En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Environnement

Pourquoi l’écologie ne devrait pas être partisane

Publié le 10 juillet 2019
En soutenant que l’écologie n’est nide gauche ni de droite, Yannick Jadot a rejoint la philosophie que nous partageons à CAP 21 depuis 20 ans. En effet, l’écologie étant à elle-seule un immense projet politique, elle n’appartient à aucun bloc. Mais elle peut en revanche emprunter aux valeurs de l’un et de l’autre.
Corinne Lepage est avocate, ancien maître de conférences et ancien professeur à Sciences Po (chaire de développement durable).Ancienne ministre de l'Environnement, ancienne membre de Génération écologie, fondatrice et présidente du parti écologiste...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Corinne Lepage
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Corinne Lepage est avocate, ancien maître de conférences et ancien professeur à Sciences Po (chaire de développement durable).Ancienne ministre de l'Environnement, ancienne membre de Génération écologie, fondatrice et présidente du parti écologiste...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En soutenant que l’écologie n’est nide gauche ni de droite, Yannick Jadot a rejoint la philosophie que nous partageons à CAP 21 depuis 20 ans. En effet, l’écologie étant à elle-seule un immense projet politique, elle n’appartient à aucun bloc. Mais elle peut en revanche emprunter aux valeurs de l’un et de l’autre.

Pour autant, cette affirmation choque nombre d’écologistes qui considèrent qu’il ne peut y avoir d’écologie qu’à gauche. Théoriquement, ils ont tort. En effet, les valeurs de la droite n’excluent en aucune manière a priori l’écologie. Au contraire, le souci d’ordre et de conservation, l’importance donnée aux racines,recouvrent une part non négligeable du substrat de l’écologie, en particulier dans sa dimension de droit de la protection de la nature et du cadre de vie. Du reste, on peut noter que l’importance croissante donnée à la préservation de la biodiversité, mise en péril comme peuvent l’être un certain nombre des structures sociétales héritées du passé et en particulier la famille -et tant mieux pour le droit des femmes, des minorités,…-, devrait conduire à renforcer ce lien ontologique. Du reste, dans les années 70, les grandes lois environnementales, études d’impact, installations classées, littoral, eau, déchets ont toutes été votées par des majorités de droite.

Mais force est de constater que ces valeurs d’ordre et de conservation sont aujourd’hui très éloignées des valeurs des partisde la droite libérale, voire ultralibérale qui considèrent la financiarisation de l’économie comme un progrès et regarde comme un sacrilège le fait de mettre en cause l’industrie, les produits toxiques, les industries pétrolières et a fortiori nucléaires. Parfois proche du climatoscepticisme comme l’illustre le dernier numéro de valeurs actuelles et en tout cas critique virulente du principe de précaution,(pourtant inscrit dans la constitution par Jacques Chirac, dont l’ancien président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer considérait qu’il avait été « marabouté » par Nicolas Hulot), cette droite nie les impacts environnementaux et sanitaires du développement actuel, souhaite donner beaucoup plus de temps à une transition qu’elle considère comme largement inutile et surtout se fait le soutien et parfois même le porte-parole de lobbys responsables de la dégradation actuelle. Ayant siégé cinq ans au Parlement européen, je peux attester de ce que l’immense majorité des députés du PPE-et du reste très souvent ceux qui siégeaient à la droite de celui-ci-ont été des alliés extrêmement fidèles de l’agrochimie, de l’huile de palme, des constructeurs automobiles, des pétroliers etc… Dans ces conditions, il est effectivement assez difficile d’envisager, au moins en France, que les partis de droite puissent légitimer une écologie dite de droite. C’est d’autant plus vrai dans notre pays que la droite n’a jamais voulu que puisse exister à ses côtés un parti écologiste digne de ce nom. Alors que François Mitterrand avait compris dès 1989 l’intérêt qu’il pouvait y avoir pour le parti socialiste de susciter un parti écologiste. A ainsi été créé Génération écologie. Depuis, c’est le parti socialiste qui a permis aux Verts d’exister, grâce à des alliances électorales que la droite et le centre n’ont jamais voulu faire.

Dans ces conditions, et même s’il ne faut pas confondre valeurs de droite et partis de droite, l’éloignement des partis actuels de certaines valeurs de la droite -ce qui n’était pas forcément le cas des gaullistes en particuliers sociaux-rend incompatible le projet écologiste et la droite prise dans son ensemble.

Pour autant, est-ce définitif ? Il est indéniable qu’un certain nombre de personnalités de droite ou de centre-droit comme Jean-Louis Borloo, Chantal Jouanno, Nathalie Kosciusko-Morizet ou encore le député Bertrand Pancher ou le sénateur FrançoisGrosdididier, ont une vraie fibre environnementale. Il est du reste à noter que pour les plus notables, ils ont tous étés écartés… Il est non moins certain que la question environnementale est devenue désormais un sujet majeur pour tous les citoyens et nul ne peut douter que la canicule de l’été 2019 sera un révélateur supplémentaire, après la question de la pollution de l’air et celle du glyphosate. La droite, dont la Refondation idéologique et politique est devenue aujourd’hui inéluctable sauf à disparaître, est à la croisée des chemins. Si elle persiste dans un anti-écologisme primaire qui caractérise nombre de ses membres, dans une vision dépassée de la priorité donnée à une industrie qui elle-même ne cherche qu’à se transformer, il est peu probable que l’opposition entre droite et écologie puisse être surmontée. Dans le cas contraire, des coalitions sur le modèle qui existe en Allemagne dans un certain nombre de Länder, dont les plus industriels comme le Bade Wurtemberg,pourraient voir le jour, offrant dans le même temps à l’écologie, un spectre politique beaucoup plus large.

Le greenwashing, que certains appellent aussi écologie positive, ne peut masquer la contre productivité d’une politique générale verdie avec quelques mesurettes ponctuelles.

Mais la solution ne dépend évidemment pas de l’écologie, dont je continue à penser qu’elle sera la grande force politique du XXIe siècle (je l’ai écrit dès la fin du XXe siècle). Pour convaincre davantage, ceux qui la défendent doivent se rappeler que d’être ni de droite ni de gauche mais devant, impose de se défaire d’un certain nombre d’œillères et de répondre aux besoins et aux aspirations du plus grand nombre, au-delà de la priorité donnée à une écologie partisane.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

La guerre des changes aura lieu

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 10/07/2019 - 17:52
Les écolos sont des pastèques!
Les écolos sont de ''gauche'' tel François de Rugy qui était au P
S. et qui, comme tout bon gauchiste ,dilapide les sous des contribuables français en achetant des bouteilles de vin à 500€ la bouteille, qui fait souffrir des homards et mange le caviar ''à la louche''...tout cela payé avec les sous des contribuables français!.. Nos députés taxent les Français et suppriment nos avantages pour soi-disant ''faire des économies''...Les écolos-gauchistes ''donneurs de leçons'' détournent l'argent public!.. Ils confondent leur argent et celui des contribuables!
Benvoyons
- 10/07/2019 - 16:24
Le Bio utilise des pesticides pouquoi vous n'en parlez pas ?
Quand un Puriste en Bio Bretagne qui ne fait aucun traitement perd 24 ha car sa production est à jeter car il y a des champignons c'est bizarre personne n'en parle ?
Ou est la sécurité alimentaire pour les Français avec 100% de BIO Puriste comme les écolos qui ne sont pas des agriculteurs en parlent ???

Benvoyons
- 10/07/2019 - 16:09
Le Bio utilise des pesticides pouquoi vous n'en parlez pas ?
Quand un Puriste en Bio qui ne fait aucun traitement perd 24 ha car sa