En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume, a été démis de ses fonctions à la demande du Premier ministre, Jean Castex

02.

Désirer une Noire, c'est du racisme !

03.

Et Apple mit en lumière l’impasse absolue dans laquelle se trouve l’UE…

04.

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

05.

Il est de bon ton de coucher - et surtout de se marier - à gauche...

06.

Pénurie et Punition : et la France se mit en tête de supprimer les forfaits internet illimités

07.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

03.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

04.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

05.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
"600 jours pour rebâtir la France"
Retrouvez l'analyse de Jean-Sébastien Ferjou sur le discours de politique générale de Jean Castex
il y a 8 min 55 sec
pépites > Justice
Enquête
Mort de Cédric Chouviat : trois policiers ont été mis en examen pour homicide involontaire
il y a 1 heure 28 min
pépite vidéo > Santé
Limiter les contaminations
Coronavirus : Olivier Véran considère que la situation en Mayenne est "problématique"
il y a 2 heures 58 min
décryptage > France
Restaurer l'autorité de l'Etat

Insécurité : les Premiers ministres changent, Macron et son manque de détermination restent

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Défense
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

Victoires militaires versus défaites politiques ?

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Europe
Cour de justice européenne

Et Apple mit en lumière l’impasse absolue dans laquelle se trouve l’UE…

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Politique
Discours de politique générale

Jean Castex, l'anti-Edouard Philippe...

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Economie
Crise économique

Jean Castex remet l’État sur tous les fronts, mais esquive l’efficacité des milliards investis

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Politique
Nouveau visage du macronisme

Jean Castex : un bon discours d’intention, mais combien de divisions ?

il y a 7 heures 20 min
light > Media
Parole présidentielle
14 juillet : près de 9 millions de téléspectateurs étaient réunis pour l'interview d'Emmanuel Macron
il y a 19 heures 40 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Blanquer écarté de l'Intérieur à cause de son attachement à la laïcité ; Dupond-Moretti séduit autant qu'il affole les hebdos, Bachelot enchante Match mais retarde ses mémoires ; Macron congelé jusqu'en 2022 ; La CGT employeur voyou
il y a 40 min 2 sec
pépites > Santé
Barrière contre le virus
Covid-19 : Jean Castex annonce que le port du masque sera obligatoire dans les lieux publics clos "dès la semaine prochaine"
il y a 2 heures 42 min
décryptage > High-tech
Conseil national du numérique

Pénurie et Punition : et la France se mit en tête de supprimer les forfaits internet illimités

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Culture
Culture

"Je me retournerai souvent" de Michel Lambert : le peintre des replis de l’âme à l'écriture cristalline

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Société
Sélection naturelle

Il est de bon ton de coucher - et surtout de se marier - à gauche...

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Politique
Nouveau Premier ministre

Le style Castex : interprète ou auteur-compositeur ?

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Sport
Révolution

Utilisez l'IA à la gym pour vous maintenir en forme dès cet été

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean Castex se présente surtout comme la voiture-balai du précédent gouvernement chargée de dégager la route pour les deux ans qui viennent

il y a 6 heures 39 min
pépites > Politique
Majorité plus faible qu'Edouard Philippe
L'Assemblée nationale accorde sa confiance au gouvernement de Jean Castex
il y a 18 heures 59 min
pépite vidéo > Insolite
Calme et sang-froid
Covid-19 : le tutoriel d’un parc d’attractions japonais pour adopter les bons gestes face au virus
il y a 20 heures 58 min
© PASCAL PAVANI / AFP
© PASCAL PAVANI / AFP
Rebuts de la société

Interdiction de l’élimination des invendus : une idée non seulement inefficace mais économiquement ravageuse

Publié le 06 juin 2019
La destruction des invendus non alimentaires (vêtements, électroménager, produits d'hygiène ou de beauté etc.) va être interdite d’ici deux à quatre ans en France, a annoncé, mardi 4 juin, Edouard Philippe.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La destruction des invendus non alimentaires (vêtements, électroménager, produits d'hygiène ou de beauté etc.) va être interdite d’ici deux à quatre ans en France, a annoncé, mardi 4 juin, Edouard Philippe.

Atlantico : La destruction des invendus non alimentaires (vêtements, électroménager, produits d'hygiène ou de beauté etc.) va être interdite d’ici deux à quatre ans en France, a annoncé, mardi 4 juin, Edouard Philippe. La mesure figurera dans le projet de loi anti-gaspillage et pour une économie circulaire présenté en juillet au Conseil des ministres. Si la volonté d’éviter le gaspillage est louable, une telle mesure ne risque-t-elle pas de faire peser d’importants risques sur les entreprises et nos économies ?

Michel Ruimy : Tout d’abord, un chiffre. Aujourd’hui, ce sont, chaque année, plus de 600 millions d’euros de produits non alimentaires neufs et invendus qui sont jetés ou détruits.

Le dispositif initié par le gouvernement vise à imposer aux entreprises de donner ces marchandises ou de les recycler, à partir de fin 2021 ou de fin 2023 suivant les cas, en complément aux mesures déjà adoptées, ces dernières années, contre le gaspillage alimentaire.

Concrètement, il ne s’agit pas de leur interdire de revendre par ailleurs mais plutôt de les inciter à ne pas détruire, à ne pas gaspiller. Une nouvelle histoire de « patate chaude » est peut-être en train de se créer (Lorsque nous avons dans nos mains une pomme de terre qui sort du four, elle est si chaude que nous ne pouvons la garder, nous devons la passer à une tierce personne).

Pour les entreprises, notamment pour celles qui disposent d’une chaîne d’approvisionnement, la question cruciale va être la gestion des stocks et le respect du modèle « juste à temps » (just in time) qui vise à minimiser les stocks et les en-cours de fabrication. Si l’entreprise a une base internationale, ceci demande, en plus, de devoir harmoniser le travail des sous-traitants, situés dans différents pays. Cette législation va, au final, les inviter à repenser leur schéma de fabrication, ce qui demande des investissements et du temps et surtout risque de leur faire changer de modèle économique ! Car le vrai sujet est le « coût complet » de la production des marchandises. Aujourd’hui, la dimension « écologique » des modèles économiques est payée par les générations futures.

En outre, certains risques pervers sont latents. Tout d’abord, le travail à flux tendus nécessite des livraisons en petites quantités et donc des transports plus fréquents. Les autoroutes européennes risquent de devenir des entrepôts géants, polluants avec des chauffeurs en tension perpétuelle. Ensuite, les stocks de marchandises risquent d’être décentralisés vers des pays non réglementés. Ainsi, certaines entreprises peuvent avoir, ici, les « mains propres » et salir, ailleurs. Et ceci, sans scrupules… Enfin, devant la possibilité d’un échec commercial, les firmes seront moins incitées à innover, ce qui peut conduire, in fine, à une intensification de la concurrence.

En définitive, il n’y a que le consommateur qui doit se demander, aujourd’hui, ce qui relève du besoin et de l’envie pour éviter d’entretenir le système actuel de tentation qui engrange en toute logique quantité d’invendus...

Si cette législation peut être à l’origine de nouvelles technologies et industries spécialisées dans le recyclage, on peut s’interroger sur le « bilan carbone » de ce recyclage et sur le coût supporté par les entreprises et donc par le consommateur.

La question de l’obsolescence programmée qui anime ce débat n’est-elle pas inhérente au fonctionnement de notre économie ?

L’obsolescence programmée est un concept de production industrielle consistant à créer un produit dont la durée de vie est volontairement limitée. Mais, il convient de ne pas la confondre avec le vieillissement programmé. Dans le premier cas, le produit est encore parfaitement fonctionnel mais a perdu sa compétitivité par rapport à des produits plus récents. Dans le second, il n’est plus fonctionnel.

Les adeptes de ces stratégies prétendent que ces techniques dynamisent le marché et créent des conditions favorables aux entreprises innovantes. Connaître (et provoquer) la fin de vie d’un produit permet d’anticiper et de prévoir l’évolution des ventes sur le long terme, ce qui réduit les risques économiques et facilite la planification des investissements industriels. L’avantage ne concerne que le producteur. Le consommateur n’y a aucun intérêt puisqu’il doit racheter, plus souvent, un produit assurant les mêmes fonctions.

Dès lors, on peut se demander si ces stratégies ne sont pas la conséquence logique de l’industrie de masse, inhérente au fonctionnement de notre économie. Les quantités de produits mis sur le marché sont telles qu’il n’y a pas assez de consommateurs pour tout acheter. L’obsolescence ou le vieillissement programmé permettent « facilement » aux industries de renouveler leurs marchés avec le même volume de consommateurs et de « redynamiser » un marché saturé. C’est une solution au problème de la surproduction et une manière illusoire de favoriser un renouvellement illimité des biens. Dans une société basée sur le principe de « la croissance pour la croissance », l’obsolescence programmée a sa place. On peut par contre se demander si cette vision est valide sur le long terme.

Enfin, la surproduction de produits de remplacement pose des problèmes quant à l’exploitation massive des ressources de la planète. Est-il raisonnable, sur le long terme, de limiter volontairement la durée de vie d’un produit alors que nous avons les capacités techniques de le faire durer beaucoup plus longtemps ?

Dans une perspective iconoclaste, ne peut-on pas considérer l’éducation, universitaire ou non, comme une fabrique de travailleurs. Elle crée des personnes aux connaissances relativement similaires à un rythme soutenu. Pour la très grande majorité, elle crée des êtres dans le seul but d’assurer les tâches nécessaires au bon fonctionnement des sociétés qui les ont formés. Et cela, pour une durée assez bien déterminée selon les pays. Chez nous, c’est environ 85 ans pour la femme et 80 ans pour l’homme. L’être humain dans nos « sociétés développées » serait-il amené à devenir lui aussi un produit à obsolescence programmée ?

Ne peut-on pas même entrevoir aussi des effets pervers d’un point de vue écologique ?

En effet, outre le fait qu’elle engendre des dépenses supplémentaires pour les consommateurs, l’obsolescence programmée produit un flux ininterrompu de déchets dus à la mise au rebut de produits obsolètes ou non fonctionnels, mais aussi issus de la production massive de produits de remplacement. La quantité de déchets générés pose d’énormes problèmes quant à leur traitement ou stockage, généralement dans des pays du Tiers monde.

Dans les pays occidentaux, la population peste contre des produits bas de gamme qu’il faut remplacer sans arrêt tandis qu’au Ghana, elle s’exaspère de ces déchets informatiques qui arrivent par conteneurs !

Néanmoins, au plan strictement économique, le modèle de l’obsolescence programmée n’est pas dénué de pertinence. Il n’est pas exclu, même, que les consommateurs en bénéficient, au moins indirectement, par les innovations qu’il permet de rendre profitables.

Mais l’idée d’une industrie « tournant toujours plus vite » est, aujourd’hui, mal perçue. Si l’obsolescence programmée se présente, sous la forme écologiquement séduisante, de l’économie circulaire, l’optimisme a fait place au doute, au moins dans les pays avancés. L’idée de la finitude des ressources fait à nouveau son chemin.

N’est-il pas paradoxal qu’alors que les capitaux manquent pour financer la transition écologique, les entreprises investissent des sommes et une énergie considérables pour fabriquer des produits délibérément défectueux ! C’est là, un démolissage prédateur, à mille lieues de la « destruction créatrice » vantée par Schumpeter !

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 07/06/2019 - 01:17
Et invendus de la politique ?
Ils vont les recycler ?
Benvoyons
- 06/06/2019 - 10:59
Quand tu achètes un PC tu as une alimentation qui
prend le secteur & le transforme en différents CC. Si tu veux une bonne durée de vie de cette alimentation il vaut mieux laisser ton PC allumé, alors qu'écologiquement il te faut éteindre le PC pour éviter la consommation électrique. Mais le fait d'éteindre & d'allumer va réduire le temps d'utilisation de cette alimentation & qu'il te faudra donc changer plus souvent. Honnêtement je préfère laisser allumer car le temps de faire la maintenance me sera plus préjudiciable.
J'accuse
- 06/06/2019 - 10:25
C'est la demande qui crée du gaspillage
Depuis l'Âge de pierre, toutes les technologies deviennent obsolescentes tôt ou tard: le progrès est une donnée de base.
L'expression "obsolescence programmée" est donc une absurdité, et obsolescent ne veut pas dire "en panne".
Non seulement nous avons tous chez nous des machines obsolescentes, mais même nous les achetons neuves de préférence aux dernières nées: toujours très chères et sans besoin des nouvelles fonctionnalités.
Pour proposer des produits très bon marché, les fabricants utilisent des composants peu fiables qui peuvent provoquer des pannes prématurées; mais qui exige des produits à bas prix sinon le consommateur, qui va après se plaindre des pannes ?
Si vous voulez un produit qui ne tombe pas rapidement en panne, n'achetez pas le premier prix. Il est préférable de prendre un crédit conso auprès de sa banque pour acheter un bon produit: ça revient moins cher au final, coût du crédit inclus, et ça réduit le gaspillage.