En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 18 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 2 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 3 heures 36 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 4 heures 27 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 7 heures 4 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 9 heures 11 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 11 heures 1 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 13 heures 54 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 1 heure 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 3 heures 11 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 3 heures 56 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 6 heures 39 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 7 heures 29 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 10 heures 7 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 11 heures 35 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 14 heures 49 min
© Mark RALSTON / AFP
© Mark RALSTON / AFP
L'armée des douze chiens

Derrière le parti animaliste, le succès d'une idéologie issue d'une longue tradition anti-humaniste

Publié le 29 mai 2019
Le parti animaliste a obtenu 2,2% des voix aux élections européennes. Un score surprise qui les place devant les partis de Florian Phillipot, François Asselineau ou les listes Gilets jaunes.
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parti animaliste a obtenu 2,2% des voix aux élections européennes. Un score surprise qui les place devant les partis de Florian Phillipot, François Asselineau ou les listes Gilets jaunes.

Atlantico : Que dit ce résultat du rapport de l’homme à lui-même ? L’animalisme est-il une haine de l’homme ?

Bertrand Vergely : À la suite des élections qui viennent d’avoir lieu, on parle beaucoup de recomposition du paysage politique du fait de  la disparition de la vieille opposition droite-gauche au profit de l’opposition centre- extrêmes. Cette recomposition va de pair avec une recomposition idéologique. L’écologie monopolisant l’essentiel du débat intellectuel, là où il y avait hier un clivage entre la droite et la gauche, il y a désormais un clivage entre écologistes modérés et écologistes radicaux, c’est-à-dire écologistes pensant que l’écologie et la croissance économique sont compatibles entre eux et écologistes pensant le contraire.   C’est dans cette perspective qu’il importe de situer le parti animaliste, dont le score fait jeu égal avec celui du Parti Communiste, ce qui est un signe des temps.

L’animalisme, tel qu’il se présente de l’extérieur, entend défendre les animaux face aux violences que les hommes peuvent leur faire subir. Ce qui est un programme tout à fait louable, dont on ne peut que se réjouir et auquel on ne peut que souscrire. Quand on commence toutefois à approfondir celui-ci, il en va autrement, l’animalisme se caractérisant par une guerre des animalistes contre l’homme au nom de la défense de la cause animale.

Cette attitude, pour le moins paradoxale de la part de ceux qui entendent être des pacifistes, repose sur un raisonnement intellectuel assez simpliste. L’homme se croyant supérieur à l’animal, il pense avoir le droit de maltraiter celui-ci au nom de cette prétendue supériorité. Supprimons cette supériorité de l’homme en faisant de celui-ci un animal parmi d’autres. On va supprimer ce qui est la cause de la souffrance que l’homme fait subir à l’animal.

À la base donc de l’animalisme, il n’y a pas tant une haine de l’homme qu’un désir de réforme morale et, derrière elle, d’éradication de l’orgueil humain. Ce désir vient de loin.

L’idée que l’homme se donne trop d’importance est une idée ancienne. Dans la Grèce antique, si un sophiste comme Protagoras enseigne que «l’homme est la mesure de toute chose », un cynique comme Diogène se promène en plein jour dans les rues d’Athènes une lanterne allumée à la main en criant « Je cherche un homme ». Pour Diogène il n’en existe pas, tant les hommes sont pétris de suffisance.

Au XVIIème siècle, Spinoza procède au même constat. L’homme se donne beaucoup trop d’importance. Il pense être « un empire dans un empire ». Non seulement il a le culot de se croire le centre du monde, mais en plus il a cet autre culot consistant à attribuer à Dieu une forme humaine. Pour lui, l’anthropocentrisme et l’anthropomorphisme, sont les deux mamelles qui alimentent l’obscurantisme.

De nos jours, les sciences humaines, la pensée de la déconstruction et la sagesse matérialiste influencée par la pensée indienne  font eux aussi le même constat. L’homme se donne beaucoup trop d’importance. Il se croit « maître chez lui », comme le dit Freud.

Autrement dit, ne pensons pas que l’animalisme vient d’une haine obscure et irrationnelle de l’homme. L’anaimalisme vient bien plutôt d’un courant de pensée extrêmement moralisateur rêvant de faire de l’homme un être libéré de tout orgueil. Projet pour le moins paradoxal. Allons au bout de ce projet d’éradication de l’orgueil humain. Que trouve-t-on ? Le comble du pouvoir de l’homme sur l’homme.

Dans Les mots et les choses Michel Foucault le montre bien. Quand la raison humaine rêve d’expliquer totalement l’homme, la seule façon d’y parvenir est de le faire disparaître en l’expliquant par ce qui n’est pas lui. Avec le projet de triompher de l’orgueil humain, il en va de même. Il n’y a qu’un moyen de détruire l’orgueil de l’homme. Installer un pouvoir total de l’homme sur l’homme à travers le triomphe absolu de l’orgueil humain.

Avec le courant dit de l’écologie profonde, la Deep Ecology, comme le dit Luc Ferry  dans son essai publié en 1992 Le nouvel ordre écologique, c’est ce à quoi on a affaire. Derrière l’idée de supprimer non seulement l’orgueil humain mais le genre humain afin de sauver la planète, la Deep Ecology se présente comme l’homme absolu.  L’homme étant pur de l’homme en l’ayant fait disparaître, le rêve d’un homme pur est réalisé.

 

Quelles sont les origines philosophiques de ce mouvement ?

Les origines philosophiques de ce phénomène se trouvent dans le moralisme  naturaliste, le matérialiste et le rationaliste.

Ce moralisme se présente sous une forme très populaire et très humaine. Que de gens pensent que les animaux sont préférables aux hommes. Il n’y a quelques années une publicité pour une association style SOS AMITIÉ montrait un labrador et sa maîtresse tous deux à quatre pattes l’un devant l’autre, avec ce sous-titre : « Si vous croyez qu’il n’y a que lui pour vous comprendre au monde ».

La déception face à l’humanité. Le fait d’aller se réfugier chez les animaux pour trouver un peu de vraie compréhension, de vraie chaleur, de vraie tendresse. L’idée que l’es animaux sont plus humains que les hommes, que ce sont eux les vrais humains. On a là l’origine de la philosophie animaliste.

Quand un animal est tendre, il présente tous les avantages de l’homme sans les inconvénients de celui-ci. Humain par sa tendresse, il n’amène pas avec sa tendresse tous les inconvénients que les hommes apportent. On est là dans le rêve. Ce rêve se retrouve dans le naturalisme matérialiste rationaliste.

Quand l’esprit humain rêve d’un naturalisme intégral, d’un matérialisme intégral et d’un rationalisme intégral il est exactement dans la même position que celui qui trouve, dans son chien ou son chat, une humanité pure. Pouvoir avoir tous les avantages de l’homme sans les inconvénients c’est ce que donne le naturalisme. Quand la Nature est entièrement naturelle, libre, spontanée, elle est enfin humaine. De même, quand la matière est totalement matière. Là encore, libre, spontanée, elle est entièrement humaine. Enfin, quand la raison est entièrement rationnelle. Une fois de plus, libre, spontanée, elle est humaine. Derrière la nature, la matière, la raison ou bien encore l’animalité livrées à elles-mêmes, que trouve-t-on ? Le rêve fou d’une humanité enfin pure.

En fait, l’homme ne cesse de se rêver lui-même en poursuivant le fantasme d’une humanité pure délivrée de l’humanité à travers l’animal, la nature, la matière ou bien encore la raison. D’où ce paradoxe consistant à faire de l’animal le rêve de humanité délivrée d’elle-même.

 

Quelle réponse donner dès lors à ce mouvement qui semble prendre de l'ampleur ?

Pour sortir de cette impasse, il n’y a qu’un moyen : arrêter de rêver et, pour cela, penser un peu plus.

Écoutons les discours qui se tiennent, que constate-ton ? Nous vivons en plein rêve. Le discours à la mode n’a qu’un mot à la bouche : « sauver la planète ». Il joue à sauver le monde. Il se prend pour un sauveur. Aussi sort-il des mots magiques : naturalisme, matérialisme, rationalisme, animalisme. Procédé habile. Le monde le croit. Il pense que cela va le sauver.

La politique est aujourd’hui en crise. Comme le débat idéologique. Rien d’étonnant à cela : le politique comme le débat idéologique sont à la recherche de nouveaux mots magiques afin d’ensorceler le monde.

On sort de cette mystification en arrêtant de se masquer derrière des mots afin de penser vraiment ce que l’on pense. Penser ce que l’on pense, c’est arrêter de parler de social, d’écologie, d’animalisme afin de se poser les bonnes questions. Quand on parle d’écologie, de social, d’animalité, se regarde-t-on ? S’écoute-t-on ? Se rend-ton compte de ce que l’on est en train de dire ? Est-on vraiment présent à ce qui se dit ? Pourquoi ce que l’on dit est-il si plat, si vide, si creux, si ennuyeux, si assommant, si dépourvu de flamme, de feu, d’ardeur, de force et de vie ? Les animalistes se rendent-ils compte qu’ils sont en train de faire advenir une dictature, l’animal n’étant qu’un prétexte pour punir l’humanité ? On parle d’animalité, de cause animale, de défense de la cause animale. Fort bien. Est-il possible d’en parler autrement que sur le monde de la punition et de la dictature ? On parle de social et d’écologie. Fort bien également. Peut-on en parler toutefois là encore autrement que sur le mode du : « Oui, c’est vrai, nos adversaires en parlent également. Mais le vrai social, la vraie écologie c’est nous, pas eux. » ?  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 30/05/2019 - 09:18
Cette angoisse est typique des citadins
Entassés. C'est là qu'on y trouve les khmers verts. Sortez de vos méga villes les gars et les filles!
cloette
- 29/05/2019 - 20:17
l'éclosion de ce nouveau parti,
après d'autres qu'on a vu passer, et avec le mouvement de "l'écologie profonde" qui d'ailleurs est une secte, a pour cause la population mondiale qui s'accroit et que l'on doit nourrir entrainant ainsi des conditions d'élevage intensif ( foules de poulets sur un tapis roulant , abattage industriel des animaux, etc...) . D'où aussi la mode du veganisme . La vérité est qu'il y a une angoisse concernant la surpopulation , on se met à détester ces masses qui s'entassaient dans des campements à Calais, qu'on voit apparaitre dans les villes et les villages, il y a une peur, on préfère son petit chat ....
TPV
- 29/05/2019 - 11:06
Au moins on redécouvre les lois naturelles
....le transhumanisme comme le transgenisme c'est mal!!! Comme beaucoup de trans..bidules.