En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 23 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 15 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 16 heures 13 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 18 heures 30 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 19 heures 31 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 21 heures 4 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 21 heures 17 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 14 heures 7 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 15 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 16 heures 10 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 17 heures 57 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 20 heures 12 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 20 heures 58 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 21 heures 5 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 21 heures 23 min
© PASCAL PAVANI / AFP
© PASCAL PAVANI / AFP
Rebuts de la société

Interdiction de l’élimination des invendus : une idée non seulement inefficace mais économiquement ravageuse

Publié le 06 juin 2019
La destruction des invendus non alimentaires (vêtements, électroménager, produits d'hygiène ou de beauté etc.) va être interdite d’ici deux à quatre ans en France, a annoncé, mardi 4 juin, Edouard Philippe.
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La destruction des invendus non alimentaires (vêtements, électroménager, produits d'hygiène ou de beauté etc.) va être interdite d’ici deux à quatre ans en France, a annoncé, mardi 4 juin, Edouard Philippe.

Atlantico : La destruction des invendus non alimentaires (vêtements, électroménager, produits d'hygiène ou de beauté etc.) va être interdite d’ici deux à quatre ans en France, a annoncé, mardi 4 juin, Edouard Philippe. La mesure figurera dans le projet de loi anti-gaspillage et pour une économie circulaire présenté en juillet au Conseil des ministres. Si la volonté d’éviter le gaspillage est louable, une telle mesure ne risque-t-elle pas de faire peser d’importants risques sur les entreprises et nos économies ?

Michel Ruimy : Tout d’abord, un chiffre. Aujourd’hui, ce sont, chaque année, plus de 600 millions d’euros de produits non alimentaires neufs et invendus qui sont jetés ou détruits.

Le dispositif initié par le gouvernement vise à imposer aux entreprises de donner ces marchandises ou de les recycler, à partir de fin 2021 ou de fin 2023 suivant les cas, en complément aux mesures déjà adoptées, ces dernières années, contre le gaspillage alimentaire.

Concrètement, il ne s’agit pas de leur interdire de revendre par ailleurs mais plutôt de les inciter à ne pas détruire, à ne pas gaspiller. Une nouvelle histoire de « patate chaude » est peut-être en train de se créer (Lorsque nous avons dans nos mains une pomme de terre qui sort du four, elle est si chaude que nous ne pouvons la garder, nous devons la passer à une tierce personne).

Pour les entreprises, notamment pour celles qui disposent d’une chaîne d’approvisionnement, la question cruciale va être la gestion des stocks et le respect du modèle « juste à temps » (just in time) qui vise à minimiser les stocks et les en-cours de fabrication. Si l’entreprise a une base internationale, ceci demande, en plus, de devoir harmoniser le travail des sous-traitants, situés dans différents pays. Cette législation va, au final, les inviter à repenser leur schéma de fabrication, ce qui demande des investissements et du temps et surtout risque de leur faire changer de modèle économique ! Car le vrai sujet est le « coût complet » de la production des marchandises. Aujourd’hui, la dimension « écologique » des modèles économiques est payée par les générations futures.

En outre, certains risques pervers sont latents. Tout d’abord, le travail à flux tendus nécessite des livraisons en petites quantités et donc des transports plus fréquents. Les autoroutes européennes risquent de devenir des entrepôts géants, polluants avec des chauffeurs en tension perpétuelle. Ensuite, les stocks de marchandises risquent d’être décentralisés vers des pays non réglementés. Ainsi, certaines entreprises peuvent avoir, ici, les « mains propres » et salir, ailleurs. Et ceci, sans scrupules… Enfin, devant la possibilité d’un échec commercial, les firmes seront moins incitées à innover, ce qui peut conduire, in fine, à une intensification de la concurrence.

En définitive, il n’y a que le consommateur qui doit se demander, aujourd’hui, ce qui relève du besoin et de l’envie pour éviter d’entretenir le système actuel de tentation qui engrange en toute logique quantité d’invendus...

Si cette législation peut être à l’origine de nouvelles technologies et industries spécialisées dans le recyclage, on peut s’interroger sur le « bilan carbone » de ce recyclage et sur le coût supporté par les entreprises et donc par le consommateur.

La question de l’obsolescence programmée qui anime ce débat n’est-elle pas inhérente au fonctionnement de notre économie ?

L’obsolescence programmée est un concept de production industrielle consistant à créer un produit dont la durée de vie est volontairement limitée. Mais, il convient de ne pas la confondre avec le vieillissement programmé. Dans le premier cas, le produit est encore parfaitement fonctionnel mais a perdu sa compétitivité par rapport à des produits plus récents. Dans le second, il n’est plus fonctionnel.

Les adeptes de ces stratégies prétendent que ces techniques dynamisent le marché et créent des conditions favorables aux entreprises innovantes. Connaître (et provoquer) la fin de vie d’un produit permet d’anticiper et de prévoir l’évolution des ventes sur le long terme, ce qui réduit les risques économiques et facilite la planification des investissements industriels. L’avantage ne concerne que le producteur. Le consommateur n’y a aucun intérêt puisqu’il doit racheter, plus souvent, un produit assurant les mêmes fonctions.

Dès lors, on peut se demander si ces stratégies ne sont pas la conséquence logique de l’industrie de masse, inhérente au fonctionnement de notre économie. Les quantités de produits mis sur le marché sont telles qu’il n’y a pas assez de consommateurs pour tout acheter. L’obsolescence ou le vieillissement programmé permettent « facilement » aux industries de renouveler leurs marchés avec le même volume de consommateurs et de « redynamiser » un marché saturé. C’est une solution au problème de la surproduction et une manière illusoire de favoriser un renouvellement illimité des biens. Dans une société basée sur le principe de « la croissance pour la croissance », l’obsolescence programmée a sa place. On peut par contre se demander si cette vision est valide sur le long terme.

Enfin, la surproduction de produits de remplacement pose des problèmes quant à l’exploitation massive des ressources de la planète. Est-il raisonnable, sur le long terme, de limiter volontairement la durée de vie d’un produit alors que nous avons les capacités techniques de le faire durer beaucoup plus longtemps ?

Dans une perspective iconoclaste, ne peut-on pas considérer l’éducation, universitaire ou non, comme une fabrique de travailleurs. Elle crée des personnes aux connaissances relativement similaires à un rythme soutenu. Pour la très grande majorité, elle crée des êtres dans le seul but d’assurer les tâches nécessaires au bon fonctionnement des sociétés qui les ont formés. Et cela, pour une durée assez bien déterminée selon les pays. Chez nous, c’est environ 85 ans pour la femme et 80 ans pour l’homme. L’être humain dans nos « sociétés développées » serait-il amené à devenir lui aussi un produit à obsolescence programmée ?

Ne peut-on pas même entrevoir aussi des effets pervers d’un point de vue écologique ?

En effet, outre le fait qu’elle engendre des dépenses supplémentaires pour les consommateurs, l’obsolescence programmée produit un flux ininterrompu de déchets dus à la mise au rebut de produits obsolètes ou non fonctionnels, mais aussi issus de la production massive de produits de remplacement. La quantité de déchets générés pose d’énormes problèmes quant à leur traitement ou stockage, généralement dans des pays du Tiers monde.

Dans les pays occidentaux, la population peste contre des produits bas de gamme qu’il faut remplacer sans arrêt tandis qu’au Ghana, elle s’exaspère de ces déchets informatiques qui arrivent par conteneurs !

Néanmoins, au plan strictement économique, le modèle de l’obsolescence programmée n’est pas dénué de pertinence. Il n’est pas exclu, même, que les consommateurs en bénéficient, au moins indirectement, par les innovations qu’il permet de rendre profitables.

Mais l’idée d’une industrie « tournant toujours plus vite » est, aujourd’hui, mal perçue. Si l’obsolescence programmée se présente, sous la forme écologiquement séduisante, de l’économie circulaire, l’optimisme a fait place au doute, au moins dans les pays avancés. L’idée de la finitude des ressources fait à nouveau son chemin.

N’est-il pas paradoxal qu’alors que les capitaux manquent pour financer la transition écologique, les entreprises investissent des sommes et une énergie considérables pour fabriquer des produits délibérément défectueux ! C’est là, un démolissage prédateur, à mille lieues de la « destruction créatrice » vantée par Schumpeter !

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 07/06/2019 - 01:17
Et invendus de la politique ?
Ils vont les recycler ?
Benvoyons
- 06/06/2019 - 10:59
Quand tu achètes un PC tu as une alimentation qui
prend le secteur & le transforme en différents CC. Si tu veux une bonne durée de vie de cette alimentation il vaut mieux laisser ton PC allumé, alors qu'écologiquement il te faut éteindre le PC pour éviter la consommation électrique. Mais le fait d'éteindre & d'allumer va réduire le temps d'utilisation de cette alimentation & qu'il te faudra donc changer plus souvent. Honnêtement je préfère laisser allumer car le temps de faire la maintenance me sera plus préjudiciable.
J'accuse
- 06/06/2019 - 10:25
C'est la demande qui crée du gaspillage
Depuis l'Âge de pierre, toutes les technologies deviennent obsolescentes tôt ou tard: le progrès est une donnée de base.
L'expression "obsolescence programmée" est donc une absurdité, et obsolescent ne veut pas dire "en panne".
Non seulement nous avons tous chez nous des machines obsolescentes, mais même nous les achetons neuves de préférence aux dernières nées: toujours très chères et sans besoin des nouvelles fonctionnalités.
Pour proposer des produits très bon marché, les fabricants utilisent des composants peu fiables qui peuvent provoquer des pannes prématurées; mais qui exige des produits à bas prix sinon le consommateur, qui va après se plaindre des pannes ?
Si vous voulez un produit qui ne tombe pas rapidement en panne, n'achetez pas le premier prix. Il est préférable de prendre un crédit conso auprès de sa banque pour acheter un bon produit: ça revient moins cher au final, coût du crédit inclus, et ça réduit le gaspillage.