En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 2 min 23 sec
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 1 heure 15 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 2 heures 30 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 3 heures 25 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 3 heures 25 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 3 heures 25 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 33 min 49 sec
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 3 heures 46 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 3 heures 25 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 14 heures 27 min
© Loïc VENANCE, Marco BERTORELLO / AFP
© Loïc VENANCE, Marco BERTORELLO / AFP
Calage

Fiasco de l’alliance Renault-Fiat : pourquoi le capitalisme français ne se sauvera pas sans Big Bang refondateur

Publié le 07 juin 2019
L'échec de la fusion Fiat-Chrysler/Renault a mis en évidence certains problèmes inhérents au capitalisme français, fortement lié à l'Etat.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Jean-Baptiste Noé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Baptiste Noé est docteur en histoire, rédacteur en chef de la revue de géopolitique Conflits.  ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'échec de la fusion Fiat-Chrysler/Renault a mis en évidence certains problèmes inhérents au capitalisme français, fortement lié à l'Etat.

Atlantico : L’échec de la fusion Renault-Fiat, qui serait lié aux exigences de l’Etat, actionnaire à 15,1% de l’entreprise française, n’est-il pas symptomatique de l’échec de la place de l’Etat dans le fonctionnement du capitalisme français ?

Michel Ruimy : Au plan théorique, l’Etat se trouve dans la même situation qu’un actionnaire ordinaire, dont le but est de tirer le meilleur avantage économique possible de son capital. Or, il est arrivé, plus d’une fois, que l’État gère ses participations capitalistiques en privilégiant les retombées politiques aux retombées économiques, le risque étant couvert par le contribuable.

Plus précisément, ses investissements dans les entreprises doivent répondre, selon le cas ou même parfois ensemble, à des objectifs d’ordre économique (par exemple, développer des activités industrielles, préserver des savoir-faire,…), d’ordre environnemental et d’aménagement du territoire, d’ordre social (préserver des emplois), éventuellement d’ordre financier (cessions d’actifs, dividendes,…) tout en étant présent dans des secteurs sensibles en matière de souveraineté (nucléaire, défense nationale…). Ainsi, la présence de l’État comme actionnaire d’entreprises ne se justifie pas seulement par des raisons patrimoniales ou financières, mais aussi par des motifs de politiques publiques. Il n’est donc pas un actionnaire comme les autres.

Par ailleurs, ses participations se font sur le long terme, tout comme les retours sur investissement. De ce fait, il va investir dans des projets stratégiques correspondant à sa politique industrielle sans que les rendements financiers soient le premier critère d’investissement.

Mais, tout en assumant ces différents rôles, l’Etat doit aussi préserver l’autonomie de l’entreprise pour la définition de sa stratégie. Or, la principale faiblesse de l’Etat actionnaire est paradoxalement sa toute-puissance du fait des multiples leviers - non actionnariaux - dont il dispose (régulation sectorielle, fiscalité, droit du Travail, commandes publiques, relations diplomatiques…).

Il ne faut pas oublier qu’aujourd’hui, 1 voiture sur 3 sont construites en Chine, de même qu’1 voiture électrique sur 2. En outre, le secteur automobile européen doit se consolider du fait de la transition écologique. Pour Renault, son mariage avec Fiat semble avoir capoté pour des raisons qui la dépasse.

Dans ce contexte, toute défaillance de l’Etat, réelle ou supposée, a inévitablement une portée médiatique. Il est alors urgent de développer une maturité nouvelle par rapport à ces attentes et aux promesses que le politique formule en matière d’actionnariat public. C’est d’autant plus difficile - et essentiel - que cela suppose un discours politique sur ce que l’on ne peut pas faire…

Jean-Baptiste Noé : Subsiste encore l’illusion d’un État stratège qui pourrait bien diriger une entreprise, alors que l’histoire économique dément cette illusion. La mise en place des grandes infrastructures françaises a été le fait des entrepreneurs privés : les mines de charbon au XVIIIe et XIXe siècle, le réseau des écoles, le train, le développement de l’aéronautique, les premiers barrages hydrauliques, l’électricité, etc.

L’État est véritablement intervenu dans l’économie française à partir de 1945, profitant de la nécessité de la reconstruction. Pense-t-on encore que ce soit le rôle de l’État que de gérer une entreprise automobile ? On aimerait d’abord qu’il soit capable d’assurer la sécurité sur l’ensemble du territoire national. Comment une administration qui se révèle incapable de purifier ses dépenses publiques, de gérer correctement son personnel, d’épurer sa dette, serait capable de faire fonctionner et de développement une entreprise ?

La présence de l’État français au capital d’une entreprise ne peut qu’effrayer, à juste titre, les investisseurs soucieux de développer leur activité.  

 

L’Etat insiste tout particulièrement sur sa volonté de protéger l’économie nationale. Pour autant, au regard des résultats des entreprises qui sont gérées par l’Agence des participations de l’Etat et du comportement de l’Etat actionnaire en général, ne faut-il pas constater une forme de cynisme sur cette question ?

Michel Ruimy : La mondialisation, qui a intensifié la concurrence économique entre les pays, a confirmé le rôle de « l’Etat stratège ». L’accroissement de la compétitivité des pays émergents a, en effet, contraint les économies industrialisées à se positionner sur les marchés à forte valeur ajoutée. L’État a dû, de la sorte, développer des secteurs d’activité d’avenir pouvant garantir une expansion économique et une création d’emplois. Il est devenu, aux Etats-Unis par exemple, un investisseur aussi important que le capital-risque privé pour de nombreuses start-ups et PME innovatrices. Cette situation n’est pas un cas isolé puisque de nombreux pays (Chine, Finlande, Israël…) se sont convertis aux vertus de l’investissement public dans des secteurs innovants. Dans ce contexte, la France apparaît mal positionnée. Elle a souvent manqué de vision stratégique et n’a pas su faire fructifier correctement ses investissements.

Elle a déposé ses « œufs » dans trois paniers différents : l’Agence des participations de l’État (APE), la Caisse des dépôts et des consignations et Bpifrance, qui privilégie des prises de participations minoritaires dans des PME et des entreprises de taille intermédiaires (ETI) avec une perspective de sortie au terme d’une étape de leur développement. À travers ces trois structures, l’État détient environ 1 700 participations - exclusives, majoritaires, minoritaires - dans des entreprises pour une valeur de près de 100 milliards d’euros. Une soixantaine de ces participations sont cotées en Bourse pour une valeur approximative de 77 milliards d’euros, ce qui fait de lui le premier actionnaire de la place boursière parisienne.

Ce portefeuille est un ensemble vaste et hétérogène (aéronautique, finance, transports, industrie automobile, communications, énergie…), intimement lié à l’histoire politique et sociale. Sa composition doit plus à l’histoire qu’à une quelconque logique et sa gestion correspond peu aux standards actuels de la gestion d’un portefeuille d’entreprises. Entre les motifs idéologiques liés aux nationalisations du passé et la volonté de sauver des entreprises au bord du dépôt de bilan, l’État semble naviguer à vue et à court terme contrairement à ce qu’il affirme.

C’est pourquoi, un Comité stratégique de l’État actionnaire été mis en place en 2015, dont la mission est d’émettre des propositions visant le développement d’une doctrine d’intervention efficace de l’État. La prise de participation majoritaire n’est dorénavant plus l’objectif premier recherché : l’État est passé d’un statut de « propriétaire » à celui de « boursicoteur ». Mais, cette transition n’est pas encore complètement accomplie mais elle devrait permettre, si elle aboutit, à ce que l’État se défasse de son image de mauvais actionnaire.

Jean-Baptiste Noé : La communication est l’art de présenter un camouflet comme une victoire. On a encore en mémoire ce rapport remis au Premier ministre Édouard Balladur en 1993 qui expliquait qu’internet n’avait aucun avenir commercial. Encore une fois, que l’État fasse correctement son travail d’administration, qu’il sache jouer son rôle et tenir son rang et ce sera très bien. Mais tant qu’il n’est pas capable de faire cela, comment peut-il convaincre qu’il pourrait développer une entreprise privée ? Chacun constate la situation désastreuse dans laquelle se trouvent la SNCF et l’Éducation nationale. Toutes les deux illustrent la faillite de l’État en matière de gestion des hommes et des activités, alors que l’éducation confiée au privé et le réseau ferré géré de façon concurrentielle proposent de meilleurs services et pour moins cher.

 

Qu’est-ce qui pourrait permettre un réel « big bang » du capitalisme à la française pour éviter que ce genre de déconvenues qui nuisent grandement à notre économie se reproduise ?

Michel Ruimy : Tout d’abord, si aujourd’hui, il fallait choisir deux caractéristiques qui distinguent véritablement l’économie française des autres pays occidentaux, il faudrait citer le niveau très élevé de la dépense publique et le poids de l’État dans les décisions de nombreuses entreprises industrielles et commerciales du secteur concurrentiel. Ces deux caractéristiques conjuguées font que la France est loin d’être une économie libérale.

Dans un tel contexte, la question du rôle de l’État dans la gouvernance des entreprises n’est pas nouvelle. Contrairement à un actionnaire classique, l’État poursuit souvent plusieurs objectifs qui sont même parfois contradictoires. D’où le sentiment que son action est à géométrie variable selon les moments.

Là est tout le problème. Car même si l’Etat essayait de se positionner, avec prudence, dans les entreprises à participation publique, les salariés ou les citoyens, par exemple, attendraient de lui qu’il utilise sa position d’actionnaire dans une perspective politique. L’Etat semble ainsi être irrémédiablement responsable au-delà des responsabilités d’un actionnaire normal. D’où, la définition d’un capitalisme « à la française ».

Jean-Baptiste Noé : Que l’administration cesse de s’occuper de ce qui n’est pas de son ressort. Peugeot se débrouille très bien et arrive à relever les défis technologiques qui sont les siens, alors pourquoi pas Renault ? Pourquoi vouloir absolument intervenir dans la direction des entreprises ? En revanche, l’État devrait fournir un cadre juridique adapté pour relever les défis de la guerre économique et de la guerre technologique. Cela aiderait véritablement les entreprises et leur permettrait d’affronter la concurrence juridique internationale. Là oui, nous sommes dans le rôle et le registre de l’État. C’est ici qu’il est attendu et c’est là qu’il doit être utile à la vie économique et au développement du capitalisme français.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pharamond
- 09/06/2019 - 10:59
Le vice
L'Etat, en France,se mêle de trop de choses pour lesquelles il n'a pas les compétences; l'idéologie l'emporte sur la réalité. Pourtant,dans son discours devant le Congrès de Versailles ,E.Macron avait dénoncé:"le vice qui empoisonne depuis trop longtemps le débat public:le déni de réalité,le refus de voir le réel en face,dans sa complexité et ses contraintes, l'aveuglement...". Bruno Lemaire fait-il partie de ceux-là?
DANIEL74
- 09/06/2019 - 09:26
CAPITALISME A REFORMER
Il est temps de mettre fin au capitalisme de connivence qui ruine notre pays avec EDF, France Télécoms, SNCF, RENAULT, ETC.. Enfin tous ces monopoles soit disant dirigés par l'énarchie mais en réalité contrôlés par les rouges de la CGT. Comment ose t'on encore acheter RENAULT voiture produite à l'étranger ou par des étrangers ? Qui a importé des masses de salariés de l'Afrique pour en faire des chômeurs Français, qui a reçu en héritage des biens spoliés et que nos oligarques se sont empressé de vendre à des étrangers (SNR à ma porte) idem pour les autres monopoles. Il faut changer les marchands du temple même si les gilets jaunes sont multiples comme les partis sans pouvoir
jurgio
- 07/06/2019 - 17:38
Les énarques, ces frustrés de la République
font leurs pâtés de sable avec les grosses entreprises ou l'État a des participations. Quel plaisir de paraître un gros PDG et de pouvoir manipuler de grandes affaires ! Et puis pas de risques : si ça foire, les contribuables seront en dernier lieu les actionnaires !