment, vous serez toujours très handicapé face à la bêtise ambiante. Par exemple la suppression du diesel et du nucléaire, autre mantra, vous avez aussi le gros mot "Glyphosate", un mot pas joli du tout.
Benvoyons
- 01/08/2019 - 16:28
SD..
La destruction des chenilles en France– un arrêt en 1732 imposait leur destruction,– est devenue non obligatoire à la révolution...– rétablie par la loi du 26 ventose an IV sur l’échenillage

En 1835, le préfet de la Sarthe rendit obligatoire le ramassage des hannetons. On en détruisit 300 millions contre primes


https://www.smsto.fr/public/uploads/actu/195_smstoHistoirePhyto.pdf

L'on préconise de faire un désherbage mécanique, alors que celui ci augmente la perte hydrique des sols

En fait les écologistes disent qu'il faut faire à l'ancienne en oubliant de mettre sur la table la réalité de ces époques.

Ainsi il n'y a plus de main d’œuvre familiale comme dans le temps car la Terre est basse & mêmes les jeunes voulant aller dans ces métiers souhaitent un environnement horaire comme dans les bureaux :)::) & donc l'Agriculture est obligée d'utiliser des Polonais, des Ukrainiens etc..