En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

02.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

03.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

06.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

07.

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 12 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 13 heures 47 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 14 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 15 heures 38 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 17 heures 7 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 18 heures 25 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 19 heures 4 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 20 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 13 heures 33 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 14 heures 21 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 15 heures 5 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 15 heures 27 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 16 heures 52 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 18 heures 9 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 18 heures 43 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 19 heures 28 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 19 heures 50 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 20 heures 40 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Européen ou patriote

Le poids d’un passeport : à quel point la nationalité d’un président de la commission change-t-elle le destin de l’Europe… et celui de son pays ?

Publié le 30 mai 2019
Le Président de la Commission européenne garde une orientation idéologique générale, qui correspond le plus souvent aux intérêts qu’il représentait déjà en tant que politicien dans son pays. Mais cela ne signifie pas qu'il peut agir ostensiblement en faveur de sa patrie.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Président de la Commission européenne garde une orientation idéologique générale, qui correspond le plus souvent aux intérêts qu’il représentait déjà en tant que politicien dans son pays. Mais cela ne signifie pas qu'il peut agir ostensiblement en faveur de sa patrie.

 Atlantico :  Il a parfois été reproché au président Juncker de favoriser son pays d'origine, le Luxembourg. Jusqu'à quel point la nationalité d'un président de  la Commission a-t-elle une influence sur la politique menée par la Commission européenne ?

Christophe Bouillaud : En fait, au niveau du Président de la Commission proprement dit, très peu. Tous ses actes et déclarations sont tellement scrutés par la presse et les opposants à la Commission en place qu’il est en fait impossible à un Président de la Commission d’agir ostensiblement en faveur de son pays d’origine. Par contre, un Président de la Commission garde une orientation idéologique générale, qui correspond le plus souvent aux intérêts qu’il représentait déjà en tant que politicien dans son pays. Jean-Claude Juncker est bien sûr un ancien dirigeant luxembourgeois conservateur. Or on ne peut pas dire que sa mandature à la tête de la Commission aura été marquée par une révolution dans les affaires fiscales de l’Union européenne. Il se trouve que ce statu quo, ou, pour être charitable, ces évolutions millimétriques, arrangent bien le Luxembourg façon Juncker. Vous remarquerez d’ailleurs que le seul grand scandale qui ait marqué la Commission Juncker n’est autre que la nomination un peu trop rapide de l’allemand Martin Selmayr à la tête de l’administration de la Commission. Bref, au niveau de la Présidence de la Commission, ce n’est pas tant les intérêts nationaux qui jouent que les intérêts transnationaux, idéologiques, voire de coterie, qu’incarne tel ou tel Président par son histoire et les conditions de sa nomination.

De toute façon, sur les deux dernières décennies, les membres du Conseil européen ont toujours pris soin de choisir un Président de la Commission qui n’incarne pas trop un intérêt national et qui soit une personnalité politiquement faible au moment de sa nomination. De fait, les prétendants candidats venant d’un grand pays – un Allemand ou un Français en particulier – sont désavantagés, parce que de tels personnages peuvent avoir trop de capital politique, acquis dans une carrière nationale précédente dans un grand pays, à faire valoir à Bruxelles. La seule exception est Romano Prodi, quoiqu’il ait été un personnage important en Italie, il avait été nommé un peu à l’arrache pour faire oublier l’échec de la Commission Santer, mais on a plutôt reproché à ce dernier de s’intéresser trop à la politique italienne et pas assez à l’Union européenne que de favoriser les intérêts italiens.

Vous dites que cette appartenance à une nationalité peut être justement un obstacle à l'accession à la présidence et vous prenez entre autre l'exemple de l'Allemagne, souvent taxée de profiter de l'Europe pour faire valoir ses intérêts. Est-ce à dire que le président potentiel doit procéder à une forme de "dénationalisation" pour pouvoir incarner sa fonction ? Et qu'un candidat allemand a de faibles chances d'être choisi ?

Bien sûr, le Président de la Commission doit se « dénationaliser », et, sur un plan très pratique, il lui faut bien parler dans l’idéal l’anglais, l’allemand, et le français. Un des problèmes de Romano Prodi fut d’ailleurs son mauvais niveau en anglais. Le Président de la Commission, comme d’ailleurs les autres personnalités de la hiérarchie de l’Union européenne, doivent absolument faire comme s’ils n’avaient plus de nationalité, et en pratique, être des locuteurs avisés en anglais du jargon européen.

Un candidat allemand n’aurait donc sans doute pas plus de difficulté qu’un autre à devenir un parfait européen, par contre, vu le poids de l’Allemagne actuelle dans les affaires européennes, cela apparaîtrait facilement comme une prise de possession trop évidente de l’Union européenne par son membre le plus important, un peu comme la Prusse dans l’Empire allemand d’avant 1914. C’est cette crainte d’une hégémonie allemande qui peut limiter toute proposition d’un Président allemand de la Commission.

Si le président de la Commission doit incarner l'intérêt européen, les commissaires, en revanche, jouent-ils un rôle dans la promotion d'intérêts nationaux ? Leur influence se manifeste-t-elle dans l'inflexion de la politique de la Commission ? Dans quelle mesure et dans quel sens ?

Théoriquement, tous les Commissaires européens sont tenus légalement d’incarner le seul intérêt européen. D’ailleurs, leur cabinet doit être plurinational. Par contre, chacun sait que l’une des missions informelles de chaque Commissaire est d’informer aussi l’Etat qui l’a nommé de ce qui est en train de se tramer au niveau de la Commission. C’est bien pour cela que les Etats ont finalement refusé de se passer de la norme qui attribue un Commissaire pour chaque Etat (soit 27 Commissaires en cas de Brexit effectif). Cette fonction d’alerte avancée dépend par ailleurs des liens qui existent avec la majorité gouvernementale en place dans le pays de nomination. Comme le mandat de Commissaire dure cinq ans en principe, un Commissaire peut se retrouver dans l’opposition dans son propre pays, et il peut être plus réticent à aider ses nouveaux dirigeants. Inversement, le Commissaire de chaque pays peut être celui que les intérêts organisés de ce pays essayeront de contacter en premier pour plaider leur cause.

Toutefois, en dehors de cette fonction d’alerte et d’information au profit d’intérêts nationaux, il est très mal vu pour un Commissaire d’apparaître comme le tuteur d’intérêts nationaux dans son pays. C’est l’erreur à éviter si l’on veut avoir une bonne réputation comme Commissaire européen. En réalité, les Commissaires européens jouent surtout leur propre partition sans être nécessairement inféodé à leur pays d’origine.

Dans le cas présent, si Emmanuel Macron réussit à empêcher la candidature de Manfred Weber d'aboutir, pourra-t-il s'opposer à la nomination de Weidmann à la BCE, ce qui pourrait pourtant faire plus de mal à la France ? Et s'il venait à réussir à empêcher les deux candidatures, ne risquerait-il pas de nuire très fortement à la relation franco-allemande elle-même déjà fortement dégradée ?

Visiblement, le communiqué du récent Conseil européen prétend que les nominations à la Commission et à la Présidence du Conseil sont distinctes de celles à la Banque centrale européenne. Cela correspond à une logique institutionnelle : l’Union européenne en général et la gestion de la zone Euro en particulier, cela laisse donc la possibilité d’une victoire française sur les deux tableaux, mais il est bien évident que les dossiers sont liés et que dans les deux cas les intérêts français et allemands ne sont pas complètement alignés.

Pour ce qui est de la relation franco-allemande, il y aura sans doute un bras de fer, mais, de toute façon, comme aucun des deux pays ne peut se permettre de rompre vraiment le partenariat franco-allemand à court terme, vu que l’existence de l’Euro lie les deux Etats,  il y aura simplement un peu plus d’acrimonies en coulisses. Après, on peut très avoir une non-défaite croisée de la France et de l’Allemagne. La France refuse Weber à la Commission et Weidmann à la BCE, et l’Allemagne coule poliment Barnier à la Commission. Chacun des deux pays accepte de perdre « son » candidat au profit de tiers candidats, acceptables par défaut par les deux. L’avantage d’une telle solution est que cela apporterait à la Présidence de la Commission ou à la Présidence de la BCE une image d’arbitre entre les Etats.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 30/05/2019 - 10:35
L'aristocratie n'a pas de nationalité
Un président (de la Commission ou du Parlement) sert des intérêts particuliers et non généraux: les siens d'abord, et aussi les intérêts de ceux qui l'ont placé là, en leur renvoyant l'ascenseur, parce que c'est pour cette raison qu'il a été désigné (ou élu par ses pairs), au terme de négociations qui n'ont rien à voir avec les intérêts des citoyens des différents pays.
Ça ne change évidemment rien pour l'Europe, pour l'UE ou pour son pays d'origine: quel que soit le président, ce sont toujours les mêmes types d'intérêts qui sont servis: pouvoirs, privilèges et argent pour nos "princes" et les puissances financières qui se cachent derrière; babioles et blablas pour les citoyens.
Les peuples ne sont là que pour voter pour eux, dans une illusion de démocratie.
Tant que la politique sera un métier, rien ne changera.