En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
Pragmatisme écologique

Ministre de l’écologie : le (bon) casting impossible

Publié le 17 juillet 2019
Avec la démission de François de Rugy, le gouvernement s'est retrouvé face à un dilemme. Faut-il choisir un ministre résolument écologiste mais divergeant de la ligne du gouvernement ou privilégier la cohérence politique ?
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec la démission de François de Rugy, le gouvernement s'est retrouvé face à un dilemme. Faut-il choisir un ministre résolument écologiste mais divergeant de la ligne du gouvernement ou privilégier la cohérence politique ?

Atlantico : Entre le risque de prendre un ministre à la verdure un peu gadget et celui de prendre un écologiste très engagé mais susceptible de claquer la porte parce que le gouvernement n’en fait pas assez, le bon choix existe-t-il ? 

Edouard Husson : En choisissant Elisabeth Borne, le président de la République et le Premier ministre ont choisi finalement d’afficher un profil technique et pas très gadget. Mais il y aura des critiques, évidemment. Certains diront que ce n’est pas très approprié d’avoir pris le ministre qui a porté la réforme de la SNCF. D’autres jugeront le profil trop technocratique. Les adeptes de l’écologie-spectacle ou les tenants du catastrophisme climatique diront que ce n’est pas un choix à la hauteur des défis. En fait, ce qui caractérise le domaine, c’est la grande incertitude de nos connaissances.

Contrairement à ce que veut nous faire croire l’idéologie ambiante, il n’y a aucun consensus parmi les scientifiques sur les différentes facettes de la question. Le terrorisme intellectuel est d’autant plus fort que personne n’est d’accord sur l’ampleur des variations climatiques ni sur leurs causes. On confond allègrement ce qui touche au climat, ce qui relève des sujets environnementaux et l’écologie. Le gouvernement lui-même, en voulant faire passer au nom de l’écologie une fiscalité sur le diesel qui n’avait en fait pour but que de remplir un peu les caisses de l’Etat, a contribué à la grande confusion des esprits. 

 

Les questions d’environnement et plus spécifiquement celles sur l’avenir de l’humanité face au défi du dérèglement climatique sont devenues centrales et particulièrement émotionnelles dans les débats actuels. Pour autant, n’y a t il pas une forme d’hypocrisie ou de schizophrénie chez les Français sur ces sujets : dit autrement, le poids politique réel de l’écologie est-il aussi important qu’il en a l’air ?

Le problème vient du décalage entre un discours général sur les dangers auxquels nous devons faire face et la réalité quotidienne des individus. A un bout de l’échelle, vous avez l’imposture Greta Thunberg. On peut avoir du respect pour les rares parlementaires qui boycottent les invitations à venir écouter cette lycéenne absolument incompétente sur les sujets dont elle est censée parler. Cela en dit long, d’ailleurs, sur le mépris dans lequel les gouvernements, les médias et le réseau de promotion de Miss Greta tiennent les parlementaires et les assemblées ! On n’aurait jamais imaginé une telle mascarade sous la IIIè République, quand l’Assemblée nationale était l’espace sacré d’une délibération nationale pour le bien commun. Il est vrai que, dans une Europe où une Chancelière allemande est capable de décider de la sortie de l’industrie nucléaire civile sur un coup de tête, où une candidate à la présidence de la Commission Européenne est obligée de d’en rajouter sur ses objectifs écologiques pour être élue par le Parlement Européen, où un gouvernement français fait matraquer les foules révoltées qui protestent contre la fiscalité verte, où des milliers d’individus brûlent des millions de litres de kérosène pour se rendre à des conférences sur l’avenir de la planète où l’on développe des objectifs dignes du planisme soviétique de la grande époque, on peut bien accepter que des parlementaires se prosternent devant une enfant ignare. Le vrai défi est ailleurs. Il y a en France et dans le monde d’authentiques spécialistes de l’environnement. Je pense par exemple à Isabelle Delannoy, auteur de ce livre authentiquement  révolutionnaire qu’est « L’économie symbiotique ». Elle nous montre la voix d’une écologie fondée sur l’innovation technologique, l’économie régénérative, l’émergence d’une nouvelle économie de marché, locale. Mais du coup on comprend bien que nous n’avons pas besoin d’un ministère de la Transition écologique, à dire vrai. 

 

Le titre exact de François de Rugy était ministre de la transition écologique eh solidaire. Quels que soient les qualités des personnalités pressenties, cet enjeu là, qui recouvre aussi bien des problématiques sociales que scientifiques ou diplomatiques, peut-il être géré au niveau d’un ministère ?

Logiquement, il faut une préoccupation écologique dans tous les secteurs. Par exemple vous avez une direction du développement durable, désormais, au Ministère des Affaires étrangères. Il vaudrait mieux un Commissariat Général à l’Ecologie, capable de coordonner l’action des différents secteurs ministériels concernés. Par exemple, peut-on imaginer une action efficace pour l’environnement sans un soutien à l’innovation. Si l’on veut avoir une fiscalité favorable à l’écologie, il faut faire un effort particulier pour les entreprises qui innovent dans le secteur. Mais on pourrait prendre d’autres exemples: comment enseigner l’écologie aux générations d’enfants qui devront faire un peu mieux que Greta Thunberg si nous voulons éviter une régression vers la préhistoire? Comment éviter une « instruction écologique » qui ne tourne pas à la propagande? Le livre d’Isabelle Delannoy sur l’économie symbiotique implique un immense effort éducatif: culture scientifique, compréhension de l’économie, compréhension des mécanismes locaux de décision; comment traduit-on cela dans l’éducation scolaire? 

Il est certain que la nomination d’Elisabeth Borne, par contraste nous dit une chose: dans une période de grande incertitude, l’Etat pense choisir une valeur sûre, une polytechnicienne certainement capable de penser merveilleusement et a priori tous les défis de notre époque? Mais cela fera-t-il une politique durable au service de l’environnement?  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

Abidal opéré "sans complication"

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 18/07/2019 - 11:09
L'écologie doit être ni ''de droite'',ni ''de gauche''..
Or,les écolos du gouvernement de Macron sont ''de gauche'' et ils ne donnent pas l'exemple,pour ''l'écologie'',puisqu'ils polluent davantage que la plupart des Français tel Nicolas Hulot avec ses voitures,etc..''L'écologie'' est ,pour Macron,une raison pour piquer encore des sous aux Français:il taxe les voitures mais il ne taxe pas le carburant des paquebots ou des cargos qui polluent autant que des milliers de voitures!..Pour freiner la ''pollution'' il faut diminuer les naissances,surtout dans les pays africains:nous étions 3 milliards d'habitants,sur terre,en 1950...nous sommes 6 milliards aujourd'hui et bientôt nous serons 9 milliards...
cagnotte
- 18/07/2019 - 07:44
En conséquence
Il faudrait que nos politiques ,au niveau mondial, changent de paradigme le plus vite possible! Contrairement à ce que pensent les soit disant élites de l'UE et particulièrement Macron notre économie ne doit plus ëtre orientée vers une croissance globalisée dérègulée, mais au contraire vers une croissance plus régularisée et relocalisée! Comme l'a dit N.Hulot, les traités de total libres échanges genre CECA et Mercosur qui malheureusement vont être votés sont catastrophiques! Maintenant , le libre échange doit être réservé à tout ce qui crée une richesse dans le domaine environnemental! De toutes façons, en matière d'énergie de transport et autre , la technologie rame pour remplacer les énergies fossiles qui aggravent les événements climatiques et vont se raréfier.Les énergies renouvelables ne sont qu'un appoint aléatoire!Reste le nucléaireou les réserves sont plus importantes et encore!
Quant au soleil du projet ITER ,silence!
Mais le grand sujet va être les migrations des zones subtropicales de plus en plus assèchées et désertiques! Si vous ne le savez pas, moi je vois que c'est déjà commencé et qu'aucun mur ne les arrètera car l'envie de survie est irrépressible.
cagnotte
- 18/07/2019 - 07:22
L'important est le changement de paradigme à tous les niveaux et
Il faut être aveugle ou jouer à l'autruche pour ne pas voir que l'empreinte de l'humanité sur cette planète dépasse largement ses capacités dans tous les domaines!
C'est évidemment très dérangeant pour beaucoup d'autant que depuis quelques décennies, sévit un système économique ultralibéral, globalisé et déréglemente qui est bâti sur l'hypothèse inverse de ressources illimités dans tous les domaines!
On voit bien cette négation dans certains commentaires ,qui restera tant qu'ils ne se sentiront pas personnellement touchés. L'homme trouve toujours des moyens de compenser ou camoufler certaines réalités,jusqu'au moment ou généralement l'effondrement est brutal et sans retour, (le mur de Sénèque).
Un petit exemple:la pèche au cabillaud ou morue sur les bancs de terre neuve! A l'époque les pécheurs ont bien senti la diminution de la taille des poissons, mais ils ont compensé par la technique de pêche. Sauf qu'un jour, les poissons péchés n'avaient pas eu le temps pour pondre ! l'année suivante,la mer était vide!
Malheureusement la leçon n'a guère été retenue et la mer se vide! sauf de plastiques et de jeunes migrants.
C'est dans toutes nos approches qu'il va falloir réagir!