En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

02.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

03.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

04.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

05.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

06.

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

07.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

05.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

06.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

ça vient d'être publié
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 2 min 41 sec
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 38 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 1 heure 21 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 11 heures 43 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 13 heures 15 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 14 heures 50 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 17 heures 21 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 20 heures 32 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 21 heures 17 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 23 heures 11 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 21 min 35 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 1 heure 39 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 12 heures 35 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 13 heures 53 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 16 heures 7 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 17 heures 56 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 20 heures 50 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 22 heures 46 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 23 heures 27 min
© CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / AFP
© CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / AFP
Mazarin

Et si Emmanuel Macron était surtout l’héritier idéologique de François Mitterrand ?

Publié le 23 mai 2019
Les deux hommes partagent beaucoup sur le plan des idées, mais l'européisme idéaliste d'Emmanuel Macron les sépare.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les deux hommes partagent beaucoup sur le plan des idées, mais l'européisme idéaliste d'Emmanuel Macron les sépare.

Atlantico : Si Emmanuel Macron s'est présenté comme un président en rupture avec le "monde d'avant", ces deux dernières années à la tête de la République ne montre-t-elle pas de vraies ressemblances avec la façon dont François Mitterrand exerçait le pouvoir ? 

Edouard Husson : J’imagine que vous pensez à la manière dont François Mitterrand s’est construit une fois élu, un personnage. Mais lui a réussi à jouer longtemps le personnage du Sphinx, jusqu’au bout, même. Alors qu’Emmanuel Macron n’a tenu que quelques mois dans le personnage de « Jupiter ». On peut rapprocher l’origine des deux hommes: ils ont grandi dans le milieu bourgeois d’une ville de province. Ils sont montés à Paris pour assouvir une ambition. Mais François Mitterrand a grandi dans un monde encore structuré du point de vue des codes moraux. C’est un enfant de la bourgeoisie catholique qui a ensuite renié la droite qui l’avait élevée. Mais il en a gardé quelques vertus: la prudence politique, le sens de l’amitié, le souci de l’équilibre des forces. Son patriotisme était réel, enraciné dans un goût de la France des terroirs, dans le goût de la littérature - même si Mitterrand était, contrairement à ce qu’on dit, un écrivain assez conventionnel, au style ampoulé. Macron, lui, est né dix ans après 1968. Il a grandi dans une société où la morale bourgeoise s’effondrait. Son mariage est le résultat d’une rupture avec son milieu mais une histoire comme la sienne n’aurait pas pu se dérouler une génération auparavant. L’actuel président, qui ne retourne en Amiens que lorsqu’il y est forcé, est, plus généralement, en rupture avec son passé sur tous les sujets: il veut fermer l’ENA, dont il est un pur produit, avec les qualités et les défauts. Il veut abolir la souveraineté française au profit d’une souveraineté européenne. Mitterrand était très différent: il voulait préserver la France grâce à l’Europe. 

Au niveau européen, Emmanuel Macron défend becs et ongle une "Europe de la paix". La "Renaissance européenne" macronienne est-elle la continuité de celle de Maastricht défendue par Mitterrand ?

Non. Macron est plutôt un avatar de Giscard. Mitterrand était un Européen de raison qui jouait la comédie de « l’hymne à la joie ». Macron, lui, y croit; c’est un idéaliste de l’Europe. Sa première apparition en Jupiter s’est faite dans la cour du Louvre. En fait, le premier comédien de France s’est produit dans un décor conçu par François Ier et rénové par François Mitterrand. Il y avait quelque chose d’incongru à faire jouer l’hymne européen au coeur d’un palais des rois de France et avec la référence pharaonique de l’architecture mitterrandienne. Mais Macron n’aime pas les monuments: il veut plaquer sur eux son européisme, son mondialisme, son progressisme. Il veut reconstruire Notre-Dame « plus belle encore » et dans un temps record. 

Sur l’ Europe, plus précisément, l’actuel président n’a ni la prudence ni le savoir-faire de François Mitterrand. Mitterrand a pris en permanence des garanties vis-à-vis d’Helmut Kohl: il parlait avec tous pour construire des coalitions de votes et être en position de négocier avec l’Allemagne. Macron, lui, n’a voulu parler qu’à la Chancelière et a méprisé les autres pays.   
 

Quelles sont les limites de cette comparaison entre les deux hommes ?

Les limites de la comparaison tiennent aux structures: Macron soit se débrouiller dans le temps d’un quinquennat; tandis que Mitterrand « laissait le temps au temps »: il avait été élu pour sept ans. Ensuite, l’euro est le cadeau empoisonné que Mitterrand a fait à ses successeurs. Plus on avance dans le temps, plus Mitterrand apparaît avoir remporté une « victoire à la Pyrrhus » sur les Allemands qui avaient lancé la réunification sans le consulter: il a certes amené Helmut Kohl à entrer dans l’euro. Mais ce sont des règles allemandes qui ont été appliquées à la monnaie européenne. Or plus le temps passe, plus la société française souffre des rigidités du malthusiansisme monétaire allemand. Au-delà des maladresses et provocations de l’actuel hôte de l’Elysée, la crise des Gilets Jaunes est un produit de la destruction du tissu social français par une politique monétaire inadaptée. Macron a repris la négociation sur l’euro là où Mitterrand l’avait laissée: il a essayé de plaider pour un gouvernement économique de la zone euro mais sans succès. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires