En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 18 sec
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 4 heures 4 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 17 heures 6 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 18 heures 49 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 20 heures 42 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 1 jour 9 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 4 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 16 heures 34 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 18 heures 24 sec
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 19 heures 17 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 20 heures 57 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 1 jour 23 min
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Progressisme partout

Comment l'uniformisation de nos sociétés vers une pensée progressiste est en train de nuire à la démocratie

Publié le 27 juin 2019
Alors que la pensée "progressiste" est défendue dans de nombreux médias et gagne du terrain au sein de certaines grandes entreprises, Sciences Po vient d'annoncer la suppression de son concours d'entrée afin de parvenir à un système "plus équitable pour assurer une meilleure diversité des profils".
Pierre Vermeren est professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris 1. Normalien, il est spécialiste des sociétés maghrébines et  est membre du Laboratoire CEMAF (Centre d'études des mondes africains). Il a également vécu en Égypte et en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Vermeren
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Vermeren est professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris 1. Normalien, il est spécialiste des sociétés maghrébines et  est membre du Laboratoire CEMAF (Centre d'études des mondes africains). Il a également vécu en Égypte et en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la pensée "progressiste" est défendue dans de nombreux médias et gagne du terrain au sein de certaines grandes entreprises, Sciences Po vient d'annoncer la suppression de son concours d'entrée afin de parvenir à un système "plus équitable pour assurer une meilleure diversité des profils".

Atlantico : Le projet Veritas a publié un rapport sur Google (qui inclut une vidéo, des documents et un témoignage) qui montre les velléités de contrôle de la vie politique de certains cadres exécutifs de la firme de la SiliconValley dans le sens d'un certain progressisme. Qu'est-ce que ces documents montrent exactement ? En quoi est-ce le signe d'une homogénéité idéologique problématique au sein de ce monde de la technologie ?

Pierre Vermeren : Cela s’appelle une évolution (ou une tentation) totalitaire, puisque le « bien commun » est défini par une minorité non élue sur des critères arbitraires, non démocratiques, non méritocratiques, et purement idéologiques. C’est contre ces tentations hégémoniques propres à tous les pouvoirs terrestres (politiques, bureaucratiques ou économiques), ainsi que l’a démontré il y a quatre siècles Montesquieu, qu’ont été inventés les contre-pouvoirs, la séparation des pouvoirs, et finalement la régulation démocratique. La démocratie politique repose sur le principe d’une alternance librement et légalement choisie ; seul le pouvoir arrête le pouvoir, et seul un pouvoir élu et constitutionnel est légitime. Que des aristocraties ou des oligarchies autoproclamées essayent de s’affranchir de toutes les modalités de la gouvernance démocratique, c’est dans leur nature. Qu’une entreprise gère ses affaires comme elle l’entend, cela la regarde sous deux conditions : qu’elle respecte le cadre légal en vigueur, à défaut de la justice ; et qu’elle ne soit pas en situation monopolistique mondiale, ce qui est le cas en l’occurrence de Google.

Ces révélations font écho à ce qui se passe en France dans l'industrie des médias. Tandis que Cédric O réclame un Conseil de l'Ordre des journalistes pour lutter contre les fake news, la directrice de l'antenne de France Inter, Laurence Bloch se réjouit du progressisme affiché de la radio. Dans quelle mesure la ligne progressiste est-elle dominante dans une majorité de médias ? En quoi est-ce un problème démocratique majeur ?

Il faut distinguer les médias détenus par des intérêts privés, qui n’ont de comptes à rendre qu’à leurs actionnaires et à leurs auditeurs, ce qui affecte leur rentabilité ; et les médias publics qui ont en principe, dans une démocratie, un devoir de pluralité politique, idéologique et culturelle. Dans la mesure où ces médias sont le garant du bon fonctionnement de la démocratie, qu’ils sont financés grâce aux impôts des citoyens, ils ont un cahier des charges beaucoup plus exigeant. Toute tentative de les annexer à une idéologie plutôt qu’à une autre est dans ces conditions problématique. Cela dit en France, il y a tellement de médias publics que le partage des rôles au sein de plusieurs dizaines de médias est envisageable. Evidemment, si une seule idéologie de classe s’emparait de tous les médias publics, et qu’elle recouvre de surcroît une majorité des grands médias privés, cela ressemblerait à une dérive totalitaire. La récente campagne médiatique extraordinaire autour de la canicule et du réchauffement en cours ont illustré les pulsions hégémoniques auxquelles un tel système peut conduire. Je ne sais pas si les Français savent que le Moyen-Orient passe 5 mois chaque année sous 40 à 50 degrés Celsius, avec des nuits à 30 ou 35 degrés (et pas 18 ou 22° comme en France) : il faut absolument interdire aux Français de brûler du kérosène pour aller y passer leurs vacances estivales, et interdire à nos joueurs d’aller jouer la coupe du monde au Qatar, afin de leur éviter une insolation (d’autant plus qu’avec des stades climatisés, le réchauffement climatique va s’aggraver !).

Sciences Po vient d'annoncer la suppression de son concours d'entrée afin de parvenir à un système "plus équitable pour assurer une meilleure diversité des profils". La solution est-elle vraiment là ? L'ouverture est-elle le problème principal ou est-ce l'enfermement idéologique pendant les études qui doit être mis en question ? 

Cela fait 15 ans que je corrigeais chaque année l’épreuve d’histoire du concours d’entrée dans un institut de Sciences politiques. Les copies, totalement anonymes, répondaient à un sujet d’histoire portant sur le programme d’histoire de la classe de première. Les correcteurs, contrairement au baccalauréat avaient pour mission de sélectionner les meilleures copies, celles qui sont à la fois bien écrites (forme et fonds), qui répondent au sujet posé, de manière illustrée et construite, et si possible avec un peu de hauteur de vue (à échelle d’un élève de terminale). Il est clair que des boîtes privées de préparation onéreuses ontun peu détournél’esprit d’une compétition équitable. Mais finalement,seules 10% des copies répondaient à tous ces critères, 10 à 15% étant intermédiaires, et 50% ne répondant à peu près à aucun d’entre eux. Gageons que 90 à 95% de tous ces candidats sont reçus au baccalauréat, contre 10% à Sciences po. En l’absence de classes préparatoires (CPGE), qui ont pour mission, pour les autres Grandes écoles, de rétablir les conditions de la compétition entre tous les élèves au terme de 2 ou 3 ans de travail acharné, et de rebattre ainsi les cartes familiales et géographiques suivant des critères méritocratiques (et donc démocratiques), les IEP avaient inventé ce système de recrutement.
Mais le ministère de l’éducation nationale  veut que les IEP rentrent dans le système commun des affectations post-bac. Si la conséquence en était l’émergence de critères de recrutement non scientifiques et arbitraires, qu’ils soient idéologiques, ethniques, sociaux, politiques, religieux, vestimentaires etc., on entreraient dans un système inconnu en France. Est-ce que ce sont des grilles de lecture sociologique qui doivent palier le manque d’efficacité de l’école ? C’est une vraie question. Enfin, ce n’est pas à moi qui travaille à l’université de me prononcer sur « l’enfermement idéologique » de nos concurrents que vous évoquez. Mais les parents qui font des pieds et des mains pour inscrire leurs enfants dans ces établissements savent parfaitement ce qu’ils font, en toute connaissance de cause. Savez-vous que le mimétisme est le propre des sociétés humaines ?

Quelles sont les pistes pour retrouver une véritable hétérogénéité idéologique dans les médias, et de manière générale, dans la vie publique ?

Respecter les fondamentaux et les principes démocratiques (c’est même pour cela que les Français ont fait quelques révolutions). Puisque les médias publics appartiennent à tout le monde, il faut que tout le monde s’y exprime dans des conditions loyales, c’est toute la noblesse des métiers d’animateur ou de journaliste que de créer les conditions de véritables débats publics ; et que tous y soient représentés, y compris les vieux, les pauvres et leshandicapés, ce qui n’est pas souvent le cas, il faut bien le dire. Quant à la vie publique, les réformes en cours à l’éducation nationale ont semble-t-il en partie cette perspective de long terme : le problème est qu’il faut une génération pour que la réforme de l’école produise pleinement ses effets… Sinon on opte pour la discrimination positive dont les Etats-Unis ont déjà démontré toute la déficience en matière de recrutement universitaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AZKA
- 27/06/2019 - 13:12
@Hiris
Non au contraire, que le progressisme montre sa face de fascisme des elites cannabis et arc en ciel de centre metropoles. Plus c'est gros plus tôt ça va péter.
Hiris
- 27/06/2019 - 11:53
Il est où le progressisme là
Il est où le progressisme là dedans ? Supprimer un concours qui donne les même chances à tout le monde et s appelle sélection au mérite où ascenseur social pour mettre en place un comité bidon et politique qui va sélectionner les dossiers ? J ignorai que je vivais dans un pays stalinien ,c est un choc ,demain on va ordonner des avortements pseudo thérapeutiques pour déterminer qui peut avoir des enfants ..Hop là fin du rire ,la machine a conneries va trop loin ,parce qu aujourd'hui c est science po demain l admission de vos enfants en fac ou autres,puis la vôtre a certains postes...Les regressistes sont en galop d essai ne vous y trompez pas.
AZKA
- 27/06/2019 - 08:35
Bof, c'était un panier de crabes
Bourgeois Bohèmes. Si Sciences Po crève de son progressisme, même pas mal!