En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 3 heures 42 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 4 heures 30 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 6 heures 34 sec
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 7 heures 18 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 9 heures 38 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 11 heures 47 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 4 heures 6 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 5 heures 16 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 6 heures 37 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 9 heures 1 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 11 heures 13 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 12 heures 18 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 13 heures 19 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 13 heures 59 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 15 heures 51 min
© REUTERS/Lucas Jackson
© REUTERS/Lucas Jackson
Keeping an eye on something

Faut-il arrêter de sous titrer films et séries pour que les Français parlent enfin mieux anglais ?

Publié le 14 juin 2019
Avec Alda Mari
C'est ce qui se passe dans de bons nombres de pays européens, avec souvent, de bons résultats sur l'apprentissage de la langue.
Alda Mari est linguiste, directrice de recherche au CNRS, spécialisée en sémantique. Plus d'informations sur https://sites.google.com/site/ensaldamari/home/
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alda Mari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alda Mari est linguiste, directrice de recherche au CNRS, spécialisée en sémantique. Plus d'informations sur https://sites.google.com/site/ensaldamari/home/
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est ce qui se passe dans de bons nombres de pays européens, avec souvent, de bons résultats sur l'apprentissage de la langue.
Avec Alda Mari

Atlantico : Devant la nécessité indéniable de parler anglais aujourd'hui, les chaînes de télévision principales devraient-elles proposer davantage de films anglophones, d'une part, et en version sous-titrée et non doublée, d'autre part ?

Alda Mari : C'est une question délicate, qui dépasse la question de l’apprentissage d’une langue. En posant la question de la langue de diffusion des émissions télévisées, vous soulevez le problème de la politique linguistique à grande échelle. C’est un problème complexe et à plusieurs facettes.

Dans une autre interview à votre journal, je défendais l’idée que le sous-titrage était un outil central dans l’apprentissage des langues. C’est indéniable, cela a été prouvé par plusieurs études, quelle que soit la langue de provenance (une langue romane comme l’italien ou le français, une langue germanique, ou autre).  Mais cela n’implique pas que l’on doive passer, pour avoir accès à des fictions en langue originale, par les grandes chaînes généralistes comme France 2 ou TF1. La France est culturellement et linguistiquement forte, et la télévision contribue au maintien de son patrimoine linguistique. Les télévisions principales proposent déjà des versions sous-titrées et en langue originale, mais celui-ci ne peut et ne doit pas être le choix par défaut. Lorsque l’on allume la télévision on entend du français. C’est normal. Plusieurs fournisseurs donnent l’option de passer à la langue originale, et les usagers peuvent parfaitement voir les fictions non-francophones en anglais. C’est une option. Et elle doit le rester.

Si d’autres pays ont fait le choix de diffuser, par défaut, les fictions anglophones en anglais, ce choix est motivé par plusieurs raisons.

D’une part, un doublage demande des moyens financiers qui se justifient seulement si une masse critique de spectateurs est atteinte. Parfois cela n’est pas le cas pour des pays moins peuplés.

La proximité culturelle est aussi un facteur adjuvant dans le choix de l’anglais comme langue par défaut pour les fictions anglophones.

De plus, une forte identité culturelle est un facteur de premier plan dans la perméabilité à l’anglais comme lingua franca. La France est notoirement imperméable à l’hégémonie linguistique et culturelle anglo-saxonne, et cette imperméabilité est reflétée dans la politique linguistique télévisée. Les mêmes choix de politique linguistique sont opérés en Italie par exemple (bien que la cartographie linguistique italienne soit différente, à maints égards, de la française, avec le maintien de dialectes à travers les régions). La distance de la culture anglo-saxonne, doublée d’une forte identité linguistique et culturelle, rendent les pays plus imperméables à l’entrée massive de l’anglais à la télévision. Ceci est parfaitement justifié. Je ne crois pas que ce soit le manque d’exposition aux langues qui fasse de la France la mauvaise élève dans l’apprentissage des langues.  C’est plutôt la corrélation avec sa propre identité linguistique et culturelle. Devant la nécessité de parler anglais, il faut maintenant savoir concilier ce besoin avec le maintien de son patrimoine. L’accès aux fictions en langue originale n’est qu’un facteur de cette équation.

Avec l'essor des séries américaines, les utilisateurs de Netflix consomment davantage d'anglais que les autres. Peut-on parler d'inégalités linguistiques entre les pays occidentaux ? Quelles sont les causes socio-culturelles qui pourraient expliquer les différents usages des doublages et des sous-titres ?

Netflix n’est pas le seul véhicule. Les chaînes de la TNT proposent des programmes en anglais, comme n’importe quel opérateur du câble. Il suffit de changer la langue avec sa télécommande. On peut regarder des programmes sur Youtube. Les différences sociales jouent bien évidemment un rôle dans l’inégalité face à l’apprentissage, mais ces inégalités ne sont pas plus saillantes dans le cas de l’anglais, elles reflètent et se cumulent aux inégalités présentes par ailleurs.

Pour un grand nombre d'adolescents et de jeunes adultes, les séries anglophones servent de leçon d'anglais quotidienne. Les films et séries anglophones fournissent-ils un enseignement viable et stable à l'anglais ? Faut-il repenser l'enseignement scolaire de l'anglais à l'aune de Netflix ?

L’exposition à une langue ne peut qu’être bénéfique à l’apprentissage de cette langue. L’usage de vidéos en anglais est aussi évidemment un instrument important dans les classes, et repenser l’apprentissage des langues à l’aune des nouvelles possibilités est une évidence qui n’a pas échappé à l’Éducation nationale.  S’opposent à cette évidence les questions de budget et d’équipement, voire de formation des enseignants.

Je voudrais aussi noter que le plurilinguisme n’est pas anodin, et demande des moyens dans le système éducatif, avec des différences qui creusent les écarts entre les pays : aussi bien dans les couches aisées que dans les moins favorisées, nous voyons des enfants locuteurs de plusieurs langues avec une maîtrise non-totale de ces langues relativement à leur classe d’âge, et des enfants monolingues. Normalement les retards se résorbent, mais souvent, toutes les langues ne sont pas maîtrisées au même niveau. Les méthodes doivent s’adapter à la diversité des situations linguistiques, avec l’accompagnement de l’école. Pour cela, il faudra former les enseignants à la maîtrise du plurilinguisme. On sait par exemple que l’apprentissage des mathématiques peut être plus lent pour les enfants plurilingues. Les enseignants ne sont pas toujours sensibilisés à ces questions, et n’identifient pas nécessairement les difficultés dans la barrière linguistique.

Mais au-delà des difficultés potentielles et des réticences conservatrices, le plurilinguisme reste un atout majeur, et ce, quelles que soient les langues parlées, bien au-delà de l’anglais.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Tetavana
- 14/06/2019 - 22:48
Echec d un enseignement absurde
Pour parler une langue ilfaut beaucoup la pratiquer ...Dans lez cas de l'anglais il y a deux ou trois heures de langues par semaine da