En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Vu à la radio

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 16 min 27 sec
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 50 min 42 sec
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 19 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 19 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 20 heures 39 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 22 heures 27 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 23 heures 35 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 1 jour 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 40 min 41 sec
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 1 heure 2 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 1 heure 52 min
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 19 heures 17 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 20 heures 13 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 21 heures 15 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 23 heures 19 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 23 heures 58 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 1 jour 1 heure
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Bon deal ?

Agriculture, industrie agroalimentaire : a-t-on vraiment bien fait de signer l'accord de libre-échange avec le Mercosur ?

Publié le 02 juillet 2019
L'accord commercial signé entre l'Union Européenne et le Mercosur (Brésil, Argentine, Urugay, Paraguay) fait l'objet de vives polémiques entre partisan du libre-échange et du protectionnisme.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'accord commercial signé entre l'Union Européenne et le Mercosur (Brésil, Argentine, Urugay, Paraguay) fait l'objet de vives polémiques entre partisan du libre-échange et du protectionnisme.

Atlantico : Dans le détail, quelles devraient être les conséquences pour la France, étant données les structures économiques actuelles des deux zones, de la suppression de certaines taxes douanières ?

  • Pour l'agriculture française ?

Michel Ruimy : L’objectif principal de cet accord est de faciliter les échanges entre les deux zones en abaissant fortement les droits de douane dans plusieurs secteurs. L’un des principaux points d’achoppement concerne les futurs échanges dans l’agriculture et l’élevage. La Copa Cogeca, principal syndicat agricole de l’Union européenne (UE) a fustigé une politique commerciale ayant deux poids et deux mesures. Il considère que l’accord va creuser le fossé entre ce qui est demandé aux agriculteurs européens en matière de normes et ce qui est toléré des producteurs du Mercosur qui exporteront dans l’UE. Les deux continents ne sont pas, en effet, sur un pied d’égalité : antibiotiques utilisés comme hormones de croissance et déforestation du côté sud-américain, contre toujours plus de normes environnementales côté européen.
Concernant la France, les secteurs agricoles seraient affectés de manière différente. D’une part, il faut savoir que l’agriculture française reste très parcellisée et ses éleveurs sont les plus mal lotis du secteur agricole avec seulement 12 à 15 000 euros de revenus annuels. Les consommateurs français privilégient toujours le prix et nos circuits n’ont pas assez de race de viande noble. Ceci explique qu’ils aient des difficultés à monter en gamme.
D’autre part, si certains produits agricoles offensifs, tels que les céréales, en particulier le blé, ainsi que les boissons (y compris le vin et les spiritueux) bénéficieraient d’une libéralisation accrue du marché, en revanche, sur les 3 milliards d’euros d’importations françaises, la moitié concerne des matières premières et, plus particulièrement, des produits dont dépendent non seulement le secteur industriel mais aussi les éleveurs de soja (1/4 des importations françaises proviennent du Mercosur) dont l’accès serait grandement facilité par cet accord.

  • Pour la filière agroalimentaire française ?

Avec cet accord, les pays du Mercosur pourront exporter, chaque année, vers l’UE, 99 000 tonnes de bœuf, 180 000 tonnes de sucre ou encore 100 000 tonnes de volaille. Une concurrence nouvelle qui risquent de fragiliser un peu plus les éleveurs européens, lourdement dépendants des subventions de Bruxelles et qui craignent la concurrence des « usines à viande » latino-américaines. Cependant, pour les filières sensibles comme la filière bovine, il existe une clause de sauvegarde : en cas de difficulté particulière - déstabilisation du marché - cette partie de l’accord pourra être rediscutée.
Cette condition est un aveu. Elle reconnaît implicitement que l’ouverture du marché risque d’avoir des conséquences sur les éleveurs. Si les Européens l’activent, alors les pays sud-américains pourraient, à leur tour, décider de fermer leurs marchés, ce qui mettrait fin à l’accord. On sait d’ores et déjà qu’il s’agit d’un accord très explosif.

 

  • Pour l'industrie française ?

L’accord signé concerne 770 millions de personnes et un quart du PIB mondial. Le Mercosur a accepté d’ouvrir pleinement son marché ainsi que ses marchés publics à l’industrie européenne, tout particulièrement à ses voitures, à ses pièces détachées, à ses équipements industriels et à ses produits chimiques et pharmaceutiques.

Notre pays étant l’un des premiers exportateurs vers les pays de Mercosur, l’industrie peut avoir le sourire. Elle serait l’un des plus grands bénéficiaires de cet accord, notamment les secteurs clés de l’automobile, de l’aéronautique, la machinerie, la chimie et les produits pharmaceutiques et de la plasturgie.

Au total, la Commission européenne estime que, grâce à cet accord, les entreprises de l’UE économiseront 4 milliards d’euros de taxes chaque année.

Comment expliquez-vous la signature de cet accord dans le contexte de la guerre commerciale mondiale ? Faut-il y voir une recherche de débouchés pour l'industrie allemande ?

Il faut se rappeler que l’accord vient d’être signé après vingt ans de négociations. Le dossier a été engagé sous la première présidence de Jacques Chirac ! Après ceux conclus avec le Canada et le Japon, qui peuvent être vus comme des réponses à la politique commerciale protectionniste américaine, ce nouvel accord tombe à pic. Il s’agit d’un geste politique très fort en faveur du multilatéralisme face à l’attitude persistante des Etats-Unis.

Mais, par ailleurs, il ne faut tout de même pas oublier que le libre-échange se trouve à l’origine d’un grand nombre de problèmes écologiques. La signature de cet accord risque d’égratigner, encore plus, la crédibilité de la classe politique qui, d’un côté, énonce des messages favorables à l’environnement et de l’autre, signe des traités qui nous mènent à l’opposé.

On peut se demander ainsi s’il faut se féliciter de la constance ou déplorer l’aveuglement de la Commission européenne pour cette signature alors que notre écosystème évolue. Avec un certain cynisme, on a redonné le pouvoir aux lobbies de l’agrobusiness.

Concernant l’Allemagne, elle bénéficierait également de cet accord prioritairement son secteur automobile, celui des machines industrielles et de la chimie.

 La France a-t-elle fait une erreur de négociation en ne s'y opposant pas plus fermement ? 

Malgré l’annonce de vendredi, cet accord est encore loin d’être appliqué. En effet, le texte doit d’abord être soumis à l’approbation des Etats membres dans le cadre du Conseil de l’Union européenne, puis voté par le Parlement européen et par les 28 Parlements nationaux.

En Amérique du Sud, les quatre pays doivent aussi le ratifier. Or, au Brésil, Jair Bolsonaro n’a pas de majorité stable au Congrès et, en Argentine, une élection présidentielle a lieu à la fin de l’année et pourrait porter au pouvoir l’actuelle opposition, qui est contre l’accord avec l’UE.

On voit donc que cet l’accord n’entrera pas en vigueur avant plusieurs années.

Par ailleurs, la France, l’Irlande, la Belgique et la Pologne avaient exprimé, dans une récente lettre commune, leur profonde préoccupation à l’égard des conséquences de l’accord sur l’agriculture. De son côté, le président français Emmanuel Macron a cependant salué un bon accord, tout en promettant que son pays resterait « vigilant ». Espérons qu’il le soit.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lal
- 02/07/2019 - 20:45
Pour l’instant,les
Pour l’instant,les consommateurs peuvent choisir des produits français mais dans quelques années,quand la plupart des éleveurs,des maraîchers français auront mis la clé sous la porte face à cette concurrence déloyale,nous mangeront des produits frelatés et malsains qui nous auront été imposés par ces accords scélérats.
J'accuse
- 02/07/2019 - 10:48
L'idéologie remplace la raison
Cette frénésie bruxelloise de traités internationaux traduit entre autres l'incapacité de l'UE à travailler pour l'Europe: elle ne sait que livrer le marché européen aux produits étrangers, au lieu de contribuer à développer l'agriculture et l'industrie européennes. Fédéralisme et suppression des frontières : l'Europe est envahie et dépecée.
Économiser 4 milliards de taxes ? Il existe un meilleur moyen de faire faire des économies aux entreprises: arrêter de les taxer en Europe !
Histoire vraie: j'ai une fois renoncé à acheter une variété de pommes en m'apercevant qu'elles venaient du Chili. Comme si on se savait pas produire des pommes en France ! Avec de tels accords, ce sera bientôt le cas.