En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 9 heures 26 sec
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 11 heures 17 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 17 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 5 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 13 heures 51 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 15 heures 45 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 17 heures 29 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 1 jour 8 heures
© EMMANUEL DUNAND / AFP
© EMMANUEL DUNAND / AFP
Tour d'horizon

Et si la droite et la gauche s’intéressaient à la façon dont leurs équivalents européens continuent, eux, à remporter des élections ?

Publié le 07 juin 2019
Le succès des sociaux-démocrates au Danemark peut sembler trompeur, leur programme sur certains points pouvant les classer à l'extrême-droite de l'échiquier en France. Tour d'horizon de la stratégie politique en Europe.
Raul Magni-Berton est actuellement professeur de science politique à Sciences Po Grenoble. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raul Magni-Berton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raul Magni-Berton est actuellement professeur de science politique à Sciences Po Grenoble. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le succès des sociaux-démocrates au Danemark peut sembler trompeur, leur programme sur certains points pouvant les classer à l'extrême-droite de l'échiquier en France. Tour d'horizon de la stratégie politique en Europe.

Atlantico: Au Danemark, le centre-gauche retrouve la majorité après quatre années vécues dans l'opposition en partie grâce à des idées et des propositions dont on pourrait attribuer en France la paternité à l'extrême droite sur l'échiquier politique. Comment expliquer ce mariage qui paraît aujourd'hui impensable pour un socialiste en France ?

Raul Magni Berton : Avant tout, il faudrait préciser que les sociaux-démocrates danois n'ont pas spécialement gagné en termes de voix. Depuis 15 ans, ils obtiennent aux élections législatives régulièrement le même score, à un point de pourcentage près. Depuis la dernière élection, ils ont même perdu près de dix mille voix. Cette fois, cependant, ils obtiennent la majorité à cause des scores des autres partis. Le parti d'extrême droite s'est effondré, après s'être confronté à l'activité de gouvernement pendant 10 ans. En ont bénéficié plein de petits partis conservateurs ou nationalistes. D'un autre coté, les autres partis de gauche - les socialistes à tendance écologiste et les sociaux-libéraux - ont connu une belle percée en gagnant près de 150 000 voix chacun. Cela suffit pour faire basculer le gouvernement à gauche. 

Cependant, en ces temps difficiles pour les partis sociaux-démocrates, le fait même que le parti social-démocrate ait réussi à se maintenir autour de 25% depuis quinze ans peut être considéré comme un petit exploit. Et pour reprendre votre question: est-ce que ses positions dures vis-à-vis de l'immigration y sont pour quelque chose? Paradoxalement, les partis de gauche qui ont percé, socio-écologistes et socio-libéraux, sont, au contraire, plutôt favorables à une politique migratoire moins restrictive, alors que le parti d'extrême droite, lui, a perdu. Donc, globalement, l'élection au Danemark est plutôt le signe d'une moindre crainte de l'immigration. Cependant, même dans ce contexte, le parti social-démocrate n'a pas perdu. 

De manière générale, de même que la libéralisation des capitaux et des marchandises, l'ouverture des frontières aux personnes produit une économie plus fluide, mais aussi plus instable, notamment pour les travailleurs locaux. Il s'agit aussi de quelque chose contre laquelle beaucoup de travailleurs veulent être protégés, particulièrement en temps de crise. Or, au Danemark, qu'on soit pour ou contre l'immigration, on peut voter à gauche ou à droite. En revanche, en France, lorsqu'on craint l'immigration, on ne trouve pas de partis à gauche. Cela rend la gauche beaucoup plus fragile face à des périodes où ces craintes sont élevées. 

 

Aujourd'hui, si l'on prend le cas de plusieurs pays européens comme l'Espagne, les Pays-Bas, le Portugal ou les pays scandinaves, quelles sont les lignes qui leur permettent de gagner aujourd'hui ?

A vrai dire, hormis l'Espagne, dans les autres pays que vous citez les partis sociaux-démocrates ne percent pas. Par rapport à la France, ils ne s'effondrent pas. Dans les pays scandinaves le contexte est assez proche de celui du Danemark, et d'une certaine manière les Pays-Bas aussi. Il s'agit de systèmes qui vont économiquement bien, avec des modes de scrutin proportionnels qui ont l'avantage de permettre à de nouveau mouvements - de gauche comme de droite - d'entrer dans la compétition électorale. Et cela force les partis traditionnels à s'y confronter. Cela les coupe moins de la population que là où il y a des systèmes majoritaires ou qui traversent de graves difficultés économiques. 

En Espagne, la situation est un peu différente. Le parti socialiste a bénéficié de la crise concomitante du principal parti de droite - le Parti Populaire - et de son principal adversaire à gauche, Podemos. 

 

N'y aurait-il pas alors pour la gauche et la droite française des idées à piocher dans ces nouveaux mouvements qui pourraient permettre aux partis français de refonder leurs logiciels politique ? 

Se confronter avec la réalité des autres pays est toujours une bonne chose. Les partis, en France, comme tous les autres grands pays, ne le font pas assez. Mais, de manière générale, les partis français ont été trop protégés par leur système électoral de la concurrence, et cela se voit par beaucoup trop d'attitudes visant à "éduquer les électeurs" qui, sur le long terme, exaspèrent l'électorat. Le personnel politique se renouvelle peu, y compris dans les partis extrêmes, et cela conduit à une recherche désespérée de nouveauté. S'il y a une morale à cette histoire je dirai que les partis qui se sont davantage soumis à la concurrence sont ceux qui ont, paradoxalement, le mieux résisté.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MIMINE 95
- 07/06/2019 - 17:48
et même si 20 minutes
essaye de faire avaler que la lutte climatique est au centre du débat il est bien obligée de préciser :
"Une politique migratoire restrictive qui pourrait continuer
Ils sont susceptibles de collaborer avec la droite sur les questions migratoires et la gauche dans les autres dossiers. Le morcellement du paysage politique pourrait toutefois les contraindre à nouer des alliances plus pérennes pour assurer la stabilité de l’exécutif.
Adossés à une croissance robuste, des finances publiques saines et une situation de quasi plein-emploi, les sociaux-démocrates promettent d’arrêter les coupes budgétaires dans la santé et l’éducation. Mais cette défense de l’Etat-providence va de pair avec la poursuite d’une politique des étrangers restrictive, telle qu’elle a été dictée par le Parti populaire danois (DF), eurosceptique et anti-immigration." (Danemark: Les sociaux-démocrates, favoris des législatives, avec un programme migratoire droitisé)
Le Temps.ch :"La gauche danoise mise sur la fermeture en matière d'immigration" publié le mardi 4 juin 2019
Voilà voilà voilà , comme ça c'est plus clair!
MIMINE 95
- 07/06/2019 - 17:41
LE DANEMARK ET LE SUJET SENSIBLE
RFI- "Danemark: les sociaux-démocrates surfent sur le thème de l'immigration" Publié le 04-06-2019
l'EXPRESS - "Immigration : la rugueuse méthode danoise" De notre envoyé spécial, Axel Gyldén, publié le 01/06/2019 à 07:00
Le point avec l'AFP - "Au Danemark, une île inhabitée pour migrants "indésirables" Publié le 20/12/2018
France Info - "La politique d’immigration du Danemark se durcit" publié le 21/02/2018
Info migrants.net - "Inger Stojberg, la Dame de fer danoise qui ne voulait pas de migrants dans son pays" - publié le 24/05/2018