En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

07.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 7 min 4 sec
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 2 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 2 heures 34 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 3 heures 8 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 3 heures 49 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 5 heures 15 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 18 heures 38 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 57 min 22 sec
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 1 heure 33 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 heures 30 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 4 heures 1 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 4 heures 46 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 5 heures 12 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 18 heures 6 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 19 heures 44 min
© CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / AFP
© CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / AFP
Mazarin

Et si Emmanuel Macron était surtout l’héritier idéologique de François Mitterrand ?

Publié le 23 mai 2019
Les deux hommes partagent beaucoup sur le plan des idées, mais l'européisme idéaliste d'Emmanuel Macron les sépare.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les deux hommes partagent beaucoup sur le plan des idées, mais l'européisme idéaliste d'Emmanuel Macron les sépare.

Atlantico : Si Emmanuel Macron s'est présenté comme un président en rupture avec le "monde d'avant", ces deux dernières années à la tête de la République ne montre-t-elle pas de vraies ressemblances avec la façon dont François Mitterrand exerçait le pouvoir ? 

Edouard Husson : J’imagine que vous pensez à la manière dont François Mitterrand s’est construit une fois élu, un personnage. Mais lui a réussi à jouer longtemps le personnage du Sphinx, jusqu’au bout, même. Alors qu’Emmanuel Macron n’a tenu que quelques mois dans le personnage de « Jupiter ». On peut rapprocher l’origine des deux hommes: ils ont grandi dans le milieu bourgeois d’une ville de province. Ils sont montés à Paris pour assouvir une ambition. Mais François Mitterrand a grandi dans un monde encore structuré du point de vue des codes moraux. C’est un enfant de la bourgeoisie catholique qui a ensuite renié la droite qui l’avait élevée. Mais il en a gardé quelques vertus: la prudence politique, le sens de l’amitié, le souci de l’équilibre des forces. Son patriotisme était réel, enraciné dans un goût de la France des terroirs, dans le goût de la littérature - même si Mitterrand était, contrairement à ce qu’on dit, un écrivain assez conventionnel, au style ampoulé. Macron, lui, est né dix ans après 1968. Il a grandi dans une société où la morale bourgeoise s’effondrait. Son mariage est le résultat d’une rupture avec son milieu mais une histoire comme la sienne n’aurait pas pu se dérouler une génération auparavant. L’actuel président, qui ne retourne en Amiens que lorsqu’il y est forcé, est, plus généralement, en rupture avec son passé sur tous les sujets: il veut fermer l’ENA, dont il est un pur produit, avec les qualités et les défauts. Il veut abolir la souveraineté française au profit d’une souveraineté européenne. Mitterrand était très différent: il voulait préserver la France grâce à l’Europe. 

Au niveau européen, Emmanuel Macron défend becs et ongle une "Europe de la paix". La "Renaissance européenne" macronienne est-elle la continuité de celle de Maastricht défendue par Mitterrand ?

Non. Macron est plutôt un avatar de Giscard. Mitterrand était un Européen de raison qui jouait la comédie de « l’hymne à la joie ». Macron, lui, y croit; c’est un idéaliste de l’Europe. Sa première apparition en Jupiter s’est faite dans la cour du Louvre. En fait, le premier comédien de France s’est produit dans un décor conçu par François Ier et rénové par François Mitterrand. Il y avait quelque chose d’incongru à faire jouer l’hymne européen au coeur d’un palais des rois de France et avec la référence pharaonique de l’architecture mitterrandienne. Mais Macron n’aime pas les monuments: il veut plaquer sur eux son européisme, son mondialisme, son progressisme. Il veut reconstruire Notre-Dame « plus belle encore » et dans un temps record. 

Sur l’ Europe, plus précisément, l’actuel président n’a ni la prudence ni le savoir-faire de François Mitterrand. Mitterrand a pris en permanence des garanties vis-à-vis d’Helmut Kohl: il parlait avec tous pour construire des coalitions de votes et être en position de négocier avec l’Allemagne. Macron, lui, n’a voulu parler qu’à la Chancelière et a méprisé les autres pays.   
 

Quelles sont les limites de cette comparaison entre les deux hommes ?

Les limites de la comparaison tiennent aux structures: Macron soit se débrouiller dans le temps d’un quinquennat; tandis que Mitterrand « laissait le temps au temps »: il avait été élu pour sept ans. Ensuite, l’euro est le cadeau empoisonné que Mitterrand a fait à ses successeurs. Plus on avance dans le temps, plus Mitterrand apparaît avoir remporté une « victoire à la Pyrrhus » sur les Allemands qui avaient lancé la réunification sans le consulter: il a certes amené Helmut Kohl à entrer dans l’euro. Mais ce sont des règles allemandes qui ont été appliquées à la monnaie européenne. Or plus le temps passe, plus la société française souffre des rigidités du malthusiansisme monétaire allemand. Au-delà des maladresses et provocations de l’actuel hôte de l’Elysée, la crise des Gilets Jaunes est un produit de la destruction du tissu social français par une politique monétaire inadaptée. Macron a repris la négociation sur l’euro là où Mitterrand l’avait laissée: il a essayé de plaider pour un gouvernement économique de la zone euro mais sans succès. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires