En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 2 min 28 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 3 heures 5 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 4 heures 36 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 7 heures 13 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 8 heures 58 sec
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 13 heures 30 sec
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 19 min 20 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 40 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 5 heures 22 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 7 heures 44 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 10 heures 42 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 11 heures 25 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 14 heures 22 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
C'est le progrès

LREM définit les engagements de l’élu municipal progressiste : mais au fait, c’est quoi une ville “progressiste” ?

Publié le 17 juin 2019
LREM présente lundi 17 juin ses premiers candidats aux élections municipales. Pour l'investiture, «La boussole, c'est le projet progressiste" a expliqué Stéphane Guérini à Radio Classique.
Frédéric Mas est journaliste à la rédaction de Contrepoints.org. Après des études de droit et de sciences politiques, il a obtenu un doctorat en philosophie politique (Sorbonne-Universités).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Mas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Mas est journaliste à la rédaction de Contrepoints.org. Après des études de droit et de sciences politiques, il a obtenu un doctorat en philosophie politique (Sorbonne-Universités).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
LREM présente lundi 17 juin ses premiers candidats aux élections municipales. Pour l'investiture, «La boussole, c'est le projet progressiste" a expliqué Stéphane Guérini à Radio Classique.

Atlantico : Que peut-on penser de cette déclaration ? Ne se dirige-t-on pas là vers de simples déclarations de principe ?

Frédéric Mas : Le « progressisme » défendu par le gouvernement est tellement associé à sa gestion technocratique de la politique nationale qu’il est difficile de concevoir sa transposition à l’échelon local. L’idéologie moderniste portée par la république en marche prolonge celle de la deuxième gauche, qui donne à l’État et l’administration un rôle d’accompagnateur de l’économie de marché et du changement politique et sociétal du pays. C’est par essence un langage jacobin, centralisateur qui ne peut penser les corps intermédiaires et la démocratie locale que comme de simples courroies de transmission du pouvoir central, cette verticalité tant célébrée au début du mandat présidentiel. Transposé aux municipalités, ce type de discours devient très, très abstrait, et ressemble effectivement à un ensemble de déclarations de principe qu’il ne sera pas trop difficile d’accepter si l’investiture est à la clef. Que sera un « projet progressiste » pour une ville de moins de 10 000 habitants ? Difficile à dire.

Il est probable que cette abstraction soit voulue, pour se laisser une latitude dans le choix des candidats potentiels. LREM, ce mouvement national de cadres construit uniquement autour de la personnalité d’Emmanuel Macron risque d’utiliser les municipales pour se constituer la base d’élus locaux dont elle est totalement dépourvue aujourd’hui. Cette constitution suppose de rassembler au centre, et d’osciller en permanence entre centre-droit et centre-gauche pour récupérer dans les anciens partis les candidats plus compatibles avec l’esprit du parti présidentiel. Ce n’est pas tellement l’orientation idéologique qui comptera dans le choix des investitures, mais leur loyauté à l’endroit du président, qui est finalement le seul à incarner le progressisme tendance LREM.

Il y a toutefois dans cette exigence progressiste comme une clarification. En se posant comme progressiste, on désigne clairement l’ennemi politique, le conservatisme et son prolongement furieux le populisme. En d’autres termes, ceux qui ne sont pas avec moi sont contre moi, et ceux qui sont contre moi ne peuvent être que du parti de l’immobilisme mortifère et de l’épouvantable extrême droite. Il y a là un prolongement, mais dans le domaine de la communication, de la campagne européenne des marcheurs. LREM a cherché à redécouper l’offre politique en deux alternatives pour son propre bénéfice électoral au détriment du pluralisme politique. La droite et l’extrême droite sont renvoyées dans le même ensemble, et la gauche et l’extrême gauche n’existent plus dans les éléments de communication de LREM.

Concrètement comment pourrait se traduire une politique progressiste à l'échelle d'un exécutif local ? D'autant plus que la nature du projet politique risque de dépendre de la taille de la municipalité ? Considérant que les enjeux et les moyens d'action sont largement différents en fonction de si l'on est à la tête d'une métropole par rapport à un petit village…

Quand le clivage se faisait entre droite et gauche, la réponse pouvait sembler plus claire. Schématiquement, à droite, la baisse des impôts locaux et l’entretien des centres-villes commerciaux, à la gauche la priorité aux logements sociaux et aux équipements publics à caractère collectif. Maintenant, avec le « nouveau monde » macronien, la frontière est moins nette. Le discours en faveur de la performance et de l’économie du bien-être qui appartient au lexique présidentiel peut avoir une traduction dans les grandes villes. Les maires y ont des marges de manœuvre suffisamment grandes pour rendre leurs villes attractives.

Maintenant tout ceci, encore une fois, est très théorique et abstrait : à une certaine échelle, la gestion d’une commune de droite et assez comparable à celle d’une commune de gauche et automatiquement, la question du progressisme devient essentiellement matière à communication politique plus qu’à une description concrète de l’usage des deniers publics.

Il me semble toutefois que le tournant écologiste de LREM, en particulier après les européennes et le discours de politique générale d’Edouard Philippe, pourrait signifier une concrétisation matérielle de ce progressisme à échelle municipale. L’accélération écologique promise par le premier ministre pourrait jouer le rôle de ce supplément d’âme « de gauche » pour une formation sociologiquement foncièrement conservatrice. Matériellement, les exécutifs locaux pourraient à leur échelle mettre la main à la poche pour financer les énergies renouvelables, les centres-villes piétonniers ou les opérations de conscientisation écocitoyenne afin de se placer dans le bon sens de l’histoire et les petits papiers de l’exécutif national. Le catastrophisme écologique de LREM pourrait ainsi être le nouveau pseudo-impératif moral de gauche justifiant de nouveaux postes de dépenses publiques à l’utilité incertaine. L’idéologie écologiste est suffisamment plastique pour s’adapter à toutes les municipalités : pour les grandes villes, on rendra l’accès des centres-villes plus difficiles pour les voitures-si c’est encore possibles-et pour les petites, il suffira de végétaliser le rond-point !

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 18/06/2019 - 11:57
les ayatollahs progressistes.
Dans la perspectives des municipales voila que l'on nous ressert le terme qui fait fureur dans les cercles boboisants de la secte en marche,que l'on nous présente comme le nouveau Saint Graal .Pour combler le vide intersidéral de la pensée du prince,il fallait bien évidemment trouver un subterfuge,un objet de désir auquel il fallait tout sacrifier et qui ne supportait ni le doute,ni la critique tant elle émane d'une conception quasi divine car d'essence jupitérienne,coupée certes d'un peu de sauce à la Machiaviel,car en macronie,(petit clin d'oeil au passage à un auteur célèbre)qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse et malheur à ceux ou à celles qui auraient la mauvaise idée d'en douter car ce serait là crime de lèse majesté avec excommunication et peut-être lapidation en place publique.Après les Khmers verts fluo,voici venu le temps des ayatollahs progressistes.
Forbane
- 17/06/2019 - 19:45
Tout changement n’est pas un progrès!!!
Pour Macron disant que la culture française n’existe pas , les sujets de philo du bac S 2019 :
Sujet 1: La pluralité des cultures fait-elle obstacle à l’unité du genre humain ?

Sujet 2: Reconnaître ses devoirs, est-ce renoncer à sa liberté ?
Loupdessteppes
- 17/06/2019 - 19:37
Une ville progressiste c'est une ville qui enfume au sens propre
C'est à dire qui bétonne, qui envoie des armées de faux jardiniers (vrais pollueurs) pour pousser bruyamment quelques feuilles éparses, qui donne des leçons d'écologie mais ne les appliquent pas, qui force les pauvres à voyager collectif et qui se permettent la première classe etc, etc, etc... Mais surtout d'élus qui se nourrissent de mots creux tels que : citoyens, humanisme, progressisme, écologie mais qui au fond, sont avides de pouvoir...