En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

03.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

04.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

05.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

06.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

07.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 1 heure 29 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 2 heures 48 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 3 heures 20 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 4 heures 3 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 4 heures 50 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 6 heures 26 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 8 heures 4 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 9 heures 8 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 1 heure 41 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 2 heures 56 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 3 heures 34 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 6 heures 42 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 7 heures 52 sec
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 8 heures 43 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 23 heures 20 min
© Mahmoud KHALED / AFP
© Mahmoud KHALED / AFP
Al-Azhar

Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite

Publié le 12 juin 2019
Lors d'une émission télévisée pendant le mois du Ramadan, le grand imam d'Al Azhar, Ahmed el Tayeb, a déclaré que, d'après le Coran, les hommes peuvent battre leurs femmes si elles ne sont pas disciplinées, "à condition de ne pas briser les os à la suite de ces coups".
Bernard Godard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Godard a été fonctionnaire jusqu'en 2008 au ministère de l'intérieur : d'abord officier de police aux RGX jusqu'en 1997, puis chargé de mission en cabinet ministériel (1997-2002) puis au Bureau central des cultes en charge des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors d'une émission télévisée pendant le mois du Ramadan, le grand imam d'Al Azhar, Ahmed el Tayeb, a déclaré que, d'après le Coran, les hommes peuvent battre leurs femmes si elles ne sont pas disciplinées, "à condition de ne pas briser les os à la suite de ces coups".

Atlantico : Ahmed el Tayeb, imam à la tête de la prestigieuse mosquée du Caire et qui prétend être le phare de l'islam sunnite, affirme avoir fondé ses paroles sur certains versets de "la sourate des femmes" du Coran. Quelle est la place de la femme dans la religion musulmane ? Est-elle en train de se dégrader ?

Bernard Godard : "Les propos d’Ahmed el Tayeb sont à replacer dans le contexte actuel de l’Egypte et plus largement du monde musulman. Il a déclaré en mars dernier que la polygamie n’était pas souhaitable si elle ne réunissait pas les conditions exigées par le Coran (équité entre les co-épouses). En cela il n’était pas vraiment révolutionnaire, mais plutôt conservateur en ce qu’il ne remettait pas la polygamie en cause sur le fond. Plus remarquable, il a, l’année dernière, fait une sortie assez remarquée sur le harcèlement sexuel à un moment où la vague du hashtag Me too se répandait. On a interprété cela comme un acte « progressiste », d’autant que restaient gravées dans les mémoires les viols commis lors des rassemblements de la place Tahrir au Caire pendant la révolution de 2011. Or, là encore, rien de bien audacieux car ses propos protégeaient les femmes considérées à priori comme vêtues dans des tenues « décentes ». Aussi ses récents propos sur les traitements faits aux femmes « désobéissantes » nous rappellent qu’Ahmed el Tayeb se situe dans une pure orthodoxie, celle qui considère la femme comme inégale face à l’homme. Cela démontre à quel point la doctrine officielle d’El Azhar est loin d’une lecture distanciée du Coran et des Hadiths. Et il est à craindre que ce genre de position perdure encore. 

Deux faits marquants le laissent penser : le rôle des femmes dans le monde arabe, et plus largement dans le monde musulman devient de plus en plus visible et important. Dans une sorte de sursaut désespéré, la société « des hommes » trouve cela insupportable et cherche par tous les moyens de « bloquer », sous prétexte de religion, cette avancée. A Casablanca, au Caire ou à Ryadh, on dénombre des attaques contre les femmes jugées « indécentes », quelquefois parce qu’elles ne portent tout simplement pas de voile. Mais dans le même temps, certains signes laissent planer un espoir. On voit actuellement dans les immenses manifestations dans les villes algériennes de la joie et même de la liesse et des femmes, belles et épanouies, jeunes et vieilles, avec ou sans voiles. Les moindres velléités de manifestations de violences contre ces femmes sont immédiatement réprouvées. A Tunis, un accord unanime entre des islamistes et des laïcs a permis de confirmer les avancées déjà inscrites dans la loi par le bourguibisme, même s’il reste encore tant à faire. Le deuxième élément, aussi inquiétant reste le vent de bigoterie qui a envahi l’ensemble des sociétés musulmanes, y compris dans les minorités musulmanes des pays européens ou américains. On prête une grande attention au djihadisme et ses conséquences et cela est tout à fait justifié, mais il ne faut pas négliger l’autre versant du salafisme « ordinaire », dont l’Arabie saoudite est le support et le défenseur et dont les premières victimes sont les femmes. »

Au-delà de l'aspect polémique de cette déclaration, quelle valeur donner à cette parole dans le contexte actuel de l'Islam en Égypte et dans les pays voisins ?

« Justement, dans sa stratégie de lutte acharnée contre le courant des Frères musulmans, la « sainte alliance » de l’Egypte, de l’Arabie Saoudite et des Emirats arabes unis ne veut pas se créer d’autres ennemis. Le régime du maréchal Sissi soigne « ses » salafistes, d’une part, et le projet de réforme de l’Université d’El Azhar, sorte de mirage évoqué depuis des lustres, est quasiment totalement financé aujourd’hui par les EAU. C’est dire si les espoirs de réinterprétation, de contextualisation de la religion musulmane s’éloignent à une époque où il y a urgence en la matière. L’Imam d’El Azhar, qui est traditionnellement « la voix de son maître », c’est-à-dire le régime en place, au sein d’un établissement qui peut être agité par des courants quelquefois rétifs – et les Frères musulmans y furent par moment très actifs – n’exprime donc pas une opinion personnelle en rupture avec la pensée officielle. Bien au contraire. Même si le maréchal Sissi se défiait lors de sa prise de pouvoir d’Ahmed el Tayeb qui avait été nommé par Hosni Moubarak, le grand Imam sait qu’il doit donner des gages. Pour éloigner la séduction lentement et longuement bâtie par les islamistes, on affiche un conservatisme qui fait un clin d’œil aux salafistes et cela, avec le regard complice des saoudiens et des émiriens. Ce durcissement n’est quand même pas reçu de manière favorable, en particulier au Maghreb, où les offensives doctrinales de la « Sainte alliance » sont très mal perçues, en particulier quand elles s’exercent à grand renfort de dollars. Cependant El Azhar n’a plus aujourd’hui, dans le monde arabe en particulier, le prestige qu’elle avait au siècle dernier. Il faut donc relativiser les propos d’Ahmed el Tayeb »

Ces déclarations, si elles ont d'abord fait réagir les théologiens, ont également révélé les déséquilibres majeurs de la société égyptienne conservatrice en proie à des violences conjugales et « un nombre croissant de divorces. Quelles conséquences sociales et politiques auront ces déclarations d'el Tayeb en Égypte et dans les pays sunnites ?

« La tension forte entre le rôle croissant des femmes au sein de la société, en particulier dans les professions aujourd’hui plus garanties aux hommes et l’accès de tous à l’information au travers d’internet permettent aux femmes égyptiennes de progresser et de résister à la violence des hommes. Ces violences sont un témoignage éloquent de cette résistance. Les propos d’El Tayeb sont un épisode malheureux et désespéré de plus en plus rejeté par les nouvelles générations, même si la bigoterie évoquée plus haut, poussée à son extrême par les courants « salafisants » va encore faire des ravages. 

Tous les pays sunnites ne réagissent pas forcément de manière égale. On a évoqué l’Algérie et le Maroc mais, même si on l’évoque peu, des femmes saoudiennes, soudanaises ou marocaines sont en pointe dans cette bataille. Les pays chiites ne peuvent pas être considérés comme mieux lotis comme le démontre la violence de la République islamique iranienne vis-à-vis du mouvement des femmes pour leur liberté. »

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
islam, Femmes, Al-Azhar
Thématiques :
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
abracadarixelle
- 13/06/2019 - 10:36
que pense AUTAIN et ses complices...
...de ces déclarations, elles qui si vindicatives envers le mâle blanc sont emplies d'indulgence pour les violences (sexuelles entre autres) commises par les mâles bronzés et surtout arabo-musulmans ? je suis à peu près sûre qu'elles vont superbement ignorer ces propos, qui plus est auront forcément déformés par la propagande américano-sioniste ( ah, ah, ah !)
assougoudrel
- 13/06/2019 - 10:12
C'est pour cette raison qu'ils
aiment les femmes bien en chair; les os sont plus difficilement joignables. Une bonne bastonnade sur le cul rebondi et pas d'os cassé chez madame qui peut retourner faire le ménage et s'occuper des enfants.
MIMINE 95
- 13/06/2019 - 08:33
que cela plaise ou non
Al Azhar, est une sorte d'équivalence du Vatican pour l'islam sunnite même si la Tunisie la snobe et c'est pour cette raison que le pape (comme d'autres naïfs) s'y sont rendus
Le même Ahmed el Tayeb avait déjà déclaré en 2016 que l'apostasie devait être puni de mort .
Mais bon , tout ça n'est que l'expression du "dogme islamique" figé depuis le moyen âge, qui n'est pas prêt de faire sa révolution. "L'interprétation" comme ils disent, ne pouvant en aucun cas contredire le coran ou la sunna, c'est un cercle duquel il me semble bien difficile de sortir.