En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 10 heures 17 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 10 heures 52 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 11 heures 21 min
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 12 heures 44 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 14 heures 31 min
pépites > France
Une nouvelle grogne des Gilets jaunes ?
Un possible retour de la taxe carbone est envisagé
il y a 16 heures 30 min
décryptage > Société
Tribune

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Politique
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Economie
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

il y a 18 heures 55 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 19 heures 21 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 10 heures 34 min
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 11 heures 3 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 14 heures 20 min
chocs culturels
Une loi interdisant de manger des chiens est bloquée au Royaume-Uni
il y a 16 heures 11 min
pépite vidéo > Environnement
climat
Greta Thunberg rencontre Barack Obama
il y a 17 heures 7 min
décryptage > Style de vie
Wikiagri

Envie de vous calmer ? Après les bars à chat, la ferme aux chameaux

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Société
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 19 heures 41 min
© Cicéron démasque Catilina, tableau de Cesare Maccari (1840-1919)
© Cicéron démasque Catilina, tableau de Cesare Maccari (1840-1919)
Bonnes feuilles

La sobriété tragique de Cicéron sur la mort de la République romaine

Publié le 15 juin 2019
Jean-Noël Robert publie "L’Agonie d’une République" aux éditions Les Belles Lettres. De 133 avant notre ère, lorsque Tiberius Gracchus fut éliminé jusqu’à la mort d’Antoine à Alexandrie, à l’été 30, un siècle de guerres civiles et de violences ont ravagé Rome et l’Italie. Les plus grands généraux, Pompée, César, Antoine… sont parvenus à faire chuter un régime politique que plusieurs siècles avaient réussi à édifier. Extrait 1/2.
Jean-Noël Robert est latiniste et historien de Rome. Auteur de nombreux livres sur l’antiquité romaine, dont Pompéi, De Rome à la Chine et Les plaisirs romains, il est aussi directeur de collections aux Belles Lettres. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Noël Robert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Noël Robert est latiniste et historien de Rome. Auteur de nombreux livres sur l’antiquité romaine, dont Pompéi, De Rome à la Chine et Les plaisirs romains, il est aussi directeur de collections aux Belles Lettres. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Noël Robert publie "L’Agonie d’une République" aux éditions Les Belles Lettres. De 133 avant notre ère, lorsque Tiberius Gracchus fut éliminé jusqu’à la mort d’Antoine à Alexandrie, à l’été 30, un siècle de guerres civiles et de violences ont ravagé Rome et l’Italie. Les plus grands généraux, Pompée, César, Antoine… sont parvenus à faire chuter un régime politique que plusieurs siècles avaient réussi à édifier. Extrait 1/2.

« La République est morte. » 

À plusieurs reprises dans sa correspondance, depuis 58, Cicéron délivre son diagnostic avec une sobriété tragique. Dix ans avant l’assassinat de César, le consul de 63 fonde son analyse sur les ravages que cause une violence politique devenue endémique. L’Italie est dévastée, l’insécurité permanente. En 41, les Romains « fermaient boutique et chassaient les magistrats étant donné qu’on n’avait nul besoin d’artisans ou de magistrats dans une ville accablée par la misère et le pillage », note Appien. Pour ne rien dire de la famine qui tord les ventres jusqu’en 36 en raison du blocus imposé par Sextus Pompée, le fils du général vaincu par César à Pharsale. Tacite établit le même constat, à partir de 49. « Pendant vingt années, ce ne furent que guerres ; aucune loi, aucune coutume n’était observée ; les pires crimes restaient impunis, et souvent la mort était le prix de la vertu. » La vertu ! Cette virtus romana, emblème de la République romaine à son heure de gloire. Cette vertu sur laquelle pleurait Brutus sur le point de se donner la mort.

L’assassin de César s’apercevait qu’elle n’était plus qu’un leurre, qu’elle était devenue « l’esclave de la Fortune ». Toutefois, Brutus pouvait-il ignorer que depuis Tiberius Gracchus, l’histoire de la République n’avait enregistré qu’une longue litanie de guerres intestines incessantes ? Seules deux périodes avaient permis la restauration d’un calme relatif : les dictatures de Sylla et de César. Deux dictatures qui ne répondaient plus à la définition du mot ni à l’esprit de la fonction tels que les avaient prévus les institutions républicaines. Deux dictatures qui avaient permis que deux tyrans accaparassent le pouvoir, selon les républicains. Deux dictatures qui ne pouvaient engendrer qu’un pouvoir monarchique, ainsi que Salluste l’avait prophétisé : « Lorsque les citoyens en viendront aux mains entre eux, alors, épuisés et exsangues, ils deviendront la proie d’un roi ou de quelque nation étrangère. » 

En ce qui concerne « les discordes civiles », Cicéron s’efforce de distinguer les contestations des aristocrates des activités terroristes de ceux qui veulent détruire l’État pour s’arroger un pouvoir tyrannique. Mais la frontière s’avère parfois bien mince entre ces deux catégories. Dans l’une de ses Catilinaires, l’orateur en appelle aux souvenirs des Romains qui l’écoutent, au Forum, le soir du 3 décembre 63. Il évoque les horreurs des guerres civiles, les heurts violents des hommes de Marius contre ceux de Sylla, les proscriptions du second, les citoyens sacrifiés, les malheurs endurés par la République… « Et cependant, citoyens, ces mouvements avaient tous un caractère commun : ils visaient, non à détruire, mais à transformer la République ; on voulait, non pas supprimer la République, mais avoir une République où l’on tiendrait les premiers rangs, non pas brûler Rome, mais dans cette Rome, jouir du pouvoir. » Dans un autre discours, Cicéron se réfère à la loi de vi (sur la violence) proposée par Q. Lutatius Catulus Capitolinus et adoptée en 77, « ordonnant d’instruire sans distinction de jour le cas des factieux et des conspirateurs, coupables d’avoir, à main armée, assiégé le Sénat, outragé les magistrats, attaqué la République ». En effet, cette lex Lutatia semble avoir eu pour objectif de réprimer les actes de violence commis par des magistrats et des sénateurs. Mais que pouvait cette loi (et d’autres similaires) contre la confusion qui régnait depuis la nouvelle conception de l’État imposée par Tiberius Gracchus, puis par son frère, pour rendre au peuple sa souveraineté ? Les lois des deux Gracques, votées par les assemblées populaires au mépris de l’opposition des élites avaient laissé souffler un vent de panique dans les rangs sénatoriaux, allant jusqu’à justifier qu’un consul (Opimius) pût supprimer un tribun jure (à bon droit) et à refuser à un citoyen accusé le droit de se défendre en justice. La distribution des terres publiques aux citoyens nécessiteux posait de façon cruciale la question des droits du peuple sur les biens communs, et, plus encore celle de la décision politique : qui peut décider ? Tiberius revendiquait clairement le droit du peuple, membre à part entière de l’État républicain, à disposer de ce qui, en réalité, lui appartient.

Extrait du livre de Jean-Noël Robert, "L'agonie d'une République, La violence à Rome au temps de César", publié aux éditions Les Belles Lettres 

Lien vers la boutique : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires