En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

05.

La Chine promet de riposter après les annonces de Donald Trump contre Pékin

06.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

07.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

01.

Sous les jupes des hommes…

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

ça vient d'être publié
light > Insolite
Concentration
La ville japonaise de Yamato souhaite interdire l’utilisation des smartphones en marchant
il y a 39 min 23 sec
pépites > Santé
Bien-être psychologique
Ehpad : les conditions de visites vont être à nouveau assouplies dès le vendredi 5 juin
il y a 2 heures 35 min
pépite vidéo > High-tech
Traçage
L’application StopCovid sera disponible ce mardi 2 juin
il y a 3 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Faites-moi plaisir" de Mary Gaitskill : un roman subtil masculin/féminin : harcèlement ? consentement ?

il y a 5 heures 23 min
pépites > International
Répression
Hong Kong : la veillée pour Tiananmen a été interdite pour la première fois en 30 ans
il y a 6 heures 38 min
pépites > International
"Contre-attaque"
La Chine promet de riposter après les annonces de Donald Trump contre Pékin
il y a 7 heures 33 min
décryptage > Politique
Second tour

Municipales : LREM affaiblie par la médiocrité politique de nombre de ses candidats

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Economie
Clef de la croissance

Capital humain : le (vieux) débat qui déchaîne les économistes

il y a 10 heures 13 min
décryptage > Economie
Nomination

Cour des Comptes : Pierre Moscovici, un nouveau président si accommodant pour ceux qui l’ont nommé...

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Société
Impact du confinement

Sommes-nous tous dépressifs ?

il y a 11 heures 17 min
pépites > Economie
Impact économique
Déconfinement : la crainte du chômage est désormais plus forte que celle du Covid-19 chez les Français
il y a 1 heure 11 min
pépites > Politique
Cavalier seul
Elections municipales : Cédric Villani maintient sa candidature pour le second tour à Paris
il y a 3 heures 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Italie buissonnière" de Dominique Fernandez, de l’Académie française : hors des sentiers touristiques, une belle découverte de trésors italiens méconnus

il y a 5 heures 3 min
light > High-tech
Réseaux sociaux vs Donald Trump
Mark Zuckerberg est critiqué par des salariés de Facebook après avoir refusé de signaler des messages "polémiques" de Donald Trump
il y a 5 heures 46 min
pépites > Santé
Contaminations
Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian révèle avoir été infecté par le coronavirus
il y a 7 heures 13 min
pépite vidéo > International
Vague de colère
Mort de George Floyd : les images des incidents à Washington près de la Maison Blanche
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Economie
Effets de la pandémie

Covid-19 : entre vague des pays émergents et déflation en zone euro ?

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Société
Veaux, vaches, cochons

Adieu Paris, Lyon ou Lille ? Le mirage d’un exode urbain post-Coronavirus

il y a 10 heures 22 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Generation Slack : comment les outils de productivité pourraient nous aider à construire de nouvelles solidarités
il y a 10 heures 57 min
décryptage > Europe
Chancelière immuable

Angela Merkel, sainte patronne de l’Europe, vraiment ?

il y a 11 heures 44 min
© Cicéron démasque Catilina, tableau de Cesare Maccari (1840-1919)
© Cicéron démasque Catilina, tableau de Cesare Maccari (1840-1919)
Bonnes feuilles

La sobriété tragique de Cicéron sur la mort de la République romaine

Publié le 15 juin 2019
Jean-Noël Robert publie "L’Agonie d’une République" aux éditions Les Belles Lettres. De 133 avant notre ère, lorsque Tiberius Gracchus fut éliminé jusqu’à la mort d’Antoine à Alexandrie, à l’été 30, un siècle de guerres civiles et de violences ont ravagé Rome et l’Italie. Les plus grands généraux, Pompée, César, Antoine… sont parvenus à faire chuter un régime politique que plusieurs siècles avaient réussi à édifier. Extrait 1/2.
Jean-Noël Robert est latiniste et historien de Rome. Auteur de nombreux livres sur l’antiquité romaine, dont Pompéi, De Rome à la Chine et Les plaisirs romains, il est aussi directeur de collections aux Belles Lettres. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Noël Robert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Noël Robert est latiniste et historien de Rome. Auteur de nombreux livres sur l’antiquité romaine, dont Pompéi, De Rome à la Chine et Les plaisirs romains, il est aussi directeur de collections aux Belles Lettres. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Noël Robert publie "L’Agonie d’une République" aux éditions Les Belles Lettres. De 133 avant notre ère, lorsque Tiberius Gracchus fut éliminé jusqu’à la mort d’Antoine à Alexandrie, à l’été 30, un siècle de guerres civiles et de violences ont ravagé Rome et l’Italie. Les plus grands généraux, Pompée, César, Antoine… sont parvenus à faire chuter un régime politique que plusieurs siècles avaient réussi à édifier. Extrait 1/2.

« La République est morte. » 

À plusieurs reprises dans sa correspondance, depuis 58, Cicéron délivre son diagnostic avec une sobriété tragique. Dix ans avant l’assassinat de César, le consul de 63 fonde son analyse sur les ravages que cause une violence politique devenue endémique. L’Italie est dévastée, l’insécurité permanente. En 41, les Romains « fermaient boutique et chassaient les magistrats étant donné qu’on n’avait nul besoin d’artisans ou de magistrats dans une ville accablée par la misère et le pillage », note Appien. Pour ne rien dire de la famine qui tord les ventres jusqu’en 36 en raison du blocus imposé par Sextus Pompée, le fils du général vaincu par César à Pharsale. Tacite établit le même constat, à partir de 49. « Pendant vingt années, ce ne furent que guerres ; aucune loi, aucune coutume n’était observée ; les pires crimes restaient impunis, et souvent la mort était le prix de la vertu. » La vertu ! Cette virtus romana, emblème de la République romaine à son heure de gloire. Cette vertu sur laquelle pleurait Brutus sur le point de se donner la mort.

L’assassin de César s’apercevait qu’elle n’était plus qu’un leurre, qu’elle était devenue « l’esclave de la Fortune ». Toutefois, Brutus pouvait-il ignorer que depuis Tiberius Gracchus, l’histoire de la République n’avait enregistré qu’une longue litanie de guerres intestines incessantes ? Seules deux périodes avaient permis la restauration d’un calme relatif : les dictatures de Sylla et de César. Deux dictatures qui ne répondaient plus à la définition du mot ni à l’esprit de la fonction tels que les avaient prévus les institutions républicaines. Deux dictatures qui avaient permis que deux tyrans accaparassent le pouvoir, selon les républicains. Deux dictatures qui ne pouvaient engendrer qu’un pouvoir monarchique, ainsi que Salluste l’avait prophétisé : « Lorsque les citoyens en viendront aux mains entre eux, alors, épuisés et exsangues, ils deviendront la proie d’un roi ou de quelque nation étrangère. » 

En ce qui concerne « les discordes civiles », Cicéron s’efforce de distinguer les contestations des aristocrates des activités terroristes de ceux qui veulent détruire l’État pour s’arroger un pouvoir tyrannique. Mais la frontière s’avère parfois bien mince entre ces deux catégories. Dans l’une de ses Catilinaires, l’orateur en appelle aux souvenirs des Romains qui l’écoutent, au Forum, le soir du 3 décembre 63. Il évoque les horreurs des guerres civiles, les heurts violents des hommes de Marius contre ceux de Sylla, les proscriptions du second, les citoyens sacrifiés, les malheurs endurés par la République… « Et cependant, citoyens, ces mouvements avaient tous un caractère commun : ils visaient, non à détruire, mais à transformer la République ; on voulait, non pas supprimer la République, mais avoir une République où l’on tiendrait les premiers rangs, non pas brûler Rome, mais dans cette Rome, jouir du pouvoir. » Dans un autre discours, Cicéron se réfère à la loi de vi (sur la violence) proposée par Q. Lutatius Catulus Capitolinus et adoptée en 77, « ordonnant d’instruire sans distinction de jour le cas des factieux et des conspirateurs, coupables d’avoir, à main armée, assiégé le Sénat, outragé les magistrats, attaqué la République ». En effet, cette lex Lutatia semble avoir eu pour objectif de réprimer les actes de violence commis par des magistrats et des sénateurs. Mais que pouvait cette loi (et d’autres similaires) contre la confusion qui régnait depuis la nouvelle conception de l’État imposée par Tiberius Gracchus, puis par son frère, pour rendre au peuple sa souveraineté ? Les lois des deux Gracques, votées par les assemblées populaires au mépris de l’opposition des élites avaient laissé souffler un vent de panique dans les rangs sénatoriaux, allant jusqu’à justifier qu’un consul (Opimius) pût supprimer un tribun jure (à bon droit) et à refuser à un citoyen accusé le droit de se défendre en justice. La distribution des terres publiques aux citoyens nécessiteux posait de façon cruciale la question des droits du peuple sur les biens communs, et, plus encore celle de la décision politique : qui peut décider ? Tiberius revendiquait clairement le droit du peuple, membre à part entière de l’État républicain, à disposer de ce qui, en réalité, lui appartient.

Extrait du livre de Jean-Noël Robert, "L'agonie d'une République, La violence à Rome au temps de César", publié aux éditions Les Belles Lettres 

Lien vers la boutique : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

05.

La Chine promet de riposter après les annonces de Donald Trump contre Pékin

06.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

07.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

01.

Sous les jupes des hommes…

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires