En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 13 min 34 sec
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 4 heures 59 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 17 heures 42 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 19 heures 53 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 21 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 22 heures 23 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 23 heures 21 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 2 heures 22 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 3 heures 59 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 5 heures 11 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 18 heures 52 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 20 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 22 heures 7 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 22 heures 43 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 23 heures 59 min
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Energie

Les énergies renouvelables promues par les Verts n’ont cessé d’alourdir vos factures. Et voilà pourquoi ça n’était que trop prévisible

Publié le 31 mai 2019
En avril, un institut de recherche de l'Université de Chicago dirigé par un ancien économiste de l'administration Obama a découvert que les énergies solaire et éolienne rendaient l'électricité considérablement plus chère aux États-Unis.
Henri Prévot est ingénieur général des Mines. Spécialiste des questions de sécurité économique et de politique de l'énergie, il tient un site Internet consacré à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.Il est l'auteur du livre "Avec le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Prévot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Prévot est ingénieur général des Mines. Spécialiste des questions de sécurité économique et de politique de l'énergie, il tient un site Internet consacré à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.Il est l'auteur du livre "Avec le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En avril, un institut de recherche de l'Université de Chicago dirigé par un ancien économiste de l'administration Obama a découvert que les énergies solaire et éolienne rendaient l'électricité considérablement plus chère aux États-Unis.

Atlantico : Pour quelles raisons les énergies renouvelables rendent-elles l'électricité plus chère ? Est-ce vrai dans tous les pays ?

Henri Prévot : Jusqu’à aujourd’hui, en France, le coût complet de l’éolien et du photovoltaïque est plus élevé que le coût de production nucléaire ou à partir de gaz.La différence, qui apparaît sur les factures d’électricité, est en tout de 7 milliards d’euros par an. 
A l’avenir, les coûts de l’éolien terrestre et, surtout, du photovoltaïque passeront en-dessous du coût de production nucléaire. Pourtant ils continueront de rendre l’électricité plus chère. En effet, ils ne produisent pas exactement quand on en besoin. Il faut donc d’importantes capacités de stockage ou de production à partir de gaz. On peut savoir ce que cela nous coûte en utilisant un outil de simulation de l’ensemble du système de consommation, de production et de stockage d’électricité qui équilibre heure par heure la fourniture et la consommation d’électricité.J’en publie un de façon que tout le monde puisse tester ses propres hypothèses, surwww.hprevot.fr
Si l’on veut réduire la part du nucléaire à 50 %, le remplacement de réacteurs nucléaires en état de fonctionner par des éoliennes et du photovoltaïque nous obligera à dépenser chaque année 7 milliards d’euros de plus aussi longtemps que ces réacteurs pourraient fonctionner.En tout cela fera donc, pour le surcoût de l’éolien et du photovoltaïque, 14 milliardspar an soit près de 3 centimes d’euro par kWh. Vouloir se passer de nucléaire coûterait encore beaucoup plus cher.

Selon ces recherches, seul le nucléaire est en mesure de produire suffisamment d'énergie pour alimenter une économie circulaire. Sur quelles énergies ou politiques énergétiques devrait reposer une économie pour être "durable" et "circulaire", sans gaspillage ni exploitation minière ?

Pour limiter la hausse des températures à 2°C en moyenne, il faudra produire de l’énergie sans émissions de CO2 ou stocker le CO2 causé par la combustion des produits pétroliers, de gaz et de charbon. Les possibilités de la biomasse et de l’hydraulique sont limitées. La production éolienne et photovoltaïque demande d’énormes moyens de stockage d’électricité et utilise des matériaux dont certains sont en quantité limitée et dont l’exploitation et la mise en forme consommeront de l’énergie. Pour répondre aux besoins des pays en développementles scénarios supposent donc, en général,que l’on stocke des quantités de CO2 colossales : par exemple, pour les scénarios des familles Image et Message, en 2100,les quantités de CO2 à stocker seraient de15 à 50 milliards de tonnes par an selon le niveau de consommation d’énergie. Ces hypothèses de stockage de CCS ne paraissent pas réalistes.
Sauf à refuser aux pays en développement le droit d’augmenter leur consommation d’énergie, on ne pourralimiterla hausse de température à moins de 2 °C qu’en développant massivement la production nucléaire.Comme le montre le scénario de l’association GISOC, c’est techniquement possible car la technique de « surgénération » permet de créer autant de combustible nucléaire qu’on en consomme et de recycler une bonne partie des produits de la réaction nucléaire. On ne manquera donc pas de matière première. De plus le nucléaire consomme beaucoup moins d’espace et de matériaux que les éoliennes et le photovoltaïque. C’est une composante essentielle de l’économie circulaire dont a besoin un monde où les ressources matérielles sont limitées.Certes, les conditions ne sont pas encore réunies pour qu’un tel développement soit possible.

Les écologistes soutiennent depuis des décennies que l’énergie est trop bon marché et doit être rendue plus chère afin de protéger l’environnement. Quels sont les risques de cette hausse du prix de l'énergie ?

On pourrait peut-être nous démontrer qu’une hausse du prix de l’énergie, tout compte fait, en tenant compte des effets de tous ordres directs et indirects augmente le bien-être de la société. Par exemple, un sociologue nous dira que, si le carburant est très cher, les gens retrouveront la joie de se retrouver dans le café du quartier ou sur la place du village plutôt que d’aller dans leur maison de campagne ou d’aller visiter un pays étranger. D’autres vantent les mérites de la sobriété. Mais ces réflexions mêlent ce qui relève de la morale personnelle (qui, certes, peut incliner à la sobriété) et ce qui relève de la contrainte économique ou réglementaire. 
Si le prix de l’énergie est deux fois plus élevé demain qu’aujourd’hui, même si cela ne diminue pas le pouvoir d’achat des ménages, la partie de leur pouvoir d’achat disponible pour autre chose que la consommation d’énergie diminuera. Leur espace de liberté, en quelque sorte, se sera rétréci. C’est d’ailleurs cela qui a déclenché la révolte des Gilets jaunes. Au plan collectif, une augmentation des dépenses relatives à l’énergie laissera moins de moyens disponibles pour la recherche et l’innovation ou pour la diffusion de la culture, par exemple.
Nous ne sommes certes pas condamnés à tomber sous la malédiction qui pèse parfois sur les pays très bien dotés en énergie. Au contraire, sachons tirer parti de nos savoir-faire et mettons-les à la disposition d’autres pays du monde. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 01/06/2019 - 00:56
Le nucléaire des avantages,mais aussi..(suite et fin)
Afin que pour une fois ce choix vital pour le futur du pays ne soit pas déterminé uniquement par les lobbies.
spiritucorsu
- 01/06/2019 - 00:52
Le nucléaire des avantages,mais aussi de terribles inconvénients
Le nucléaire s'il présente des avantages comme la quasi absence d'émissions de carbone et une certaine indépendance énergétique n'est pas sans risques majeurs.Tout le monde à en mémoire les terribles accidents de Tchernobyl et plus récemment de Fukushima.Un pays comme la France richement doté en centrales nucléaires dont certaines en bord de mer et d'autres en zone sismique(vallée du Rhône) ,sans compter une défaillance technique ou une erreur humaine ,n'est pas à l'abri d'une catastrophe similaire.Dans un pareil cas de figure on s'apercevrait du coût réel du nucléaire le prix à payer serait en effet terrible.Des solutions existent certainement,mais elles sont verrouillées à la fois par les états et les multinationales qui vivent de leurs rentes(taxes et profits)en imposant l'atome,et les soit- disantes énergie renouvelables en maintenant les énergies fossiles(diabolisées pour mieux les taxées),et en gelant les brevets susceptibles de casser ce monopole .Une prise de conscience citoyenne serait bienvenue afin de mettre tout le monde autour d'une table (experts,élus chefs d'entreprise,..)pour qu'enfin un consensus soit trouvé sur les orientations à prendre en matière énergétique.