En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

07.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 4 heures 53 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 7 heures 9 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 8 heures 42 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 10 heures 24 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 12 heures 47 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 13 heures 31 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 14 heures 11 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 14 heures 33 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 8 heures 8 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 9 heures 54 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 12 heures 57 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 13 heures 12 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 13 heures 35 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 13 heures 57 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 14 heures 30 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 14 heures 53 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
C'est le progrès

LREM définit les engagements de l’élu municipal progressiste : mais au fait, c’est quoi une ville “progressiste” ?

Publié le 17 juin 2019
LREM présente lundi 17 juin ses premiers candidats aux élections municipales. Pour l'investiture, «La boussole, c'est le projet progressiste" a expliqué Stéphane Guérini à Radio Classique.
Frédéric Mas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Mas est journaliste à la rédaction de Contrepoints.org. Après des études de droit et de sciences politiques, il a obtenu un doctorat en philosophie politique (Sorbonne-Universités).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
LREM présente lundi 17 juin ses premiers candidats aux élections municipales. Pour l'investiture, «La boussole, c'est le projet progressiste" a expliqué Stéphane Guérini à Radio Classique.

Atlantico : Que peut-on penser de cette déclaration ? Ne se dirige-t-on pas là vers de simples déclarations de principe ?

Frédéric Mas : Le « progressisme » défendu par le gouvernement est tellement associé à sa gestion technocratique de la politique nationale qu’il est difficile de concevoir sa transposition à l’échelon local. L’idéologie moderniste portée par la république en marche prolonge celle de la deuxième gauche, qui donne à l’État et l’administration un rôle d’accompagnateur de l’économie de marché et du changement politique et sociétal du pays. C’est par essence un langage jacobin, centralisateur qui ne peut penser les corps intermédiaires et la démocratie locale que comme de simples courroies de transmission du pouvoir central, cette verticalité tant célébrée au début du mandat présidentiel. Transposé aux municipalités, ce type de discours devient très, très abstrait, et ressemble effectivement à un ensemble de déclarations de principe qu’il ne sera pas trop difficile d’accepter si l’investiture est à la clef. Que sera un « projet progressiste » pour une ville de moins de 10 000 habitants ? Difficile à dire.

Il est probable que cette abstraction soit voulue, pour se laisser une latitude dans le choix des candidats potentiels. LREM, ce mouvement national de cadres construit uniquement autour de la personnalité d’Emmanuel Macron risque d’utiliser les municipales pour se constituer la base d’élus locaux dont elle est totalement dépourvue aujourd’hui. Cette constitution suppose de rassembler au centre, et d’osciller en permanence entre centre-droit et centre-gauche pour récupérer dans les anciens partis les candidats plus compatibles avec l’esprit du parti présidentiel. Ce n’est pas tellement l’orientation idéologique qui comptera dans le choix des investitures, mais leur loyauté à l’endroit du président, qui est finalement le seul à incarner le progressisme tendance LREM.

Il y a toutefois dans cette exigence progressiste comme une clarification. En se posant comme progressiste, on désigne clairement l’ennemi politique, le conservatisme et son prolongement furieux le populisme. En d’autres termes, ceux qui ne sont pas avec moi sont contre moi, et ceux qui sont contre moi ne peuvent être que du parti de l’immobilisme mortifère et de l’épouvantable extrême droite. Il y a là un prolongement, mais dans le domaine de la communication, de la campagne européenne des marcheurs. LREM a cherché à redécouper l’offre politique en deux alternatives pour son propre bénéfice électoral au détriment du pluralisme politique. La droite et l’extrême droite sont renvoyées dans le même ensemble, et la gauche et l’extrême gauche n’existent plus dans les éléments de communication de LREM.

Concrètement comment pourrait se traduire une politique progressiste à l'échelle d'un exécutif local ? D'autant plus que la nature du projet politique risque de dépendre de la taille de la municipalité ? Considérant que les enjeux et les moyens d'action sont largement différents en fonction de si l'on est à la tête d'une métropole par rapport à un petit village…

Quand le clivage se faisait entre droite et gauche, la réponse pouvait sembler plus claire. Schématiquement, à droite, la baisse des impôts locaux et l’entretien des centres-villes commerciaux, à la gauche la priorité aux logements sociaux et aux équipements publics à caractère collectif. Maintenant, avec le « nouveau monde » macronien, la frontière est moins nette. Le discours en faveur de la performance et de l’économie du bien-être qui appartient au lexique présidentiel peut avoir une traduction dans les grandes villes. Les maires y ont des marges de manœuvre suffisamment grandes pour rendre leurs villes attractives.

Maintenant tout ceci, encore une fois, est très théorique et abstrait : à une certaine échelle, la gestion d’une commune de droite et assez comparable à celle d’une commune de gauche et automatiquement, la question du progressisme devient essentiellement matière à communication politique plus qu’à une description concrète de l’usage des deniers publics.

Il me semble toutefois que le tournant écologiste de LREM, en particulier après les européennes et le discours de politique générale d’Edouard Philippe, pourrait signifier une concrétisation matérielle de ce progressisme à échelle municipale. L’accélération écologique promise par le premier ministre pourrait jouer le rôle de ce supplément d’âme « de gauche » pour une formation sociologiquement foncièrement conservatrice. Matériellement, les exécutifs locaux pourraient à leur échelle mettre la main à la poche pour financer les énergies renouvelables, les centres-villes piétonniers ou les opérations de conscientisation écocitoyenne afin de se placer dans le bon sens de l’histoire et les petits papiers de l’exécutif national. Le catastrophisme écologique de LREM pourrait ainsi être le nouveau pseudo-impératif moral de gauche justifiant de nouveaux postes de dépenses publiques à l’utilité incertaine. L’idéologie écologiste est suffisamment plastique pour s’adapter à toutes les municipalités : pour les grandes villes, on rendra l’accès des centres-villes plus difficiles pour les voitures-si c’est encore possibles-et pour les petites, il suffira de végétaliser le rond-point !

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 18/06/2019 - 11:57
les ayatollahs progressistes.
Dans la perspectives des municipales voila que l'on nous ressert le terme qui fait fureur dans les cercles boboisants de la secte en marche,que l'on nous présente comme le nouveau Saint Graal .Pour combler le vide intersidéral de la pensée du prince,il fallait bien évidemment trouver un subterfuge,un objet de désir auquel il fallait tout sacrifier et qui ne supportait ni le doute,ni la critique tant elle émane d'une conception quasi divine car d'essence jupitérienne,coupée certes d'un peu de sauce à la Machiaviel,car en macronie,(petit clin d'oeil au passage à un auteur célèbre)qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse et malheur à ceux ou à celles qui auraient la mauvaise idée d'en douter car ce serait là crime de lèse majesté avec excommunication et peut-être lapidation en place publique.Après les Khmers verts fluo,voici venu le temps des ayatollahs progressistes.
Forbane
- 17/06/2019 - 19:45
Tout changement n’est pas un progrès!!!
Pour Macron disant que la culture française n’existe pas , les sujets de philo du bac S 2019 :
Sujet 1: La pluralité des cultures fait-elle obstacle à l’unité du genre humain ?

Sujet 2: Reconnaître ses devoirs, est-ce renoncer à sa liberté ?
Loupdessteppes
- 17/06/2019 - 19:37
Une ville progressiste c'est une ville qui enfume au sens propre
C'est à dire qui bétonne, qui envoie des armées de faux jardiniers (vrais pollueurs) pour pousser bruyamment quelques feuilles éparses, qui donne des leçons d'écologie mais ne les appliquent pas, qui force les pauvres à voyager collectif et qui se permettent la première classe etc, etc, etc... Mais surtout d'élus qui se nourrissent de mots creux tels que : citoyens, humanisme, progressisme, écologie mais qui au fond, sont avides de pouvoir...