En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 9 heures 4 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 10 heures 23 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 10 heures 55 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 11 heures 37 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 12 heures 25 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 14 heures 43 sec
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 16 heures 42 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 9 heures 15 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 10 heures 30 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 11 heures 8 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 12 heures 7 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 14 heures 16 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 15 heures 14 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 16 heures 18 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 1 jour 6 heures
© DANIEL ROLAND / AFP
© DANIEL ROLAND / AFP
Economie

Ces signes de récession mondiale qui montent… alors que les taux baissent

Publié le 30 juillet 2019
Mario Draghi a récemment annoncé la mise en place progressive d'une politique monétaire accommodante d'ici septembre.
Jézabel Couppey-Soubeyran
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jézabel Couppey-Soubeyran est maître de conférences en économie à l'université Paris I, où elle dirige le Master 2 Professionnel "Contrôle des risques bancaires, sécurité financière et conformité". Elle est l'auteure de Blablabanque. Le discours...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mario Draghi a récemment annoncé la mise en place progressive d'une politique monétaire accommodante d'ici septembre.

Atlantico :  Que traduit l'adoption d'une politique accommodante par la Fed et la BCE ?

Jezabel Couppey-Soubeyran : Cela fait déjà plusieurs années que la politique monétaire de la BCE est accommodante. À l'inverse, depuis 2018, les Etats-Unis sont entrés dans une phase de normalisation de la politique monétaire. L'année 2019 marque un stop, en particulier depuis les 17 et 18 juin derniers lors de la réunion du FOMC, où Jérôme Powell voulait rappeler l'indépendance de la Fed en disant qu'il ne céderait pas aux menaces de Donald Trump et a finalement annoncé qu'il ne relèverait pas les taux, qu'il ne poursuit pas la normalisation, et qu'il envisage de baisser les taux d'ici la fin de l'année. Du côté de la BCE, on était toujours dans l'accommodation et non dans la normalisation. La politique accommodante va toujours plus loin, selon les déclarations de Mario Draghi lors de sa récente conférence de presse.

Il faut comprendre que la mise en place de politiques monétaires très accommodantes vient en réponse à la crise financière de 2008. Au début, il s'agissait de baisses de taux assez importantes, puis par des politiques d'achat d'actifs aux Etats-Unis (ce qu'on appelle le Quantitative Easing). Au niveau de la zone euro, la réponse a été un peu différente au sens où la BCE dans un premier temps a privilégié un assouplissement des conditions de refinancement des banques et ne s'est convertie au Quantitative Easing plus tard, en 2015. En les mettant en place au lendemain de la crise, on pensait sans doute qu'elles ne dureraient pas aussi longtemps et qu'à long terme on retrouverait des politiques monétaires relativement normales. En réalité, il a fallu accommoder la politique monétaire plus longtemps et on a le retour qu'il n'y aura absolument pas de retour à la normale possible. Au fond, qu'est-ce qu'un retour à la normale de la politique monétaire ? Un retour aux politiques monétaires d'avant-crise ? D'une part, ce n'est pas envisageable, de l'autre, elles étaient déjà très accommodantes et ont un peu contribué à la crise.

Certes, la politique monétaire accommodante a plus d'effet aux Etats-Unis qu'en zone euro. Sans doute parce qu'elle a été mieux combinée à la politique budgétaire, la politique accommodante a eu beaucoup plus d'effets plus rapides sur la croissance et le retour de l'activité s'est fait plus tôt. Il y a eu quasiment dix ans de croissance ininterrompus aux Etats-Unis parce que la reprise a été rapide, à partir de 2009. Mais la Fed n'a pas si bien mené sa normalisation, ce qui a ralenti la croissance. À l'inverse, dans la zone euro, la politique monétaire accommodante a eu des effets un peu plus poussifs, sans doute parce qu'elle a été beaucoup moins combiné à la politique budgétaire : il n'y a pas de politique budgétaire à l'échelle européenne, ce qui constitue un vrai problème de policy mix. En zone euro, tout repose sur la politique de la BCE et c'est un vrai problème car la zone euro est constituée d'économies très différentes et un outil unique ne permet pas d'agir efficacement sur tous les pays. À la rigueur, ces divergences sont accentuées par l'utilisation d'un outil calibré pour la moyenne de la zone. Il y a un gros problème d'ajustement macro-conjoncturel en zone euro, ce qui peut avoir une influence très négative sur la stabilité financière. Tout cela peut largement contribuer à réinstaller les conditions d'une crise financière.

Si l'on se penche davantage sur la BCE et les défauts de son "policy mix", que faudrait-il pour mieux coordonner les politiques monétaires et budgétaires, à l'échelle nationale et à celle de l'UE ?

Il faut des calibrages nationaux pour concevoir les impulsions budgétaires et il faut une coordination d'ensemble, c'est-à-dire un budget pour la zone euro avec une politique budgétaire commune : un plan de défense, par exemple, pour financer la transition écologique au niveau européen. Il faut ensuite des mesures qui soient déclinées à chaque niveau national. L'absence de politique budgétaire européenne pose un vrai problème. Quand bien même on parviendrait à en instaurer une, à mettre en place un plan d'ensemble et des déclinaisons nationales, il manquerait de toute façon un troisième axe à cette politique économique d'ensemble : prévenir des risques financiers, avec des mesures de prévention des déséquilibres. Il s'agit d'une politique macro-prudentielle : on a commencé à en parler à partir de la crise systémique de 2008.

On ne peut pas dire qu'au niveau de la zone euro, il existe une politique macro-prudentielle coordonnée au niveau européen et avec des déclinaisons nationales afin de bien calibrer l'action au niveau des pays, c'est-à-dire au niveau où l'on observe un cycle du crédit ou un cycle financier. Cela veut dire que si l'on a simplement une politique monétaire unique et des politiques budgétaires coordonnées au niveau européen, on peut certes obtenir un meilleur ajustement macro-conjoncturel, on ne prévient pas du tout la formation de déséquilibres macro-financiers accentués qui peuvent être alimentés par la politique monétaire accommodante. Par cette politique monétaire accommodante, on est vraiment en train d'élever l'insécurité financière.

On a le sentiment que les politiques accommodantes interviennent parce que la croissance est faible. La politique monétaire en place est-elle la seule cause de la chute des taux de croissance de long terme ?

La politique monétaire accommodante a eu pour effet d'abaisser le niveau des taux d'intérêt, à commencer par les taux directeurs qui pilotent les taux d'intérêt de court terme. Ensuite, via cette action, la baisse des taux d'intérêt de court terme s'est diffusée sur les taux d'intérêt de long terme. Les achats d'actifs ont également eu des effets massifs sur les taux longs : ces derniers ont baissé et on n'a pas du tout eu une phase de normalisation des politiques monétaires permettant de remonter les taux d'intérêt, de regagner des marges de manœuvre pour les baisser de manière significative ensuite. On veut essayer de poursuivre l'accommodation et d'annoncer une nouvelle baisse de taux, mais sans que les taux n'aient eu le temps au préalable de remonter. Même aux Etats-Unis, où la normalisation avait débuté, le taux d'intérêt directeur est remonté à 2,5% : ce n'est pas beaucoup pour regagner des marges de manœuvre pour les baisser à nouveau.

Bien sûr que ces politiques répondent au ralentissement de la croissance, ralentissement qu'on observe partout, aussi bien dans les économies avancées que dans les pays émergents, mais le problème tient à ce qu'on n'a même pas eu le temps de reconstituer des marges de manœuvre au niveau de la politique économique (au niveau du taux d'intérêt et de la politique budgétaire). Dans le même temps, les dettes privées comme publique ont continué d'augmenter, en particulier la dette privée, ce qui veut dire que les structures financières dans le privé sont fragiles. Comme la croissance n'a pas suivi et que les recettes publiques n'ont pas suivi, on assiste à une dégradation mécanique des finances publiques et là aussi des marges de manœuvre faibles au niveau budgétaire.

On manque une opportunité importante. L'autre jour, l'annonce de la BCE aurait pu être d'indiquer une poursuite de la politique monétaire accommodante, mais en la conditionnant par exemple au financement de la transition écologique. Peut-être que cela viendra et marquera l'arrivée de Christine Lagarde à la tête de la BCE, mais il y a urgence parce qu'on est en train d'alimenter l'instabilité financière sans du tout s'assurer que cette accommodation aura des effets persistants sur l'économie réelle et il y a une urgence climatique en parallèle.

Propos recueillis par Augustin Doutreluingne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
BCE, Mario Draghi, Euro, Economie
Thématiques :
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 31/07/2019 - 14:29
a toutes fins utiles
https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/le-voilier-de-greta-thunberg-est-sponsorise-par-le-yacht-club-de-monaco-bmw-et-une-banque-suisse-109458
Les petites culottes de Blanche Neige commencent à sentir le foutre d'une partouze régence
evgueniesokolof
- 31/07/2019 - 14:27
absolument AJM
Et alors que nous avons, avec la Pologne, les premières réserves d'Europe , la dictature écolote nous interdit de l'exploiter! Vive l'Europe !
evgueniesokolof
- 31/07/2019 - 14:24
Tiens mon Ganesha
https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2019/07/31/le-dernier-livre-de-francois-gervais-cartonne-sur-amazon/
Cela c'est pour soigner la mauvaise fièvre réchauffiste que tu as du attraper en volant la petite culotte merdeuse de Greta Thunberg
Plaisanterie mise à part, je recommande le site de Benoît Rittaud, un mathématicien qui sait de quoi il parle à la différence de Jezabête qui ne sait pas sur quoi elle pérore