En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

03.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

04.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

05.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

06.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

07.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 1 heure 55 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 3 heures 14 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 3 heures 46 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 4 heures 29 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 5 heures 16 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 6 heures 52 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 7 heures 43 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 9 heures 34 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 2 heures 7 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 3 heures 22 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 4 heures 35 sec
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 4 heures 59 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 7 heures 8 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 9 heures 9 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 23 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Coup de vent avant la tempête

Voilà comment détecter si vous êtes dans les prémices d’un burn-out

Publié le 14 juin 2019
Dans le cadre de sa onzième révision de la Classification internationale des maladies, l'OMS définit le "burn-out" comme un syndrome "résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès".
François Baumann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Baumann est médecin généraliste, fondateur de la Société de Formation Thérapeutique du médecin Généraliste (SFTG). Intéressé par toutes les dimensions des Sciences Humaines et Sociales qui participent à une meilleure santé des hommes, il a...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le cadre de sa onzième révision de la Classification internationale des maladies, l'OMS définit le "burn-out" comme un syndrome "résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès".

Atlantico : Dans le cadre de sa onzième révision de la Classification internationale des maladies, l'OMS définit le "burn-out" comme un syndrome "résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès". Selon cette définition, 595 000 britanniques ont fait un "burn-out" en 2018. En quoi cette récente définition du burn-out est-elle nouvelle et différente des précédentes ?

François Baumann : Cette nouvelle définition est moins restrictive que les précédentes, qui d'ailleurs n'avaient jamais atteint le niveau de l'OMS. Le maximum atteint par la France, c'était la Haute Autorité de Santé qui avait reconnu ce syndrome comme tel. Sinon, il n'y a jamais eu de reconnaissance ni au niveau universitaire ni à celui de l'académie de médecine : c'est donc un progrès formidable, notamment pour les personnes qui souffrent réellement de "burn-out". Ce qui encore mieux, c'est l'extension du burn-out à d'autres domaines que celui du travail : plusieurs ouvrages avaient déjà été écrits sur le sujet mais qui n'étaient pas scientifiques. Ce texte à l'OMS donne une caution supplémentaire à ces travaux.

On parle parfois de "burn-out parental" ou "burn-out scolaire". Le burn-out n'est-il pas un épuisement à la tâche plutôt qu'un épuisement au travail ?

Le burn-out est un phénomène de société : c'est bel et bien un épuisement à la tâche. Le travail est une tâche, mais il y en a beaucoup d'autres. Les premiers cas de burn-out que j'ai vu étaient des cas de personnes qui se surmenaient et ressentaient du stress au travail, ce qui ne veut pas dire qu'ils se surmenaient dans d'autres domaines et finissaient "K.O. debout" au sens propre. Il y a de plus en plus de "burn-out light", pour faire un anglicisme supplémentaire, parce que les nouveaux troubles ressemblent à du "burn-out" mais ne sont que des dépressions et ne correspondent pas à la définition première du burn-out qui se décline en trois points précis. Je parle dans un de mes livres de "l'extension du domaine du burn-out" : c'est encore plus vrai avec cette définition. Je prépare un nouveau livre qui porte non plus sur le "burn-out" en lui-même, mais les causes extérieures du "burn-out", ce qu'amène le monde extérieur aux gens en matière de souffrances (les collègues de bureau, les patrons, les employés entre eux). Tout cela s'étend beaucoup parce que le travail prend plus d'importance qu'avant dans notre société, il est pris au sérieux davantage, comme beaucoup de choses d'ailleurs du fait du perfectionnisme ambiant. Ce sont pour moi les raisons majeures de l'augmentation du nombre de "burn-out".

Le burn-out est un état dépressif en rapport avec le stress, qui a les caractéristiques de la dépression définie dans la DSM4, c'est-à-dire tous les signes cliniques (insomnie, dégoût de tout etc.) Cela rentre dans toutes les formes du "burn-out" pour synthétiser une symptomatologie. Les Américains le font toujours mieux que nous depuis toujours : ils arrivent à synthétiser en un mot ce qu'on met quatre heures à montrer.

Le burn-out est-il une maladie à part entière ? Comment le différencier d'autres troubles psychologiques, tels que la dépression ?

La différence entre le burn-out et la dépression, c'est que la dépression fait partie du burn-out. Le burn-out comporte parmi ses symptomatologies des signes dépressifs. Par contre, on est devant des pathologies nouvelles de burn-out et certains pays prennent vite le train en marche et l'adaptent à leurs lois et d'autres (les pays latins) sont plus lents. Tout le monde ne parle pas de maladie au sujet du burn-out. Ce sont des troubles multiformes qui réalisent un syndrome, qui donnent des signes mais qu'on ne pas appeler maladie (cela voudrait dire qu'on sait définir une maladie à proprement parler). Ces problèmes de définition doivent donner des réponses aux personnes qui se mettent en arrêt maladie à cause du burn-out et qui ont besoin d'une reconnaissance.

A l'aune de cette nouvelle définition, comment diagnostiquer un burn-out et le traiter efficacement ?

Le fait de mettre un nom et de montrer que le burn-out est reconnu, même si c'est un syndrome et non une maladie, est déjà une belle avancée. Quand j'ai commencé à travailler sur cette maladie, je n'avais pas d'étiquette à mettre. Or on sait que c'est important d'en mettre une. Petit à petit, on affine le traitement, mais les thérapeutiques restent les mêmes : celles qui passent par l'arrêt de travail, l'éloignement de la famille quand c'est elle en cause, etc. Le burn-out est un état symptomatique qui donne des signes reconnus comme tels par un médecin. Par la suite, on cherche la cause et on la traite.

Comment savoir à quel degré de burn-out est une personne qui pense être frappée par une dépression ?

On ne sait pas à quelle vitesse ces choses-là évoluent. Dès qu'il y a une modification dans les relations au travail ou dans la famille, c'est-à-dire quand le caractère d'une personne se modifie (quelqu'un de calme qui se met en colère, quelqu'un de passif qui perd la raison), alors il faut consulter un médecin. C'est là que les traitements n'ont pas encore beaucoup évolué : on donne des antidépresseurs, moins que pour une dépression classique. Il y a encore des personnes qui sont hospitalisées pour cette raison.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 15/06/2019 - 11:33
Burn-out
Pourrait- on faire un lien entre Sécu et Burn-out ? En d'autres termes, les possibilités de prise en charge ne sont-elles pas un élément déterminant....?