En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 4 heures 59 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 5 heures 58 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 10 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 12 heures 7 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 15 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 15 heures 43 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 16 heures 13 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 16 heures 50 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 5 heures 11 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 9 heures 14 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 11 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 12 heures 28 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 14 heures 26 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 14 heures 50 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 15 heures 22 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 15 heures 53 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 16 heures 30 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 17 heures 8 sec
© ED OUDENAARDEN / ANP / AFP
© ED OUDENAARDEN / ANP / AFP
Le meilleur des mondes

Arrêter de soigner les personnes âgées pour préserver la planète : bienvenue dans le monde merveilleux des écologistes néerlandais

Publié le 05 juin 2019
Une députée écologiste néerlandaise a provoqué un tollé en proposant de réduire les soins pour les plus de 70 ans.
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une députée écologiste néerlandaise a provoqué un tollé en proposant de réduire les soins pour les plus de 70 ans.

Atlantico : Une députée écologiste néerlandaise a provoqué un tollé en proposant de réduire les soins pour les plus de 70 ans. Cette députée jure que sa proposition n’est pas guidée par des motivations économiques. Pourtant il y a là quelque chose de contestable. Pourquoi ?

Bertrand Vergely : En Angleterre, actuellement, la médecine britannique a décidé de ne pas se lancer dans des opérations chirurgicales lourdes à partir d’un certain âge. En France, quand certaines personnes âgées sont atteintes d’un cancer à évolution lente, d’une façon générale, les médecins décident de ne pas proposer à ces personnes des chimiothérapies.  En Angleterre comme en France, quand les médecins décident de ne pas pratiquer des traitements lourds afin de soigner les personnes âgées, ce n’est pas du cynisme de leur part ni une volonté d’en finir de façon brutale, mais une réaction de sagesse. Il est fatigant de se soigner. Toute opération génère un choc. Parfois, certaines personnes âgés meurent parce qu’elles suivent un traitement fatigant ou parce qu’elles subissent un choc après une opération. D’où ce paradoxe : il arrive à la médecine de soigner en freinant la médecine.

Dans le cas de la députée néerlandaise et de sa proposition, il faut voir deux choses.

D’abord, une volonté de freiner la médecine en invitant celle-ci à un peu de décroissance. Ce qui n’est pas idiot. Le capitalisme est guidé par une quête effrénée de progrès et de profit. La médecine a tendance aujourd’hui à calquer ce modèle en devenant une médecine non seulement de performance mais de prouesse. Le médecin devenant un virtuose de la chirurgie et du traitement, on aboutit à des drames. Hyper-compétents, hyper-brillants, les médecins parviennent à faire vivre des patients qui en un autre temps seraient morts. Comme on dit, ils ont l’art de rattraper ces patients  par les cheveux. Quand un patient peut vivre une vie vivable, tant mieux, bravo, chapeau. Respect et admiration pour le médecin-artiste et le chirurgien-virtuose. Mais, quand, comme dans le cas de Vincent Lambert, le génie médical et opératoire conduit à faire vivre à un patient une vie qui n’est pas vivable, on s’interroge. Le progrès infini en médecine comme le profit infini en économie est-il souhaitable ?

On pensait jusqu’à présent que l’écologie concernait uniquement la sphère économique. Or, avec la proposition de la députée écologiste néerlandaise, voilà que celle-ci s’invite dans le domaine de la médecine en proposant une décroissance médicale et non plus économique. Ce qui est totalement nouveau.

Autre aspect de la proposition de la députée néerlandaise. Jusqu’à présent, c’était la droite  qui tenait des propos malthusiens en déclarant qu’il y a trop d’humains sur la planète. C’était elle qui se déclarait favorable à l’euthanasie en pensant que la vieillesse délabrée est trop longue et trop coûteuse. Or, voilà qu’une députée écologiste de gauche renouvelle cette thématique  en lui donnant des couleurs écologiques.

À la base de cette révolution, une idée simple : ce n’est pas la vieillesse et les vieux qu’il convient d’attaquer et de mettre en question. Les pauvres ! Ils sont déjà assez accablés comme ça ! Ne les accablons pas davantage ! C’est le pouvoir médical qu’il importe de questionner.

Qui fait que la vieillesse est si lourde à porter ? Les vieux ? La vieillesse ? Non. Ce sont les jeunes et, derrière eux, le capitalisme avec sa dynamique de progrès et de performance. C’est parce que les jeunes ont décidé de s’éclater en se lançant dans une médecine du brio, de la prouesse et de la performance, que la vieillesse et les vieux éclatent.

Dernièrement, dans l’ouvrage qu’ils ont consacré à  l’Intelligence Artificielle et à la guerre qui se joue au niveau mondial à ce sujet, Laurent Alexandre et Jean-François Coppée ont dit en substance : on ne va pas quand même empêcher les chercheurs en informatique de jouer ! On tient là le cœur du problème qui est le nôtre.

Le monde est guidé par le divertissement, disait Pascal Notre monde est guidé par le jeu et notamment le jeu scientifique. La preuve : tout le monde joue. Dans le métro, dans le RER, dans les trains, dans la rue, le jour, la nuit, tout le monde joue. Tout le monde joue parce que le monde est dominé par des joueurs surdoués en Chine et en Amérique qui, chaque jour, inventent de plus en plus de jeux afin que tout le monde joue.

L’homme ludique domine notre monde. En économie, c’est lui qui veut de plus en plus de profits. En médecine, c’est lui qui veut de plus en plus de progrès afin de vivre de plus en plus longtemps pour jouer de plus en plus.

La députée néerlandaise a provoqué une polémique avec se proposition de réduire les soins pour les plus de 70 ans. Cette proposition dérange. Rien de plus normal. Elle révèle l’absence de pensée qui sévit partout.

Normalement, c’est la culture chrétienne qui s’élève contre l’euthanasie et l’absence de soins pour les personnes âgées. Avec la culture chrétienne, c’est la culture démocratique des droits de l’homme qui s’élève contre l’absence de soins donnés aux plus âgés au nom du devoir d’assistance à personnes en danger. Or, que voit-on avec la proposition de la députée écologiste néerlandaise ? Celle-ci explique tout bonnement qu’il va falloir revoir l’approche chrétienne des soins prodigués aux personnes âgées et la culture démocratique d’assistance à personnes en danger, ces deux cultures faisant le jeu de la médecine capitaliste éprise de brio et de prouesse. Que la religion et la morale  fassent le jeu du progressisme ne gêne pas le progressisme. En revanche, cela gêne la religion et la morale. D’où la polémique afin de la faire taire. Ce qui se comprend.

Derrière la polémique que cette proposition a provoquée, qu’y a-t-il en profondeur ?

Il y a un problème qu’il va falloir un jour oser regarder en face.

Nous vivons, guidés par une culture religieuse et morale fondée sur la loi. Dans cette culture, il est dit que s’agissant de la vie, il est possible de savoir ce qu’elle est. Comme il est possible de savoir ce qu’elle est, il est possible de régler la vie par des lois  applicables à tous. S’agissant de la vieillesse et de la mort, il est ainsi pensé que l’on peut savoir ce que sont celles-ci et, à partir de ce savoir, ol est possible d’instituer des lois qui règlent les questions qu’elles posent.

Jusqu’à présent, la culture a reposé sur l’idée que la vie est bonne et qu’il faut la protéger. Problème toutefois : que veut dire protéger ? Protéger qui et protéger comment ?

Tant que la médecine n’a pas été capable de guérir en faisant preuve de performance et de prouesse, cela n’a pas posé problème. Protéger n’avait pas de conséquences dramatiques. Cela n’obligeait pas quelqu’un à vivre. Quand, toutefois, la médecine est devenue performante, les choses ont changé. Des cas sont apparus où, en sauvant quelqu’un et donc en ne le condamnant pas à mort, on le condamnait à vie. Témoin le cas Vincent Lambert. D’où cette question : que faire ?

Depuis des années, on ne sait pas quoi faire. Comme on veut protéger la vie parce qu’il est bon de la protéger, mais comme on veut que la vie soit vivable et pas simplement conservée, on oscille entre la loi qui protège la vie et l’euthanasie qui défend la vie vivable.

La vie ? La vie vivable ? La vie vivable ? La vie ? On ne sait pas quoi faire. Rien d’étonnant à cela : on veut généraliser. On veut trouver une loi valable une fois pour toutes qui règle la question.

Disons le nettement : c’est impossible. Prenons la proposition de la députée néerlandaise. Quand elle propose d’arrêter les oins après 70 ans, pourquoi généralise-t-elle ? Il y a des gens qui, après 70 ans, sont en pleine forme. Il n’y a aucun sens à ne pas vouloir les soigner. En revanche, par fois, à 50 ans, il est inutile de vouloir soigner. Nous avons du mal à penser ainsi parce que nous avons du mal à accepter de ne pas savoir en avançant au coup par coup. En France, cette difficulté vient de ce que la France n’est pas une terre où l’on se concerte et dans laquelle on a l’habitude de dialoguer.

La question de la fin de vie relève aujourd’hui de l’indécidable et lindécidable du cas par cas. Nul ne peut savoir a priori ce qu’il faut faire. Conserver la vie copute que copute ? Arrêter les soins après 70 ans ? L2galiser l’euthanasie ? Nous ne savions pas. Nous cherchons la règle miracle sans parvenir à la trouver. Ce qui est un signe.

La vie se crée en permanence à chaque instant. La règle pour la vie  est de ce fait celle de la vie même. C4est en vivant la vie de ‘intérieur que l’on sait la bonne règle. Pour avoir accompagné ma mère  j’ai pu vérifier la pertinence de cette attitude. Personne ne sait le jour ni l’heure, disaient les médecins. Tant que l’on ne sait ni le jour ni l’heure, nous soignons. Quand on connaît le jour et l’heure, on arrête de s’obstiner. Cette démarche est sage. Elle montre que la règle à propos de la vie est dictée par la vie même de l’intérieur de la vie.

La façon dont notre époque perçoit la mort est-elle problématique ?  

La façon dont on aborde la mort aujourd’hui est inséparable de la façon dont on aborde la vie. À cet égard, notre époque oscille entre deux rapports à la vie. D’un côté, il y a la vie vivante, de l’autre la vie vivable. Quand il est question de la vie vivante, on a, comme principe, de la conserver. Quand il est question de la vie vivable, le principe est de la supprimer.  

Le refus de l’euthanasie repose sur la conservation de la vie vivante, alors que l’euthanasie repose sur la suppression de la vie au nom de la vie vivable. L’idéal serait que l’on puisse vivre à la fois la vie vivante et la vie vivable. En gros, c’est le cas pour la majorité des humains que nous sommes. En conservant la vie, nous conservons une vie vivable. En retour, la vie vivable que l’on vit ne remet pas en cause la vie vivante. Tout change quand on a affaire à des cas extrêmes.

Il arrive qu’en voulant conserver la vie vivante, en fait on rende la vie invivable. Témoin le cas Vincent Lambert. Inversement, il arrive qu’en voulant supprimer la vie invivable au nom de la vie vivable, on remette en question le principe de la conservation de la vie.

Ce dilemme à propos de la vie et de la mort n’est pas étonnant. Le rapport que l’on a avec celles-ci est  purement extérieur et technique. Nous ne sommes pas dans la vie mais dans l’usage de la vie et étant dans l’usage de la vie nous réfléchissons sur la commodité. Ainsi, il est commode que l’on puisse protéger la vie et la conserver, mais il est également commode que la vie soit vivable. Aussi cherche-ton à allier la conservation commode de la vie avec la commodité de sa vivabilité.

Il nous manque de savoir être dans l’esprit de la vie et de la mort et pas simplement dans leur usage. « Nul ne sait ce que peut le corps », dit Spinoza. Qui sait e que peut l’esprit de la vie ? Qui sait ce que peut l’esprit de la vie ?  Marie de Hennezel l’a montré dans ses ouvrages. Quand la vie comme la mort sont vécues de façons intimes on voit apparaître des résurrections surprenantes. Ou, à l’inverse, il n’est pas besoin de tuer pour qu’une personne parte. Il ne fait pas négliger les aspects techniques de la vie et de la mort. Mais ne néglige-t-on pas beaucoup l’esprit de la vie et de la mort ? N’est-ce pas pour cela que, dans nos sociétés modernes et démocratiques, la mort est tellement problématique ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 07/06/2019 - 18:33
@Edac44
Autant il faut laisser à chacun la possibilité légale de choisir son euthanasie personnelle ,qui est l'expression de la liberté ultime des non croyants, autant imposer la suppression des humains à partir d'un certain âge( cela fut pratiquée ) s'appelle de la barbarie . Les écolos au nom d une nouvelle religion semblent bien décider à arriver; avec" le temps, à pratiquer ces horreurs.
D'ailleurs témoignage d'aujourd'hui ,dans un hôpital public de la Région Parisienne , après un diagnostic trop ,trop tardif d'une maladie que l'on croyait quasi disparue la fièvre de Malte , ;une dame de 80 ans est fortement handicapée et devra avoir de longs mois de rééducation/ On va la virer de l'hopital en lui disant après 80 ans on ne soigne plus.......conclusion ? si vous êtes riches les clinique vous attendent , si vous êtes pauvres....Seulement voila une maison médicalisée coûte entre 3 et 4000 euros /mois que la retraitéé n'a pas les moyens de payer, ni la famille ...Aux dernières nouvelles la solution serait de partir à l'étranger , ça couterait moins cher ... Mais pendant ce temps là nous accueillons la misère du monde au nom de la charité mondiale.. ?????????
edac44
- 07/06/2019 - 11:58
Le fascisme vert, un religion piège à cons comme les autres
Effectivement, comme l'ont écrit certains ci-dessous, MORT AUX CONS résoudrait bien le problème de la surpopulation planétaire et il n'est pas sûr que les "vieux" fassent majoritairement partie de l'hécatombe.
Sommes nous trop nombreux sur cette planète ?
==> http://bit.ly/2WmQ9ph
Ou faut-il raccourcir la durée de vie des terriens sur Terre, genre "soleil vert" ?
voire limiter le nombre des naissances ?
Oui,
la vieillesse coûte cher et la dernière année de vie des "vieux" coûte souvent tout autant que durant toute leur existence,
c'est un fait mais c'est aussi ce qui nous distingue du règne animal que de savoir prendre en compte les exigences du vivre ensemble.
Ceci dit,
l'acharnement thérapeutique à la gloire de la médecine triomphante doit être combattue au même titre que l'intégrisme religieux,
les "Vincent Lambert" sont une erreur de jugement de la médecine, ce cas n'aurait jamais dû exister.
Les 1700 décérébrés,
véritables légumes irrécupérables dont le prix de journée atteint les 2000 euros/jour
coûtent plus d'un milliard deux cent cinquante millions d'euros au contribuable français et chaque année,
cela ne fait qu'augmenter.
Cherchez l'erreur
moneo
- 06/06/2019 - 19:28
@Cloette
Contrairement à ce que vous pensez les religieux tiennent les lois sociétales
Peine de mort c'est non , choix volontaire de l'euthanasie c'est non ,partout les religions sont aux manettes:aux USA loi anti avortement et pareil partout ou les catholiques ou i les musulmans sont majoritaires
Quant à l'écologie c'est la nouvelle religion chargée de suppler la religion communiste en voie disparition pour cause de mensonges universels..en écologie il ya des dogmes et toutes pesronne les refusant doit être mis au banc des accusés:la science, avec le doute , n'a pas sa place en écologie