En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 56 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 9 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 10 heures 21 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 12 heures 8 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 14 heures 8 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 16 heures 58 sec
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 16 heures 13 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 8 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 10 heures 26 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 12 heures 58 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 16 heures 7 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 6 heures
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Aveu de faiblesse ou pragmatisme ?

Faut il faire revenir la Russie au conseil de l’Europe ?

Publié le 25 juin 2019
Le Conseil de l’Europe s’apprête à lever ses sanctions contre la Russie et à rouvrir ses portes à Moscou. Une décision guidée par le pragmatisme mais qui ouvre certaines portes dangereuses.
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Conseil de l’Europe s’apprête à lever ses sanctions contre la Russie et à rouvrir ses portes à Moscou. Une décision guidée par le pragmatisme mais qui ouvre certaines portes dangereuses.

Atlantico : Quelles pourraient être les conséquences concrètes de cette réintégration de la Russie dans le Conseil de l'Europe ? La Russie a-t-elle souffert de cette exclusion ?

Cyrille Bret : L’Europe du Conseil de l’Europe n’est pas l’Europe de l’Union européenne. Le Conseil de l’Europe est une institution intergouvernementale bien distincte de l’Union européenne. C’est une organisation internationale classique, réunissant 47 Etats parties au Traité de Londres de 1949. Cette organisation a pour mission principale la promotion des droits de l’homme partout sur le continent, bien au-delà des frontières de l’Union.

Ainsi, la Convention Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) et la Cour Européenne des Droits de l’Homme sont les institutions les plus actives pour assurer cette mission. Ainsi, régulièrement, la Cour est saisie par des citoyens des 47 Etats du Conseil pour faire annuler des décisions attentatoires aux droits fondamentaux. En 2014, lors de la crise en Ukraine, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe avait sanctionné la Fédération de Russie, membre depuis 1996, en excluant la délégation des parlementaires russes de ses travaux.

Aujourd’hui, cinq ans après l’annexion de la Crimée, le Conseil de l’Europe vise la réintégration de la Russie dans le fonctionnement normal de ses institutions. Comment interpréter cette décision ? D’un côté, les avocats des droits de l’homme peuvent s’inquiéter : les sanctions sont levées sous l’influence d’Etats soutiens de la Russie et régulièrement condamnés par la Cour. Mais, d’un autre côté, c’est une bonne nouvelle pour les droits de l’homme. En effet, au moment où la lutte pour la liberté d’expression, de parole, etc. bat son plein en Russie, il est de la plus haute importance que les citoyens russes puissent compter sur le Conseil de l’Europe pour faire entendre leur voix.

Par son exclusion, l'Europe sanctionnait la Russie de l'annexion de la Crimée et de la guerre dans le Donbass. Alors que la Crimée reste russe et que la guerre fait toujours rage dans le Donbass, l'Europe ne fait-elle pas preuve de faiblesse en levant les sanctions sans contreparties ?

Encore une fois, l’Union européenne ne lève pas les sanctions. C’est le Conseil de l’Europe qui réintègre les parlementaires russes dans les institutions du Conseil de l’Europe. Toutefois, cela crée un précédent et sera mis en évidence par ceux qui, au sein de l’Union, militent pour le démantèlement des sanctions contre la Russie comme Matteo Salvini en Italie, Marine Le Pen en France, le FPÖ en Autriche…

Les Européens présentent-ils un front uni face à la Russie ? 

L’Union européenne n’a pas (encore) de « politique russe » à proprement parler. Certes, elle reconduit les sanctions économiques, financières, diplomatiques et consulaires envers la Fédération de Russie et certains de ses dirigeants. Mais, en Europe comme dans le Golfe, un arsenal de sanctions ne fait pas une ligne politique. Or, sans ligne politique, l’unité des Etats-membres de l’UE et des Européens en général est impossible. Les relations bilatérales avec la Russie ne sont pas toujours alignées avec les relations multilatérales avec elle. Ainsi, un Etat membre comme la Hongrie se dit régulièrement favorable à la levée des sanctions de l’UE envers la Russie. La proximité politique – relative – entre le Premier ministre Orban et le Président Poutine y contribue. En revanche, la Pologne et les Etats baltes, soucieux de préserver leur intégrité territoriale et inquiet de l’action de la Russie dans la zone en général et en Ukraine en particulier, sont sur une ligne dure envers la Russie. De même, la position de l’Allemagne est particulière : elle a soutenu le régime des sanctions depuis le début de la crise en Ukraine. Mais elle est dépendante de la Russie en énergie car elle a renoncé à l’atome. De sorte qu’elle soutient le projet de gazoduc Nord Stream 2, considéré comme attentatoire à la souveraineté de l’Europe par les Polonais et les Danois. La France elle-même est partagée entre le rapport de force et la normalisation avec Moscou.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fazende
- 25/06/2019 - 17:44
éclaircissement, pardon
Poutine, disais-je, dont la Gd'Mère était la cuisinière de Staline, fait une sorte de conversion ces dernières années, de silence en silence... que l'on peut admirer ! Immense pays, premier auteur : "Dostoëvski", XIXème Siècle.. le chemin est lent mais à saluer !!!!
Fazende
- 25/06/2019 - 17:19
le français parlé à vladivostok !!!
Quand on pense que l'Allemagne nous a déclaré la guerre à plusieurs reprises, parait-il, et que nous osons depuis la création de l'Europe être en communion exclusive et outrancière avec elle.! Tremblement, soumission...Tous d'aller, comme diraient les hommes, lui lécher les pompes..
la Russie ? les armées napoléoniennes s'y sont cassées les dents ou la pipe... mais elle, tout simplement, parlait en français dans ses salons, admirative de notre culture...
Vrai, 50 ans de communisme furent atroces et L'ami Soljenitsyne nous l'a démontré ! Alors Poutine, dont Grand'mère était la cuisinière de Staline, prouve qu'il mérite un peu d'attention.. On pardonne à l'un .. on juge l'autre !
assougoudrel
- 25/06/2019 - 17:15
Coucou, Marie-E
et merci pour l'information. L'UE a "puni" Poutine en suivant bêtement les américains et les américains menacent de punir les entreprises européennes basées en Iran. Tout le monde, Total en tête est rentré à la niche, laissant le "méchoui cuit" à la Chine. Depuis 2014, les agriculteurs français perdent 20 milliard/an. Quand à Poutine, les médias n'en parlent pas, mais il a modernisé les fermes et les usines laitières, achetant des bovins, moutons et chèvres en France, avec des ingénieurs et des conseillers français; du coup, la Russie n'a plus besoin de commander ces produits ailleurs.