En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

04.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

05.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 6 heures 4 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 6 heures 53 min
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 7 heures 54 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 9 heures 23 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 13 heures 15 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 14 heures 25 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 16 heures 20 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 17 heures 3 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 17 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 6 heures 28 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 7 heures 25 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 8 heures 30 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 9 heures 46 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 12 heures 52 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 13 heures 56 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 16 heures 42 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 17 heures 25 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 17 heures 40 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Liberté chérie

Mathieu Laine : « Ça n’est qu’avec une alliance des progressistes non socialistes, des libéraux et des conservateurs non réactionnaires que nous sauverons le monde libre »

Publié le 02 juin 2019
Dans son essai "Il faut sauver le monde libre" publié aux éditions Plon, Mathieu Laine appelle le lecteur à prendre conscience que la fragilité des libertés que nous avons. Entretien.
Mathieu Laine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Laine dirige le cabinet de conseil Altermind.Essayiste, il a publié entre autres le Dictionnaire du Libéralisme (Larousse, Avril 2012), ainsi que le Dictionnaire amoureux de la liberté (Plon, Janvier 2016).Il est aussi l'un des actionnaires...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son essai "Il faut sauver le monde libre" publié aux éditions Plon, Mathieu Laine appelle le lecteur à prendre conscience que la fragilité des libertés que nous avons. Entretien.

Atlantico : Dans votre essai "Il faut sauver le monde libre" (Plon), vous décrivez le monde libre comme un ensemble de "principes essentiels passés au tamis de l'Histoire et structurant notre destinée" : "liberté, propriété, responsabilité, protection de la personne, séparation des pouvoirs, sécurité juridique, démocratie, pluralisme". Selon vous, ces principes seraient aujourd'hui menacés. Le "monde libre" a aussi des failles et subit le poids des tentations populistes ou autoritaires. Pourquoi aujourd'hui ces forces "libérales" ne semblent-elles plus à même de progresser ?

Mathieu Laine : Ces valeurs essentielles qui ont fait le succès de l’Ouest et qui, une fois que certaines d’entre elles ont gagné le Reste du monde, ont permis à ces pays autrefois à la traine de rattraper l’avance prise par l’Occident, nous avons fini, chez nous, par oublier leur essentialité. Ce monde de paix et de prospérité qui a tant contribué à l’amélioration de nos vies, nous avons fini par ne plus y prêter attention. Comme l’air que l’on respire, comme l’eau que l’on boit. C’est en cela que nous sommes devenus, sans pour autant nier les difficultés concrètes auxquelles doivent faire face beaucoup d’entre nous, des citoyens assoupis, des êtres aigris, peureux, envieux,et parfois même des enfants gâtés d’un temps où l’on ne se soucie plus suffisamment des grands principes pour lesquels nos aïeux ont fait couler jusqu’à leur sang. Comme s’ils étaient éternels oupas si importants que cela. C’est là quelque chose d’extrêmement préoccupant. Quand j’étais plus jeune, je ne me souciais pasde la défense du « libéralisme politique ». C’était acquis et les partis dits « de gouvernement » alternaient. Que nous en soyons heureux ou tristes, le soir de l’élection, nous ne risquions pas de basculer collectivement dans tout autre chose. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Sans culpabiliser, ni minimiser les failles réelles de notre monde, sans davantage rejoindre la cohorte de ceux qui, pensant bien faire, se vautrent dans une morgue moralisatrice et attisent de leurs doctes leçons un feu qu’ils croyaient contenir, il m’a paru fondamental de revenir aux racines de ce qui a fondé notre développement pour mieux saisir ce que nous devions à ce monde et ce que nous pourrions perdre si nous lui tournions définitivement le dos.

A l'élection qui s’est tenu dimanche, il est marquant de voir que seulement trois listes françaises se disaient libérales, signe d'une forme d'impopularité du libéralisme. On y voit la guerre du tous contre tous, le manque de solidarité, un dogmatisme... Pourquoi la critique ambiante du libéralisme est-elle, comme vous l'affirmez, infondée ?

Le libéralisme est exagérément caricaturé depuis des décennies. On le confond souvent avec ce qu’il n’est absolument pas : le capitalisme de connivence, la préservation des rentes, les puissants entre eux, le royaume de la finance et un club de grands patrons inhumains toisant le monde en riant tout en tenant de leurs  dents perlées de sang ouvrier un gros cigare fumant. Les politiques, qui agissent ou rêvent d’agir grâce aux outils de l’État, n’aiment par ailleurs pas que le libéralisme propose de réduire les pouvoirs de contrainte de la sphère publique au profit d’une redistribution de ce pouvoir aux personnes elles-mêmes. Ils sont, en l’espèce, en plein conflit d’intérêts. Vous trouverez dans mon livre une longue explication de la nécessité, surtout dans un monde aussi complexe que le nôtre, de ne pas ambitionner de changer l’homme pour le mouler dans un schéma mental préétabli mais de le respecter. C’est tout ce qui fait la différence entre l’ordre artificiel et l’ordre spontané. Et il y a encore beaucoup à faire pour délivrer la pensée de liberté de la charge de caricatures qu’on lui a imposée.

A rebours, vous rappelez que le monde libre a connu d'importants succès. Quels sont les plus importants selon vous ?

La paix, l’allongement de la vie, le recul des maladies, la maitrise des famines, le développement de l’éducation et la réduction considérable de la pauvreté dans le monde. Elle frappait 90% de la population mondiale, nous sommes désormais à 9%. J’ai fait la synthèse des travaux de Pinker, Norberg et autres chercheurs sur le sujet. Cela tord le cou à de nombreuses idées reçues.

Le libéralisme ne subit-il pas aujourd'hui le contre-coup de son succès de 1988, en ce que sa réussite, et  alors lui a peut-être fait oublier l'importance du doute ?

Je ne le pense pas. Il paye essentiellement sa difficulté à faire la pédagogie de ses vertus face à la facilité de conviction des propositions étatistes, qui frisent toujours avec la démagogie volontariste. Le discours « Dormez bien, l’État s’occupe de tout » est d’une efficacité redoutable en terme de conviction politique. Nous gagnerions, clairement, au réveil de l’esprit critique et de la rationalité. 

Aron disait des libéraux qu'ils ont oublié la vertu. N'y a-t-il pas là l'effet d'une forme de déracinement du libéralisme, notamment parce qu'il est devenu progressiste ?

Je ne résume pas le libéralisme à sa déclinaisons progressiste. Il y a dans le progressisme à la fois la très belle idée du progrès des hommes au moyen de l’innovation et au service de l’émancipation et de l’égalités des chances. Mais on y perçoit aussi une part de constructivisme socialiste qui est l’ennemi du libéralisme. A l’inverse, il existe, dans le conservatisme non réactionnaire, une lecture libérale trop souvent ignorée. J’y consacre là encore de longs développements dans mon livre. Nous touchons là au fondement même de ce que j’ai cherché à porter dans cet essai.

Le libéralisme en tant que doctrine politique a particulièrement connu de grandes heures quand il était allié au conservatisme - pensons à l'expansion du marché britannique sous Disraeli au XIXe siècle. Une telle alliance n'est-elle pas souhaitable ?

Dans mon livre, je propose l’alliance des progressistes non socialistes, des libéraux et des conservateurs non réactionnaires contre les dérives autocratiques. Car ce qui nous rassemble est plus important que ce qui nous désunit. Ce n’est qu’ainsi que nous sauverons le monde libre.

A lire aussi sur Atlantico, deux extraits du livre :
Les bénéfices immenses d’un monde fondé sur la liberté face à la radicalisation d’une partie de l’opinion
La nouvelle fièvre protectionniste, cette vieille rengaine dont seuls les citoyens feront les frais

 

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 03/06/2019 - 07:36
LaRem en sorte
Quelle blague, en progression, cet article.
Anouman
- 02/06/2019 - 10:02
Alliance
Pour ce qui est des libéraux je n'ai pas l'impression qu'il y en ait dans le monde politique français où ils sont tous étatistes. Quand aux progressistes et autres pseudo conservateurs ils sont liberticides et ils l'on montré et le montrent encore par les lois qu'ils votent. C'est cette alliance qui est un danger pour le monde libre (pas tant que ça).
clo-ette
- 02/06/2019 - 09:23
du beau monde
Matthieu Laine est conseiller d'E Macron ...