En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

07.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 48 min 28 sec
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Religion
Tribune

Combattre l’hydre islamiste, oui. Mais aussi l’auto-censure des débats publics

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 3 heures 57 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 18 heures 9 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 19 heures 23 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 20 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 22 heures 5 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 1 heure 58 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 4 heures 3 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 18 heures 45 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 20 heures 3 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 20 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 22 heures 19 min
© Reuters
© Reuters
Filet de sécurité

Pourquoi le système d’encadrement du risque bancaire européen a encore des failles

Publié le 11 juillet 2019
Avec Eric Dor
Le nouveau filet de sécurité pour le Fonds de Résolution Unique des banques de la zone euro présente des imperfections.
Eric Dor est docteur en sciences économiques. Il est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management qui a des campus à Paris et Lille. Ses travaux portent sur la macroéconomie monétaire et financière, ainsi que sur l'analyse...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Dor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Dor est docteur en sciences économiques. Il est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management qui a des campus à Paris et Lille. Ses travaux portent sur la macroéconomie monétaire et financière, ainsi que sur l'analyse...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nouveau filet de sécurité pour le Fonds de Résolution Unique des banques de la zone euro présente des imperfections.
Avec Eric Dor

Le filet de sécurité, ou « backstop » en anglais, pour le Fonds de Résolution Unique, est une ligne de crédit fournie par le Mécanisme Européen de Stabilité, telle qu’elle a été annoncée officiellement par l’Eurogroupe le mois passé. Cette ligne de crédit peut uniquement être activée si le Fonds de Résolution Unique a déjà épuisé ses propres ressources et que les conditions de marché l’empêchent d’emprunter directement à des investisseurs, à des taux normaux. Le Mécanisme Européen de Stabilité doit prêter au Fonds de Résolution Unique à un taux d’intérêt égal à son propre coût de financement augmenté d’une marge de 0,35%. Ce filet de sécurité est toutefois caractérisé par une série de défauts qui peuvent en limiter fortement l’efficacité pour soutenir les banques en cas de crise financière. Voici une description des principales sources de préoccupation au sujet du filet de sécurité.

Une taille trop réduite pour recapitaliser toutes les banques en détresse en cas de crise

Le Fonds de Résolution Unique est abondé progressivement depuis 2016 par des contributions des banques. Après 8 ans, il doit atteindre, le 31 décembre 2023, son objectif qui est une taille équivalente à 1% des dépôts assurés des banques de la zone euro. Le but est donc une taille de 55 à 60 milliards d’euros.

L’objectif du filet de sécurité est de compléter cette taille clairement trop restreinte. Mais les pays de la zone euro ont décidé que ce filet de sécurité, sous la forme d’une ligne de crédit du Mécanisme Européen de Stabilité, aurait une taille équivalente à celle du Fonds de Résolution Unique. Le filet de sécurité va donc simplement doubler temporairement la capacité du Fonds de Résolution Unique dans des circonstances exceptionnelles.

Cela implique que le Fonds de Résolution Unique, filet de sécurité compris, va avoir une capacité d’intervention de 110 à 120 milliards d’euros. Cela risque d’être bien trop peu pour recapitaliser toutes les banques en détresse en cas de nouvelle crise bancaire systémique en zone euro. L’exemple de la crise financière récente suffit à illustrer ce problème. De 2008 à 2017, les autorités publiques des pays de la zone euro ont dû apporter 244 milliards d’euros de capital aux banques et autres structures financières en détresse, comme le montre le tableau qui suit. 

Bien sûr, en cas de nouvelle crise, les besoins de capitaux publics sont censés être inférieur à ceux observés au cours de la précédente, car il y a maintenant l’obligation d’un renflouement interne des banques bénéficiaires pour au moins 8% de leur passif, avant toute intervention du Fonds de Résolution Unique. Le recours au renflouement interne pourrait souvent être même d’ampleur supérieure, car la législation limite l’intervention du Fonds de Résolution Unique à un maximum de 5% du passif de la banque concernée. Mais en cas de turbulences financières globales, un recours intensif au renflouement interne peut aggraver la situation. En effet la crainte de renflouements internes peut provoquer des retraits massifs de dépôts de la part des clients et de grandes difficultés pour les banques de trouver des prêteurs, que ce soit sur les marchés interbancaires ou obligataires. La possibilité de réaliser simultanément un renflouement interne généralisé de beaucoup de banques, en cas de crise financière, reste donc incertaine.

Ce qui est préoccupant, c’est que le filet de sécurité va remplacer la possibilité légale qu’avait jusqu’ici le Mécanisme Européen de Stabilité de recapitaliser directement des banques de la zone euro, depuis 2014. Bien sûr cet instrument était difficile à utiliser car il fallait d’abord qu’il y ait eu un renflouement interne et une intervention du compartiment national du fonds de résolution.  Mais au moins il existait et apportait un peu de confiance, et c’était essentiel.         

Les données négatives correspondent à des années où les reventes de participations précédemment acquises ont été supérieures aux prises brutes de nouvelles parts de capital. 

Une taille trop réduite pour assurer la liquidité des banques en résolution en cas de crise

Après qu’une banque ait été mise en résolution et recapitalisée, elle peut néanmoins rencontrer de gros problèmes de liquidité pendant une période assez longue. En effet la confiance qu’inspire la banque a été détériorée, ce qui peut entraîner une poursuite des retraits de dépôts par les clients, et une réticence des autres banques ou des investisseurs obligataires à lui prêter ou souscrite aux titres qu’elle émet. Bien sûr la banque peut recourir au financement octroyé par la banque centrale nationale concernée de l’Eurosystème, mais qui requiert d’apporter des actifs éligibles en collatéral. La banque concernée peut avoir trop peu d’actifs éligibles à apporter en collatéral pour que le financement par la banque centrale puisse fournir toute la liquidité dont elle a besoin. 

La solution est l’apport de garantie, par une autorité crédible, aux emprunts de la banque concernée sur le marché interbancaire ou obligataire. Ces garanties permettent à la banque de trouver des prêteurs privés pour obtenir la liquidité qu’elle requiert. 

L’apport de liquidité est une des fonctions du Fonds de Résolution Unique. Celui-ci, pour assurer la liquidité des banques en résolution, peut leur prêter directement des fonds, ou bien apporter des garanties à leurs emprunts sur le marché.  Mais même avec l’apport du filet de sécurité, les moyens du Fonds de Résolution Unique semblent bien trop réduits pour assurer la liquidité nécessaire en cas de crise. Au cours de la crise financière récente, les gouvernements des pays de la zone euro ont dû apporter des garanties aux emprunts des banques pour plusieurs milliers de milliards d’euros.

Les conditions du recours au filet de sécurité peuvent être contre-productives

Le Mécanisme Européen de Stabilité aura le statut de créancier privilégié, ou senior, du Fonds de Résolution Unique. Les autres créanciers potentiels du Fonds de Résolution Unique seront donc subordonnés au Mécanisme Européen de Stabilité. Les investisseurs privés vont alors être réticents à prêter au Fonds de Résolution Unique.

Le Fonds de Résolution Unique va donc hésiter à recourir à des emprunts au Mécanisme Européen de Stabilité, car cela va réduire la possibilité pour lui d’emprunter sur les marchés. Il est donc incertain que le filet de sécurité augmente réellement la capacité d’intervention du Fonds de Résolution Unique.

Une solution coûteuse pour les banques

Les prêts du Mécanisme Européen de Stabilité au Fonds de Résolution Unique doivent être remboursés par celui-ci en 3 ans, avec une possibilité d’extension à 5 ans, au moyen de cotisations supplémentaires à payer par les banques de la zone euro. 

En cas de nouvelle crise financière, et de nécessité de recours au filet de sécurité pour le Fonds de Résolution Unique, les banques de la zone euro vont donc être fragilisées davantage par une forte augmentation de leurs cotisations au Fonds de Résolution Unique pendant 3 à 5 ans.

Un risque d’augmenter l’instabilité financière

La combinaison du remplacement de la possibilité pour le Mécanisme Européen de Stabilité de recapitaliser directement les banques par un filet de sécurité de taille trop réduite, et le manque de crédibilité de la capacité du Fonds de Résolution Unique d’apporter de la liquidité aux banques risque d’augmenter encore l’instabilité financière.                                                                                                                                                                                                                     

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

07.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires