En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 9 min 51 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 2 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 3 heures 30 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 4 heures 4 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 4 heures 46 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 6 heures 11 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 28 min 23 sec
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 1 heure 53 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 2 heures 30 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 3 heures 27 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 4 heures 31 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 4 heures 57 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 6 heures 8 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 19 heures 2 min
© BEHROUZ MEHRI / AFP
© BEHROUZ MEHRI / AFP
Bonnes feuilles

Le 10 août 1792 : le jour où Louis XVI se mit en vain sous la protection de l’Assemblée nationale

Publié le 13 juillet 2019
Les éditions Perrin publient "Un été d’espoir et de sang". Pierre-Louis Rœderer est l'un des principaux acteurs du dernier été de la monarchie qu'il dépeint ici. Sa chronique retrace la première invasion des Tuileries, le 20 juin 1792, jusqu'à la journée du 10 août après l'assaut au Palais-Royal, du massacre des Suisses et de la suspension du roi. Extrait 1/2.
Pierre-Louis Roederer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Louis Rœderer (1754-1835) fut tour à tour député à la Constituante, procureur général syndic du département de Paris, membre de l'Institut, conseiller d'État et sénateur sous le Consulat et l'Empire, ministre du royaume de Naples et du grand...
Voir la bio
Thierry Lentz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Lentz est directeur de la Fondation Napoléon. Il s'est affirmé comme le meilleur connaisseur actuel de l'époque impériale, comme en témoigne sa Nouvelle histoire du Premier Empire en quatre volumes (2002-2010). Il a récemment publié chez Perrin...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les éditions Perrin publient "Un été d’espoir et de sang". Pierre-Louis Rœderer est l'un des principaux acteurs du dernier été de la monarchie qu'il dépeint ici. Sa chronique retrace la première invasion des Tuileries, le 20 juin 1792, jusqu'à la journée du 10 août après l'assaut au Palais-Royal, du massacre des Suisses et de la suspension du roi. Extrait 1/2.

J’ai conduit Louis XVI à l’Assemblée nationale, le 10  août. Ce jour même, ce prince a été constitué prisonnier ; et il n’est sorti de sa prison que pour aller à l’échafaud : voilà des faits malheureusement trop certains. Leur enchaînement a facilité à la malveillance des ennemis de la révolution l’infâme contentement d’asseoir une injustice sur un faux raisonnement : ils ont conclu de la liaison de ces faits, que j’avais conduit Louis à ses ennemis, et que mon intention avait été de le livrer à leurs coups. 

Si, entre les amis de la liberté, il en est qui soient dans cette erreur, leur méprise est un tort, car elle est volontaire. C’est leur faute et non la mienne. Ils lisent de mauvais livres, au lieu de lire de bons écrits. Ils se plaisent aux ouvrages de partis, non aux écrits raisonnables et impartiaux ; ils aiment les pamphlets, les satires, les mensonges, les méchancetés inventées à plaisir ; au lieu de porter leur attention sur les actes, sur les journaux, sur les mémoires qui font autorité, et de s’attacher aux histoires écrites en honneur et en conscience sur ces fidèles monuments. Je le répète, leur injustice à mon égard est leur faute, et non la mienne. Je n’écris point ici pour ceux qui fuient la vérité, ni pour ceux qui la voient avec indifférence ; ce que je vais dire ne s’adresse qu’aux hommes d’honneur, dans la mémoire de qui je désire que le souvenir de mes actes publics ne périsse ni ne s’altère. Ce ne sera, au reste, qu’un résumé des écrits authentiques qui me concernent dans ceux que renferme ma Chronique de cinquante jours.

Il serait difficile à un homme qui, longtemps avant le 10 août, et surtout à l’époque du 20 juin, se serait montré contraire à la Constitution, de prouver la religieuse conformité de sa conduite avec la loi, dans cette nuit malheureuse, pour peu qu’elle pût paraître équivoque. Mais, par la même raison, le magistrat qui, dans les temps avant-coureurs du 20  juin, qui fut lui-même précurseur du 10  août, fit tout ce qui dépendait de lui pour prévenir l’attentat commis dans cette première journée, et osa en indiquer les auteurs à ses auteurs mêmes, paraît s’être élevé au-dessus de toute suspicion en ce qui regarde la seconde. 

Le 19 juin, le directoire du département de Paris, informé du mouvement qui se préparait, fit afficher et publier un arrêté sévère, pour interdire tout attroupement, enjoindre à la municipalité et au commandant général de la garde nationale de faire toutes les dispositions de force publique propres à contenir et à réprimer les perturbateurs du repos public. 

Cet arrêté, que précédait un préambule énergique, fut non seulement consenti, mais rédigé par moi. Le ministre de la Justice était présent quand je le rédigeai : c’est par cette raison, sans doute, que la proclamation du roi, du 11 juillet, porte le témoignage de ce fait. 

L’arrêté n’ayant pas empêché l’attroupement, je me suis rendu à la barre de l’assemblée, pour lui représenter que notre impuissance contre les attroupements venait de sa condescendance à recevoir dans son sein des multitudes d’hommes armés, et de l’éclatant accueil qu’elle leur faisait. Imputer à l’assemblée elle-même les désordres qui pouvaient résulter d’un attroupement qu’on savait près d’arriver à ses portes, c’était l’inviter, au moins, à censurer cet attroupement quand il se présenterait à sa barre ; c’était braver la minorité, qui était d’intelligence avec les chefs de l’attroupement. 

Elle était bien convaincue, cette minorité, de mon opposition à ses vues, et de l’indignation que je partageais avec tous les gens de bien contre les auteurs du 20 juin, lorsque, le 21, M. de Kersaint m’accusa d’être complice des mauvais desseins de la cour, et d’être agent de la conspiration qu’elle tramait contre le corps législatif. Elle applaudit à ses déclamations, qui allaient me faire citer à la barre, lorsqu’une lettre que j’eus occasion d’écrire fit évanouir tout prétexte d’humeur. 

Le roi ne me croyait pas complice de cette minorité, ni l’approbateur du 20 juin, quand il me faisait appeler le lendemain, à l’approche d’un nouvel attroupement qui s’avançait vers les Tuileries ; ni la reine, lorsqu’elle me marquait son inquiétude à l’occasion de la parole dure dite à Pétion par le roi, dont Pétion s’obstinait à couvrir la voix. 

Un ministre du roi, Bertrand de Molleville, l’intime confident de ses idées et de ses sentiments, a rendu un témoignage non suspect de ma conduite à l’occasion du 20 juin, dans son Histoire de la Révolution : « Le directoire du département, dit-il, avait parfaitement rempli sa tâche constitutionnelle par l’arrêté qu’il avait pris le 19 juin. La justice m’impose, autant que la vérité, le devoir de consigner ici les éloges qui sont dus à la conduite de tous ses membres et particulièrement à celle du procureur général syndic Rœderer : malheureusement sa vigilance, son zèle et sa fidélité furent aussi mal secondés qu’il était possible. » 

Le 20 juin donna lieu à des poursuites contre le maire de Paris. Le conseil général du département y mit beaucoup de chaleur. Je jugeais comme le conseil l’attentat du 20  juin très criminel, mais je ne croyais pas que le maire en fût coupable ni de fait ni de consentement, et je donnai mes conclusions en sa faveur. Les royalistes aveugles m’en ont fait un crime : qu’on lise mon rapport et qu’on me juge. Mais, que je me sois trompé ou non, la profession de foi qui précéda mes conclusions était d’un magistrat franc et loyal : « Je déclare que personnellement je regarde comme le comble de la démence ou de la scélératesse, tout acte tendant soit à la désorganisation des pouvoirs ou à leur division, soit à la division des esprits dans la circonstance déplorable où nous nous trouvons, en présence des étrangers qui nous menacent. Je pense que toute attaque livrée à l’autorité constitutionnelle du roi est un principe de division, peut-être de désorganisation ; je crois qu’il est également coupable de vouloir gouverner le pouvoir exécutif avec le canon du faubourg Saint‑Antoine, et le pouvoir législatif avec l’épée des généraux d’armée ; je pense que la Constitution, qui, suivant tant de gens, va perdre la Constitution, peut au contraire seule la sauver. » 

Ma doctrine n’était assurément pas celle d’un factieux ; peut-être même étais-je plus éloigné qu’il ne fallait du système de la déchéance légale ; mais il ne s’agit ici que du fait. J’avoue que je désirais vivement que le roi quittât Paris pour se rendre à Rouen, où le duc de Liancourt l’attendait, ce que j’avais appris de M. de Talleyrand. Le 8 août, Pétion ayant déclaré par sa lettre au département qu’il ne pouvait répondre de la sûreté du château, je m’empressai d’en donner avis à M. de Talleyrand. Mon billet ne le trouva point chez lui ; le porteur le lui fit parvenir au Palais de justice, où il était en qualité de juré. M. de Talleyrand me répondit ce seul mot : On le saura. Il est présumable que le projet du voyage fut éventé ; car, le 9, la municipalité fit consigner à toutes les barrières de Paris d’empêcher la sortie du roi. 

Enfin, je rappellerai la dernière phrase du discours que je prononçai le 9 août à la barre de l’assemblée, où je promets de faire exécuter le décret, quel qu’il soit, qui sera rendu sur la question de la déchéance, et d’empêcher, sur ma tête, toute entreprise qui y serait contraire.

Extrait du livre de Pierre-Louis Roederer, "Un été d’espoir et de sang", présenté et annoté par Thierry Lentz et  publié aux éditions Perrin.

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 13/07/2019 - 22:27
Ce pauvre Louis XVI !
C'était un Tapie avant l'heure.