En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

04.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

05.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

06.

Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct

07.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 7 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 8 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 10 heures 4 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 15 heures 14 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 15 heures 43 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 16 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 18 heures 20 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 19 heures 1 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 20 heures 41 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 8 heures 18 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 9 heures 13 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 11 heures 21 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 15 heures 29 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 16 heures 40 sec
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 17 heures 57 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 18 heures 47 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 19 heures 9 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 20 heures 13 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 20 heures 44 min
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Jour de résultats

Baccalauréat : contrôle continu ou notation sous contrainte, y a-t-il encore une différence ?

Publié le 05 juillet 2019
La mesure proposée par Jean-Michel Blanquer d'utiliser le contrôle continu pour passer outre la grève des correcteurs a fait bondir les syndicats et interroge quant à sa validité juridique. Pour autant, les professeurs sont-ils encore libres de noter les élèves à leur juste valeur ?
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire. Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Jean-Paul Brighelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli est professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français. Il est l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment  La Fabrique du crétin (Jean-Claude Gawsewitch, 2005) et La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mesure proposée par Jean-Michel Blanquer d'utiliser le contrôle continu pour passer outre la grève des correcteurs a fait bondir les syndicats et interroge quant à sa validité juridique. Pour autant, les professeurs sont-ils encore libres de noter les élèves à leur juste valeur ?

Atlantico : Face à l'ampleur de la grève des correcteurs du baccalauréat, Jean-Michel Blanquer a décidé d'utiliser les notes de contrôle continu pour compléter les copies de baccalauréat. Certains ont vu dans cette mesure une remise en question "scandaleuse" de l'examen. Pourtant, les consignes de notation n'entravent-elles pas déjà la liberté du correcteur, au point que l'examen peut être considéré comme caduque depuis un certain nombre d'années ?

Pierre Duriot : Il y a une hypocrisie généralisée sur cet examen. On voit mal le ministre faire utiliser les notes du contrôle continu pour ne pas donner le bac à ceux dont les copies sont retenues par les syndicalistes. Un examen parvenu à un tel taux de réussite, alors même que le niveau mesuré des écoliers français et comparé au niveau international, nous place dans le ventre mou des pays industrialisés, n'a plus aucune valeur. Pire, il y a une contradiction évidente entre le fait de se féliciter en permanence de l'augmentation du taux de réussite au bac, pendant qu'objectivement le niveau général baisse et que des indicateurs évidents comme la qualité de l'orthographe et de la syntaxe chez les lycéens, sont devenus des objets de fous rires. Entendons nous bien, le mot clé de « bienveillance », utilisé à toutes les sauces, conduit à accepter l'inacceptable, à tolérer l'intolérable et à dire que c'est bien, quand ce n'est pas bien, à titre d'encouragement. Depuis des années, les consignes passent, sans plus le moindre secret. Les professeurs communiquent sur les consignes reçues de bienveillance et ceux qui seraient trop sévères voient leurs notations revues à la hausse, c'est un secret de Polichinelle. Le bac est un Barnum socio-politique en trompe l'oeil, de manière évidente, puisqu'en plus, le taux de réussite est relativement homogène sur l'ensemble du territoire, ce qui, compte tenu des inégalités géographiques, serait rigoureusement impossible. On fait plaisir aux parents, aux électeurs, aux futurs électeurs, on s'auto-congratule et tout le monde fait semblant d'y croire. Seulement on perd des vocations, des filières artisanales et industrielles, une diversification des compétences et des métiers, un véritable gâchis, qui en plus, coûte très cher. Pour les élèves, en plus, la sélection se fait ailleurs et oui, leur bac dévalorisé ne trompe personne. Non seulement, il faut au minimum une mention bien ou très bien pour être considéré dans les études qui suivent, mais également l'origine géographique de votre bac va compter à certains yeux. Les grandes écoles et plus loin, les patrons et DRH, se chargent de la sélection et aucun système étatique, si contraignant soit-il, n'empêchera cette sélection dont les élèves syndicalistes ne veulent pas entendre parler.

Jean-Paul Brighelli : "Ampleur" est certainement un terme excessif. 100 000 copies que l'on menace de ne pas rendre, c'est une goutte d'eau, sur plusieurs millions. Un millier d'enseignants qui menacent de ne pas faire leur travail, c'est une fraction infime de 800 000 enseignants — les derniers nostalgiques de Vallaud-Belkacem, sans doute.

Par ailleurs, utiliser le contrôle continu — au moins jusqu'à ce que la note d'examen arrive — est une pratique courante ces dernières années, par exemple pour compenser une copie perdue — cela arrive. Quant à savoir ce qui est scandaleux — ou par qui le scandale arrive… Plusieurs syndicats se sont désolidarisés a priori de la "grève" des corrections ou de la rétention de copies et de notes, arguant que l'on n'a pas le droit de prendre des élèves en otage. C'est le réflexe du truand qui prend en otages les clients d'une banque pour faire pression sur le directeur… Que quelques syndicats respectables aient cru utiliser ce genre de chantage est sidérant. Pensez qu'il m'est arrivé de faire une longue grève — en 2003 — avec un badge me déclarant gréviste tout en faisant cours à mes classes d'examen — et en accepteznt les retenues sur salaires correspondantes. Nous nous devons à nos élèves, parce qu'ils seront encore là, eux, quand le ministre sera passé.
Et pour le contrôle continu, cela fait des années que je propose de supprimer le baccalauréat, de le transformer en diplôme de fin d'études (octroyé à tous les élèves, ce qui permettrait à la fois de les faire travailer intelligemment en Terminale au lieu de bachoter et de récupérer le mois de juin pour les études au lieu de fermer les lycées pour préparer les tables…) en laissant tout l'enseignement supérieur libre de fixer ses critères d'admission, sur le modèle de ce qui se fait en Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles.
Cela créerait une hiérarchie des établissements ? Mais réveillez-vous, mes chers collègues : cette hiérarchie existe de fait et depuis des années, parce que vous avez trop souvent abaissé la barre pour acheter la paix — ou pire, pour complaire à des inspecteurs ou des idéologues pédadémagogues. Vous voulez remonter le cote de votre établissement ? Cessez de laisser filer, soyez impitoyables, appliquez la tolérance zéro — les élèves et les parents vous en sauront un gré infini. Et ceux qui refuseront de le faire n'ont rien à faire dans cette profession.

Est-ce d'ailleurs le seul examen ou le seul concours public où ce genre de pratiques arrivent ? Qu'en est-il par exemple des consignes pour l'agrégation ?

Jean-Paul Brighelli : Soyons sérieux : si au CAPES on peut parfois remonter certaines notes pour arriver à des moyennes de concours convenables (mais la tendance est plutôt de refuser d'affecter tous les postes mis au concours, vu la médiocrité des candidats dans certaines disciplines), l'Agrégation est le dernier concours totalement neutre et objectif — même s'il y a bien des nuances sur les attentes de tel ou tel jury. Même chose dans les concours des grandes écoles — ces concours qu'il est de plus en plus question de supprimer, ou de remplacer par un oral qui sera une entrevue entre oligarques et enfants d'oligarques — mais c'est une autre histoire.

En quoi l'utilisation du contrôle continu marquerait tout de même une étape dans la disparition de l'examen ? Qu'est-ce qui empêche aujourd'hui d'y aboutir ?

Pierre Duriot : La question n'est pas de savoir si on peut ou pas remplacer le bac par le contrôle continu. En admettant que cela soit fait et que cela passe auprès de l'opinion publique, rien n'empêchera de garder le même niveau de réussite et transférant les consignes de bienveillance données lors de la correction du bac à l'ensemble de l'année de terminale. Actuellement, avec cette notation favorisant la réussite le jour de l'examen, un élève qui a peu travaillé au cours de l'année peut tout de même obtenir le bac au jour J. Avec le contrôle continu, on pourrait se dire que cela obligerait tous les élèves à fournir un effort minimal toute l'année et en jouant le jeu, il se pourrait que le taux de réussite soit plutôt à la baisse, ce que les parents d'élèves électeurs ne seraient sans doute pas prêts à accepter. Mais en plus, le bac a une dimension symbolique, presque initiatique, il faut avoir son bac, quitte à ce qu'il soit plus décrété que mérité. L'opinion publique n'est pas encore prête à se passer de ce symbole fort. Mais la politique, plus que l'enseignement, l'électoralisme, dans un état providence, ont conduit à donner toujours plus pour toujours moins d'effort. Comme le dit le vieil adage, nous avons été habitués à avoir le beurre et l'argent du beurre et nous en sommes maintenant au stade du « cul de la crémière ». Mais tout cela s'arrête au bac, ou peu après, pour le reste, les choses sont dures, très dures, à partir du moment où l'on rentre dans la société du travail et la violence est d'autant plus grande, pour ces élèves habitués à une bienveillance qui n'est plus de mise dans la société ordinaire, laquelle vous crédite de quelques points non mérités pour que vous obteniez votre bac, mais vous sanctionne sans vergogne pour quelques kilomètres heures de trop une fois au volant. Il faudra surtout, pour un gouvernement, apprendre à ne plus intégrer le niveau d'instruction des enfants des électeurs dans les arguments de campagne...

Jean-Paul Brighelli : Bien sûr — mais cela se fait au Brevet depuis des années : et d'ailleurs, quelle est la valeur marchande du Brevet ? Quelle entreprise recrute au niveau du Brevet ? Il est voué à disparaître, tout comme le Bac est voué à disparaître, parce qu'avec le Bac, on ne peut plus postuler à rien. Il n'y a aucune raison, sinon sentimentale, de conserver un examen qui n'examine rien et dont la valeur pratique est nulle. Supprimons le Bac, et redonnons des ambitions aux collèges et aux lycées. La relance des internats d'excellence, annoncée par Blanquer, va dans ce sens — mais l'excellence devrait être le premier et le dernier mot de tout le système scolaire : amener chaque élève au plus haut de ses capacités, c'ets exiger l'excellence de chacun. Après des années de gabegie, il est plus que temps de sonner la fin de la récré — et de virer, dans les centres de formation des maîtres, tous les grands incompétents qui s'y sont creusé une niche inexpugnable : renvoyons-les dans le Premier ou le Second degré, puisque selon eux ils y excellent.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 05/07/2019 - 18:00
Le contrôle continu sera pire car ls profs ne sont pas anonymes
Va falloir mettre des Gardes du Corps pour chaque prof :)::) C'est bon pour réduire le chômage :)

Anouman
- 05/07/2019 - 13:38
Bac
Un examen de fin d'année permet de voir si l'élève a conservé quelques souvenirs de son année, pas le contrôle continu. Bien entendu si la notation est complaisante cela n'a plus d'intérêt. Faire avoir le bac à tous les élèves alors que beaucoup ont de grosses lacunes dans plusieurs domaines est juste un gaspillage de fonds publics. Quitte à ne rien apprendre autant qu'ils restent buller chez eux.