En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

07.

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 9 heures 48 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 10 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 11 heures 12 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 13 heures 22 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 15 heures 36 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 16 heures 8 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 17 heures 15 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 17 heures 39 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 18 heures 8 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 10 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 10 heures 58 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 11 heures 54 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 15 heures 25 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 15 heures 38 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 17 heures 11 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 17 heures 26 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 17 heures 46 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 18 heures 13 min
Zone rurale

Pourquoi l'INSEE a-t-elle assassiné la ruralité française ?

Publié le 12 mai 2012
Ne ditez plus "zone rurale" mais "commune isolée hors influence des pôles"! L’INSEE a décidé de rayer de son vocabulaire le mot rural dans ses typologies entre entre espaces à dominante urbaine et espaces à dominante rurale. Comme si la France n’avait plus de vraies campagnes...
Gérard-François Dumont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard-François Dumont est géographe, économiste et démographe, professeur à l'université à Paris IV-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, auteur notamment de Populations et Territoires de France en 2030 (L’Harmattan), et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ne ditez plus "zone rurale" mais "commune isolée hors influence des pôles"! L’INSEE a décidé de rayer de son vocabulaire le mot rural dans ses typologies entre entre espaces à dominante urbaine et espaces à dominante rurale. Comme si la France n’avait plus de vraies campagnes...

Atlantico : Vous avez évoqué l’idée d’un « meurtre rural », pouvez-vous nous expliquer de quoi il s’agit ?

Gérard-François Dumont : L’INSEE, lorsqu’elle étudie le territoire français, propose un certain nombre de découpages. Elle présente notamment un découpage appelé le « zonage en aires urbaines ». Ce dernier distinguait jusqu’à présent, pour simplifier, deux types de France : l’espace à dominante urbaine et l’espace à dominante rurale. Dans la nouvelle définition que l’INSEE vient d’arrêter, l’adjectif « rural » a disparu. Cet espace à dominante rurale change d’intitulé et devient « commune isolée hors influence des pôles ». Comme si la France n’avait plus de vraie ruralité.

C’est assez grave car, déjà au cours de la définition antérieure, l’Insee avait une définition extrêmement extensive des villes. Elle réduisait considérablement la réalité de la ruralité en France. Hors cette ruralité a une importance cruciale, nous l’avons bien vu au premier tour des élections présidentielle.

Justement, quelles sont les conséquences de cette manière d’analyser le découpage géographique de notre pays ?

C’est un phénomène qui veut donner l’impression qu’il n’y aurait de possibilités d’évolution, d’innovation et de créativité que dans les grandes métropoles. La France comprend pourtant de nombreux territoires ruraux qui ont fait la preuve de leurs capacités d’innovation. Nous avons par exemple des territoires comme la Mayenne ou la Vendée qui n’ont pas de métropoles, sans que cela ne les empêche de développer des activités économiques importantes tout en ayant un taux de chômage nettement inférieur à la moyenne nationale.

Il faut rappeler un autre élément : la France continue d’être extrêmement inégalitaire dans la mesure où la dotation globale de fonctionnement que l’Etat verse aux communes n’est pas égale selon le lieu où se trouvent les habitants. Dans les villes les plus peuplées, la dotation par habitant est plus élevée que dans les petites villes et les petites communes. C’est injustifiable.

A-t-on vraiment besoin que l’INSEE évoque cette ruralité pour que la France dispose de politiques prenant en compte cette réalité ? Quel est le lien entre les deux ?

A partir du moment où l’on fait disparaître la notion même de ruralité, cela sous-entend qu’il n’y a plus de logique politique liée à cette ruralité. Comme si tout le monde vivait dans des villes. Le système de découpage que nous venons d’évoquer a déjà eu lieu. Par le passé, l’Insee avait déjà prévu d’autres types de découpages avec notamment la ZIU, la Zone de peuplement industriel et urbain, qui avait pour objectif de distinguer au sein du territoire français ces ZIU et les zones rurales. Il a perdu toute pertinence pour une raison simple : les critères extensifs choisis par l’Insee faisaient que la quasi-totalité de la population se retrouvait dans une seule catégorie.

Pourtant, la richesse de la France se trouve aussi dans son territoire ! Nous avons le troisième plus grand territoire d’Europe, après la Russie et l’Ukraine. Ce n’est pas en ignorant cet atout extraordinaire, composé à la fois de la grandeur du territoire français et de la diversité des terroirs, que nous pouvons préparer au mieux l’avenir.

Cette approche du territoire, qui met la ruralité entre parenthèses, est-elle une spécificité française ?

C’est une problématique très française, effectivement. Elle est l’héritage du jacobinisme. L’idée que la centralisation est une bonne chose est restée. Lorsque l’on a sélectionné les capitales des régions, on a presque toujours choisit la ville la plus peuplée. Si vous allez dans un certain nombre de pays étrangers, ce n’est pas forcément le cas. Prenons les Etats-Unis : la capitale de l’Etat de New York n’est pas New York, mais Albany ; celle de la Pennsylvanie n’est pas Philadelphie, mais Harrisburg…

Nous avons en plus transposé ce jacobinisme national en un jacobinisme régional. Lorsque nous avons réorganisé les grandes administrations, nous avons considéré qu’il fallait les concentrer dans les grandes capitales régionales. Ce n’est pas forcément nécessaire. Même chose en 1991 lorsque le gouvernement de Madame Cresson a lancé sa politique de décentralisation : sans compter la première étape, consistant à redéployer le ministère des Finances de Rivoli à Bercy, nous nous sommes appliqués à ne jamais envisager des villes de tailles de moyennes comme destination.

Existe-t-il des signes de prise de conscience ?

 Il est important de mettre en évidence toute la créativité qu’il y a dans les territoires ruraux. Ils peuvent contribuer à l’innovation et notamment à la création d’emplois. En parcourant le territoire français, on découvre une multitude d’initiatives intéressantes. En comparant les petites villes, on se rend compte qu’elles peuvent très bien s’en sortir dès lors qu’elles ont une bonne gouvernance. Elles pourraient d’autant plus se développer si nous n’étions pas constamment soumis à ce jacobinisme omniprésent.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
frjulien112
- 12/05/2012 - 22:03
C'est un peu plus compliqué que ça
En fait, il y a les unités urbaines et les aires urbaines. Les premières sont définies par la continuité du bâti (c'est un "agglomération" de maison), les deuxièmes sont définies par les trajets domicile-travail ( c'est une ville et les petits villages environnant où les gens travaillant dans la ville). La question, c'est qu'est ce que la ruralité : si on habite dans une commune de 200 habitant avec des fermes et tout, mais à 10 km d'une capitale régionale, est-on rural ? Si on habite dans une ville de 2000 habitant à plus de 50 km d'un lycée ou d'un hôpital est-on urbain ?

Jusque là, Il y avait deux définition de la ruralité : les communes rurales (donc hors Unité urbaine) et les zones à dominante rurale qui étaient hors aire urbaine. Ce sont deux définitions qui se recoupent en partie, mais aucune n'est inclue dans l'autre.

Juste pour dire que ce ne sont pas les affreux statisticiens de l'Insee qui ont décidé de supprimer la ruralité, c'est juste un peu plus compliqué que ça.
cqoiqéqon
- 12/05/2012 - 11:49
pourquoi miser sur nos
pourquoi miser sur nos campagnes?
nous préférons importer de la sale bouffe de chine, nous nous rendre dépendant de l'énergie fossile, faire des emplois en bio en Israel, laisser les ronces envahir la vision touristique ...
et de plus, nous aimons, les bouchons et les gazs d'échappement, les merdes de chiens, les murs gris et la misère!
Aucun intérêt.