En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 27 min 24 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 2 heures 10 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 2 heures 43 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 4 heures 8 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 5 heures 42 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 7 heures 12 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 7 heures 58 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 39 min 27 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 2 heures 24 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 5 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 46 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 6 heures 19 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 7 heures 1 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 8 heures 19 min
© Reuters
© Reuters
Alliances contre-nature ?

Grandes manœuvres sur les coalitions à venir au Parlement européen : bienvenue dans l’ère de la bouillie politique

Publié le 24 mai 2019
Plusieurs premiers ministres ou chefs de parti (le néerlandais Mark Rutte, l'allemand Udo Bullmann et le portugais Antonio Costa) ont affirmé leur accord avec les idées de la liste Renaissance et ont évoqué une possible "alliance des progressistes".
Pierre Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Docteur en science politique de l'Institut d'études politiques de Paris (1983), il est ingénieur de recherche au CNRS. Il est actuellement affecté au laboratoire PACTE, à Grenoble, au sein duquel il anime le groupe de recherches « Élections et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs premiers ministres ou chefs de parti (le néerlandais Mark Rutte, l'allemand Udo Bullmann et le portugais Antonio Costa) ont affirmé leur accord avec les idées de la liste Renaissance et ont évoqué une possible "alliance des progressistes".

Atlantico : Que représente réellement cette alliance ? 

Pierre Martin : Le big-bang macronien français s’inscrit dans les reconfigurations du paysage politique partisan en Europe, même si ce dernier ne s’y résume pas. Cela fait déjà pas mal de temps que les politiques économiques des sociaux-démocrates et des libéraux ont convergé. Le Parlement européen a été jusqu’à maintenant dirigé par une alliance entre PSE et PPE. De plus, LREM tire son origine d’une scission d’une partie de l’aile droite du PS (Macron, Colomb et d’anciens Strauss-Khaniens). La possibilité actuelle de reconfiguration s’appuie également sur plusieurs autres phénomènes : (1) le ralliement de la grande majorité des verts, derrières les verts allemands, aux politiques néolibérales dans le cadre d’un « développement durable » et leur volonté de participer au pouvoir y compris en coalition avec des forces de droite ; (2) la frustration des libéraux  (l’ALDE) qui veulent briser le duo PSE-PPE ; (3) la droitisation d’une partie du PPE (droitisation de la CDU-CSU, ambiguïtés avec Orban) qui divise de plus en plus ce parti.

Est-il envisageable que les députés d'Antonio Costa votent de concert avec ceux de Mark Rutte ?

Les socialistes portugais ne se sont historiquement jamais distingués par leur gauchisme et il ne faut pas trop exagérer leur déplacement vers la gauche actuellement. Concernant Mark Rutte, n’oublions pas qu’il a gouverné pendant des années les Pays-Bas avec les travaillistes.

En quoi utiliser le biais du progressisme comme élément de rassemblement des listes européennes est-il nécessaire pour renforcer l'ALDE qui est en train de se construire ?  

Le progressisme (qui n’est pas uniquement un terme de gauche) est un bon qualificatif de l’idéologie de ce que j’appelle les élites mondialisatrices(1). Le progressisme est historiquement lié à l’idée de progrès et au productivisme. Chez les élites qui construisent et gèrent la mondialisation, ce productivisme maintenu s’est combiné à un discours environnemental dans l’adhésion au concept de développement durable. Celles-ci dépassent de loin l’ALDE et rassemblent dans un nouveau pôle partisan libéral-mondialisateur(2) la grande majorité des sociaux-démocrates, des verts, des libéraux et une bonne partie des chrétiens-démocrates et de la droite « de gouvernement » dans la mesure où celle-ci est ralliée au libéralisme culturel.

Le premier ministre portugais, Antonio Costa, a apporté son soutien à la fois à LREM et au PS. Les alliances au sein de la gauche ne fragilisent-elles pas la cohérence intellectuelle des partis progressistes ?

La réponse précédente montre qu’il n’y a pas tant d’incohérence. Mais de plus, l’histoire des partis politiques nous enseigne que la recherche d’efficacité des stratégies de pouvoir l’emporte sur celle de la cohérence intellectuelle. Les partis politiques sont des machines de pouvoir et pas des clubs de pensée.

La droite pro-européenne (le Parti Populaire Européen) n'est-elle pas aussi concernée par ces alliances politiques hasardeuses ? Malgré ces unions politiques, y a-t-il encore une place pour le débat d'idées dans les élections européennes ?

Le PPE ne couvre pas toute la droite pro-européenne car les libéraux néerlandais (Mark Rutte) ou le Mouvement Réformateur du Premier ministre belge, par exemple, membres de l’ALDE, sont au moins aussi à droite que Madame Merkel. D’autre part le PPE est historiquement allié au PSE pour la gestion de l’UE, ce qui montre bien la convergence des droites et des gauches de gouvernement en Europe. Mais le PPE est de plus en plus divisé par une droitisation interne d’une partie de ses membres qui mine sa cohésion et l’isole de ses partenaires, comme l’a illustré le vote sur Orban. Lors de ces élections le débat d’idées ne me semble pas moins présent qu’avant, c’est sans doute même le contraire, mais il divise plus souvent les grands partis traditionnels qu’il ne les renforce.

Pierre Martin, Crises mondiales et systèmes partisans, Paris, SciencesPo Les Presses, 2018.

(1) Dans mon livre Crise mondiale et systèmes partisans, p. 176-179.

(2) Ibid, p. 255-269.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
caustik317
- 24/05/2019 - 16:43
Progressiste ?
Quand l'histoire et l'étymologie trahissent la vrai nature de l'enfant Macron maoïste. En 1948, on appelait "progressistes" les sympathisants catholiques susceptibles de rejoindre le Parti Communiste Français ! 70 ans plus tard, la politique de la France est encore crypto-communiste. Ils resteront au pouvoir, tant que l'immigration leur apportera des voix. A bon entendeur, salut !!
Benvoyons
- 24/05/2019 - 15:15
En effet la proportionnelle intégrale voulue par la Folle du RN
p& autres FI est parfaitement antidémocratique. 34 listes avec programmes . Je vote pour une & après mon vote celui que j'aurai choisi & sur mon dos fera des carabistouilles avec 10, 12, autres pour pouvoir former un programme & un gouvernement ou fatalement je ne serai plus d'accord & ou je n'aurai plus rien à dire seulement le subir . Alors qu'aujourd'hui je vote pour un programme & s'il n'est pas au deuxième tour et bien je choisi le programme le plus proche. Il gagne très bien, ou s'il ne gagne pas je reste dans l’opposition. Ou alors je ne vote pas pour rester que dans mon programme premier & je suis dans l'opposition. Je suis & reste maître de mes choix.
Ganesha
- 24/05/2019 - 12:16
Sombre Scénario
Voici un article qui nous annonce un avenir bien sombre !

Et il s'agit, effectivement, dans l'état actuel des sondages, du scénario le plus probable !

Ce qui est donc attendu, pour le 27 Mai, c'est une forte poussée, dans toute l'Europe, de partis Souverainistes, mais sans qu'ils abtiennent la majorité absolue, qui leur permettrait d'imposer leur volonté.