En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© RYAD KRAMDI / AFP
Vision d'avenir

Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion

Publié le 26 juin 2019
Selon une étude réalisée par l'Arab Barometer pour la BBC, un vent de sécularisation souffle sur plusieurs pays du monde arabo-musulman.
Ghaleb Bencheikh préside la Conférence mondiale des religions pour la paix. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ghaleb Bencheikh
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ghaleb Bencheikh préside la Conférence mondiale des religions pour la paix. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude réalisée par l'Arab Barometer pour la BBC, un vent de sécularisation souffle sur plusieurs pays du monde arabo-musulman.

Atlantico : Selon cette étude, entre 2013 et 2018/2019, le nombre de personnes se déclarant "sans religion" dans le monde a plus que doublé en Tunisie, en Algérie et au Maroc. On constate également une forte hausse dans les pays comme la Lybie et l'Égypte. Comment expliquer ce phénomène alors que les islamistes s'implantent dans la plupart de ces pays ?

Ghaleb Bencheikh : Je pense qu’en Tunisie et maintenant en Algérie, il y a un vent de liberté qui souffle. Aussi, y a-t-il moins de contraintes, moins de pression communautaire et l’administration affaiblie n’est plus captatrice de la conscience des citoyens. Lorsqu’on est sorti manifester contre la dictature, contre la tyrannie, les mots d’ordre sont plutôt laïques. Ceux qui ne se reconnaissent pas dans une foi quelconque, et encore moins dans la tradition religieuse islamique, osent désormais s’exprimer. 
Il me semble que c’est le mouvement de la sécularisation qui commence à gagner. Peut-êtredavantage pour contrecarrer l’excès de l'islamisme politique, toujours avec cette idée que le suffixe « isme » étouffe la racine. Il y a une sorte de retour du balancier : un moment donné on a saturé l’espace de religiosité etcela a joué comme un repoussoir. Maintenant, les gens n’ont plus peur d’aucune structure de quelque ordre que ce soit. Outre le chaos libyen, longtemps les Frères musulmans ont préempté le débat en Egypte et ailleurs sur les questions spirituelles : la réaction en face est donc logique ; les cas tunisiens et algériens n’en sont pas étonnants non plus.

 

Assiste-t-on à une sécularisation comme elle existe dans le monde occidental ou bien il s'agit d'autre chose ?

À ce niveau, il n’est pas certain qu’il faille distinguer monde occidental et monde arabo-musulman. C’est la mondialisation qui est à l’œuvre : on regarde les mêmes chaînes de télévision, les mêmes mécanismes médiatiques sont en marche. Avant, on n’osait pas afficher son incroyance ou son agnosticisme : ce n’est plus le cas. Même si on professe une foi, elle n’est pas nécessairement traduite par une pratique ostensible. Peut-être est-ce aussi le cours naturel de l’histoire, certains l’affirment.

Alors qu'un pays traditionnellement laïc comme la Turquie s'oriente toujours davantage vers un régime plus conservateur sous la houlette de Erdogan, peut-on voir dans ces statistiques la possibilité d'une sécularisation du monde musulman ?

Du côté turc, on a pensé longtemps que la laïcité était poussée à l’extrême. On aurait parlé à l’époque presque de laïcisme belliqueuxantireligieux. D’aucuns auraient pu parler, si on utilise le vocabulaire propre à la France, de laïcards qui pourchassaient ou qui gênaient les hommes et les femmes de foi. Erdogan lui-même disait : « mes propres filles ne pouvaient pas aller à l'université en Turquie parce qu’elles portaient le voile et étaient contraintes d’aller étudier aux Etats-Unis. »
Erdogan est venu comme un revanchard avec une vision conservatrice, voire islamiste modérée, à supposer que ce ne soit pas oxymorique. Peut-être avec la prise de la mairie d’Istanbul par l’opposition, on se rendra compte que même s’il y avait une embellie économique, même s'il y avait des grands travaux ont été réalisés, même si la vie économiqueet sociale a dû s’améliorer pour le citoyen, l’essentiel, en particulier au niveau de la liberté de conscience, était encore à faire. Cela ne devrait pas se concrétiser par une théologisation de la politique ni par une politisation de la théologie. La collusion des deux ordres œuvre toujours pour un profit de la politique et jamais pour celui de la religion. Les choses sont encore mouvantes sur le sujet. Peut-être qu’à un moment donné, elles se stabiliseront vers davantage de sécularisation, un peu à l’image de ce qui se passe dans le monde en général. C’est peut-être une évolution naturelle. Ceux qui voudront croire et afficher une appartenance confessionnelle ne seront pas nécessairement sous la pression communautaire, qu’ils soient ou pas majoritaires.

 

Est-ce qu'il y a en France chez les personnes de culture musulmane un mouvement de retour vers leur religion ou plutôt celui de la laïcisation et de sécularisation, si l'on veut être plus précis. Quel est le mouvement en France et comment l'expliquer ?

On serait à dix pour cent de la population française d’une composante qui serait de tradition religieuse islamique. Sur ces dix pour cent (c’est-à-dire 6,5 millions), il y a une minorité agissante dans la revendication politico-identitaire (l’Histoire est faite par les minorités) et affiche de manière ostentatoire son appartenance religieuse par des effets vestimentaires et alimentaires, etc. Il s’agit d’une revendication au sens strict du terme : le coup de poing du burkini il y a deux jours à la piscine de Grenoble en témoigne. Néanmoins, la majorité de cette composante vit  normalement, en ayant subi le flot de la sécularisation dans la société française à l’œuvre depuis bien avant les histoires de 1905. Par moments, c’est vrai - notamment durant le jeûne du Ramadan - on se redécouvre un temps de vie intense, une vie spirituelle et on s’éloigne d’un mode de vie licencieux. Encore une fois, la majorité de cette composante islamique de la nation vit naturellement une citoyenneté partagée avec le reste des autres composantes en se reconnaissant compatriotes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

03.

BCE : pourquoi l’équipe de Christine Lagarde pourrait cruellement manquer d’économistes

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

06.

20 après le Kosovo, l’Occident et l’UE devraient-ils éprouver une pointe de regret vis-à-vis de la Serbie ?

07.

Alerte à la pollution des pneus et des freins des voitures

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Quand Jeff Bezos affirme à ses employés qu’"Amazon fera faillite, car Amazon n’est pas immortelle"

05.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Cet autre mal Français qui se cache derrière le recul de la liberté d’expression en France

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
VV1792
- 28/06/2019 - 18:16
Babiboulga
Au moins cet article aura servi a qq chose: nous avertir que les bisounours sont toujours parmi nous...
Labarthe
- 26/06/2019 - 22:04
En France....Les frères musulmans
O. Est loin d’une laïcisation en France où les frères musulmans sont en train de prendre le contrôle de l’Islam et des fidèles avec en fond des réactions qui font penser certaine complaisance du government. Par ailleurs à ma connaissance, une partie des islamistes ont été extrêmement favorisés par le régime de A. Bouteflika et se sont enrichis après avoir abandonné la lutte. Parallèlement, les frères musulmans ont fait un remarquable travail de sape dans la société algérienne profitant de tous les problèmes et insatisfactions comme il font partout, en Égypte, et évidemment en Europe et notamment en France. Tout cela en donnant l’impression qu’ils sont modérés, qu’il faut recourir à eux pour contrôler la situation ....un piège mortel.
2bout
- 26/06/2019 - 17:46
Sécularisation ???
A l'échelle de mon quotidien par exemple, rien ne me permet de penser que l'on soit en voie de sécularisation. Mais de mon ressenti en région, devrais-je généraliser à tout un territoire ? Il me semble pourtant que c'est à cela que se livre l'auteur de l'article. Un auteur qui serait d'ailleurs sans doute bien inspiré d'attendre quelques mois et le résultat des prochaines élections tunisiennes avant de parler de sécularisation au Maghreb, sachant que dans le sud de ce pays, loin des métropoles, les frontières communes à la Lybie déstabilisée paraissent bien fragiles.