En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

07.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Et si l’impact psychologique du COVID-19 nous exposait à un danger politique majeur

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 29 min 10 sec
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 2 heures 45 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 3 heures 12 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 4 heures 23 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 5 heures 8 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 7 heures 2 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 7 heures 4 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 1 heure 27 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 2 heures 56 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 4 heures 10 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 7 heures 44 sec
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 7 heures 1 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 7 heures 5 min
© REUTERS/Lucas Jackson
© REUTERS/Lucas Jackson
Keeping an eye on something

Faut-il arrêter de sous titrer films et séries pour que les Français parlent enfin mieux anglais ?

Publié le 14 juin 2019
Avec Alda Mari
C'est ce qui se passe dans de bons nombres de pays européens, avec souvent, de bons résultats sur l'apprentissage de la langue.
Alda Mari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alda Mari est linguiste, directrice de recherche au CNRS, spécialisée en sémantique. Plus d'informations sur https://sites.google.com/site/ensaldamari/home/
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est ce qui se passe dans de bons nombres de pays européens, avec souvent, de bons résultats sur l'apprentissage de la langue.
Avec Alda Mari

Atlantico : Devant la nécessité indéniable de parler anglais aujourd'hui, les chaînes de télévision principales devraient-elles proposer davantage de films anglophones, d'une part, et en version sous-titrée et non doublée, d'autre part ?

Alda Mari : C'est une question délicate, qui dépasse la question de l’apprentissage d’une langue. En posant la question de la langue de diffusion des émissions télévisées, vous soulevez le problème de la politique linguistique à grande échelle. C’est un problème complexe et à plusieurs facettes.

Dans une autre interview à votre journal, je défendais l’idée que le sous-titrage était un outil central dans l’apprentissage des langues. C’est indéniable, cela a été prouvé par plusieurs études, quelle que soit la langue de provenance (une langue romane comme l’italien ou le français, une langue germanique, ou autre).  Mais cela n’implique pas que l’on doive passer, pour avoir accès à des fictions en langue originale, par les grandes chaînes généralistes comme France 2 ou TF1. La France est culturellement et linguistiquement forte, et la télévision contribue au maintien de son patrimoine linguistique. Les télévisions principales proposent déjà des versions sous-titrées et en langue originale, mais celui-ci ne peut et ne doit pas être le choix par défaut. Lorsque l’on allume la télévision on entend du français. C’est normal. Plusieurs fournisseurs donnent l’option de passer à la langue originale, et les usagers peuvent parfaitement voir les fictions non-francophones en anglais. C’est une option. Et elle doit le rester.

Si d’autres pays ont fait le choix de diffuser, par défaut, les fictions anglophones en anglais, ce choix est motivé par plusieurs raisons.

D’une part, un doublage demande des moyens financiers qui se justifient seulement si une masse critique de spectateurs est atteinte. Parfois cela n’est pas le cas pour des pays moins peuplés.

La proximité culturelle est aussi un facteur adjuvant dans le choix de l’anglais comme langue par défaut pour les fictions anglophones.

De plus, une forte identité culturelle est un facteur de premier plan dans la perméabilité à l’anglais comme lingua franca. La France est notoirement imperméable à l’hégémonie linguistique et culturelle anglo-saxonne, et cette imperméabilité est reflétée dans la politique linguistique télévisée. Les mêmes choix de politique linguistique sont opérés en Italie par exemple (bien que la cartographie linguistique italienne soit différente, à maints égards, de la française, avec le maintien de dialectes à travers les régions). La distance de la culture anglo-saxonne, doublée d’une forte identité linguistique et culturelle, rendent les pays plus imperméables à l’entrée massive de l’anglais à la télévision. Ceci est parfaitement justifié. Je ne crois pas que ce soit le manque d’exposition aux langues qui fasse de la France la mauvaise élève dans l’apprentissage des langues.  C’est plutôt la corrélation avec sa propre identité linguistique et culturelle. Devant la nécessité de parler anglais, il faut maintenant savoir concilier ce besoin avec le maintien de son patrimoine. L’accès aux fictions en langue originale n’est qu’un facteur de cette équation.

Avec l'essor des séries américaines, les utilisateurs de Netflix consomment davantage d'anglais que les autres. Peut-on parler d'inégalités linguistiques entre les pays occidentaux ? Quelles sont les causes socio-culturelles qui pourraient expliquer les différents usages des doublages et des sous-titres ?

Netflix n’est pas le seul véhicule. Les chaînes de la TNT proposent des programmes en anglais, comme n’importe quel opérateur du câble. Il suffit de changer la langue avec sa télécommande. On peut regarder des programmes sur Youtube. Les différences sociales jouent bien évidemment un rôle dans l’inégalité face à l’apprentissage, mais ces inégalités ne sont pas plus saillantes dans le cas de l’anglais, elles reflètent et se cumulent aux inégalités présentes par ailleurs.

Pour un grand nombre d'adolescents et de jeunes adultes, les séries anglophones servent de leçon d'anglais quotidienne. Les films et séries anglophones fournissent-ils un enseignement viable et stable à l'anglais ? Faut-il repenser l'enseignement scolaire de l'anglais à l'aune de Netflix ?

L’exposition à une langue ne peut qu’être bénéfique à l’apprentissage de cette langue. L’usage de vidéos en anglais est aussi évidemment un instrument important dans les classes, et repenser l’apprentissage des langues à l’aune des nouvelles possibilités est une évidence qui n’a pas échappé à l’Éducation nationale.  S’opposent à cette évidence les questions de budget et d’équipement, voire de formation des enseignants.

Je voudrais aussi noter que le plurilinguisme n’est pas anodin, et demande des moyens dans le système éducatif, avec des différences qui creusent les écarts entre les pays : aussi bien dans les couches aisées que dans les moins favorisées, nous voyons des enfants locuteurs de plusieurs langues avec une maîtrise non-totale de ces langues relativement à leur classe d’âge, et des enfants monolingues. Normalement les retards se résorbent, mais souvent, toutes les langues ne sont pas maîtrisées au même niveau. Les méthodes doivent s’adapter à la diversité des situations linguistiques, avec l’accompagnement de l’école. Pour cela, il faudra former les enseignants à la maîtrise du plurilinguisme. On sait par exemple que l’apprentissage des mathématiques peut être plus lent pour les enfants plurilingues. Les enseignants ne sont pas toujours sensibilisés à ces questions, et n’identifient pas nécessairement les difficultés dans la barrière linguistique.

Mais au-delà des difficultés potentielles et des réticences conservatrices, le plurilinguisme reste un atout majeur, et ce, quelles que soient les langues parlées, bien au-delà de l’anglais.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Tetavana
- 14/06/2019 - 22:48
Echec d un enseignement absurde
Pour parler une langue ilfaut beaucoup la pratiquer ...Dans lez cas de l'anglais il y a deux ou trois heures de langues par semaine da