En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Omer MESSINGER / AFP
L’union fait la force. Ok, mais concrètement comment ?
La Chine, l’angle mort des élections européennes
Publié le 25 mai 2019
Les relations diplomatiques et commerciales avec la Chine sont un enjeu majeur pour l'Union Européenne, mais le sujet a été peu abordé durant la campagne.
Emmanuel Dubois de Prisque est chercheur associé à l'Institut Thomas More et co-rédacteur en chef de la revue Monde chinois nouvelle Asie. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Dubois de Prisque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Dubois de Prisque est chercheur associé à l'Institut Thomas More et co-rédacteur en chef de la revue Monde chinois nouvelle Asie. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les relations diplomatiques et commerciales avec la Chine sont un enjeu majeur pour l'Union Européenne, mais le sujet a été peu abordé durant la campagne.

Atlantico : Les relations diplomatiques et commerciales avec la Chine sont un enjeu majeur pour l'Union Européenne. Pourtant, ce sujet est étrangement absent de la campagne des européennes. Comment l'expliquez-vous ?

Emmanuel Dubois de Prisque : Ce sujet n’est pas tout à fait absent de la campagne. Le thème est parfois abordé. Ce qui me semble plutôt remarquable, c’est la relative unanimité sur le sujet. Si l’on excepte la tête de liste de la France Insoumise Manon Aubry, qui dans le sillage de son patron Jean-Luc Mélenchon fait preuve d’une remarquable complaisance à l’égard du pouvoir chinois (en faisant l’éloge de la prétendue capacité de Pékin à réduire les inégalités), les têtes de liste sont plutôt d’accord pour proposer des politiques de fermeté à l’encontre de la Chine. Le déficit commercial, la concurrence déloyale, la nécessité de mettre en place des mesures protectionnistes et de développer le localisme sont des sujets souvent évoqués par les candidats. En creux, c’est tout de même la Chine qui est en cause et ses pratiques commerciales déloyales. Enfin, l’idée selon laquelle il faudrait que les pays européens s’unissent « face à la Chine » est un truisme absolu des élections européennes depuis déjà de longues années.

Sur quels dossiers (nouvelles routes de la soie, espionnage, investissements, expansionnisme militaire...) la Chine constitue-t-elle une menace pour l'UE? Comment cette dernière devrait-elle se positionner face à cela ?

L’UE a déclaré récemment que la Chine était « un rival systémique » de l’UE. Même si l’expression est un peu curieuse, on comprend qu’il s’agit de s’inquiéter du système international qui serait induit par un monde dominé par la Chine. La Chine n’est pas une véritable menace à court terme, mais sa montée en puissance industrielle, technologique, son irrédentisme, sa capacité à bousculer le système libéral mis en place après la seconde guerre mondiale sont profondément déstabilisatrices. Alors que de nombreux doutes assaillent les démocraties occidentales, l’apparente stabilité du système chinois, sa capacité à créer de la richesse sont susceptibles de devenir attractives. C’est sans doute le risque le plus important, même s’il reste aujourd’hui limité et relativement distant. Par ailleurs, la Chine est pour chaque État industriel un concurrent redoutable qui devrait inciter ceux qui disposent encore d’une industrie de se défendre, au niveau de l’UE comme (et peut-être surtout) au niveau national.

La "menace chinoise" ne devrait-elle pas permettre d'unir les pays membres de l'Union ? Comment expliquer qu'une position commune n'émerge pas ?

Les États membres ont des intérêts très divergents dans leurs rapports avec la Chine. Entre l’Allemagne dont le commerce bilatéral avec la Chine est très important et les pays qui ne possèdent que peu d’intérêts commerciaux ou industriels en Chine et qui en attendent avant tout des investissements dans leurs infrastructures, les divergences sont profondes. Si tous s’accordent à l’occasion pour pointer du doigt la Chine, cela ne signifie pas que les États-membres partagent des intérêts communs face à elle. En outre, prétendre qu’il faudrait un ennemi commun pour que les États membres puissent enfin s’unir est un peu curieux, alors même que l’idée fondamentale de la construction européenne était de dépasser les approches conflictuelles des relations internationales. L’idée selon laquelle il faudrait instrumentaliser une « menace » pour enfin être capable de vivre ensemble est une idée une peu veule, indigne de ce que fut l’Europe. Ce n’est pas « contre » que les Européens doivent s’unir, mais « pour », pour la défense de la civilisation et de la culture européenne, pour la reconnaissance de la valeur de notre héritage, de ce que nous devons à nos pères. A cette aune, l’UE et ses institutions sans foi ni chair importent peu, et la Chine est bien secondaire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 25/05/2019 - 15:49
Ceci est d'autant plus vrai que :
dans les années 80' il y avait un fait qui avait été établi :
"le meilleur contrat qu'un chinois puisse établir avec un occidental c'est celui qui une fois signé permet d'uriner dessus"