En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

07.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

ça vient d'être publié
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 39 min 22 sec
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 11 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 13 heures 8 min
pépites > International
Lutter contre un retour du virus
Covid-19 : la Chine décide de fermer temporairement ses frontières aux étrangers
il y a 16 heures 19 min
light > France
Changement d’heure
Malgré le confinement, n’oubliez pas le passage à l’heure d’été ce week-end
il y a 18 heures 4 min
pépites > Politique
Face à la vague
Covid-19 : Edouard Philippe alerte contre "la vague extrêmement élevée" qui "déferle"
il y a 19 heures 4 min
décryptage > Politique
Ami entends-tu...

Et Didier Guillaume lança un appel à l'armée des ombres !

il y a 20 heures 27 min
pépites > Europe
Nouvelle personnalité
Royaume-Uni : le Premier ministre Boris Johnson a été testé positif au coronavirus
il y a 21 heures 7 min
décryptage > Politique
Conséquences politiques

Philippe Gosselin : "Nous avons refusé que l’équivalent des pleins pouvoirs soient votés pour le Premier ministre. Mais nous devons rester vigilants"

il y a 23 heures 12 min
décryptage > Justice
Responsabilités

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

il y a 23 heures 38 min
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 54 min 54 sec
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 12 heures 35 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 15 heures 16 min
pépites > Politique
Deux semaines de plus
Coronavirus : Edouard Philippe officialise le prolongement du confinement jusqu’au 15 avril
il y a 16 heures 45 min
pépites > Religion
"Urbi et Orbi"
Vatican : le pape François va présider une prière planétaire et bénir le monde entier face au Covid-19
il y a 18 heures 29 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le bulldog baille et quand les clous d’or piquent le ciel : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 19 heures 40 min
pépite vidéo > Santé
Immense tristesse
Julie, 16 ans, est la plus jeune victime du Covid-19 en France
il y a 20 heures 37 min
décryptage > Europe
Commission européenne

Union européenne : l’intérêt général otage des bien-pensants ?

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Social
Impact de la crise sanitaire

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

il y a 23 heures 28 min
décryptage > Politique
Effet boule de neige

Le gouvernement est-il allergique au principe de responsabilité ?

il y a 1 jour 37 sec
© FRANCE PRESSE VOIR / AFP
© FRANCE PRESSE VOIR / AFP
Bonnes feuilles

Germania : le projet architectural démesuré d’Hitler pour Berlin

Publié le 01 juin 2019
François Kersaudy et Yannis Kadari publient "Les derniers secrets du IIIe Reich" aux éditions Tempus. Les deux auteurs entraînent le lecteur dans une nouvelle plongée au cœur des arcanes du régime hitlérien. Ils révèlent les dessous d'un univers terrifiant. Extrait 1/2.
Le professeur François Kersaudy, historien polyglotte et biographe de Churchill, Goering et Mountbatten, est aussi l’auteur du seul ouvrage au monde sur les relations entre De Gaulle et Churchill (Perrin). Dans la collection "Maîtres de Guerre", il a...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yannis Kadari est le fondateur et dirigeant du groupe de presse Caraktère, qui publie cinq magazines d'histoire militaire. Il a écrit une biographie du général Patton parue dans la collection " Maîtres de Guerre "
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Kersaudy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le professeur François Kersaudy, historien polyglotte et biographe de Churchill, Goering et Mountbatten, est aussi l’auteur du seul ouvrage au monde sur les relations entre De Gaulle et Churchill (Perrin). Dans la collection "Maîtres de Guerre", il a...
Voir la bio
Yannis Kadari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yannis Kadari est le fondateur et dirigeant du groupe de presse Caraktère, qui publie cinq magazines d'histoire militaire. Il a écrit une biographie du général Patton parue dans la collection " Maîtres de Guerre "
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Kersaudy et Yannis Kadari publient "Les derniers secrets du IIIe Reich" aux éditions Tempus. Les deux auteurs entraînent le lecteur dans une nouvelle plongée au cœur des arcanes du régime hitlérien. Ils révèlent les dessous d'un univers terrifiant. Extrait 1/2.

Quel que soit l’avis des doctes professeurs de l’Académie des beaux-arts de Vienne, Adolf Hitler n’a jamais cessé de se considérer comme un architecte a. En septembre 1917, au beau milieu de la Grande Guerre, cet Autrichien devenu Munichois demande à passer sa première permission à Berlin ; c’est qu’il veut absolument découvrir l’architecture de la capitale, dont il s’était fait une très haute idée. Il en reviendra plutôt déçu, et cette impression sera durable, si l’on en croit Otto Dietrich, un des membres de son proche entourage : « Avant de devenir maître du Reich en 1933, Hitler a sérieusement envisagé de faire de Munich la capitale du Reich, ou encore de construire un tout nouveau siège du gouvernement quelque part au cœur de l’Allemagne. » Mais une fois au pouvoir, les problèmes politiques et économiques l’ont suffisamment accaparé pour qu’il renonce à ce projet… afin de se concentrer sur la transformation complète de Berlin, destinée à être rebâtie à la mesure de l’immense empire qu’il aura conquis : « Berlin, en tant que capitale mondiale, ne pourra se comparer qu’à l’ancienne Égypte, à Babylone ou à Rome ; qu’est-ce que Londres, qu’est-ce que Paris, à côté de cela ? » 

De fait, l’ambition du Führer est d’offrir au Grand Reich germanique une capitale digne de son prestige reconquis. Depuis le milieu des années 30, il y travaille constamment avec son architecte préféré, le jeune Albert Speer, auquel il confie : « Berlin est une grande ville, mais pas une métropole. Regardez Paris, la plus belle ville du monde, ou même Vienne. Voilà des villes qui ont une unité ! Mais Berlin n’est qu’un amas anarchique de maisons. Il faut que nous coiffions Paris et Vienne. » 

Welthauptstadt Germania  : c’est ainsi qu’Hitler veut appeler le Berlin de l’avenir. Ce sera l’occasion de donner une seconde naissance à cette ville, dont les habitants à l’humour volontiers impertinent n’épargnent pas le parti nazi et ses hiérarques : les Berlinois ne sont-ils pas à l’origine du sobriquet de « faisan doré », désignant les hauts fonctionnaires du NSDAP à l’uniforme brun paré de dorures ? N’ont-ils pas donné le surnom de « Meyer » à Goering, parce que celui-ci s’était bien imprudemment engagé à se nommer ainsi au cas où une seule bombe ennemie tomberait un jour sur la capitale ? Ainsi, raser Berlin pour construire Welthauptstadt Germania fournira également un prétexte idéal pour mettre au pas l’insolente population berlinoise – dont une partie devra d’ailleurs être déplacée, pour aller coloniser les territoires qu’il rêve de conquérir à l’est… 

Ce fantasme mégalomaniaque s’inscrit d’ailleurs dans un plan d’urbanisme global, puisque quatre autres villes d’Allemagne et d’Autriche doivent aussi être reconstruites, afin que chacune rayonne sur le monde  : Hambourg sera la capitale commerciale et maritime du Reich, Munich celle du mouvement national-socialiste, Nuremberg la capitale du parti nazi, et Linz la capitale mondiale de la culture et des arts – avec notamment un gigantesque Führermuseum consacré à l’art germanique.

 À l’été de 1936, Adolf Hitler confie le projet de Germania à Albert Speer, promu au rang de « premier architecte du Reich ». Au cours de leurs nombreuses réunions de travail à la chancellerie, les deux hommes étudient le moindre détail de chaque rue et de chaque bâtiment ; ils tracent des plans et font construire des maquettes pour juger des perspectives. Amoureux des arts, le dictateur entend s’inspirer des merveilles du monde et des édifices les plus majestueux des capitales du globe. Un seul mot d’ordre : plus haut, plus gros, plus grand, plus beau. Les monuments de Germania doivent dépasser en splendeur et en taille tout ce que l’homme a été capable de bâtir jusque-là… 

Il est vrai que le chantier est pharaonique. Obnubilé par les grandes cités antiques, Hitler exige que Germania soit érigée selon un axe nord-sud, alors que Berlin s’est construite sur un axe ouest-est en raison du cours de la Spree, la rivière qui traverse la ville. L’oukase hitlérien implique donc, outre le détournement de la Spree, de réaliser d’innombrables percées, de détruire des milliers de bâtiments et de revoir totalement la structure des réseaux ferroviaires, au besoin en déplaçant les gares ! Speer est donc officiellement chargé le 30 janvier 1937 de la plus grande « mission architecturale » jamais confiée par le Führer. Affublé du titre d’inspecteur général de la Construction, l’homme est investi par décret de pouvoirs étendus qui dépassent ceux du bourgmestre-gouverneur de Berlin, Ludwig Steeg, et même ceux du Gauleiter de Berlin, Joseph Goebbels ! Dans les faits, Speer n’a de comptes à rendre qu’à Hitler. 

L’architecte s’installe avec son équipe dans le bâtiment de l’Académie des arts, sur la Pariser Platz ; l’immeuble est proche de la chancellerie, ce qui facilite les réunions de travail entre l’architecte et son maître d’ouvrage. Speer répartit ses collaborateurs en trois services : une agence de planification chargée de l’aménagement de Germania, un bureau central s’occupant des questions financières, juridiques et administratives, et enfin un office général de la construction responsable de la voirie, des travaux de démolition et de la coordination avec les entreprises sélectionnées pour travailler sur le chantier. L’exécution des monuments phares de la mégalopole est évidemment confiée aux meilleurs architectes de toute l’Allemagne, tels Wilhelm Kreis, Paul Bonatz, German Bestelmeyer, Peter Behrens, mais aussi les sculpteurs Arno Breker et Josef Thorak. Avant que la guerre n’éclate, Speer promet à son Führer une inauguration de Germania pour l’année 1950. 

La SS est elle aussi sollicitée : des milliers de détenus seront sortis des camps de concentration de Flossenbürg et de Mauthausen pour extraire et tailler les blocs de granit nécessaires aux constructions. Dans le même temps, on ouvrira sur le canal Oder-Havel le camp « Klinkerwerk », une annexe de celui de Sachsenhausen, qui fera office de briqueterie au profit de Germania. Des moyens financiers et logistiques colossaux sont mobilisés pour faciliter les choses : une commande de plus de 30 millions de reichsmarks est ainsi passée par Speer auprès de fournisseurs de pierre de Norvège, de Finlande, de Suède, des Pays-Bas, de Belgique et d’Italie. Et pour transporter ces cargaisons, l’architecte en chef établira ses propres chantiers navals à Wismar et à Berlin, afin de construire une flotte de mille péniches de 500 tonnes de charge utile ! 

Le coût total de cette entreprise titanesque est évalué par Speer à environ 6 milliards de reichsmarks, ce qui semble optimiste en regard du prix de certains monuments. Pour alléger le poids des dépenses, l’architecte prévoit une dotation annuelle de 500 millions de reichsmarks, ce qui représente, selon ses dires, un vingt-cinquième du total des dépenses de construction en Allemagne à cette époque. Pour lui, l’effort n’est donc pas insurmontable – à un détail près : au moment où ces calculs savants sont réalisés, le Reich n’est pas en guerre. Hitler, lui, table sur un effort collectif ; chaque ministère et chaque service public allouera une partie de son budget annuel au projet Germania. Des appels aux dons lancés auprès du peuple et des industriels permettront de réunir quelques millions supplémentaires à chaque exercice, tandis que le parti financera sur ses propres fonds la Volkshalle et l’arc de triomphe. En outre, la Deutsche Reichsbahn et la municipalité de Berlin devront elles aussi affecter une part de leur budget annuel à la transformation du réseau de voies ferrées et à l’ouverture des nouvelles routes et lignes de métro. Quant à la main-d’œuvre exploitée par les SS pour construire Germania, il est évident qu’elle ne coûtera rien…

Extrait du livre de François Kersaudy et Yannis Kadari, "Les derniers secrets du IIIe Reich", publié aux éditions Tempus. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

07.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires