En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Et si l’impact psychologique du COVID-19 nous exposait à un danger politique majeur

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 5 min 15 sec
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 50 min 4 sec
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 1 heure 54 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 2 heures 43 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 2 heures 47 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 19 heures 53 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 28 min 39 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 2 heures 42 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 2 heures 43 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 2 heures 47 min
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 19 heures 10 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 20 heures 40 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Atlantico business

Bruxelles : le désaccord sur les nominations provoque la colère des petits pays de l’Union européenne.

Publié le 02 juillet 2019
On craignait la montée des forces populistes et identitaires, l’impasse dans les nominations a révélé la colère de la majorité des petits Etats membres qui réclament plus d’Europe politique.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On craignait la montée des forces populistes et identitaires, l’impasse dans les nominations a révélé la colère de la majorité des petits Etats membres qui réclament plus d’Europe politique.

En général, « quand les baleines se battent, ce sont les crevettes qui trinquent ». En général oui, mais l’imbroglio dans lequel se sont une fois de plus enfermés les dirigeant européens, pour la nomination des prochains responsables des institutions, a finalement suscité la grogne, puis la révolte des petits pays qui se refusent de voir l’Europe se déliter et qui, au contraire, revendiquent plus d’Europe.

On craignait que l’Europe des petits fasse le lit du populisme d’extrême droite, et c’est vrai que dans tous pays de l’Union, on a assisté lors des dernières élections à une montée importante des mouvements populistes. En Autriche, en Hongrie, en Italie etc.

Cela dit, globalement, ces mouvements sont restés marginaux et surtout incapables d’apporter des réponses cohérentes et globales. Ces mouvements restent très protestataires et éclatés.

En revanche, tous ces petits pays portent en germe une colère, non pas contre l’Europe, mais contre les grands pays de l'Union européenne qui ne contribuent pas suffisamment à la construction européenne.

Cette revendication est partagée par la majorités des populations de l‘Europe du nord, des pays Baltes, de l’Autriche, et même de la Grèce qui considère que les efforts qu’elle a consentis pour rester dans l’Union ne sont pas récompensés. Toutes ces populations sont très attachées à l’Union européenne et à l’euro. Et quand ils ne sont pas dans l’euro, ils le regrettent et commencent à frapper à la porte. C’est le cas des Suédois et des Tchèques, qui ont fait la demande de rejoindre l’union monétaire européenne.

Alors la position de ces populations s’explique évidemment par la nécessité d’obtenir des assurances économiques et des protections contre la concurrence internationale, mais  aussi par l’obsession de se mettre à l’abri des ambitions russes. C’est vrai pour la Pologne, mais c’est aussi vrai pour la Finlande. Cet attachement très fort à l’Union européenne a permis à Michel Barnier de défendre une ligne forte face à la Grande Bretagne qui consistait à lui imposer l’obligation de choisir un accord qui protège les intérêts des uns et des autres avec des droits et des devoirs réciproques. Michel Barnier a été soutenu sur cette ligne par l’unanimité des pays membres de l’Union européenne. Pour tous ces pays, il n’était pas question d’ouvrir la porte à une Europe à géométrie variable.

Ce qui est nouveau, c’est que beaucoup de ces pays « marginaux » sont aujourd’hui vent debout contre les grands pays fondateurs de l‘Union Européenne, qu’ils accusent de laxisme, d’égoïsme et de faiblesse. Dans leur viseur, l’Allemagne et la France, à qui on reproche d’être les premiers à ne pas travailler pour le renforcement de l’Union européenne. Ces deux pays protègent surtout leurs intérêts immédiats.

L‘Allemagne est jugée égocentrique, préoccupée de sa seule puissance économique ; favorisée par la sous évaluation relative de l‘euro dont elle profite, ce qui lui a permis de réaliser des excédents commerciaux records, au détriment parfois des autres pays membres. L’Allemagne, à qui on reproche aussi des positions conciliantes avec la Grande Bretagne ou les Etats-Unis afin de protéger ses marchés automobiles qui constituent sa force.

La France, elle, est accusée de ne pas respecter les règles qu’elle a contribué à mettre en place comme la rigueur budgétaire, et qu’elle continue d’exiger des autres pays européens.

D’une façon générale, la France et l’Allemagne n’auront pas fait preuve de beaucoup d’imagination pour lancer des projets structurants de l’Union européenne, alors même que la politique monétaire permettrait de financer des grands projets à taux zéro. Plutôt que de financer des investissements, les grands pays matures préfèrent financer leur modèle social et leurs dépenses d’exploitation.

La question des nominations à la tête des grandes institutions européennes comme le Parlement, la Banque centrale et la présidence de la Commission, traduit cette fracture.

Alors que toutes les grandes décisions stratégiques européennes (accords internationaux par exemple) doivent être prises à l’unanimité, ce qui entraine beaucoup de lourdeurs dans les processus de gouvernance, les nominations importantes dans les organisations dirigeantes ne nécessitent que des majorités qualifiées. Or, la majorité qualifiée s’obtient entre la France, l‘Allemagne et les pays du nord Pays-bas, Belgique. Les grandes nominations se jouent au sein même de ce club des riches.

Pour les autres pays européens, plus de 20 états membres, les grands dirigeants ne représentent pas l’Europe et surtout pas les forces de progrès pour une Europe plus forte, plus solidaire, plus politique, c’est à dire plus fédérale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gpo
- 02/07/2019 - 11:03
Tout sauf les candidats du mignon
car ce machiavel voudra manoeuvrer et imposer ses règles pour faire plaisir aux lobbies financiers, islamo gauchistes et ayatollah verts, les minorités lgbt et soros..
Cet énarque est ses acolytes veulent soumettre les citoyens européens à leurs diktats pour le bonheur des minorités..Alors stop
assougoudrel
- 02/07/2019 - 10:31
Il parait que notre
branleur, de colère, faisait des bonds de kangourou en rut, car il voulait placer ses billes et que ça n'a pas marché pour "en marche".
hoche38
- 02/07/2019 - 08:25
Perseverare diabilicum!
Au fond, si l'Europe de Bruxelles de Monsieur Sylvestre ne va que d'échec en échec depuis trente ans, c'est qu'on n'en a pas assez: Génial!