En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

01.

Obama derrière Hu Jintao

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 4 heures 24 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 5 heures 2 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 12 heures 42 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 13 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 4 heures 45 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 6 heures 47 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 9 heures 41 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 12 heures 24 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 12 heures 39 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 12 heures 54 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 13 heures 45 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 13 heures 50 min
© PATRICK HERTZOG / AFP
© PATRICK HERTZOG / AFP
Uberisation

Une large étude de la Paris School of Economics montre que l’évaluation des professeurs, c’est bon pour les élèves. Et pour eux-mêmes

Publié le 18 juin 2019
L'évaluation des professeurs serait bonne pour les enseignants ainsi que pour les élèves, révèle une étude de la Paris School of Economics, se basant sur des statistiques de terrain.
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire. Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'évaluation des professeurs serait bonne pour les enseignants ainsi que pour les élèves, révèle une étude de la Paris School of Economics, se basant sur des statistiques de terrain.

Atlantico : Les conclusions de cette étude, basées sur des statistiques de résultats d'élèves en classe de mathématiques montrent une hausse des résultats lorsqu'un professeur a été évalué et suivi sur plusieurs années. Comment analysez-vous ce résultat ?

Pierre Duriot : Oui, effectivement, la régularité des évaluations, qui sont aussi des moments de formation, est bonne pour la carrière, car les inspecteurs sont tenus par des règles administratives qui veulent qu'on n'ajoute à chaque fois ni trop ni trop peu de points à la note. Et des inspections régulières font monter la note et la maintiennent au niveau maximum, fonction de l'âge et de l'ancienneté du professeur, sachant qu'elle ne peut guère descendre et que déjà le maintien au niveau à l'issue d'une inspection est à considérer comme une sanction. Le demi-point de progression signe aussi une mauvaise évaluation. Et une note qui monte régulièrement, un contact périodique avec son inspecteur, ont un côté motivant pour le professeur qui va s'appliquer à maintenir une progression synonyme d'avancée de ses échelons et donc de son salaire.

 Que la qualité de sa pratique s'en ressente et les résultats des élèves également, tient donc d'une certaine logique. On peut y voir une différence avec d'autres professeurs qui pour des raisons diverses peuvent rester jusqu'à sept à huit années sans inspection dans un paysage où la moyenne devrait être de trois à quatre ans entre deux inspections.

La même méthode effectuée sur des enseignants en langue montre des résultats bien moins probants. Les mathématiques relèvent-elles selon vous d'un domaine particulier où l'évaluation de la méthode pédagogique peut améliorer plus concrètement l'enseignement ? Est-ce là la limite de l'évaluation au sens où l'entend cet article ?

D'une manière générale, l'inspection est aussi un moment de formation et l'inspecteur est donc également un formateur. Ancien professeur expérimenté lui-même, souvent ancien conseiller pédagogique, il est à même de compléter une formation initiale souvent peu dense et peu en rapport avec les réalités de terrain, bien que tout cela s'améliore bon an mal an. Les mathématiques, pour y revenir, sont une discipline très technique, très rigoureuse, laissant peut-être moins place à des pratiques personnelles hasardeuses ou des interprétations différentes d'un même contenu.

Il faut peut-être y voir aussi un profil psychologique et cognitif différent des professeurs de mathématiques qui n'ont effectivement, globalement, pas le même profil de personnes. Je ne crois pas que la régularité et la qualité du moment de formation de l'inspection soient les seul facteurs intervenant dans l'obtention des résultats auprès des élèves. Public d'élèves, qualité de l'équipe d'encadrement, interactions entre professeurs, sont des ingrédients important dans les résultats scolaires d'un établissement ou d'un secteur scolaire.

D'un point de vue plus général, l'évaluation des professeurs vous semble-t-elle aider ou non à l'amélioration de la pédagogie et des résultats des élèves ? Les résultats de l'étude montre une plus grande efficacité dans les zones d'éducation prioritaire. Comment analysez-vous cette différence ?

Plus que l'évaluation, l'inspecteur a aussi un rôle de formateur et de manager. A la suite de l'observation d'une séance de travail devant les élèves, l'inspecteur mène un entretien au cours duquel il a tout loisir de conseiller et de mettre l'accent sur des aspects du travail à améliorer dans une direction qu'il va impulser. Mais encore, l'inspecteur anime son secteur, lance des formations thématiques, propose des animations pédagogiques, se rend sur le terrain à l'occasion de problèmes et d'événements survenant dans les établissements scolaires. Non seulement l'évaluation permet l'amélioration générale de la qualité professionnelle des professeurs, mais les qualités de formateur et de manager de l'inspecteur lui-même se répercutent largement sur le niveau professionnel général et donc celui des élèves de son secteur.

Dans les zones prioritaires, le processus est connu, les problèmes sont nombreux et le travail collectif de terrain n'est pas une option, comme il peut l'être dans des terrains faciles ou ordinaires si tant est qu'il en existe encore, c'est une nécessité impérieuse. Dans ces zones prioritaires, les enseignants sont plus sur le terrain, jouent plus collectif, mènent souvent ce qu'on appelle des « analyses de pratiques », confrontent approches et méthodes à chaque problème, articulent leurs pédagogies plus qu'ailleurs, mènent des projets transversaux et la hiérarchie peut être amenée à plus de présence sur le terrain, dans un ensemble qui va tendre vers plus d'émulation et de formation.

Cela reste cependant tout relatif et très inégal, en fonction des terrains et des personnels. Si les professeurs ne sont pas tous des pédagogues émérites, les inspecteurs ne sont pas non plus tous des managers charismatiques, mais il est vrai que parfois, une alchimie réussie entre équipes pédagogiques, responsables d'établissements et inspecteurs peut mener à des avancées palpables en termes de résultats scolaires.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires