En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Tribune

Quand Pascal Durand gazouille contre Péguy…

Publié le 18 juillet 2019
Ainsi donc Péguy serait une « référence » d’un « nationalisme belliqueux et réactionnaire ». C’est du moins ce que nous dit Pascal Durand, ancien responsable d’Europe-Ecologie-les-verts et maintenant recyclé sous la bannière de La République en Marche pour rester député européen.
Philosophe et critique littéraire, Damien Le Guay est l'auteur de plusieurs livres, notamment de La mort en cendres (Editions le Cerf) et La face cachée d'Halloween (Editions le Cerf).Il est maître de conférences à l'École des hautes études commerciales...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Damien Le Guay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philosophe et critique littéraire, Damien Le Guay est l'auteur de plusieurs livres, notamment de La mort en cendres (Editions le Cerf) et La face cachée d'Halloween (Editions le Cerf).Il est maître de conférences à l'École des hautes études commerciales...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ainsi donc Péguy serait une « référence » d’un « nationalisme belliqueux et réactionnaire ». C’est du moins ce que nous dit Pascal Durand, ancien responsable d’Europe-Ecologie-les-verts et maintenant recyclé sous la bannière de La République en Marche pour rester député européen.

Pascal Durand nous le dit dans un gazouillis (un court chant d’oiseau sur tweeter)  pour se moquer de François-Xavier Bellamy qui se réfère à Péguy dans son premier discours. Ah ! J’imagine que la tête de liste des républicains a cité Péguy pour une vaste levée en masse afin d’écraser les Allemands. Quelle est donc cette citation qui mazouterait encore une fois Péguy du coté de « la France Moisie » - pour reprendre l’expression de P Sollers – et qui mazouterait aussi François-Xavier Bellamy ? Une citation à double mazoutage. Je regarde et m’attends au pire. Attention, en exclusivité la voici : «  Il faut toujours dire ce que l’on voit : surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit ». Et là, je cherche et recherche l’once de la moitié du commencement d’un « nationalisme belliqueux et réactionnaire » ? Sans doute ai-je raté quelque chose. Une lumière verte – celle des verts. Une lumière Renaissance – celle de madame Loiseau et de sa troupe. 

Difficile de donner raison à de telles inepties. Difficile de ne pas reconnaitre le manque de culture générale qui éviterait, sinon pour gazouiller, de faire d’une belle revendication de lucidité péguyste un signe de « nationalisme ». Si M. Durand s’était donné la peine d’éviter les réflexes conditionnés pavloviens de gauche, il aurait vu, dans Notre Jeunesse, d’où est extrait cette citation, la belle défense de l’affaire Dreyfus et de sa mystique, la magnifique défense de la république encore fragile « qui est un régime de liberté de conscience ». Il aurait vu la superbe attaque contre « le monde moderne » et contre l’argent fou qui vient renverser toutes les valeurs au profit d’une équivalence universelle de tout. Il aurait vu une attaque en règle contre l’extrême droite de l’époque – qui elle était vraiment « nationaliste » et « réactionnaire ». Péguy préféra rester pauvre, toujours à la recherche d’argent, plutôt que de rejoindre Barrès ou Maurras. Il paya de sa pauvreté matérielle sa droiture intellectuelle et son refus de l’extrême-droite. Tout cela au moins aurait mérité un coup de chapeau de la part de M. Durand. Comment ne pas gazouiller d’admiration à l’égard de Péguy, quand celui-ci prit la défense, tout de suite, de Dreyfus alors que la gauche voyait dans le capitaine Dreyfus un grand bourgeois indéfendable et que l’action Française voyait en lui un juif apatride ? Pour les uns il était trop bourgeois, pour les autres, trop juif. Péguy lui dit ce qu’il voyait – un innocent. Il vit ce qu’il y avait à voir - une injustice. Oui, il fut alors belliqueux contre ceux qui ne dénoncent pas les injustices considérant, dit-il, que les injustices faites à l’un des membres de la cité affectent la cité toute entière.  

Et puis M. Durand devrait apprendre qu’en changeant de veste, d’une veste verte à une veste en marche, il devrait éviter de s’en prendre à ses nouveaux amis. Durant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron fit de nombreuses citations de Péguy. Devant les journalistes, en janvier 2018, il cita Péguy : « Dire bêtement la vérité bête, ennuyeusement la vérité ennuyeuse, tristement la vérité triste ». (Citation, soit-dit en passant, que répète à satiété le péguyste Edwy Plenel.) Quant à M. Blanquer, il dit souvent que « l’école de la république sait ce qu’elle doit a Charles Péguy ». Sont-ce là des membres de la confrérie des nationalistes belliqueux et réactionnaires ?  Non. Alors ? 

M. Durand devrait se donner la peine de lire Notre Jeunesse. A son corps défendant il découvrirait  les raisons de son crime d’inculture. Péguy dénonce, à juste titre, et même cent ans après, la trahison de la politique qui  « se moque de la mystique » alors même que « c’est la mystique qui nourrit la politique même ». Il découvrirait un allié de taille. Péguy est là contre les cités injustes. Là contre les chrétiens trop embourgeoisés. Là contre le délitement du tissu collectif. Là contre ceux qui détestent le « roman national ». Là contre la prolifération des mémoires particulières. Là. Toujours là. Alors, pour ceux qui osent affronter les problèmes, regarder en face la réalité, examiner l’état actuel de notre république, lisons-le, relisons-le. Il y a dans ses pages de nombreux reproches hautement fondés contre notre monde actuel. Le lire suffit à alimenter dix procès contre l’époque, à donner du grain à moudre à tous nos débats actuels, à faire apparaitre une ou cinq ou dix raisons contre ce que nous sommes devenus. Péguy est celui qui devrait donner mauvaise conscience à l’Epoque. Mauvaise conscience de ce que  l’Ecole est devenue, de ce que les professeurs actuels en ont fait, de ce que l’Education Nationale souhaite toujours en faire. Mauvaise conscience à l’égard de ce que la gauche à pu faire de sa « splendide promesse faite au tiers-Etat », faite au peuple – selon le mot de Mandelstam. Pour ne plus faire corps avec le « peuple de gauche », elle fait corps avec les minorités dont elle fait la promotion et épouse les revendications. Gauche désormais plus morale que sociale, plus sociétale qu’économique – et ce dans le prolongement de cette « trahison » déjà diagnostiqué par Péguy il y a un siècle. Et ce rêve péguyste d’une gauche généreuse et réconciliatrice, qui défend non des intérêts particuliers mais fait la promotion de l’humanité, qui ouvre l’homme à ses mystères plutôt qu’elle ne le ferme aux Dieux jugés obscurantistes, qui réconcilie l’histoire de France de Clovis et Danton, la morale de l’instituteur et celle du curé, la Monarchie et la République, ce rêve-là agaçait et agace toujours la gauche et son imaginaire et ses mythes et ceux qui les défendent. Nous en avons ici, avec les gazouillis de M. Durand une illustration supplémentaire. Dommage.  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

Balance ton port : les Marseillais veulent-ils couler leurs gros bateaux ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

Affaire Jeffrey Epstein : cette épidémie de suicides dans les prisons françaises qu'il serait également bon d'interroger

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AZKA
- 20/07/2019 - 11:05
Dernieres paroles du LTN Peguy
Pour un bon de 20m, en avant...!
Un homme symbole de la synthèse nationale française, un grand homme, et à la fois très humble.
"Heureux les épis murs et les blés moissonnés".
lexxis
- 19/07/2019 - 06:38
A COUP SÛR , CE DURAND N'EST PAS UN POÈTE!
Le tweet de Pascal Durand nous fait immanquablement songer à célèbre la mise en garde d'Audiard. Sans doute les valeurs de Péguy qui n'étaient pas éculées comme celles qu'on prétend encore rattacher à une République qui s'est beaucoup reniée , ne correspondent-elles pas au catéchisme d'En Marche qu'on voit dérouler à longueur d'ennui et sans guère de contradiction sur la plupart des plateaux de télévision uniment bien-pensants. Mais ce n'est pas parce qu'on est inculte ou ignorant que l'on doit imposer ses carences au reste de la Nation et encore moins à ceux qui ont lu Péguy et qui l'apprécient.

De la part d'un de ces lecteurs attardés et bas de plafond pour qui Pèguy représente encore quelque chose
Marie-E
- 19/07/2019 - 02:54
Un conseil à Monsieur Durand
Profiter de ses loisirs pour aller visiter le Musée Charles Peguy à Orléans. Cela lui permettra d'apprendre que ce Normalien. Dreyfusard, socialiste et anti marxiste, catholique à écrit des textes sublimes et est mort sur le champ de bataille en 1914. Je suis toujours et reste une admiratrice de Peguy. Cet homme avait de hautes valeurs morales ce qui n'est pas la marque des politiques actuels