En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

01.

La greffe de visage la plus étendue

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 1 heure 48 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 3 heures 50 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 6 heures 21 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 21 heures 59 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 3 heures 35 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 5 heures 10 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 5 heures 30 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 6 heures 2 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 6 heures 15 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 6 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 22 heures 19 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Autopsie d’un fail politique

"Qui est prêt à faire passer son pays avant son parti" : petit historique de ces idées qui paraissaient évidentes pour la France avant de se révéler mauvaises...

Publié le 10 juin 2019
Marlène Schiappa, les députés Olivia Grégoire et Laurent Saint-Martin dans une tribune commune parue dans le JDD appellent toutes les sensibilités à rejoindre LREM : "Nous ne serons pas d’accord sur tout : c’est ce qui fait (encore) la beauté du débat d’idées. Mais nous serons rassemblés sur une destination".
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marlène Schiappa, les députés Olivia Grégoire et Laurent Saint-Martin dans une tribune commune parue dans le JDD appellent toutes les sensibilités à rejoindre LREM : "Nous ne serons pas d’accord sur tout : c’est ce qui fait (encore) la beauté du débat d’idées. Mais nous serons rassemblés sur une destination".

Atlantico : Marlène Schiappa appelle les politiciens de tout bords à s'unir autour de LREM et des "réformes". Mais le consensus sur les réformes à mener existe-t-il vraiment? N'évolue-t-il pas dans le temps? 

Michel Ruimy : Au vu du score historiquement faible de 8,5% enregistré par le parti Les Républicains (LR) aux dernières élections européennes et à l’approche des élections municipales, certains élus sortants ont choisi de se laisser porter par le « courant macronien » plutôt que de défendre ce qu’ils appelaient jusqu’ici… des convictions. 
Il faut bien comprendre le contexte dans lequel cette lettre a été écrite. Après avoir désincarné la Gauche, l’exécutif continue, à moins d’un an des élections municipales, de façonner le nouveau visage de l’échiquier politique. Il en est d’autant plus conforté, qu’une majorité de Français estiment que Marine Le Pen incarne bien mieux les idées de la Droite que le parti LR. Un peu plus de 40% pensent de même d’Emmanuel Macron ! 
Concernant les réformes, Emmanuel Macron développe un projet social - libéral. Cependant, à la suite des manifestations des « Gilets jaunes » et du résultat des dernières élections européennes, il a cessé temporairement (?) la mise en œuvre de son programme. Déjà, les défis énoncés dans la lettre sont bien là : défi environnemental et la nécessaire transition écologique des territoires, défi de la citoyenneté et la place des services publics, défi de l’éducation et de la transmission des valeurs… 
Mais, la problématique des réformes est double. Tout d’abord, la liste reste ouverte. Elle est loin d’être exhaustive ! La question serait plutôt d’organiser leur priorité. De manière générale, les partis LREM et Les Républicains sont relativement d’accord. Seule la manière d’y arriver change. 
Ensuite reste la difficile question du financement dans un contexte difficile de finances publiques. Une piste pourrait être l’utilisation des « économies d’endettement ». En effet, les taux d’intérêt auxquels la France s’endette à 10 ans sont très bas ce qui permettrait, si cette situation vient à perdurer, de diminuer le déficit budgétaire. La charge d’intérêts est d’environ 41 milliards. La construction du budget 2019 a prévu, pour cette année, un taux d’endettement aux alentours de 1,1% alors qu’actuellement nous nous endettons à environ 0,1%, ce qui diminuerait la charge des intérêts de la dette, d’où une économie.

 

N'est-on pas "revenu" de certaines politiques économiques qui étaient considérées comme des évidences il y a 10 ou 15 ans? Quels sont les principaux exemples?

Depuis plusieurs décennies, les différents gouvernements ont souhaité rendre la société française plus juste en prenant certaines initiatives dont les résultats ont été plus que mitigés. Je prendrai deux exemples pour illustrer mon propos.
Le premier concerne la redistribution de la richesse. Elle passe non seulement par la manière dont on la distribue mais également par le mode de prélèvement. De ce côté, les politiques fiscales ont consisté essentiellement à réduire l’impôt sur le revenu alors que celui-ci corrige le plus les inégalités... 
Comment mieux distribuer ? D’abord, en annulant au maximum les dispositifs de « niches fiscales » qui constituent de véritables privilèges pour certains contribuables. Ensuite, en supprimant la mesure la plus coûteuse pour l’Etat, le mécanisme du quotient familial, qui n’existe qu’en France et qui consiste à alléger l’impôt des familles en proportion croissante de leur niveau de revenu (avec toutefois un plafond). Enfin, la TVA, qui constitue la plus importante des ressources fiscales de l’Etat, pourrait jouer un rôle davantage redistributif, par exemple, en modulant ses taux en fonction des biens.
Le second concerne le pouvoir d’achat. En diminuant les impôts, la France choisit d’accroître le pouvoir d’achat des « catégories aisées » plutôt que d’améliorer la qualité de ses services collectifs, du niveau national au niveau local. 
Or, les services collectifs, de l’éducation à la santé, en passant par les transports, le logement et la culture sont des facteurs de réduction structurelle des inégalités et porteurs de mobilité sociale. Encore faut-il permettre à chacun d’avoir accès aux services publics existants ! De l’enseignement supérieur aux politiques culturelles, certains profitent avant tout à une minorité aisée. Doit-on faire « payer les riches » à l’université ou à l’opéra ? Ce serait renoncer, au fond, à l’objectif, peut être irréaliste, d’une réelle démocratisation. 
Il faut aussi se donner les moyens de répondre à des besoins collectifs nouveaux. Tout le monde dénonce, par exemple, l’insuffisance des capacités d’accueil en crèche, qui permettraient aux femmes de mieux conjuguer vie professionnelle et vie familiale, compte tenu de l’inégal partage des tâches domestiques. Mais les politiques publiques n’ont jamais été à la hauteur depuis vingt ans. Il en est de même dans le domaine du logement social, dont le parc ne progresse guère en dépit des annonces des différents gouvernements.

N’y a-t-il pas une forme de niaiserie à penser à que la réforme du pays relèverait uniquement des bonnes intentions ou même de l’identification des problèmes à régler - indépendamment des solutions en elles-mêmes ? N’y a -t-il pas une forme d’inculture démocratique et de chantage un peu vicieux à laisser entendre que si on aime son pays alors on soutient nécessairement LREM ?

Lors des précédentes élections municipales (2014), les politologues s’interrogeaient sur le fait de savoir si la Gauche pouvait conserver les bastions qu’elle avait conquis, si l’extrême droite allait faire une entrée fracassante dans les conseils municipaux, si le Front de gauche pèserait dans le pouvoir local, si dans un contexte de crise sociale et économique, les Français allaient sanctionner la politique de François Hollande…
Aujourd’hui, rien de tout cela ou presque. Devant l’éclatement du paysage politique national - ou la polarisation de celui-ci entre le Rassemblement National et la LREM -, les élus LR sortants n’ont pas vraiment de choix et sont soumis à un chantage déguisé. Marlène Schiappa n’utilise qu’un habillage en forme de « langue de bois » - les réformes - pour faire « passer la pilule ». En d’autres termes, si les élus LR souhaitent être réélus, il conviendrait de suivre les réformes du parti présidentiel sinon ils s’exposent à avoir un candidat LREM en face d’eux et peut-être s’incliner devant celui-ci. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 11/06/2019 - 08:19
Elle est unique
Comme le type de parti politique qu'elle prône.
Clodo31
- 10/06/2019 - 18:35
Escroquerie
Leur appel est une escroquerie. Le mot"appel" n'existe que dans la propagande LREM! C'est Jupiter qui décide et les députés godillots approuvent; Je ne vois pas ou il y a débat !
hoche38
- 10/06/2019 - 18:13
Un article rafraîchisant!
Il y a parfois des articles de journaliste qui sont rafraîchissants. C'est le cas de ce propos de Michel Ruimy étonnant par son ingénuité: "De manière générale, les partis LREM et Les Républicains sont relativement d’accord. Seule la manière d’y arriver change". Compte tenu des résultats obtenus depuis trente ans par cette admirable convergence, il semble plutôt que ces braves gens soient arrivés au bout de son usure. Il va sans doute falloir (res horribile scriptu) faire de la politique!