En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Soignants à risques

Dépendance : la fatigue de la compassion touche de plus en plus de professionnels des soins. Et de non-professionnels aussi.

Publié le 11 juin 2019
La fatigue de la compassion, aussi appelée syndrome de l'épuisement, n'atteint pas seulement le personnel médical mais aussi les particuliers qui passent leur vie à aider leur entourage.
François Baumann est médecin généraliste, fondateur de la Société de Formation Thérapeutique du médecin Généraliste (SFTG). Intéressé par toutes les dimensions des Sciences Humaines et Sociales qui participent à une meilleure santé des hommes, il a...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Baumann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Baumann est médecin généraliste, fondateur de la Société de Formation Thérapeutique du médecin Généraliste (SFTG). Intéressé par toutes les dimensions des Sciences Humaines et Sociales qui participent à une meilleure santé des hommes, il a...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fatigue de la compassion, aussi appelée syndrome de l'épuisement, n'atteint pas seulement le personnel médical mais aussi les particuliers qui passent leur vie à aider leur entourage.

Atlantico : En quoi consiste ce concept de fatigue de la compassion décrit dans une colonne du Washington Post ?

François Baumann : C'est le fait de s'épuiser par trop de dévouement à l'autre, une tendance à s'oublier soi-même. Des syndromes de dépression qui sont équivalents à des burn-outs. On est en général surmené, surchargé… Les personnes s'occupant des autres : soit les soignants, soit les familles proches qui sacrifient une partie de leur vie pour un patient ou un parent. Les personnes ayant un passé de dépression, qui ont du mal à gérer leur fatigue, sont davantage exposées à ce syndrome. Les femmes peuvent l'être encore plus car leur charge mentale est plus forte : elles doivent s'occuper de leurs enfants, de leur travail…

Est-ce un phénomène récurrent en France ? Et en Europe ?

François Baumann : Mettre un nom sur ce phénomène est intéressant mais cela a toujours existé en France sous d'autres termes : on parlera de burn-out parental, burn-out des soignants. A ce moment-là, on pointe sur un sentiment comme la compassion. J'entends beaucoup parler de fatigue de la compassion en consultation mais ce terme est encore assez vague. Selon moi, le mot "compassion" est gênant car il y a une connotation religieuse (cela veut dire souffrir avec, c'est-à-dire "tu aimeras ton prochain comme toi-même et tu souffriras comme lui"). Tout le monde n'est pas dans la religion, c'est très toxique pour certaines personnes. Le burn-out et la fatigue de la compassion sont en quelques sorte liés, cela se traduit par de l'épuisement : épuisement par la vie de famille ou par exemple parce que l'on a une mère qui souffre d'Alzheimer et dont on doit s'occuper. Je dirais qu'il y a deux personnes sur cinq qui risquent de faire un burn-out par épuisement à ce rythme-là et les trois autres qui ne le font peut-être pas.

Comment remédier à ce phénomène ?

François Baumann : Au début des symptômes, si quelqu'un commence à déprimer parce qu'il s'occupe trop des autres, on va lui conseiller de changer d'activités pour diminuer son stress. Sinon ce stress peut le mener vers une dépression plus profonde à chaque fois. Parfois, on va considérer qu'il faut aider les patients par voie médicamenteuse. Tout est question de proportion, plus on s'enfonce, plus on aura besoin d'un traitement médicamenteux.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires