En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / AFP
Mazarin
Et si Emmanuel Macron était surtout l’héritier idéologique de François Mitterrand ?
Publié le 23 mai 2019
Les deux hommes partagent beaucoup sur le plan des idées, mais l'européisme idéaliste d'Emmanuel Macron les sépare.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les deux hommes partagent beaucoup sur le plan des idées, mais l'européisme idéaliste d'Emmanuel Macron les sépare.

Atlantico : Si Emmanuel Macron s'est présenté comme un président en rupture avec le "monde d'avant", ces deux dernières années à la tête de la République ne montre-t-elle pas de vraies ressemblances avec la façon dont François Mitterrand exerçait le pouvoir ? 

Edouard Husson : J’imagine que vous pensez à la manière dont François Mitterrand s’est construit une fois élu, un personnage. Mais lui a réussi à jouer longtemps le personnage du Sphinx, jusqu’au bout, même. Alors qu’Emmanuel Macron n’a tenu que quelques mois dans le personnage de « Jupiter ». On peut rapprocher l’origine des deux hommes: ils ont grandi dans le milieu bourgeois d’une ville de province. Ils sont montés à Paris pour assouvir une ambition. Mais François Mitterrand a grandi dans un monde encore structuré du point de vue des codes moraux. C’est un enfant de la bourgeoisie catholique qui a ensuite renié la droite qui l’avait élevée. Mais il en a gardé quelques vertus: la prudence politique, le sens de l’amitié, le souci de l’équilibre des forces. Son patriotisme était réel, enraciné dans un goût de la France des terroirs, dans le goût de la littérature - même si Mitterrand était, contrairement à ce qu’on dit, un écrivain assez conventionnel, au style ampoulé. Macron, lui, est né dix ans après 1968. Il a grandi dans une société où la morale bourgeoise s’effondrait. Son mariage est le résultat d’une rupture avec son milieu mais une histoire comme la sienne n’aurait pas pu se dérouler une génération auparavant. L’actuel président, qui ne retourne en Amiens que lorsqu’il y est forcé, est, plus généralement, en rupture avec son passé sur tous les sujets: il veut fermer l’ENA, dont il est un pur produit, avec les qualités et les défauts. Il veut abolir la souveraineté française au profit d’une souveraineté européenne. Mitterrand était très différent: il voulait préserver la France grâce à l’Europe. 

Au niveau européen, Emmanuel Macron défend becs et ongle une "Europe de la paix". La "Renaissance européenne" macronienne est-elle la continuité de celle de Maastricht défendue par Mitterrand ?

Non. Macron est plutôt un avatar de Giscard. Mitterrand était un Européen de raison qui jouait la comédie de « l’hymne à la joie ». Macron, lui, y croit; c’est un idéaliste de l’Europe. Sa première apparition en Jupiter s’est faite dans la cour du Louvre. En fait, le premier comédien de France s’est produit dans un décor conçu par François Ier et rénové par François Mitterrand. Il y avait quelque chose d’incongru à faire jouer l’hymne européen au coeur d’un palais des rois de France et avec la référence pharaonique de l’architecture mitterrandienne. Mais Macron n’aime pas les monuments: il veut plaquer sur eux son européisme, son mondialisme, son progressisme. Il veut reconstruire Notre-Dame « plus belle encore » et dans un temps record. 

Sur l’ Europe, plus précisément, l’actuel président n’a ni la prudence ni le savoir-faire de François Mitterrand. Mitterrand a pris en permanence des garanties vis-à-vis d’Helmut Kohl: il parlait avec tous pour construire des coalitions de votes et être en position de négocier avec l’Allemagne. Macron, lui, n’a voulu parler qu’à la Chancelière et a méprisé les autres pays.   
 

Quelles sont les limites de cette comparaison entre les deux hommes ?

Les limites de la comparaison tiennent aux structures: Macron soit se débrouiller dans le temps d’un quinquennat; tandis que Mitterrand « laissait le temps au temps »: il avait été élu pour sept ans. Ensuite, l’euro est le cadeau empoisonné que Mitterrand a fait à ses successeurs. Plus on avance dans le temps, plus Mitterrand apparaît avoir remporté une « victoire à la Pyrrhus » sur les Allemands qui avaient lancé la réunification sans le consulter: il a certes amené Helmut Kohl à entrer dans l’euro. Mais ce sont des règles allemandes qui ont été appliquées à la monnaie européenne. Or plus le temps passe, plus la société française souffre des rigidités du malthusiansisme monétaire allemand. Au-delà des maladresses et provocations de l’actuel hôte de l’Elysée, la crise des Gilets Jaunes est un produit de la destruction du tissu social français par une politique monétaire inadaptée. Macron a repris la négociation sur l’euro là où Mitterrand l’avait laissée: il a essayé de plaider pour un gouvernement économique de la zone euro mais sans succès. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
04.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
07.
Merci Trump ! Pourquoi Trump est utile en nous forçant à changer nos habitudes économiques
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires